background preloader

Association de Professionnels de Santé pour une Alimentation Responsable

Association de Professionnels de Santé pour une Alimentation Responsable
Les habitudes alimentaires ont considérablement évolué depuis le milieu du XXème siècle. Comme cela est observé dans le rapport commun de l'OMS et de la FAO de 2002 intitulé « Alimentation, nutrition et prévention des maladies chroniques », une alimentation riche en graisses et en aliments à forte densité énergétique, centrée autour d'aliments d'origine animale, a remplacé l'alimentation traditionnelle principalement basée sur des aliments d'origine végétale. Cela a joué un rôle clé dans l'augmentation de la prévalence des maladies chroniques évitables d'origine nutritionnelle : obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires, cancers et ostéoporose principalement.1 Ces maladies ne sont plus limitées aux « pays riches », et constituent désormais un problème de santé publique croissant dans les pays en développement1, où le modèle alimentaire « occidental » se propage et remplace souvent les alimentations traditionnelles. Maladies cardio-vasculaires Références :

http://www.alimentation-responsable.com/un-constat-inquietant

Related:  NUTRITION / SantéNutrition et santéNutrition et Santé publique

21 familles de 21 pays posent devant une semaine de nourriture ! Nous mangeons tous… mais pas les mêmes choses ! Preuve en est, cet incroyable reportage photographique réalisé aux quatre coins du monde dans une vingtaine de pays différent. Il nous fait physiquement réaliser à quel point nos habitudes alimentaires et familiales varient d’un endroit à l’autre ! Un travail précieux. Le créateur de ce témoignage tout en images s’appelle Peter Menzel. L’étiquetage nutritionnel suscite la colère de l’industrie agroalimentaire Le principe d’un étiquetage simple apposé sur les aliments pour indiquer leur qualité nutritionnelle est au menu du projet de loi de santé présenté par la ministre Marisol Touraine. Alors que les députés vont commencer à examiner le texte mardi 31 mars, le texte fait l’objet d’une virulente bataille. L’industrie agroalimentaire est vent debout contre le modèle, dit « coloriel », défendu par les autorités de santé et s’inspirant du modèle britannique à trois couleurs, dit « traffic lights », en référence au feu tricolore de la circulation.

Un étiquetage nutritionnel en couleur serait-il plus « fiable » LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Laurence Girard Le « cassoulet mitonné » de William Saurin ou le « petit salé aux lentilles » de Fleury Michon avec une étiquette verte. Quand les céréales de petit-déjeuner, qui jouent sur les codes minceur, comme Special K de Kellogs ou Fitness de Nestlé sont en orange.

Consensus Scientifique sur l'Alimentation et la nutrition Prévention des maladies chroniques Accueil » Alimentation & nutrition » Niveau 1 Contexte - En raison de changements dans notre alimentation et notre mode de vie, certaines maladies chroniques touchent de plus en plus de personnes, tant dans les pays développés que dans les pays en voie de développement. En effet, les maladies chroniques liées à l’alimentation – telles que l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, le cancer, les maladies dentaires, et l’ostéoporose- sont la première cause de mortalité dans le monde et représentent un coût important pour la société. Comment une meilleure alimentation et l’activité physique peuvent-elles nous aider à réduire le risque de développer ces maladies chroniques ? 1.

Un code couleur nutritionnel pour lutter contre la malbouffe ! Obésité, diabète, troubles cardio-vasculaire, cancers ... Ces maladies chroniques sont désastreuses pour notre santé, et pour notre société. Elles sont la première cause de mortalité dans le monde, et touchent aussi bien les plus jeunes que les personnes âgées. Pourtant nous pourrions les éviter car nous en connaissons la cause principale : notre alimentation, et ses déséquilibres dus en grande partie à la consommation de produits industriels. Une solution existe : le code couleur. Simple et facile à mettre en place, il nous informe d'un coup d'oeil sur la qualité nutritionnelle d'un aliment en prenant en compte pour chaque aliment son apport en calorie, en sucre, en graisses saturées et en sel pour lui attribuer une couleur.

muriel cruysmans/conseils et coaching en alimentation Je suis passionnée par l’alimentation depuis une vingtaine d’années et convaincue que c’est un des piliers de notre bonne santé. Avec 4 hommes à la maison (mon mari et mes trois fils ados), je jongle avec les compromis alimentaires et l’organisation des repas ! Bien s’alimenter oui, mais dans le respect du travail et de la planète. Je privilégie les produits locaux, de saison, de culture biologique. Ma cuisine se veut simple, savoureuse, fraîche, nourrissante et conviviale. Rien n’est interdit, c’est en prenant conscience de notre manière de nous alimenter et en découvrant de délicieuses nouvelles alternatives que petit à petit les aliments indésirables sortent de nos assiettes.

Le futur de l’alimentation, un défi pris en main par 4 startups françaises Le 9 avril dernier, Maddyness organisait la 8ème édition de Startup Keynote, un cycle de conférences qui vous invitent à venir découvrir, vous inspirer et échanger avec l’écosystème innovation et entrepreneurial français. Lors de cette conférence, l’avenir de l’agro-alimentaire et plus particulièrement du « Food » a été abordé par l’ensemble des intervenants, et notamment par Pierre Hivernat, qui a introduit cet événement par une phrase qui résumait l’intérêt grandissant des marques pour ce sujet : « si cette conférence avait eu lieu il y a 5 ans, il y aurait eu 18 personnes« . L’alimentation, un défi pour demain auquel répond la technologie, et qui passionne tout le monde.

Taty Lauwers Le contenu de ce blog reflète l'évolution d'une personne en recherche de "devenir soi" nutritionnel. Je suis passée par le crudivorisme, le végétarisme, la macrobiotique, la paléo... Lire la suite Objectif Les approches de la nutrition sont si disparates et discordantes aujourd’hui que l’on ne sait plus à quel saint se vouer lorsqu’on veut passer à la pratique. Ce qui permettrait de faire un choix éclairé serait d’identifier son propre profil métabolique pour déterminer, à partir de là, la stratégie optimale. Treize raisons de lâcher le steak barbare Au cours de sa vie, un Français consomme en moyenne 7 bovins, 33 cochons, 9 chèvres et moutons, 1 300 volailles et 60 lapins, selon le service de la statistique et de la prospective du ministère de l’Agriculture. Soit un peu plus de 1 400 animaux d’élevage auxquels il faut ajouter 1 tonne d’animaux marins. Une frénésie de viandards qui a accéléré l’industrialisation de la production de steaks, jambons et autres magrets. Un seul exemple : en France, 95% des porcs sont élevés dans des systèmes intensifs. Chaque année, 25 millions de porcs charcutiers sont abattus.

Etats-Unis : la junk food déguste Quand la Food Babe patrouille, Big Food rase les murs. Vani Hari, de son vrai nom, n’a pourtant pas l’air d’une menace face à des firmes agroalimentaires pesant des milliards de dollars : une blogueuse photogénique qui dénonce les méfaits des Coca-Cola et autres McDonald’s régnant sur la malbouffe. Food Babe n’est pas nutritionniste, elle raconte pas mal de bêtises et s’est même attiré une ennemie jurée, Yvette d’Entremont, une Science Babe qui n’hésite pas à enfiler ses gants de boxe : Food Babe, accuse Science Babe, est "utterly full of shit". Poliment traduit : elle raconte absolument n’importe quoi. Seulement voilà, Food Babe a derrière elle une "Food Babe Army", 54 millions de personnes qui ont visité son site l’an dernier.

APSAReS est une Association de professionnels (médecins et diététiciens)de la Santé. Le site est créé en 2008. by svt33 Oct 22

Related: