background preloader

MUSEE de l'EROTISME

MUSEE de l'EROTISME
Related:  Erosm_rBizarre M-Z

Bouillon de Luxure Je prends souvent le TGV Avignon-Paris ; 2h40 de bonheur ferré, dont 95% en Edge. Nous, les habitués, on sait que ça ne sert à rien de lutter ; le trajet sera pénible, nous aurons encore oublié de charger un film, de prendre un livre, d’acheter un magazine, nous subirons, mâchoires serrées, feindrons d’être plongés dans nos pensées, décompterons chaque seconde nous séparant de la 3G. Le nouveau, il grimpe dans le bouzin avec une tête de ravi de la crèche, direct il se colle sur son portable et très exactement 3 minutes plus tard, il réalise qu’il n’a plus d’accès à Internet. Il tapote alors nerveusement sur son clavier, regarde autour de lui pour savoir si autrui endure la même peine, croise le regard d’un autre nouveau, hébété, mais au fond de lui, il pense que ça va passer. Ah ah ah, ça ne passera pas mec. Lire TGV magazine est un acte de renoncement. Nous, les pros du TGV Avignon-Paris, on ne dégaine notre TGV mag qu’en cas d’incident voyageur, c’est la règle. Non ça ne m’obsède pas.

Otto Dix Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Otto Dix Otto Dix (à droite) en 1957. Œuvres réputées Biographie Jeunesse Otto Dix est issu d'un milieu ouvrier (son père, Franz Dix, travaillait dans une mine de fer), mais reçoit une éducation artistique par sa mère, Pauline Louise Dix, qui s'intéressait à la musique et à la peinture. Otto Dix - Autoportrait (1926). Quand la guerre éclate, il s'engage comme volontaire dans l'artillerie de campagne allemande. Son œuvre la plus aboutie témoignant des expériences traumatisantes vécues lors de la guerre est le portefeuille de cinquante eaux-fortes, Der Krieg (La Guerre)[1],[2], publié en 1924. « Le fait est que, étant jeune, on ne se rend absolument pas compte que l'on est, malgré tout, profondément marqué. De 1919 à 1922, Dix étudie également à Düsseldorf, avant d'adhérer au mouvement réaliste et satirique Neue Sachlichkeit (Nouvelle objectivité). Sous le régime nazi En 1938, Dix est arrêté et enfermé pendant deux semaines par la Gestapo. Notes

La perversion à travers les âges Les pervers font le mal pour le mal, jouissent de l’angoisse qu’ils suscitent chez autrui et défient les normes morales d’une société par leurs conduites « déviantes ». Mais est-on pervers de la même façon au Moyen Âge qu’au XXIe siècle ? Violeur d’enfants, mari manipulateur, homme politique aux mœurs légères… Désormais, pas une semaine sans que le mot « pervers » soit utilisé à tort et à travers dans les médias pour désigner à la vindicte publique des individus dont le comportement déviant scandaleux, grotesque ou abject nous donne à voir dans un miroir grimaçant ce que nous nous évertuons à cacher sans cesse : la part obscure de nous-mêmes (1). L’existence du mot « pervers » est attestée en 1190 et dérive de « pervertere » : retourner, renverser, inverser, commettre des extravagances. >> L’existence du mal chez un individu relève-t-elle de l’ordre divin ? L’homme médiéval appartient corps et âme à Dieu. >> Le libertin est-il un pervers ? >> La médecine, nouvelle référence ? Sarah Chiche

Atelier Anne Hoguet - éventails - Le musée de l'éventail Le Musée de l'Eventail a été ouvert en 1993. Il est installé pour partie dans la salle d'exposition créée en 1893 par les éventaillistes Lépault & Deberghe. Cette salle conservée dans son état d'origine est de style Henry II avec une cheminée monumentale et des meubles de rangement en noyer. Une deuxième pièce présente la technique de la conception d'une monture d'éventail avec l'utilisation des matiériaux rares (nacre, ivoire, écaille, corne, os, bois...). Une troisième pièce est réservée au travail de l'éventailliste qui est chargé d'habiller la monture de l'éventail en utilisant des soies, des organzas, des dentelles, des plumes, des papiers divers en mettant en oeuvre différents savoir-faire comme la broderie, la peinture ou la plumasserie. Ce musée est le premier en France entièrement consacré à l'éventail. La richesse de la collection et sa variété permet de présenter les pièces sur un thème annuel. Périodiquement, des artistes contemporains exposent leurs oeuvres. Haut de page Accès:

Jeu de Paume impudique.net Charlotte Salomon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Salomon. Charlotte Salomon, née à Berlin le 16 avril 1917 et morte en 1943 à Auschwitz est une artiste plasticienne et peintre. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance[modifier | modifier le code] Gouache tirée de la série Leben? Charlotte Salomon grandit dans une famille juive allemande aisée. Antisemitisme et camps[modifier | modifier le code] À cause de l'antisémitisme ambiant, Charlotte Salomon quitta le lycée en septembre 1933 un an avant le baccalauréat et commença des études d'art à l'Académie des Beaux-Arts de Berlin. En janvier 1939, peu après la nuit de Cristal ("Reichskristallnacht", 9 novembre 1938), Charlotte quitta Berlin pour se rendre dans le sud de la France chez ses grands-parents qui avaient quitté l’Allemagne dès 1934. Œuvre[modifier | modifier le code] En 1943, Charlotte épouse un émigré autrichien, Alexander Nagler. Exposition[modifier | modifier le code]

Sorcier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sorcier/Sorcière Représentation d'une sorcière. Créature Origines Œuvres principales Étymologie[modifier | modifier le code] Le mot français sorcière, féminin de sorcier, dérive du latin vulgaire sortiarius, proprement « diseur de sorts », du latin classique sors, sortis, désignant d’abord un procédé de divination, puis destinée, sort. Histoire[modifier | modifier le code] Antiquité[modifier | modifier le code] Les sorciers sont rares dans la Bible et condamnés par Moïse[1]. Il est difficile d'avoir une vision exacte de la pratique de la sorcellerie dans l'Antiquité. Cependant, de nombreuses références (notamment littéraires) témoignent d'une pratique continue de la sorcellerie durant l'Antiquité. Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code] Début des persécutions[modifier | modifier le code] Au début du Moyen Âge, Clovis promulgue la Lex Salica condamnant les sorciers à payer de fortes amendes. Scène de l'Inquisition : sorcières au bûcher

Related: