background preloader

Vers un Nouveau Monde de données

Vers un Nouveau Monde de données
A l’occasion de la Semaine européenne des l’Open Data qui se déroulait à Nantes du 21 au 26 mai 2012, j’étais invité à faire une présentation sur le web des données, pour dépasser et élargir la problématique particulière de la réutilisation des données publiques. En voici la transcription. Nous sommes passés d’un web de l’information et de la connaissance à un web de données. « Les données sont le nouveau pétrole de l’économie », expliquait le consultant Clive Humby dès 2006. Tim O’Reilly et John Battelle ne disaient pas autre chose quand ils imaginaient le concept de Web² devenu depuis (et il serait intéressant de regarder comment) celui des Big Data. Le web est un écosystème de bases de données interconnectées. Tout est information. Le web est devenu « la base de données de nos intentions », affirmait John Battelle en 2003. Mais ne nous y trompons pas. Il n’y a presque plus de données qui ne soient pas personnelles. Voici une application qui s’appelle SceneTAP. Hubert Guillaud Related:  OpendataMémoire Big Data

Les blogs de Data Geek : Mathieu Rajerison, la passion de la GéoData et des représentations Les blogs de Data Geek : Mathieu Rajerison, la passion de la GéoData et des représentations 11 juillet Agronome et géomaticien, Mathieu Rajerison travaille au sein d’un pôle chargé des Statistiques et de la Géomatique dans un Service Déconcentré du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie. Data Publica : Quand et pourquoi as-tu créé ton blog ? Mathieu Rajerison : C’est en 2009, alors que je m’intéressais aux solutions libres dans le domaine du spatial, que j’ai commencé mon blog. Tenir un blog a un effet rétro-actif. Au départ, mon blog était surtout orienté Informatique Décisionnelle dans le domaine du spatial mais le tournant est récent vers les statistiques spatiales et la représentation graphique de données. Cette chronologie, de l’intégration à la valorisation des données reflète l’évolution de mes centres d’intérêt. « Un data geek est une personne qui utilise des procédés originaux, numériques ou non, pour comprendre le monde qui l’entoure. » . Crédit photo :

Ces métiers créés par le Big Data Data Scientist, Data Analyst... Qui sont ces maîtres de la donnée ? Qui les recrute, pour quelles missions ? Zoom sur de nouvelles compétences IT de plus en plus recherchées, et particulièrement bien rémunérées. "Le Big Data est une notion encore assez jeune, dont la définition peut aussi varier. Mais aux Etats-Unis, un métier lié au Big Data commence à s'imposer : celui de Data Scientist, aujourd'hui considéré outre-Atlantique comme l'un des profils IT les plus recherchés – et parmi les mieux payés. Fournisseur pas mal placé pour parler du Big Data, IBM a essayé de définir ce métier émergent de Data Scientist. Les métiers du Big Data déjà en France Mais s'ils commencent à être connus outre-Atlantique, ces métiers liés au Big Data ne sont désormais plus réservés aux Etats-Unis. Data Analyst ou Data Scientist ? "Le Data Scientist, doit faire parler les données" La définition d'IBM insiste aussi sur ce dernier point. Profils recherchés : "des appétences plus que des compétences"

En quoi les Big Data sont-elles personnelles A l’occasion du colloque “la politique des données personnelles : Big Data ou contrôle individuel “ organisé par l’Institut des systèmes complexes et l’Ecole normale supérieure de Lyon qui se tenait le 21 novembre dernier, Yves-Alexandre de Montjoye (@yvesalexandre) était venu présenter ses travaux, et à travers lui, ceux du MediaLab sur ce sujet (Cf. “D’autres outils et règles pour mieux contrôler les données” ). Yves-Alexandre de Montjoye est doctorant au MIT. Il travaille au laboratoire de dynamique humaine du Media Lab, aux côtés de Sandy Pentland, dont nous avons plusieurs fois fait part des travaux. Nos données de déplacements sont encore plus personnelles que nos empreintes digitales Faire correspondre des empreintes digitales n’est pas si simple, rappelle Yves-Alexandre de Montjoye. Image : illustration de l’unicité de nos parcours repérés via des antennes mobiles. Et Yves-Alexandre de nous inviter à retrouver un de ses collègues du Media Lab. Hubert Guillaud

Définition données personnelles Les temps de la concertation. L’expérience du centre de Saint-Denis Dossier : Espaces publics urbains et concertation Les effets de la concertation sur la qualité des aménagements urbains sont-ils positifs ou négatifs ? La question mérite d’autant plus d’être posée que ce thème est devenu consensuel et que rares sont les programmes politiques à ne pas l’afficher comme prioritaire. On pense, en général, que la participation du public est « bonne » en soi. Mais pourquoi cette écoute conduit-elle parfois à des aménagements qui, au lieu d’unir, séparent et forment une collection d’usages sans faire lieu ? La voirie sur-dimensionnée aura été demandée par les adeptes de la voiture, la piste cyclable par les associations d’usagers du vélo, les potelets trop hauts par les porteurs de la parole des handicapés, les arbres par les défenseurs de la nature… et au bout du compte ne restera que bien peu d’espace pour le confort de tous et un site cloisonné, résultat des exigences de chacun. La rénovation du centre-ville de Saint-Denis ou la volonté de démocratie

Le livre "L’open data, comprendre l’ouverture des données publiques" (Simon Chignard, Fyp Editions mars 2012, préface de Jacques-François Marchandise, FING) Pour acheter le livre en ligne (sur Amazon.fr), cliquer sur le lien suivant : L’Open data La donnée est au coeur du fonctionnement des institutions publiques, de l’Etat aux collectivités. L’open data consiste à mettre à disposition toutes les données publiques numériques non nominatives, ne relevant pas de la vie privée ni de la sécurité. Ce livre montre comme l’open data peut être source d’innovation tant pour les institutions que pour ceux qui réutilisent les données publiques, dans les domaines économiques, culturels et sociaux: comment concrètement initier et animer une démarche d’ouverture de données publiques ? Proposant à la fois des repères pour replacer l’open data dans le contexte français et une boîte à outils pour agir, l’auteur nous éclaire aussi sur les enjeux et les limites de l’ouverture des données publiques. Like this:

Big Data, Big Brother ? Il faut encadrer la révolution des données en Afrique Difficile d’y échapper, qu’elle soit décrite comme un « déluge » ou comme un « tsunami », la révolution des données fait des vagues. Le 6 novembre dernier, était lancé le rapport « A world that counts » du groupe d’experts indépendants nommés par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, autour de la révolution des données. Avec des informations plus fiables, plus fréquentes, plus granulaires, on promet des politiques publiques plus efficaces, plus ciblées et in fine, plus à même de répondre aux véritables besoins des populations. Une vingtaine d’experts étaient mobilisés pour orienter l’innovation en la matière en direction des pays en développement, le « data déluge » ayant tendance à s’engouffrer dans la fracture numérique. Le secteur privé, bien inspiré par ce que l’on nomme désormais la « data philanthropie », n’est pas en reste. Le 17 novembre, à New York toujours, le premier think tank consacré à la promotion des Big Data pour le développement était lancé.

Les nouveaux réseaux sociaux sur internet - cairn.info 1Les nouveaux réseaux sociaux sur Internet créent une situation radicalement nouvelle, à la fois du point de vue des technologies mises en œuvre et des possibilités offertes aux usagers. Ils se caractérisent non seulement par l’extrême variété des messages qui peuvent y être inscrits (comme des textes, des voix, des photographies, des dessins...) mais également par la multiplicité des voies d’accès et de consultation : à titre d’exemple, Twitter peut être consulté et alimenté sur le site web qui lui est dédié, mais aussi par mail, messagerie instantanée et SMS. 2Pourtant, les désirs qui investissent ces nouveaux espaces sont-ils vraiment nouveaux ? Rien n’est moins sûr. C’est pourquoi nous allons d’abord parler de ces désirs aussi anciens que la vie sociale elle-même. Puis, nous aborderons la nouveauté de la communication sur les réseaux. 4L’être humain ne se perçoit comme humain que s’il a la possibilité de commenter intérieurement les situations dans lesquelles il est plongé.

Surveillance de vos données Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'Open Data (sans jamais oser le demander) Par Julien Le Bot Une nouvelle forme de « ruée vers l’or » est-elle née ? Ne parle-t-on pas – un peu vite évidemment, mais c’est de la rhétorique – de « nouveau pétrole » quand il s’agit de désigner ces gisements de données qui nous entourent, qui nous guident parfois, qui nous suivent le plus souvent ? A l’occasion de la sortie du livre « L’Open Data, comprendre l’ouverture des données publiques » (aux éditions Fyp), conversation avec son auteur, Simon Chignard. Simon Chignard scrute depuis pas mal de temps, déjà, ce paysage de l’Open Data – ou « données ouvertes » qui, du reste, ne sont pas nécessairement d’origine publique. Consultant, formateur, l’auteur du livre publié par les éditions Fyp est aussi l’un des co-fondateurs de la Cantine numérique rennaise (dont il est, entre parenthèse, vice-président). Le sérail journalistique, urbanistique, start-up-istique (#NéologismeHideux), ne parle que de ça. Il s’agit donc, au départ, d’une notion d’origine « scientifique ». Un exemple ?

Big Data: Facts & Figures Graphic: grasundsterne GmbH What factors are driving the growth of big data, and which business areas have the best use cases for it? We have the most important statistics on this trend from researchers at IDC, Experton, and Symantec. For many people, the term big data conjures up an image of a flood of data that must be stored and managed. Besides the volume, the complexity of data also presents a problem. We’ve put together a collection of the latest big data trends, according to the most recent studies from IDC, Experton Group, and Symantec. Take a look at each trend in detail: – Benefits of big data – Big data use cases – Factors driving growth of big data – What is big data? – The areas with most potential – The consequences IDC carried out an online survey with 150 German companies and organizations on behalf of the SAS Institute. Next page: Use cases for big data IDC also asked participants how companies would use big data analytic solutions in the future.

Les 7 principes clés de la protection des données personnelles 1. Le principe de finalité Les données à caractère personnel ne peuvent être recueillies et traitées que pour un usage déterminé et légitime, correspondant aux missions de l’établissement, responsable du traitement. 2. Seules doivent être enregistrées les informations pertinentes et nécessaires pour leur finalité. 3. Les données personnelles doivent être adéquates, pertinentes et non excessives au regard des objectifs poursuivis. 4. C’est ce que l’on appelle le droit à l’oubli. Les informations ne peuvent être conservées de façon indéfinie dans les fichiers informatiques. Au-delà, les données peuvent être archivées, sur un support distinct. Se reporter à l’instruction ministérielle sur l’archivage (référence : DAF DPACI/RES/2005/003 du 22 février 2005). instruction ministérielle sur l’archivage DAF DPACI/RES/2005/003 du 22 février 2005 5 .Le principe de sécurité et de confidentialité Le responsable du traitement, est astreint à une obligation de sécurité. 6. 7. 7.1 Informer les intéressés

Cet article, issu du portail InternetActu.com, donne un bon aperçu de ce que c’est les « données » en général et plus exactement les « données personnelles » stockées et utilisées sur le Web. Il décrit aussi comment grâce à notre surf, notre historique, les données tissent le Web d’aujourd’hui et créent de nouvelles combinaisons avec d’autres bases de données. Cet article semblait intéressant notamment pour avoir une vision globale des données produites en permanence et pour réfléchir à leur rôle dans la construction de notre vie future. by vgolovnya Dec 4

Related:  data