background preloader

Dans la Grèce rurale, la révolution des jardins

C’est à Paranesti, au nord de Drama, sur les contreforts des Rhodopes, la chaîne de montagnes qui longe les deux côtés de la frontière avec la Bulgarie, que commence notre voyage. C’est la municipalité la plus grande et la moins peuplée de la Grèce, riche en immenses étendues de forêt. Nous y sommes allés pour participer à une bourse aux semences et une rencontre internationale de trois jours organisées par Peliti, une association créée il y a dix ans par Panagiotis et Sonia Sainatoudis. De ce séjour d’à peine deux semaines en Grèce, nous retiendrons à quel point ce pays correspond peu à l’image caricaturale largement projetée par nos médias. Première surprise de taille : à Paranesti, nous nous sommes trouvés au cœur du plus grand événement lié aux semences en Europe, emportés par une énergie et un enthousiasme époustouflants. Ce n’est que relativement récemment que la Grèce existe comme nation. Comment réagir ? Related:  Médiatisation des projets de mutualisation et DD

Sommet international des coopératives (3): le bilan Dans un premier billet, j’expliquais ce qui avait pu provoquer la mise en route d’un tel événement qui est sans précédent dans les annales du mouvement coopératif international depuis des décennies. Dans un second billet, j’avançais l’idée de l’urgence d’une prise de parole publique du mouvement sur des enjeux majeurs de société, en occurrence d’avoir à affronter la première grande crise socio-écologique du capitalisme boursier, laquelle crise a désarçonnée à peu de choses près tout le monde (économistes, banquiers, gouvernements tout comme les mouvements sociaux). Ce Sommet, coup de génie de la direction du mouvement Desjardins et de sa pdg Mme Leroux, est un grand pas dans la bonne direction. C’est là, à mon avis, le premier élément d’un bilan de la dite rencontre qu’il faut mettre sur la table. Les points forts de ce sommet Que nous a réservé ce Sommet? Cette ouverture manifeste également la reconnaissance (enfin !) Les points faibles de ce sommet L’avenir s’annonce stimulant

Espagne : faillite bancaire : des Indignés traînent en justice financiers et politiques - Espagne C’est peut-être un tournant dans la bataille qui oppose les citoyens, frappés par les plans d’austérité, aux responsables des faillites bancaires, sauvés par l’argent public en toute impunité. En Espagne, une plateforme réunissant avocats, juristes et journalistes s’est donné pour mission d’enquêter sur les responsabilités des politiques et des banquiers dans la crise financière. Une première action en justice devrait être lancée contre l’ancien PDG de Bankia, grâce au soutien de milliers de citoyens. Leur intention est claire : mettre derrière les barreaux toutes les personnes qui, au sein du conseil d’administration de Bankia, sont présumées coupables de la faillite de la quatrième plus grande banque espagnole. Bankia, c’est ce conglomérat bancaire qui vient d’être nationalisé, et dont la faillite menace le fragile équilibre financier espagnol. Aide publique et parachute doré privé Pression réussie La plateforme a donc lancé une initiative de « crowdfunding » ce 6 juin.

Sir Richard Branson: Knight of Big Business Ideas Sir Audacity himself: "Dream big by setting yourself seemingly impossible challenges. You then have to catch up with them." Sir Richard Branson talks about entrepreneurial audacity--his own and that of his "great friends," Google founders Sergey Brin and Larry Page. "If you set seemingly impossible challenges," says Sir Richard Branson, "you make what people believed impossible possible." Unless you get thousands of tiny details right when you launch a new business, you'll have nothing. Rarely does Sir Richard Branson start a business just because he thinks he's going to make money out of it. Sir Richard Branson put a firewall between each Virgin company so that--if something goes wrong at one--it won't take down another. In some cases--like Branson's space ship company Virgin Galactic--helpful regulators can make new business ideas possible. How Sir Richard Branson plans to bring down the $200,000-per-ticket price to bring passengers to space.

Près de Pau, des compagnons d'Emmaüs réalisent leurs utopies - Décroissance En bordure de l’A65 qui vient d’être inaugurée, impossible de rater l’immense parking et le panneau indiquant la recyclerie-déchetterie d’Emmaüs Lescar-Pau. À l’entrée des 11 hectares de la communauté, les visages de Louise Michel, du Che, de Ghandi, de Thomas Sankara et Nelson Mandela se dessinent sur un wagon-marchandise. L’intérieur, transformé en restaurant, constitue un des espaces-détente proposés par la plus grande communauté Emmaüs de France. Ses 125 membres – compagnons, salariés, amis, bénévoles ou volontaires – font tourner une vingtaine d’ateliers de récupérations à plein régime. « Quand on est arrivés à Lescar il y a 20 ans, on nous a mis à l’écart, aujourd’hui, on est devenus une vitrine », se réjouit le fondateur de la communauté, Germain Sahry. « Au niveau du tri, on est débordés », explique Germain, en désignant la file de voitures pleines à craquer de déchets, et les camions d’Emmaüs déchargeant leurs 400 m3 de marchandises par jour. « On en recycle plus de 70%.

Le monde compte pas moins d’un million de révolutions tranquilles C’est avec un doux mélange de modestie et d’enthousiasme qu’elle se défend d’avoir réalisé une encyclopédie mondiale des alternatives citoyennes. Pourtant, l’ouvrage de la journaliste Bénédicte Manier (Un million de révolutions tranquilles, paru aux éditions Les Liens qui Libèrent, 324 p.) offre un survol riche et passionnant des actions menées par les pionniers de la transition vers une société plus participative, solidaire et humaine. Lutte contre la faim, habitats coopératifs, microbanques, ateliers de réparation citoyen, financement en autogestion d’emplois ou de fermes bio, échanges de biens, de services et de savoir, etc… tout y est ! Embarquement immédiat. Une effervescence de terrain Bénédicte Manier – Photo @ jde Journaliste à l’Agence France Presse (AFP) depuis 1987, Bénédicte Manier s’est spécialisée au fil des ans sur les questions de développement et de pauvreté des populations. « Ces révolutions, j’ai l’impression de les connaître depuis toujours, confie-telle.

France : des municipalités livrent bataille contre les banques et les marchés financiers - Emprunts toxiques Villes et collectivités se sont vu refourguer des emprunts toxiques, aggravant leur endettement. Pour éviter de se voir dicter leurs politiques locales par la finance, plusieurs municipalités ont contre-attaqué : contrat rompu avec les agences de notation, banques assignées en justice… À Aubagne, à Saint-Étienne ou en Seine-Saint-Denis, la révolte a commencé. Le chantier d’un futur tramway menacé par les marchés financiers. Une politique municipale de transports publics contestée par les banques. C’est ce qui a failli arriver à la ville d’Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône. La municipalité communiste a décidé, en mai 2009, d’instaurer la gratuité totale des transports en commun. De quoi faire grincer des dents l’opposition municipale qui fustige « une dette lourde de 2 600 euros par habitant. Rompre avec les agences de notation Pour son budget 2012, Aubagne affiche 18 millions d’euros d’investissement [1]. Sortir les biens communs locaux des marchés Attaquer les banques en justice

Cinq pistes pour découvrir ces entrepreneurs qui changent le monde Ça y est, c’est officiel : je n’en peux plus. Je n’en peux plus des perspectives moroses dont on nous bassine à longueur de temps. La croissance en berne par ici, le manque de compétitivité par là, les inégalités qui se creusent, l’horizon sombre et catastrophique qui s’annonce… au final, c’est toute l’économie qu’il faut mettre sous anti-dépresseur et serrer les dents le temps que ça passe. Mais voilà, il s’avère que je n’ai pas envie de participer à cette fresque géante dessinée par des peintres aux lorgnons fabriqués dans les usines du 19 ou du 20ème siècle. Marre des pigeons ? Les Français ont ceci de particulier, parfois, que d’affubler d’un nom d’oiseau ceux qui dérangent. Osez pourtant regarder le monde tel qu’il est, adoptez une grille de lecture adaptée du XXIème siècle et vous le verrez, un autre monde est déjà en marche. Hors Série du Monde - L'Atlas des Utopie & Les Nouveaux Paysans Les lignes bougent, tissons de nouveaux liens Bref, les choses avances, et dans le bon sens !

Emprunts toxiques : Saint-Etienne ouvre le bal de la révolte... Array. Array. Emprunts toxiques : Saint-Etienne ouvre le bal de la révolte... - LMOUS C'est un jugement qui fait froid dans le dos... des banques. C'est la commune de Saint-Etienne qui est en train de révolutionner le petit monde du prêt aux collectivités. Résultat : le 24 novembre 2011, un premier juge a envoyé valser la banque, qualifiant le contrat de produit spéculatif à haut risque, ce qui est interdit pour les collectivités et qui remet donc en cause la légalité de la chose. Cette décision relève d'une procédure de référé, la question de fond n'est donc pas encore tranchée. (Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

Les conspirateurs positifs sont parmi nous Futur Monde Riant, par Patrice Zana A l’heure où certains redoutent l’apocalypse, d’autres se transforment en « conspirateurs positifs » pour réinventer le monde. Le 21 décembre, ils devraient se réunir à la Gaîté Lyrique à Paris pour une soirée « Fuck les Mayas » – un rendez-vous résolument optimiste pour rire de cette angoisse et véritablement acter le passage dans la nouvelle donne du XXIème siècle. Explications. « Ce n’est pas la fin du monde, mais la fin d’un monde » Mathieu Baudin – Photo de Pierre Guité L’historien et prospectiviste Mathieu Baudin rêve de réhabiliter le temps long. Conspirateurs ? Si les « futurs souhaitables » se conçoivent au pluriel, c’est parce qu’ils interrogent le partage des biens, des richesses, des idées, des responsabilités tout comme la gestion des ressources et la gouvernance. Construire ensemble les désaccords Eloge de la controverse, par Patrice Zana Les « conspirateurs positifs » partagent une attitude plus qu’une profession.

Argentine : «Nous avons sauvé les gens plutôt que les banques» L'ancien ministre de l'Economie argentin Roberto Lavagna, 69 ans, est le principal artisan du redressement de l'Argentine engluée dans une terrible crise économique il y a dix ans. Lorsqu'il prend ses fonctions, en avril 2002, le peso vient d'être dévalué de 70%, le pays est en cessation de paiement, la dette privée s'élève à plus de 72 milliards d'euros, l'inflation annuelle flirte avec les 125% par an, le chômage explose, les petits épargnants sont ruinés et les troubles sociaux ont déjà fait plus de 30 morts dans le pays. Cet ancien ambassadeur auprès de l'Union européenne décide immédiatement de se passer de « l'aide » du Fonds monétaire international (FMI) et des marchés financiers. Quelles sont les grandes similitudes entre la crise argentine de 2001-2002 et la crise grecque ? Au plan économique, tout est semblable. Comment avez-vous tiré l'Argentine du chaos ? Vous avez donc oeuvré contre le FMI et vos principaux créanciers ? Ils me détestent! Gérard Thomas

Related: