background preloader

1.1. Théories d'apprentissage et stratégies pédagogiques

1.1. Théories d'apprentissage et stratégies pédagogiques

Les quichotteries de Delphine: bel usage de la carte mentale en cours d'Espagnol | questions d'éducation | Scoop.it Alexandra nous a fait une superbe fiche récap sur les pièces de la maison et la Rutina. Quel bonheur quand vous vous lâchez les collègues !!! Cette idée de tronc d'arbre avec ses ramifications à l'infini ou presque me plait décidément beaucoup. Auriez-vous d'autres pistes pour d'autres fiches? Merci Alexandra !! FPO [ Guide d'élaboration d'un plan de cours ] Les objectifs d'apprentissage sont les apprentissages que le professeur cherche à faire réaliser par les étudiants dans un domaine de connaissances particulier. Les objectifs d'apprentissage représentent les objectifs généraux (OG) et les objectifs spécifiques (OS), les premiers déterminant le type d'apprentissage et les seconds la performance visée. Les objectifs d'apprentissage doivent se retrouver dans un plan de cours et être formulés clairement, sans ambiguité. Les objectifs généraux d'apprentissage (ou buts d’apprentissage) sont des énoncés courts, d’une à trois lignes, formulés du point de vue de l’enseignement ou du professeur, et qui décrivent globalement les intentions de formation des responsables d’un cours. Un plan de cours peut compter de 1 à 3 objectifs généraux, voire davantage, selon les besoins. Pour formuler un objectif général d’apprentissage, habituellement il faut : Ce qui donne, par exemple : Pour formuler un objectif spécifique d’apprentissage, habituellement il faut :

Métacognition et réussite des élèves Ce nouveau site, offrant un meilleur confort de lecture, a pu voir le jour grâce aux généreux dons de nos lecteurs durant notre campagne de financement participatif. Ce n’est qu’une première étape dans notre projet, sont notamment prévues des évolutions importantes dans notre librairie, mais cela prendra plus de temps. Quant au site que vous avez sous les yeux, il est encore un peu en travaux, mais nous avions hâte de le partager avec vous ! Nous comptons sur votre indulgence, chers visiteurs, tout ne sera pas parfait au premier jour. N’hésitez pas à nous signaler les bugs que vous constatez et les évolutions que vous suggérez à partir du formulaire dédié dans la partie une suggestion (aussi accessible en haut à droite du site).

La confiance en soi E. Comment bâtir sa confiance en soi L'accumulation d'expérience Lorsque nous abordons un domaine nouveau, nous sommes dans une situation d'insécurité. Nous ne savons pas trop à quoi nous attendre et comment nous adapter à ce contexte. D'autres personnes peuvent être bien en confiance dans le même domaine, car elles y sont habituées. Le premier ingrédient de la confiance en soi est clair: il faut s'impliquer activement pour "prendre de l'expérience". L'évaluation des résultats Il ne suffit pas d'accumuler de l'expérience; il faut aussi en tirer les leçons appropriées. C'est en faisant une évaluation précise de nos échecs que nous pouvons en comprendre les causes. Mais il n'est pas facile d'essayer "n'importe quoi". De la même façon, si j'ai réussi "par hasard" dans mes premières tentatives, je suis naturellement porté à répéter la méthode qui m'a donné ces bons résultats. Souvent, nous devenons rigides et limités en nous fiant ainsi aveuglément à une méthode qui réussit.

Les arbres de connaissances Publié par PedagoGeeks le 30 juin 2011 | Dans les catégories suivantes Compétences, Innovation, Innovation, Projet Professionnel Tout le monde sait quelque chose, personne sait tout ! C’est un postulat simple mais qui plaide pour les méthodes actives et collaboratives en apprentissage : la connaissance collective est supérieure à la somme de ses partie. Une difficulté vient alors d’identifier, de visualiser et de valoriser les connaissances collectives d’un groupe de personnes, d’apprenants. En 1991, Edith Cresson alors premier ministre a chargé Michel Serrès de mener des travaux sur l’université en France et les compétences. Plus la couleur va vers le rouge et le marron plus la connaissance est partagée : ces zones constituent le socle commun de connaissances du groupe, donc le tronc. Plus la couleur est vert clair voire blanche, plus la connaissance est portée par un minimum de personne : elles sont visualisées par les feuilles de l’arbre. Les arbres de connaissances sur WikiPédia

Guide de l'Enseignement (en communaute fran aise de Belgique) Collaboration / Coopération Un article de Wiki Paris Descartes. Des clés pour comprendre l'Université numérique « Plus qu’un travail de groupe, des stratégies pédagogiques variées sont développées pour apprendre ensemble. Elles s’appuient sur l’interdépendance positive, la fonction sociale et cognitive du dialogue, l’émergence de l’ autonomie . Elles se fondent également sur le développement des capacités de coopération permettant d’apprendre à travailler ensemble : explicitation et construction de la connaissance , acceptation des idées et des actions de l’autre. » (Alain Derycke) « La collaboration et le partage de connaissances facilitent l’ apprentissage , lequel est essentiellement considéré comme un processus social qui accorde une place prépondérante aux interactions sociales (e.g., Doise & Mugny, 1981 ; Vygotsky, 1985 ; Webb & Palincsar, 1996). Collaboration « Travailler ensemble » : élaboration en commun d’une solution négociée et consensuelle. Voir : des outils collaboratifs . Apprentissage collaboratif

Quelle place pour l’enseignant dans une formation collaborative ? Ce blog est animé par un enseignant en informatique de BTS IRIS au lycée Eiffel de Dijon. Avec l’équipe qui l’entoure et les enseignants des différents établissements cités, ils essaient de développer le travail collaboratif aussi bien à l’intérieur des établissements qu’entre établissements (ils parlent alors de travail collaboratif géodistribué). Si les étudiants travaillent en groupe, avec des méthodes actives, quels changements cela implique-t-il pour l’enseignant ? D’abord, une scénarisation du processus puis un suivi pertinent de l’activité et enfin une relecture personnelle et avec les étudiants. L’idée est alors de guider les étudiants sur le chemin de l’apprendre à apprendre. Nous nous appuierons sur le cycle d’apprentissage par l’expérience de Kolb. Les précédents articles présentent un point de vue sur la formation à la collaboration et le développement des compétences transversales. 1 – Avant la formation : l’organisation 2 – Pendant la formation : le suivi

Petite méthode des prises de notes coopératives Je pratique depuis 2009 la prise de note coopérative du cours de philosophie. A presque chaque séance du cours, un élève est nommé “secrétaire” : il veillera à la publication des notes du cours de philosophie. Ce travail se fait avec en ligne. L’outil principalement utilisé est Google Docs, qui présente de puissantes fonctions de collaboration (commentaires de type "forum" sur toute partie du texte, historique des révisions, clavardage) et de publication. Voici le petit guide de méthode que je remets aux élèves (en le commentant avec eux). Quelles sont les finalités et les avantages d’une telle pratique ? N’hésitez pas à m’indiquer les (vos) bonnes pratiques ! Voici quelques copies d’écran de l’interface de Google Docs. image d'illustration du billet cc IvanWalsh.com . Like this: J'aime chargement…

Related: