background preloader

Top 10 : Google concilie travail et intérêts personnels

Top 10 : Google concilie travail et intérêts personnels
Exit l’emploi du temps rigide. De plus en plus de jeunes diplômés plébiscitent en effet les entreprises où ils peuvent jongler entre leur travail et leur vie privée sans que cela soit mal vu. Google, Ubisoft, Canal + et Electronic Arts les font rêver. Google est la grande gagnante de ce classement puisque elle est la seule à figurer à la fois dans les Top 10 des étudiants en école de commerce, en école d’ingénieurs, en faculté de commerce et en faculté d’ingénieurs. Ce résultat est loin d’être surprenant : le moteur de recherche est connu pour chouchouter ses employés. Voici les Top10 « possibilité d’intégrer mes intérêts personnels dans mon emploi du temps » : Les loisirs et les organismes publics cités plus que des entreprises en particulier Les technologies de l’information et de la communication tiennent bien leur réputation « cool ». Fait nouveau, Décathlon arrive même en tête des Tops 10 des étudiants des grandes écoles. Un « petit plus » pas indispensable

Flexibilité au travail vs face-time Ces derniers mois, plusieurs sociétés américaines, telles que Yahoo!, Best Buy, ont abandonné leur programme de travail flexible et leur politique de ROWE (Results-Only Work Environment). Qu'est-ce qui explique cette tendance alors que de nombreuses études prônent la flexibilité au travail pour de meilleurs résultats? Voici comment Yahoo a annoncé par email à ses employés la nouvelle: "A partir du début du mois de juin, nous demandons à tous les employés avec des arrangements de travail à la maison de venir travailleur au bureau de Yahoo. Personne ne peut nier l'utilité et la nécessité des interactions au travail, ni leur importance pour la progression de carrière, mais est-ce nécessaire de supprimer toute forme de travail flexible? A une époque où les technologies de communication nous permettent de nous connecter et travailler depuis presque n'importe quel lieu, comment peut-on justifier une interdiction totale du travail flexible? A. B. C. (1) Anna Beninger et Nancy M.

Google concilie travail et intérêts personnels Exit l'emploi du temps rigide. De plus en plus de jeunes diplômés plébiscitent en effet les entreprises où ils peuvent jongler entre leur travail et leur vie privée sans que cela soit mal vu. Google, Ubisoft, Canal+ et Electronic Arts les font rêver. C’est ce qui ressort du Top 10 sur le critère de la « possibilité d’intégrer mes intérêts personnels dans mon emploi du temps ». Au-delà de ce point commun, étudiants de grandes écoles et ceux issus de l'université ont une vision différente des entreprises, mais s’accordent sur les secteurs les plus flexibles. Google est la grande gagnante de ce classement puisque elle est la seule à figurer à la fois dans les Top 10 des étudiants en école de commerce, en école d’ingénieurs, en faculté de commerce et en faculté d’ingénieurs. L’entreprise est même en 1ère place du classement des étudiants ingénieurs à l’université et en 2e place de ceux étudiant en grande école. Hors de ces cas précis, les opinions diffèrent.

Archives Vendredi, 18 heures : dans la cour d’un superbe hôtel particulier, au cœur du 9e arrondissement parisien, une centaine de salariés de Google trinquent sous le soleil, une bière ou une coupe de champagne à la main. Au siège français, les « Googlers », comme ils s’appellent entre eux, fêtent l’arrivée du week-end lors d’un apéritif hebdomadaire. L’occasion de se mélanger, du stagiaire au patron, et de discuter de projets parfois confidentiels. Tandis que certains jouent au ping-pong, des ingénieurs américains de passage en France se livrent, devant quelques curieux, à une démonstration en avant-première des Google Glass, des lunettes futuristes capables de recevoir des textos, équipées d’un GPS et d’une caméra. « C’est pour ce genre de projets fous que je travaille ici », glisse un salarié. Bienvenue chez Google ! « C’est une fiction, pas un film sur l’histoire de Google », tempère une porte-parole du groupe. Mini-cuisines et salle de fitness Des stagiaires en grande forme Un coup de barre ?

Les conditions de travail au sein de Google ! » Référencement Page 1 Il faut tout d’abord maîtriser au minimum 3 langues couramment. Les 400 employés cadres chargés du recrutement n’opèrent en tout qu’une dizaine d’entretiens d’embauche, une vingtaine s’il s’agit d’un poste plus important Suite aux 3500 CV reçus quotidiennement par l’entreprise en 2006, Google a décidé de créer et de développer un logiciel entièrement consacré à la gestion des CV ! On compte aujourd’hui 54 604 employés chez Google et 3 des 10 directeurs du conseil d’administration font partie de l’entreprise (Sergey Brin, Eric Schmidt et Larry Page). Depuis que Google a rejoint le monde de la bourse, 1200 de ses employés sont devenus millionnaires. 500 d’entre eux ont plusieurs dizaines de millions et 80 d’entre eux ont quelques centaines de millions de dollars par an ! On peut dire que le géant n’économise pas sur ce point ! Vous en voulez plus ? Si vous êtes toujours partant pour référencer votre site ou blog sur Google (et je crois qu’il le mérite, non ?) Yves HEILIG Yves HEILIG

Google Says 20% Time Is Still Core Part Of Company Culture As it turns out, rumors of the demise of Google’s 20-percent time have been greatly exaggerated. A Google spokesperson confirmed today that employees are still encouraged to pursue ideas that might fall outside of their normal work scope, or what has commonly been referred to as Google’s “20% time.” A story earlier today from Quartz.com claimed Google’s 20-percent time was “as good as dead.” The report sparked a debate on Hacker News, and has now resulted in a follow-up article with comments from anonymous Googlers alleging Quartz.com’s earlier report was “flat-out” wrong. “As a Googler, I can confirm that this article is… completely wrong,” said one anonymous commenter on Hacker News, “I don’t have to get approval to take 20% time, and I work with a number of people on their 20% projects.” A Google spokesperson told Marketing Land that the company recognizes people are more productive when they are working on projects that excite them.

Dix leçons made in Google 01net. le 22/06/07 à 00h00 ' Je fais régulièrement du kite surf, juste en dessous du Golden Gate Bridge, et je croise parfois l'un des fondateurs de Google, Sergey Brin. Un gars sympa qui parle à tout le monde. Avec plus d'un milliard de dollars de bénéfices en 2006, le moteur de recherche le plus utilisé au monde continue de surprendre. Leçon n?' Bienvenue à Googleland ! A 11 heures du matin, en ce mercredi ensoleillé de mai, quelques Googlers s'éternisent dans un café, absorbés par leur discussion. En effet, dès l'origine, Google a cherché à simplifier la vie quotidienne de ses salariés. Leçon n?' Tout est pensé pour éviter que les salariés ne gaspillent du temps. En France, les fondateurs ont insisté pour que les collaborateurs bénéficient d'une cafétéria plutôt que de chèques de restauration. Leçon n?' ' Google n'a qu'un seul but : garder ses équipes sous la main le plus longtemps possible, au cas où... ', témoigne un informaticien qui, malgré tout, rejoindrait bien la société.

La vie rêvée d'un stagiaire chez Google Un séjour chez le géant de l'Internet est une expérience extrêment convoitée par les stagiaires du monde entier. Mais à quoi ressemble leur quotidien au Googleplex ? En janvier 2013, Rohan Shah, un étudiant âgé de 20 ans, reçoit un mail de Google. Le géant de la recherche Internet – un des employeurs préférés des salariés dans le monde ! – souhaite lui faire passer un entretien pour l'une de ses offres de stages tant convoitées. Cela faisait déjà plusieurs semaines que Rohan avait rempli le formulaire de candidature en ligne, après avoir assisté à un salon pour l'emploi à l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign. Officiellement, Google n'accepte que 1 500 stagiaires sur un total de 40 000 candidatures par an. Google n'accepte que 1500 stagiaires sur un total de 40000 candidatures par an Rohan a réussi les différentes étapes du processus d'embauche, qui s'est déroulé sur plus d'un mois. En quoi consistait le processus de sélection ? Rohan Shah a eu plus de chance. Et le salaire ?

Voyage au coeur du «Google way» REPORTAGE - Google ouvre rarement les portes de ses sites de recherche et développement. Lefigaro.fr a pu passer une journée dans le centre européen du géant du web, à Zurich, en Suisse et approcher la manière bien particulière dont il fait travailler ses employés. C'est un bâtiment industriel discret, caché derrière d'autres dans le sud de Zurich, en Suisse. Sur sa façade, les six lettres colorées que chaque internaute connaît par coeur : Google. Bienvenue au centre européen d'ingénierie de Google, un pôle dédié à la recherche et au développement , inauguré voici à peine plus d'un an. A l'intérieur de ces 12.000 m², 500 ingénieurs, dont la moyenne d'âge doit avoisiner les 30 ans, originaires de 40 pays différents, travaillent chaque jour pour la plus grande entreprise Internet au monde. La presse n'a pas souvent accès aux bâtiments de R&D de la firme. » LIRE Quand Google redessine le monde Des conditions de travail qui font rêver Force est de constater que ce n'est pas qu'une légende.

Innovation requires slack-time - Cyriel Kortleven I’ve just read a few articles about this topic (this is a summary of those articles + some of my own thoughts). Most people know the story of how Google gives every employee 20% ‘free’ time to spend on new ideas and innovation. Several new products and services (some sources say 50%) of the new products originate from the 20% ‘innovation’ time. More and more companies consider a ‘free time’ program and there are different variations of the ’20% free time’. + Start small, fail fast and learn fast Is there a culture in your company where it’s okay to experiment and fail. + Make time to have a time-off (allow ‘slack’) You need to create some ‘time-off’ to allow employees to think about new ideas and work on ‘extra’ projects. + Commitment from the top (and from employees) If the top-management of the company is not supporting this program, forget it. Resources + Book ‘Slack’ from Tom DeMarco + Blogpost Computerworld + Blogpost Lifehacker

Google est élue meilleure compagnie pour y travailler Le magazine Fortune vient d’annoncer sa liste des 100 meilleures compagnies américaines où il fait bon travailler. Google a été élu numéro 1. Les avantages sociaux et matériels sont impressionnants, y travailler relève plus d’un style de vie et d’une communauté utopique. Google recoit 1300 CVs chaque jour, si vous voulez tenter votre chance vous pouvez toujours postuler. Chez Google on ne vend pas de la publicité et on n’écrit pas du code, non, on travaille sur le projet d’organiser l’information au niveau mondial pour la rendre universellement accessible et utile.. Parmi les nombreux avantages de travailler pour le géant californien, en voici quelques-uns: Adam Redlich en rajoute sur le blog de Google en vantant le bureau de Santa Monica où ils mangent en décembre sur la terrasse du toit qui donne vue sur le pacifique (voir photo).

Créer de la valeur dans une entreprise plus humaine La création de valeur est un enjeu majeur pour les entreprises. Toutefois, la principale interrogation demeure : «Comment créer de la valeur? ». Pour Marx, la valeur correspond à la quantité de travail incorporée à la marchandise. Les derniers évènements nous ont démontré la faiblesse du système économique et ont ouvert les portes d’un modèle où l’homme est au cœur de l’organisation. Les modes de gestion sont un ensemble de pratiques managériales mises en place par une direction pour atteindre des objectifs. L’autonomie, liberté qui est laissée aux employés, va être un élément essentiel à leur épanouissement personnel et donc professionnel. Il faut réduire le plus possible le temps improductif. En définitive, permettre à ses employés d’avoir du temps pour échanger et cultiver une certaine ouverture d’esprit permet d’augmenter la performance des entreprises. Google: du temps libre pour innover Pro bono et création de valeur

Google : les salariés bousculent le mythe Le géant de l'informatique, pourtant auréolé d'une réputation d'entreprise modèle, est loin d'être un Éden pour ses salariés. Entre querelles d'ego et faiblesses managériales, leurs témoignages chamboulent les idées reçues. Florilège. Fréquemment, Google est attaqué de l'extérieur. • «Arrogance et sexisme» «Beaucoup de gens qui travaillent chez Google ont le sentiment d'avoir tous les droits parce qu'ils sont issus de l'élite», témoigne une ancienne directrice des ressources humaines. • Une sélection drastique… mais des tâches mesquines «Ce qu'il y a de pire dans cette boîte, c'est le décalage entre l'exigence du recrutement et la simplicité d'un grand nombre de missions», écrit Vlad Patryshev, resté trois ans et demi à Mountain View. • Impossible de changer seul la donne «J'ai travaillé trois ans pour Google. • Des cadres intermédiaires «pas à la hauteur» Au vu des commentaires, aucun doute ne subsiste quant aux aptitudes techniques des cadres. • La vie en «G» • Un campus pas si sympa

La flexibilité du temps de travail peut-elle améliorer la productivité ET les conditions de travail ? Publié le 20-NOV-12 par ANACT | Imprimer D’après les recherches d’Eurofound, les travailleurs et les entreprises peuvent, au même titre, tirer avantage de formes innovantes d’aménagement du temps de travail. Pour y parvenir, des négociations et un dialogue social adéquats doivent être mis en place lors de la phase de planification et d’implémentation. La flexibilité du temps de travail est l’une des nombreuses et diverses formes de flexibilité. Les formes de flexibilité du temps de travail «favorables aux employeurs» (company-oriented working time flexibility) sont celles qui permettent aux organisations d’adapter le capital humain aux exigences temporelles de la production. En vue d’examiner cette question, les chercheurs ont eu recours à des études de cas dans les secteurs du commerce de détail et de l’automobile. Des aménagements à l'initiative des directions L'impact sur la santé En conclusion Pour aller plus loin :

Tout le monde veut travailler chez Google Google a annoncé avoir reçu plus de 75.000 candidatures en une semaine. La raison? L’entreprise avait prévenu sur son blog qu'il embaucherait plus de 6.000 personnes en 2011, soit 25% de ses effectifs actuels (24.400). Un record «C'est 15% de plus que notre précédent record, établi en mai 2007», a commenté un porte-parole de Google, Aaron Zamost. «Nous cherchons des talents dans toutes les disciplines et autour du monde, et nous embaucherons autant de gens créatifs et intelligents que possible, pour relever certains des plus gros défis de l'informatique» avait déclaré Alan Eustace, vice-président de Google, la semaine dernière. Pourquoi travailler chez Google ?

Related: