background preloader

Vers un Nouveau Monde de données

Vers un Nouveau Monde de données
A l’occasion de la Semaine européenne des l’Open Data qui se déroulait à Nantes du 21 au 26 mai 2012, j’étais invité à faire une présentation sur le web des données, pour dépasser et élargir la problématique particulière de la réutilisation des données publiques. En voici la transcription. Nous sommes passés d’un web de l’information et de la connaissance à un web de données. « Les données sont le nouveau pétrole de l’économie », expliquait le consultant Clive Humby dès 2006. Tim O’Reilly et John Battelle ne disaient pas autre chose quand ils imaginaient le concept de Web² devenu depuis (et il serait intéressant de regarder comment) celui des Big Data. Le web est un écosystème de bases de données interconnectées. Tout est information. Le web est devenu « la base de données de nos intentions », affirmait John Battelle en 2003. Mais ne nous y trompons pas. Il n’y a presque plus de données qui ne soient pas personnelles. Voici une application qui s’appelle SceneTAP. Hubert Guillaud Related:  OpendataMémoire Big Data

Les blogs de Data Geek : Mathieu Rajerison, la passion de la GéoData et des représentations Les blogs de Data Geek : Mathieu Rajerison, la passion de la GéoData et des représentations 11 juillet Agronome et géomaticien, Mathieu Rajerison travaille au sein d’un pôle chargé des Statistiques et de la Géomatique dans un Service Déconcentré du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie. Data Publica : Quand et pourquoi as-tu créé ton blog ? Mathieu Rajerison : C’est en 2009, alors que je m’intéressais aux solutions libres dans le domaine du spatial, que j’ai commencé mon blog. Tenir un blog a un effet rétro-actif. Au départ, mon blog était surtout orienté Informatique Décisionnelle dans le domaine du spatial mais le tournant est récent vers les statistiques spatiales et la représentation graphique de données. Cette chronologie, de l’intégration à la valorisation des données reflète l’évolution de mes centres d’intérêt. « Un data geek est une personne qui utilise des procédés originaux, numériques ou non, pour comprendre le monde qui l’entoure. » . Crédit photo :

Ces métiers créés par le Big Data Data Scientist, Data Analyst... Qui sont ces maîtres de la donnée ? Qui les recrute, pour quelles missions ? Zoom sur de nouvelles compétences IT de plus en plus recherchées, et particulièrement bien rémunérées. "Le Big Data est une notion encore assez jeune, dont la définition peut aussi varier. Mais aux Etats-Unis, un métier lié au Big Data commence à s'imposer : celui de Data Scientist, aujourd'hui considéré outre-Atlantique comme l'un des profils IT les plus recherchés – et parmi les mieux payés. Fournisseur pas mal placé pour parler du Big Data, IBM a essayé de définir ce métier émergent de Data Scientist. Les métiers du Big Data déjà en France Mais s'ils commencent à être connus outre-Atlantique, ces métiers liés au Big Data ne sont désormais plus réservés aux Etats-Unis. Data Analyst ou Data Scientist ? "Le Data Scientist, doit faire parler les données" La définition d'IBM insiste aussi sur ce dernier point. Profils recherchés : "des appétences plus que des compétences"

Les enjeux de l’extension de l’Open Data au monde de l’entreprise « Ainsi donc, nous souhaitons étendre le nombre et la diversité des données réutilisables. Mais pourquoi, en fait ? Pourquoi, en particulier, les entreprises contribueraient-elles à l’Open Data ? » C’est avec cette question que Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation internet nouvelle génération, entamait son intervention de synthèse de la session sur l’Open Data appliquée au monde de l’entreprise pendant la semaine européenne de la réutilisation des données publiques qui se tenait à Nantes du 21 au 26 mai 2012. « Certes, beaucoup d’entreprises veulent agir en bons citoyens, mais cette motivation ne peut pas leur suffire… » Nous n’avons jamais pris les données au sérieux « Nous n’avons jamais pris les données au sérieux et aujourd’hui, elles se vengent », estime Daniel Kaplan. Les données sont pour la plupart des constructions ad hoc visant à remplir les variables des programmes, explique-t-il. L’ouverture banalisée Les enjeux des données d’entreprise ouvertes Hubert Guillaud

Le livre "L’open data, comprendre l’ouverture des données publiques" (Simon Chignard, Fyp Editions mars 2012, préface de Jacques-François Marchandise, FING) Pour acheter le livre en ligne (sur Amazon.fr), cliquer sur le lien suivant : L’Open data La donnée est au coeur du fonctionnement des institutions publiques, de l’Etat aux collectivités. L’open data consiste à mettre à disposition toutes les données publiques numériques non nominatives, ne relevant pas de la vie privée ni de la sécurité. Ce livre montre comme l’open data peut être source d’innovation tant pour les institutions que pour ceux qui réutilisent les données publiques, dans les domaines économiques, culturels et sociaux: comment concrètement initier et animer une démarche d’ouverture de données publiques ? Proposant à la fois des repères pour replacer l’open data dans le contexte français et une boîte à outils pour agir, l’auteur nous éclaire aussi sur les enjeux et les limites de l’ouverture des données publiques. Like this:

Big Data, Big Brother ? Il faut encadrer la révolution des données en Afrique Difficile d’y échapper, qu’elle soit décrite comme un « déluge » ou comme un « tsunami », la révolution des données fait des vagues. Le 6 novembre dernier, était lancé le rapport « A world that counts » du groupe d’experts indépendants nommés par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, autour de la révolution des données. Avec des informations plus fiables, plus fréquentes, plus granulaires, on promet des politiques publiques plus efficaces, plus ciblées et in fine, plus à même de répondre aux véritables besoins des populations. Une vingtaine d’experts étaient mobilisés pour orienter l’innovation en la matière en direction des pays en développement, le « data déluge » ayant tendance à s’engouffrer dans la fracture numérique. Le secteur privé, bien inspiré par ce que l’on nomme désormais la « data philanthropie », n’est pas en reste. Le 17 novembre, à New York toujours, le premier think tank consacré à la promotion des Big Data pour le développement était lancé.

Open Data (4/4) : Le monde de l’entreprise face au défi de l’ouverture… Par Hubert Guillaud le 07/06/12 | 4 commentaires | 3,246 lectures | Impression Le mouvement de l’Open Data a été initié dans le secteur public. Sa volonté, dès l’origine, était claire : ouvrir à la réutilisation des données publiques qui ne soient pas personnelles pour en faire un levier d’innovation public à la fois pour l’administration et les usagers. Aujourd’hui, c’est au monde de l’entreprise de s’intéresser à ce mouvement. Si ces deux questions sont d’importance, une autre l’est encore plus : de quelles données parle-t-on ? Quelles sont les motivations des entreprises à libérer des données ? Quelles données ? Les données publiques ne représentent qu’une partie du vaste puzzle de données qui compose l’écosystème des échanges de données, rappelle Ton Zilstra (blog, @ton_zylstra), responsable du réseau européen ePSI Plateform (présentation). De plus en plus d’entreprises se lancent dans l’ouverture des données. Renforcer la transparence Améliorer la circulation des données

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'Open Data (sans jamais oser le demander) Par Julien Le Bot Une nouvelle forme de « ruée vers l’or » est-elle née ? Ne parle-t-on pas – un peu vite évidemment, mais c’est de la rhétorique – de « nouveau pétrole » quand il s’agit de désigner ces gisements de données qui nous entourent, qui nous guident parfois, qui nous suivent le plus souvent ? A l’occasion de la sortie du livre « L’Open Data, comprendre l’ouverture des données publiques » (aux éditions Fyp), conversation avec son auteur, Simon Chignard. Simon Chignard scrute depuis pas mal de temps, déjà, ce paysage de l’Open Data – ou « données ouvertes » qui, du reste, ne sont pas nécessairement d’origine publique. Consultant, formateur, l’auteur du livre publié par les éditions Fyp est aussi l’un des co-fondateurs de la Cantine numérique rennaise (dont il est, entre parenthèse, vice-président). Le sérail journalistique, urbanistique, start-up-istique (#NéologismeHideux), ne parle que de ça. Il s’agit donc, au départ, d’une notion d’origine « scientifique ». Un exemple ?

Big Data: Facts & Figures Graphic: grasundsterne GmbH What factors are driving the growth of big data, and which business areas have the best use cases for it? We have the most important statistics on this trend from researchers at IDC, Experton, and Symantec. For many people, the term big data conjures up an image of a flood of data that must be stored and managed. Besides the volume, the complexity of data also presents a problem. We’ve put together a collection of the latest big data trends, according to the most recent studies from IDC, Experton Group, and Symantec. Take a look at each trend in detail: – Benefits of big data – Big data use cases – Factors driving growth of big data – What is big data? – The areas with most potential – The consequences IDC carried out an online survey with 150 German companies and organizations on behalf of the SAS Institute. Next page: Use cases for big data IDC also asked participants how companies would use big data analytic solutions in the future.

Open Data (2/4) : Animer, animer et encore animer Suite de notre retour sur la semaine européenne de la réutilisation des données publiques qui se tenait à Nantes du 21 au 26 mai 2012. Open Data : un moyen pour animer le territoire Laurent-Pierre Gilliard (@lpg), directeur général d’Aquitaine Europe Communication, est revenu dans sa présentation sur l’historique de l’Open Data en Aquitaine. Animer, c’est faire se croiser les acteurs, comme dans le cadre d’un travail sur l’eau intitulé Bord’eau réalisé en partenariat avec la Lyonnaise des Eaux, l’IUT de Bordeaux et le laboratoire de recherche de la Lyonnaise des Eaux. Image : De gauche à droite : Stéphane Martayan, Charles Nepote, Laurent-Pierre Gilliard et Romain Lacombe sur la scène de l’Open Data Week, photographiés par Mathieu Drouet pour la Fing. Laurent-Pierre évoque également de nombreux projets. De nouveaux jeux de données vont continuer à être publiés. L’Open Data est-il un levier stratégique du territoire ? Animer, animer et encore animer Image : Page d’accueil de Data.gouv.fr.

Blog du projet open data du Département de Loire-Atlantique | Notre plan d’actions Le mouvement d’ouverture des données publiques vise non seulement à développer la transparence du bien commun que constituent les données publiques, mais aussi et surtout à favoriser leur réutilisation, à encourager la participation citoyenne et la collaboration pour susciter des innovations sociales et économiques. Ce qu’en pense Philippe Grosvalet, Président du Conseil général de Loire-Atlantique : Le 18 octobre 2011, en votant à l’unanimité une délibération sur l’ouverture des données publiques du département de Loire-Atlantique, les conseillers généraux se sont prononcés en faveur d’un projet ayant les objectifs suivants : Développer la transparence et l’e-démocratie Il s’agit de répondre à une demande de plus en plus forte des citoyens d’ une démocratie plus transparente et de rendre plus lisible l’action de la collectivité et de ses élus. Il s’agit d’impulser une démarche participative et la maintenir dans le temps. Une concertation entre producteurs, utilisateurs et « innovateurs »

Flu Trends | How We've found that certain search terms are good indicators of flu activity. Google Flu Trends uses aggregated Google search data to estimate current flu activity around the world in near real-time. Each week, millions of users around the world search for health information online. As you might expect, there are more flu-related searches during flu season, more allergy-related searches during allergy season, and more sunburn-related searches during the summer. We have found a close relationship between how many people search for flu-related topics and how many people actually have flu symptoms. United States: Influenza-like illness (ILI) data provided publicly by the U.S. These graphs show historical query-based flu estimates for different countries and regions compared against official influenza surveillance data. So why bother with estimates from aggregated search queries? Early detection of a disease outbreak can reduce the number of people affected. Model Updates

Open Data (1/4) : Où en est-on Claire Gallon de LiberTIC, l’association nantaise de promotion de l’ouverture des données publiques (@LiberTIC), et Charles Nepote du programme Réutilisation des données publiques de la Fondation internet nouvelle génération (Fing) (@CharlesNepote, @la_fing), principaux coorganisateurs de la Semaine européenne de l’Open Data qui avait lieu à Nantes du 21 au 26 mai 2012, ont commencé par poser un état des lieux assez complet du mouvement de réutilisation des données publiques. Ce que l’Open Data a réalisé Le mouvement pour la réutilisation des données publiques est un mouvement mondial né début 2009 et qui a connu une forte accélération en 2010-2011, estime Charles Nepote. Image : la carte de France de l’Open Data maintenue par LiberTIC, version 4, mise à jour janvier 2012. Pourtant “si le mouvement commence à se structurer, force est de reconnaître que nous en sommes encore au temps des pionniers”, souligne Charles Nepote. Les défis à venir de l’Open Data En effet. Hubert Guillaud

Cet article, issu du portail InternetActu.com, donne un bon aperçu de ce que c’est les « données » en général et plus exactement les « données personnelles » stockées et utilisées sur le Web. Il décrit aussi comment grâce à notre surf, notre historique, les données tissent le Web d’aujourd’hui et créent de nouvelles combinaisons avec d’autres bases de données. Cet article semblait intéressant notamment pour avoir une vision globale des données produites en permanence et pour réfléchir à leur rôle dans la construction de notre vie future. by vgolovnya Dec 4

Related: