background preloader

Kit de démarrage du #muséogeek

Kit de démarrage du #muséogeek
Je reçois souvent des demandes d’étudiants en histoire de l’art, en muséologie, en communication, parfois même en marketing pour relire leur note d’intention ou leur mémoire – encore plus depuis que j’ai commencé à travailler pour le musée du quai Branly. Et tout comme des professionnels, des étudiants, des mentors m’ont aidé il n’y a pas si longtemps, je fais de mon mieux pour les aider. Aussi, j’ai pensé que le plus simple serait encore de rassembler quelques ressources qui me semblent fondamentales pour aborder le numérique au musée. C’est donc une approche très généraliste, non spécialisée que je propose ici. N’hésitez pas à en proposer d’autres en complément dans les commentaires. "So you want to become an apprentice?" Quelques lectures pour bien démarrer Les lieux pour échanger au quotidien Les blogs à suivre en France Les blogs et personnes à suivre à l’étranger Personnes à suivre sur Twitter Conférences et événements réguliers Conférences et événements passés Like this:

Le « musée-Légo » Le Musée-Légo est un musée ouvert et accessible de façon la plus disponible possible, adapté aux modes de vie des visiteurs. Un musée en réseau et multi-plateformes, présent là où les visiteurs et les communautés le sont (en ligne et hors ligne). Un musée ludique où la relation aux oeuvres est décomplexée et créative. Il n’est pas réservé à ceux qui “savent se tenir” sur le mode exclusif de la contemplation. Les modes d’accès à la connaissance et aux oeuvres par le mental, les émotions, les relations, le geste… sont multiples et adaptés aux envies des visiteurs. Autrement dit, le musée-Légo n’est plus un “musée-cathédrale” mais un “musée-bazar” – pour reprendre la métaphore (2) du logiciel libre – où chacun pourrait trouver “sa” place de façon organique dans un projet culturel commun. Une démarche globale Si la démarche ouverte et participative est souvent influencée par les pratiques du web, elle doit se déployer au-delà pour faire partie de la politique du musée dans son ensemble. 1.

Plus de 50 MOOC créatifs d’étudiants sur la culture numérique (Université Lille 3) La culture numérique, cela existe-t-il ? Laurence Allard, maîtresse de conférences en Sciences de la Communication (IRCAV-Paris 3-Lille 3) a initié un impressionnant travail sur cette thématique avec des étudiants qui rassemblent, extraient et cherchent à formaliser des connaissances de 3 ans d’études en Culture et Médias (présentement en cursus L3 Culture et Médias à l’Université Lille 3 – Charles de Gaulle). Ils s’appuient également sur leurs propres pratiques numériques et recherches via des travaux inventifs, : Le Mooc des Etudiant-e-s : savoirs situés, classe renversée et créativité digitale – voir les réalisations à cette adresse : le réseau du MOOC des étudiants. Des savoirs numériques situés D’un savoir « institué », les étudiants se saisissent d’un savoir « situé ». Le travail a été réalisé sur un semestre, de janvier à mai 2014 sans budget spécifique et avec les ressources propres des étudiants. MOOC créatifs Plus de 50 MOOC d’étudiants sur la culture numérique

Finding museum, digital humanities and public history projects and communities online Every once in a while I see someone asking for sources on digital, participatory, social media projects around museums, public history, social history, etc but I don't always have a moment to reply. To make it easier to help people, here's a quick collection of good places to get started. I think the best source for museums and digital/social media projects is the site and community around the Museums and the Web conference, including 'Best of the Web' nominations and awards (2012-1997) and conference proceedings: 2012, 2011, 2010-1987. Other projects might be listed at the new Digital Humanities Awards (nominations closed on the 11th so presumably they'll publish the list of nominees soon) or the (US) National Council on Public History Awards. I'd like to add a list of museum bloggers (whether they focus on social media, technology, education, exhibition design, audience research, etc) but don't know of any comprehensive, up-to-date lists (or delicious etc tags).

5 Ways Museums Are Reaching Digital Audiences If the last time you were in a museum you were being shuffled in a single-file line by an aging docent, you may be surprised by the dynamic lives these institutions lead in the digital world. New platforms are allowing museums to break free of the confines of the academic ivory tower and engage with their communities like never before. Ian Padgham, former social media guru of the San Francisco Museum of Modern Art says museums started flocking to social media in 2009. Museums initially used social media just to advertise events and exhibits, but quickly jumped into a world of interactive education and user generated content. From interactive SCVNGR challenges to crowdsourcing information about works of art, more museums are becoming digital savvy destinations. 1. The traditional experience of perusing exhibits can now become a dialogue, thanks to real-time information networks. During one visit, for example, Museum Nerd asked @MuseumModernArt why there was so much dust in an exhibit. 2.

De clients à citoyens : comment appeler vos visiteurs Jon Alexander – DR Jon Alexander est directeur de The New Citizenship Project, un laboratoire d’innovation sociale, qui utilise la stratégie créative afin de promouvoir le rôle du public en tant que citoyen et de favoriser sa participation au sein de la société. Précédemment, Jon est passé par des agences de publicité à Londres où il a développé des stratégies de marque pour de grandes entreprises comme Orange et Sony. Pour mieux comprendre ce que recouvre le mot citoyen et comment les institutions artistiques devraient s’intéresser au changement de comportement qu’implique ce glissement de terme (client à citoyen), nous avons rencontré Jon Alexander. Vous avez travaillé dans plusieurs agences et dans de grandes entreprises telles qu’Orange et Sony. Paolo Bona / Shutterstock.com Aujourd’hui, les mots «consommation» ou «client» font de plus en plus partie du monde public et institutionnel. [Diviseur] [/ diviseur] The New Citizenship Project

Faut-il "flipper" ? Flipping Classroom On parle de tectonique des plaques, de tremblement de territoires, de changement de paradigme, de grand switch dans l'organisation de nos sociétés et voici que l'univers bien clos de la classe (n'évoquait-on pas en France il n'y a pas si longtemps une école sanctuaire construite sur des fondamentaux ?) se renverse avec ce « nouveau » concept de « Flipping class ». Vraiment si renversant ? Pour de nombreux enseignants la notion n'a rien de bien nouveau : afin d'échapper à la « leçon » magistrale, ou ce qu'on appelle la lecture en université, il y a mille façons de mettre en activité un groupe d'élèves ou d'étudiants : recherches en bibliothèque ou sur internet, projets, discussions, travail en ateliers à partir de documents de tous types qui peuvent avoir été consultés préalablement à la séance. Le travail en amont, avant d'arriver en cours, s'il n'est pas très familier en France est plus courant dans les pays anglo-saxons. De quoi parle-t-on au juste ?

La culture pour combattre l'échec scolaire Hercule et le lion de Némée© The Yorck Project: 10.000 Meisterwerke der Malerei Le tonneau des Danaïdes. C’est l’image qui vient à l’enseignant qui explique la différence entre « et » et « est » à un élève de troisième. C’est celle qui m’est venue. Explication délivrée pour la 350ème fois, en classe, en cours de soutien, à l’étude… et qui ne se traduira par aucun progrès sensible quand cet adolescent devra rédiger un texte. Alors que faire quand on a tout essayé ? S. Serge Boimare, psychologue et intervenant scolaire à l'initiative du projet "nourrissage culturel" qui articule le français avec la transmission de la mythologie et des contes au collège.

Qu'est-ce que la classe inversée ? Depuis 2012, les expériences de classe inversée se multiplient et sont de plus en plus médiatisées. Née outre-Atlantique en 2004, la pédagogie inversée a été popularisée deux ans plus tard par Salman Khan et son académie virtuelle dont le principe est de « fournir un enseignement de grande qualité à tous, partout » en publiant sur le web des mini-leçons gratuites et stockées sur YouTube. L’objectif de Salman Khan est d’utiliser les vidéos pour réinventer l’éducation. C’est ce qu’il explique dans cette conférence TED « en démontrant le pouvoir des exercices interactifs et en appellant les enseignants à réviser le contenu d’une classe traditionnelle – en donnant aux étudiants des conférences vidéos à regarder à la maison, et en faisant les « devoirs » dans la salle de classe avec l’enseignant disponible pour apporter de l’aide. » Ce Prezi d’Adeline Colin revient sur la philosophe de la classe inversée et sur sa mise en pratique. article 1 : leurs motivations, les effets constatés

Related: