background preloader

Cash.Investigation : L'obsolescence programmée

Related:  Obsolescence programmée

Obsolescence programmée par Ghislain Nicaise Note d’introduction : les personnes désireuses de s’informer sur un moyen peu discuté de lutter contre le vieillissement abusif des machines qu’elles achètent peuvent aller directement au dernier paragraphe. Ce lundi matin dans un quotidien de province, Philippe Bouvard raillait la déclaration d’Eva Joly qui avait proposé que les machines à laver durent 30 ans au lieu du maximum de 10 qu’elles sont construites pour durer. C’est en fait un très bon point de clivage entre productivisme et écologisme, qui pourrait être exploité politiquement car il me semble que pour une fois le bon sens populaire est plutôt du côté des écolos. La presse a récemment évoqué la fête anniversaire de l’ampoule de Livermore (U.S.A.) qui est allumée et brille depuis plus de 100 ans. Arte a diffusé il y a un an un documentaire allemand sur le sujet. Ghislain Nicaise

Prêt à jeter Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Prêt à jeter est un film documentaire réalisé par Cosima Dannoritzer (de) en 2010. Son titre d'origine en allemand est : Kaufen für die Müllhalde. Il a pour sujet l'obsolescence programmée des produits de consommation courante (biens de consommation). Ce principe industriel et commercial vise à réduire soit la durée de vie du produit manufacturé, soit celle d'un de ses composants. Le film est sorti en salles en 2010 dans quelques pays. En anglais son titre est The Light Bulb Conspiracy (La conspiration de l'ampoule électrique) et son sous-titre Pyramids of Waste (Pyramides de déchets). Synopsis[modifier | modifier le code] Un historique de cette stratégie commerciale et industrielle visant à limiter la durée de vie de certains produits ou appareils est relaté à travers plusieurs exemples particulièrement significatifs. Exemples traités[modifier | modifier le code] Fiche technique[modifier | modifier le code] Durée : 75 min Films semblables :

Obsolescence programmée Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La célèbre Ford T, fiable, solide, durable et accessible à l'Américain moyen, a très peu évolué durant ses 19 ans de production (1908 – 1927). Elle n'a finalement pas pu faire face à la concurrence de General Motors qui a établi sa stratégie sur la production régulière de nouveaux modèles démodant les séries précédentes[1]. C'est un des exemples proposés d'obsolescence programmée, par le design et la mode entretenue par la publicité. L'obsolescence programmée (OP) ) est le nom donné à l'ensemble des techniques visant à réduire la durée de vie ou d'utilisation d'un produit afin d'en augmenter le taux de remplacement[1]. Face à la prise de conscience du public, certains pays tentent de légiférer pour limiter le recours à l'obsolescence ou au vieillissement programmés. Position du problème[modifier | modifier le code] L'obsolescence programmée constitue un effet pervers de la société de consommation. Définitions[modifier | modifier le code]

L'obsolescence programmée, bientôt interdite ? Le groupe écologiste du Sénat a déposé, le 18 mars, une proposition de loi pour lutter contre l'obsolescence programmée et faciliter la réparabilité des produits. Elle pourrait être intégrée à la loi de consommation, prévue avant l'été. Alors que les associations de défense de l'environnement et des consommateurs dénoncent l'obsolescence programmée depuis des années, une proposition de loi, déposée le 18 mars par le groupe écologiste du Sénat, vise à lutter contre ce phénomène et à organiser une économie de la réparation. Les sénateurs souhaitent également lancer une réflexion sur l'économie de fonctionnalité, en demandant au gouvernement un rapport sur ce sujet. Le texte vise d'abord à donner une définition à l'obsolescence programmée, la plus large possible pour englober les différents types d'obsolescence (matérielle, logicielle…) des produits. Durées légales de garantie et de conformité Explications de Jean-Vincent Placé, auteur de la proposition de loiMarie Jo Sader

Quand la panne est programmée par le fabricant Machine à laver en panne au bout de cinq ans, téléviseur qui ne fonctionne plus au bout de trois... Est-ce une fatalité si les biens d'aujourd'hui durent moins longtemps qu'avant? Le Centre européen de la consommation (CEC) est persuadé qu'il s'agit d'obsolescence programmée. Le Centre européen de la consommation vient de publier une étude intitulée: l'obsolescence programmée, dérive de la société de consommation. Cette étude a été faite avec l'aide de Lydie Tollemer, une étudiante qui vient d'écrire un mémoire sur le sujet. L'obsolescence programmée est le fait de planifier délibérément la durée de vie d'un produit. Exemples d'obsolescence programmée Le type d'obsolescence le plus répandu est l'obsolescence "par défaut fonctionnel": les producteurs font en sorte que si une seule et unique pièce tombe en panne, c'est l'appareil entier qui cesse de fonctionner. - Machines à laver Le CEC estime qu'elles sont programmées pour faire 2000 à 2500 cycles de lavage seulement. - Téléviseurs

L’obsolescence est-elle programmée La notion d'obsolescence programmée est à la mode. Autrefois cantonnée aux milieux "progressistes", la cause est entendue notamment depuis le documentaire "Prêt à jeter" : les industriels contraignent les ingénieurs à limiter la durée de vie des produits pour en vendre plus et maximiser leurs profits, ce qui provoque gaspillage, déchets et autres catastrophes. Certains vont jusqu'à qualifier cette pratique de crime contre l'humanité [1] ! L’”obsolescence programmée ”contamine nombre de secteurs, de l’automobile en passant par l’électronique, les appareils électroménagers, les vêtements, les accessoires de mode, le mobilier, les jouets, etc., où les produits sont conçus pour une durée de vie toujours plus courte! Pourtant, j'ai des doutes. Références s'il vous plait. Et je ne suis pas le seul. Ces exemples (NdG : ampoules, bas nylons...) sont toutefois anciens et l'obsolescence programmée ne semble pas être la règle aujourd'hui. 1 : Manque de consensus sur la définition. Conclusion. Notes :

Le projet de loi sur la consommation devra mettre fin à l’obsolescence programmée. Le modèle perdant-perdant perdure Les premiers perdants de l’obsolescence programmée, où la durée de vie des objets est raccourcie à dessein, sont bien sûr les consommateurs qui achètent des produits dont ils ne connaissent pas la durée de vie probable et, qui, confrontés à la moindre panne, vont racheter un produit neuf car faire réparer est devenu sinon mission impossible, du moins mission compliquée. Les autres grands perdants de l’obsolescence programmée sont les fabricants qui, en France ou en Europe, produisent souvent des équipements de qualité. Pourquoi un consommateur paierait un produit plus cher s’il n’est pas assuré que celui-ci va véritablement durer 10 ans et qu’en cas de panne, la pièce détachée sera accessible à un prix raisonnable, qu’un réparateur saura la changer. Une mesure simple pour sortir de cette spirale : allonger la durée de garantie des appareils

La véritable histoire de l’ampoule de Livermore Dans la caserne des pompiers de Livermore, une ampoule à incandescence brille sans (longue) interruption depuis 110 ans. Bon nombre de dénonciateurs de l'obsolescence programmée y voient la preuve d'une conspiration organisée par le Cartel de Phœbus pour limiter la durée de vie des ampoules à 1000h et forcer ainsi les consommateurs à acheter plus d'ampoules que nécessaire. C'est notamment la thèse développée dans le documentaire "Prêt à jeter" diffusé en mars sur Arte, et à nouveau visible sur YouTube. D'ailleurs le titre de la version anglaise du documentaire est "The Light Bulb Conspiracy". La cause est entendue, relayée par des centaines de sites. Pourtant, un commentaire de "Tocquevil" cité dans l'excellent article de l'Econoclaste" démontant "Le mythe de l'obsolescence programmée" sème le doute. Quel est donc ce "meilleur compromis possible" qui fixerait la durée de vie d'une ampoule à 1000h ? un filament de tungstème : mais comment diable produisent-ils cette merveille ? Références

cyberaction Pour rendre l'obsolescence programmée obsolète Cette cyberaction est maintenant terminée Mise en ligne du 10/06/2013 au 30/08/2013 Le projet de loi sur la consommation sera débattu en première lecture à l'Assemblée nationale à compter du 25 juin. Attendues les « actions de groupe à la française » devraient enfin voir le jour, mais l’obsolescence programmée et les impacts environnementaux, sociaux ou même financiers pour le consommateur de la courte durée de vie de nos produits continuent d’être ignorés. Bilan de la cyberaction : Obsolescence programmée : les députés bottent en Obsolescence programmée :on en parle mais on n'agit A défaut d’un délit d’obsolescence programmée, un groupe de travail doit être mis en place. Présentation de la cyberaction : A partir du 25 juin et jusqu’au 27 ou 28, les députés débattront et voteront le projet de loi consommation. La lettre qui a été envoyée : Madame, Monsieur,

cyberaction Sauvons le projet de loi contre l'obsolescence programmée! Cette cyberaction est maintenant terminée Mise en ligne du 30/08/2013 au 27/11/2013 A partir du 10 septembre 2013, le projet de loi sur la consommation sera débattu au Sénat. En première lecture, les députés n’ont pas saisi l’opportunité d’amorcer une transition vers des modes de consommation plus respectueux de l’environnement. Il revient donc aux sénateurs de changer la donne en améliorant ce texte, notamment en soutenant la création d’un délit d’obsolescence programmée, l’extension de la durée de garantie à 10 ans et l’obligation pour les fabricants de rendre accessible les pièces détachées. Bilan de la cyberaction : Présentation de la cyberaction : Nous avons classé en archives la première action à destination des députés qui a vu 6622 participants. Merci pour votre mobilisation ! Camille Lecomte Chargée de campagne Modes de production et de consommation responsables Les Amis de la Terre France Alain Uguen Association Cyber @cteurs credible

«La mort programmée de nos appareils». Cette nouvelle enquête de Cash investigation dévoile la face cachée de ce que certains appellent «l'obsolescence programmée», ou comment les fabricants d'électroménagers, de téléphones portables ou d'ordinateurs font souvent tout pour limiter la durée de vie de leurs produits. Pourquoi ? Pour que les consommateurs en rachètent toujours plus et toujours plus rapidement. Cash Investigation a notamment enquêté sur le géant Apple et d'autres grandes marques. - Portrait de «Pierre Meneton, un obstiné face au lobby du sel» Cela fait quatorze ans que pierre Meneton se bat contre ce qu'il appelle un «tueur caché» : le sel by archives_2.0 Jun 5

Related: