background preloader

Publications et statistiques - Drees - Ministère des Affaires sociales et de la Santé

Publications et statistiques - Drees - Ministère des Affaires sociales et de la Santé

http://www.drees.sante.gouv.fr/

Related:  theomazzoneInformation/Veille technologiqueESMS

Portrait social des classes 4 décembre 2015 - Des revenus à l’éducation, en passant par le logement ou la santé, les inégalités entre classes sociales continuent à structurer notre société. Une synthèse des données qui séparent les cadres supérieurs des ouvriers. Salaires, niveaux de revenus, pratiques de loisirs, etc. : notre société demeure structurée par les écarts qui existent entre milieux sociaux. La « moyennisation » - mise en exergue dans les années 1990 et 2000 - a fait long feu. Le revenu, le diplôme, la profession ou l’histoire familiale continuent de façonner les pratiques. Le premier clivage qui sépare les catégories sociales est le niveau de vie .

Réseau Sentinelles > France > Accueil Surveillance clinique : en France métropolitaine, la semaine dernière, le taux d’incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale a été estimé à 32 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [22 ; 42]), en dessous du seuil épidémique (154 cas pour 100 000 habitants) [1].… Voir l'actualité complète Surveillance clinique : en France métropolitaine, la semaine dernière, le taux d’incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale a été estimé à 32 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [22 ; 42]), en dessous du seuil épidémique (154 cas pour 100 000 habitants) [1].Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés ont été observés en : Bretagne (62 cas pour 100 000 habitants, IC 95% [11 ; 113]), Corse (53, IC 95% [0 ; 106]) et Bourgogne-Franche-Comté (36, IC 95% [1 ; 71]).

le décret sur les gcsms est enfin paru ! Le décret n° 2006-413 du 6 avril 2006 relatif aux groupements est (enfin) paru au JO du 8 avril 2006. Il est téléchargeable en cliquant sur le lien suivant : Le décret n° 2006-413 du 6 avril 2006 relatif aux groupements est (enfin) paru au JO du 8 avril 2006. Il est téléchargeable en cliquant sur le lien suivant : Veille juridique du 1er au 15 novembre 2011 L’Institut Droit et Santé (Université Paris Descartes) propose une veille juridique sur les questions de santé deux fois par mois. Pour les lectrices et lecteurs d’Infirmiers.com, ses juristes commenteront les points sélectionnés en fonction de leur intérêt pour la profession infirmière. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques. En partenariat avec l’Institut Droit et Santé. Au menu : réserve sanitaire, fin de vie, personnes handicapées, fonction publique hospitalière, personnes âgées... Réserve sanitaire – mobilisation (J.O. du 9 novembre 2011) :

La violence symbolique, qu’est-ce que c’est ? C’est un processus de soumission par lequel les dominés perçoivent la hiérarchie sociale comme légitime et naturelle. Les dominés intègrent la vision que les dominants ont du monde. Ce qui les conduit à se faire d’eux-mêmes une représentation négative. La violence symbolique est source chez les dominés d’un sentiment d’infériorité ou d’insignifiance. Les dominants assignent aux dominés un statut d’infériorité.Ce statut engendre des situations dévalorisantes pour les dominésLes dominés éprouvent un sentiment d’infériorité ou d’insignifiance Insertion sociale, intégration sociale L’IIDRIS (Index international et dictionnaire de la réadaptation et de l’intégration sociale) définit l’insertion sociale comme une « action visant à faire évoluer un individu isolé ou marginal vers une situation caractérisée par des échanges satisfaisants avec son environnement ; c’est également le résultat de cette action, qui s’évalue par la nature et la densité des échanges entre un individu et son environnement ». Pour le dictionnaire suisse de politique sociale [1], « L’insertion (…) se réfère à l’ensemble des actions destinées à pallier la menace que ces transformations [les mutations socio-économiques actuelles] font peser sur l’intégration sociale. Cette dernière notion, souvent confondue avec l’insertion, est plus ancienne et repose sur une définition sociologique précise.

Institut des Sciences humaines et sociales UMR8174 Centre d'Economie de la Sorbonne (CES) Le Centre d'Economie de la Sorbonne (CES), unité mixte de recherche CNRS-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a été créé le 1er janvier 2006. Il est issu du regroupement des cinq UMR de la Maison des Sciences Economiques, CERMSEM, EUREQua, MATISSE, ROSES et TEAM, ainsi que de l'UMS Centre de Documentation rattachée à la Maison des Sciences Economiques. Il a pour vocation la recherche en économie et en mathématiques et statistiques appliquées à l'économie.

BASE NATIONALE DES SUJETS D'EXAMENS DE L'ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL - Accueil Choisissez le mode de recherche qui vous convient : la RECHERCHE GUIDEE vous fait accéder aux sujets diplôme par diplôme, la RECHERCHE AVANCEE vous invite à donner vos propres critères de recherche, la RECHERCHE PRE-PROGRAMMEE vous permet d'obtenir rapidement les sujets des disciplines d'enseignement général sans écrire d'équation. Des indications détaillées sur le contenu de la base et sur la manière de l'interroger sont données dans l'aide en ligne (cliquez sur "Aide et informations" pour l'obtenir). Les centres de documentation des Canopé académiques : Comment calcule-t-on l'impôt sur le revenu ? - Dessine-moi l’éco Transcription automatique corrigée Comment calcule-t-on l'impôt sur le revenu ? En France il existe essentiellement 3 manières de fixer le montant d'un impôt. Quand son coût est fixe, on parle d'un impôt forfaitaire, c'est le cas des contraventions. Quand on applique un taux fixe à un montant, également appelé base imposable, on parle d'un impôt proportionnel, c'est le cas de la tva, car on applique un taux fixe de 19,6% sur la plupart des biens et des services. Quand on applique un taux qui varie en fonction de la base imposable, on parle d'un impôt progressif, plus la base est important, plus le taux d'imposition est importante, c'est le cas de l'impôt sur le revenu.

Carnets de santé Promotion de la santé et empowerment : quelques ambiguïtésoctobre 2013, par Orobon Frédéric La promotion de la santé mise sur des individus capables d’agir sur leurs styles de vie afin d’améliorer leur santé. Elle doit cependant affronter quelques difficultés : agir sur les conditions collectives d’une démarche individuelle implique la possibilité de tenir compte de la contestation politique ; intégrer les normes médicales peut s’opposer à des enjeux et représentations légitimes ; parier sur la libre décision suppose la transparence à soi-même. Docteur en philosophie de l’Université Jean Moulin, Lyon 3, Frédéric Orobon est Professeur agrégé de philosophie à l’IUFM de Bourgogne. Ce texte est extrait d’un cours donné à l’IFSI de Nevers dans le cadre de l’UE 4.6 (semestre 3 de la formation en soins infirmiers). Les chiffres entre parenthèses renvoient aux notes en fin d’article

Vincent de Gaulejac « La part maudite du management : l'idéologie gestionnaire », Empan 1/2006 (no 61), p. 30-35. Origine : Vincent de Gaulejac a publié, au printemps 2005, aux éditions du Seuil, un ouvrage intitulé La société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social. Enseignant-chercheur à l’Université, il a beaucoup observé et analysé les changements sociaux dans l’entreprise. Son diagnostic aujourd’hui est que les pratiques managériales sortent des organisations industrielles et commerciales : sous couvert de neutralité, l’idéologie gestionnaire qui les sous-tend colonise toute la société.

L'allocation aux adultes handicapés Dernière mise à jour le 31 décembre 2015 Synthèse L’allocation aux adultes handicapés (AAH) est une allocation de solidarité destinée à assurer aux personnes handicapées un minimum de ressources. Financée par l’État, versée par les CAF ou les caisses de Mutualité Sociale Agricole, elle est accordée sur décision de la CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).

La mixité sociale à l'école En France, les inégalités de réussite scolaire s’accroissent, et le poids de l’origine sociale sur la réussite et les parcours scolaires des élèves est grand. De nombreux travaux de recherche, les résultats des élèves français aux évaluations internationales PISA 2013 (Programme international de suivi des acquis), et les statistiques de l’Éducation nationale en témoignent : le mécanisme de reproduction sociale à l’école est bel et bien à l’œuvre. La France est l’un de ceux où le milieu social dont l’élève est issu conditionne le plus sa réussite scolaire. La ministre de l’Éducation nationale elle-même le rappelle dans son discours du 17 décembre 2014 : Notre pays ne donne pas les mêmes chances de réussite à tous ses élèves.

Related:  STATISTIQUES DIVERSES 3bases de données paramédicalesMédecine & SantéLa littérature griseECOTRAVAIL SOCIALSantéDémographie-Epidémio-StatnoixdemuscClasse de première