background preloader

1914-1918 : retrouver la controverse

1914-1918 : retrouver la controverse
Jean-Yves Le Naour a proposé dans La Vie des Idées une étonnante lecture de la controverse qui agite, depuis quelques années, le champ des études historiques sur la guerre de 1914-1918. Étonnante parce que, plutôt que de restituer les enjeux intellectuels de la discussion, il préfère, après d’autres, les résumer à une construction banalement binaire (consentement versus contrainte) qui ne ferait que masquer des « querelles propres au milieu universitaire », chacun des deux camps défendant son pré carré dans une opposition « artificielle ». Il est vrai que décrire un débat « embourbé » permet de valoriser les positions qui apparaissent au-dessus de la mêlée : l’auteur formule en conclusion le souhait d’une « paix de compromis » dont on ne sait évidemment pas – les enjeux en présence n’étant guère identifiables – de quoi elle pourrait bien être faite. L’« intendance des idées » Commençons d’abord par rappeler quelques éléments pour bien faire comprendre ce projet. 1. 2. 3.

Le 11 novembre illustré Petite compilation des meilleurs articles de nos professeurs-blogueurs sur le thème du 11 novembre ! De quoi expliquer à vos élèves pourquoi on commémore cette date si importante, même si, cette année, elle est tombée un dimanche ! Histoires du 11 novembre 1918 « A 6 heures du matin, les généraux allemands signent l’armistice avec les alliés près de la gare de Rethondes dans l’Oise. Dans le wagon-restaurant aménagé en salle de réunion, l’amiral Wemyss, le maréchal Foch et le général Maxime Weygang mettent fin à quatre ans de guerre. Voici un article très intéressant sur les journées du 11 novembre 1918, jour de l’Armistice de la Première Guerre Mondiale et celle du 11 novembre 1920, jour ou fut inaugurée la tombe du Soldat Inconnu à L’arc de Triomphe à Paris. Plus d’extraits sur le blog Histoires de… Le 11 novembre ou l’expérience combattante Le lien vers l’article ici. La cérémonie du 11 novembre à travers les mandats L’article en intégralité ici. Des supports de cours pour les plus petits

Le nouveau visage de l’Europe après la 1 GM Rappels : - recopier les titres sur votre cahier; - ne pas recopier les informations en italique. - ne pas hésiter à envoyer un message sous la forme d'un commentaire (en bas de l'article) à ton enseignant, si tu ne comprends pas. Nouveauté : pour être sur que tous les élèves ont regardé la vidéo, vous devrez laisser un commentaire avec vos nom et prénom, dans "ENREGISTRER UN COMMENTAIRE". Vous pourrez me laisser un message, me dire par exemple si vous avez bien compris la vidéo ou non, ou répondre à une question comme : pourquoi étudie-t-on la Révolution russe en 3e? Quelle est son importance? Merci ! II. A. Pour préparer ce cours, en remplissant ta feuille ViReQ, tu as la possibilité d'utiliser une vidéo et ton manuel (p.50-51) "ViReQ", car : 1. 2. 3. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur cette "paix imposée", n'hésitez pas à visionner cet excellent film documentaire d'ARTE qui reconstitue les discussions entre dirigeants alliés et vécus :

Enseignement de l’histoire : pour l’amour de son pays ? Vendredi 19 mai 2017 : le journaliste de France Inter Ali Baddou recevait le nouveau ministre français de l’éducation Jean-Michel Blanquer. A la question « Faut-il enseigner un roman national - expression d'historiens dénonçant les biais politiques dans les manuels d’histoire de France – pour que les petits Français soient fiers de leur pays ? », il répond : « La question de l’amour de notre pays est absolument fondamentale. Elle est à la base de tout. En France, la question (…) apparait comme secondaire. Tellement évident que Laurence de Cock, enseignante et chercheuse en histoire et Sciences de l’Education, ne tarde pas à longuement réagir sur Twitter pour dénoncer ce qu'elle appelle les « vieux poncifs » : Cette enquête (Ed. Presque 7000 questionnaires ont été envoyés à des élèves de 11 à 18 ans. Emballement politique et médiatique Depuis 30 ans, l’histoire scolaire fait énormément débat en politique et dans les médias. Le problème ? « Pages sombres »

Introduction - Pour mémoire - Centre National de Documentation Pédagogique Nous proposons dans ce dossier de revenir sur un phénomène tragique qui a traversé la Grande Guerre de part en part, touché tous les États belligérants, tous les fronts, dès les premiers jours de la guerre et posé aux autorités tant militaires que politiques des questions portant sur leur fonctionnement, leur finalité, leur existence même, puisqu’il s’agit de réfléchir sur la question de l’exécution de soldats au sein de leur propre armée. Nous centrons le propos sur le cas français, non qu’il soit plus important que les autres, mais parce que les sources et l’historiographie dont nous disposons permettent de construire un discours véritablement problématisé et de livrer des conclusions tangibles. D’autre part, la figure du fusillé a opéré un retour en force dans l’actualité, dans les champs mémoriels, dans les débats politiques au point de prendre une place peut-être démesurée face au nombre réel de cas. Le plan du dossier articule six aspects principaux de la question.

Le Traité de Versailles vu par l'Action Française et l'Humanité Nous avons fait le choix de rassembler ici deux séries d'articles allant du Samedi 28 juin 1919 au Vendredi 4 juillet 1919, provenant de deux quotidiens aux lignes éditoriales opposées : l'Action Française et l'Humanité. En effet, il nous a semblé intéressant de confronter ces deux journaux radicalement différents de par leur histoire et leur ligne éditoriale dans un contexte tout particulier. A première vue, on s'attend à ce que le sujet qui nous intéresse ici divise les opinions et les analyses. Le choix des dates que nous avons opéré n'est pas dû au hasard. L'Action Française, organe du nationalisme intégral L'histoire de l'Action Française est mouvementée, entremêlée de scandales, de condamnation épiscopale (1926) avant de disparaître en 1945. Avec les plumes de Charles Maurras, Léon Daudet ou Jacques Bainville, l'Action Française élargit son lectorat en rameutant un public venu de la noblesse de province, de l'armée, du clergé ou de la magistrature. Les ennemis de l'intérieur

Enseignement de l'histoire : comment réécrire le récit national ? FIGAROVOX/ENTRETIEN - François Hollande veut désormais réformer le lycée. Pour Vincent Badré, l'enseignement de l'histoire, fortement politisé, doit être repensé pour sortir de la concurrence et de la violence des mémoires. Vincent Badré est professeur d'histoire-géographie à Paris. Il a publié L'histoire fabriquée? Ce qu'on ne vous dit pas à l'école (éd. Du Rocher, 2012) et dernièrement L'histoire politisée? FIGAROVOX. - En exergue de votre dernier livre, vous citez ces mots de l'historien Patrick Boucheron prononcés au Collège de France: «Nous avons besoin d'histoire car il nous faut du repos». Vincent BADRE. - L'histoire vit de l'agitation puisqu'elle rend compte des débats et des passions. On ne répond pas à la question posée par un élève : « mais Monsieur, Napoléon III, est-ce que c'est un gentil ou un méchant ? Cette affirmation d'un enseignement neutre et scientifique s'inscrit dans le projet de l'école républicaine, ouverte à tous et cherchant à ne pas prendre parti.

Vues de la région fortifiée de Verdun et du saillant de Saint-Mihiel en janvier 1916. Vues de la région fortifiée de Verdun et du saillant de Saint-Mihiel en janvier 1916. Afficher les infos Vues de la région fortifiée de Verdun et du saillant de Saint-Mihiel en janvier 1916. Description : Dans un boyau de communication entre deux tranchées à Damloup. Date : Janvier 1916 Lieu : / Lorraine / Meuse / Damloup / Paroches Photographe : Dangereux Origine : SPA - ECPAD Référence : SPA-2-J-19 Vues de la région fortifiée de Verdun en janvier 1916. Lancer la galerie photo

Représenter et se représenter la Première Guerre mondiale en film : "Apocalypse, La Première Guerre mondiale" Représenter et se représenter la Première Guerre mondiale par les filmsRevenir à la page précédente Mon propos ne concerne ni le débat sur la colorisation, ni celui sur la sonorisation des images d'archives. Bien que je ne travaille habituellement que sur des photographies, je fais une exception avec quelques séquences du documentaire « Apocalypse, la Première Guerre mondiale ». « Le montage s’appuie sur 500 heures d’archives. « À l’arrivée, les deux "archéologues audiovisuels" auront récolté plus de 500 heures d’archives, dont la moitié inédites. », extrait d'un article du Journal du Dimanche publié le 16 mars 2014 (accès direct à l'article). J'aurais pu multiplier les exemples d'annonces de ce type. Je me suis donc centré sur les quelques séquences illustrant la mobilisation, les premiers combats, la Marne. La mobilisation en France : Plusieurs séquences abordent la question de la mobilisation en France. Ces soldats sont du 76e RI. L'art de remplir les vides : Comme à la manœuvre :

La grande foire du récit national est ouverte. Nous n'en serons pas Depuis quelques jours journalistes, collègues ou amis s'inquiètent : mais que fait donc le collectif Aggiornamento que l'on attendait épée dans une main et clairon dans l'autre pour batailler contre le nouvel assaut (certes féroce) des chevaliers du récit national ? Pour vous rassurer immédiatement, nous avons bien tout suivi. Plus précisément, nous avons bien tout subi : les infâmes affabulations de François Fillon sur l'enseignement de l'histoire, les grotesques obsessions de Dimitri Casali pour sauver la France d'un désamour qu'il fantasme depuis plusieurs années, et les complicités désormais routinières du Figarianne (comprendre la contraction du Figaro et Marianne qui, sur la question de l'école, rivalisent d'emphases anxyogènes et de fantasme de chute civilisationnelle). Il ne serait pas tout à fait juste de prétendre que le spectacle se rejoue au mot près à chaque rentrée scolaire. Ou encore ceci : Alors, comment vous dire... Nous n'en serons pas. Dans notre collectif d'abord :

L’ECPAD réalise une application mobile sur Verdun L’ECPAD réalise une application mobile sur Verdun L’ECPAD développe des applications mobiles pour smartphone et tablettes numériques. Une démarche qui s’inscrit dans la politique de l’établissement d’exploiter au mieux les nouveaux supports numériques de diffusion visant à faire connaître au plus grand nombre ses fonds d’archives. La Mission Histoire du conseil général de la Meuse a fait appel à l’ECPAD pour créer une application mobile innovante autour de Verdun .Le but étant de faire découvrir au public les champs de batailles et lieux de mémoire à travers des images d’archives et des images récentes du site. L’application Verdun, proposera une immersion sur les traces des poilus de la Grande Guerre et des champs de bataille de Verdun. Afin d’améliorer l’expérience et le parcours de visite, l’ECPAD a eu recours à une technique innovante : embarquer une caméra sur un drone. L’application Verdun sera gratuite et disponible pour le centenaire de la grande guerre sur iPhone et Android.

Le parcours du combattant de la guerre 1914-1918 Les manuels scolaires et la fabrication d'une histoire politique Notes Voir Claude Billard, Pierre Guibbert, Histoire mythologique des Français, Paris, Galilée, 1976 ; Claude Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France. De Vercingétorix à la Révolution. Essai de mythologie nationale, Paris, Albin Michel, 1988. Suzanne Citron, Le mythe national. Yves Déloye, École et citoyenneté. Nous nous appuierons principalement sur une lecture des manuels de Terminale publiés en 1983, 1992, 1995 et 1998, des corrigés de bac publiés depuis 1983, sur un dépouillement de la revue Historiens & Géographes (par la suite H & G), revue de l’Association des professeurs d’histoire et de géographie, de 1975 à 2000. Voir Daniel-Jean Jay et Hubert Tison, « La lutte contre le racisme et l’antisémitisme dans les programmes d’histoire et d’instruction civique », H & G, n° 273, 1979. Voir compte rendu dans Historia, n° 402, 1980 et H. Colloque national sur l’histoire et son enseignement, Montpellier 1984, Paris, CNDP, 1994. D. Voir G. J. J. B. H. V. B.

Related: