background preloader

À Londres, un bistrot produit ses salades en utilisant l'aquaponie

À Londres, un bistrot produit ses salades en utilisant l'aquaponie
A Londres (Grande-Bretagne), le café Farm produit ses propres salades grâce à l'aquaponie, une technique d'agriculture hors-sol « appelée à se développer dans le monde entier » selon le CIRAD (Centre de coopération internationale en rechercher agronomique pour le développement) Dans le quartier londonien d’Hackney (Grande-Bretagne), le café Farm expérimente l’aquaponie, une technique d’agriculture hors-sol qui consiste à recycler les déchets issus des élevages aquacoles en nutriments destinés aux plantes. En 2010, Andrew Merritt, Paul Smyth et Sam Henderson ont lancé un pari audacieux. Avec l’ambition d’ « amener l’agriculture en ville », ce trio d’entrepreneurs londoniens ont imaginé un établissement qui accueillerait à la fois un élevage aquacole et des cultures de salade. Géré par MM. Hydroponie et aquaponie, deux techniques d’agriculture hors-sol biologiques Crédits photos : Farm London – Something & Son

Irrigation solaire au goutte à goutte : une technique gratuite à la portée de tous Baptisé kondenskompressor, ce système ingénieux de micro-irrigation solaire au goutte à goutte allie astucieusement recyclage, réduction du gaspillage et conservation de l’eau. Ce système d’arrosage d’une simplicité désarmante permet une utilisation optimale des ressources en eau, en particulier pour la culture dans un climat sec ou aride. Il est idéal pour les jardins communautaires, les potagers urbains mais aussi les serres de jardin. La technique du "kondenskompressor" semble avoir été mise au point vers 2008 par « Hortelano Hortament », un jardinier amateur originaire de Palma de Majorque sur les îles Baléares. La base d’une bouteille de 1.5l coupée en deux et remplie d’eau constitue le réservoir. Ce système présente l’avantage énorme de limiter le gaspillage de l’eau et permet de diviser par dix la quantité d’eau nécessaire à l’arrosage régulier. Ressources et documentation :

Aquaponie L’aquaponie est la culture de végétaux en « symbiose » avec l’élevage de poissons. Ce mode de culture a été utilisé depuis une haute antiquité, notamment en Mésoamérique. Ce sont les déjections des poissons qui servent d’engrais pour le végétal cultivé. Il s’agit en fait d’un écosystème dans lequel interviennent trois types d’organismes vivants dans un cycle écologique: Les poissons dont les déjections, riches en azote (ammonium et urée) et en phosphore et potassium, sont la source de nutriments pour les plantes, l’aliment apporté aux poissons permet d’enrichir le milieu sous forme d’engrais.Des bactéries aérobies qui transforment les matières organiques comme l’ammoniaque/ammonium et l’urée en nitrites puis en nitrates, ces derniers étant assimilables par les plantes sous forme minérale. Dans un système aquaponique, l’eau est le lien entre les bactéries, les plantes et les poissons. Nous allons aborder les principaux paramètres de l’eau à connaitre et mesurer : Le PH et la dureté source:

Aquaponie IBCofAquaponics Aquaculture Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’aquaculture (ou halieuculture, ou aquiculture, terme en usage au début du XXe siècle et préconisé par l’Académie française[1]) est le terme générique qui désigne toutes les activités de production animale ou végétale en milieu aquatique. L'aquaculture se pratique en bord de mer (on parle dans ce cas de « cultures marines » ou mariculture), des rivières ou des étangs. Certains systèmes de récifs artificiels ou dispositifs attracteurs et de concentration (DCP, éventuellement associés à des élevages extensifs in situ (« sea ranching ») peuvent être assimilés à de l'aquaculture, dès lors qu'il y a offre directe en nourriture ou en support (indirectement produite à partir de remontée d'eau chargée en minéraux par exemple). Elle concerne notamment les productions de poissons (pisciculture), de coquillages (conchyliculture), de crustacés (astaciculture et pénéiculture), de coraux (coraliculture) ou encore d'algues (algoculture).

Des poissons qui font grandir les plantes! Crédit photo: Bryghtknyght, licence: CC BY 3.0 ( L’aquaponie est un mode de culture ancien qui a été redécouvert récemment. Véritable petit écosystème contrôlé, poissons et végétaux vivent en réelle symbiose, dépendants l’un de l’autre pour survivre. Comment ça fonctionne? Aquaponie vient d’une contraction des termes aquaculture (élevage de poissons) et hydroponie (culture de végétaux dans l’eau). Avantages Plusieurs avantages sont attribuables à l’aquaponie. La principale difficulté en aquaponie est de maintenir l’équilibre de l’écosystème pour empêcher la carence ou l’excès de nutriments. Quelles plantes? Il est possible de récolter à peu près tout ce qu’on veut; fleurs, plantes, fines herbes, fruits, légumes, etc. Toits d’aquaponie en Allemagne En zone industrielle, sur le toit d’une vieille usine désaffecté à Berlin, de jeunes entrepreneurs ont décidé de mettre sur pied une ferme d’aquaponie pour y faire pousser des aliments. « C’est très pratique. Au Québec?

Qu'est-ce qu'une serre aquaponique ? Accueil > Ecologie > Qu’est-ce qu’une serre aquaponique ? Ecologie Line Boucher mercredi 2 octobre 2013 La serre aquaponique mobile - Intérieur de la serre, avec casiers au-dessus de l’eau - Ecouter ici : Line Boucher travaille à Shoji Garden, qui fabrique les serres aquaponiques. Lire aussi : L’aquaponie, une nouvelle méthode pour développer les fermes urbaines. Pour soutenir Reporterre : DiY de maison bioclimatique : autonomie solaire électrique effective Construire soi-même une maison à énergie positive est un projet de Do It Yourself comme un autre. Un peu plus long et compliqué qu’une ouverture de porte à base d’Arduino, certes, un peu plus cher aussi, mais cela reste un DiY. L’article publié il y a un peu plus d’un an présentait cette maison qui devait fournir son énergie en toute autonomie. Les panneaux solaires Les panneaux solaires peuvent être installés sur le toit ou au sol. Le choix a été fait de créer un plateau de terre à l’arrière de la maison, d’y construire deux cadres de bois pouvant orienter les panneaux de 25° (juin) à 70° (janvier). Il y a différents types de panneaux solaires, le but de cet article n’est pas d’aller trop loin dans les spécifications techniques, mais de donner quelques détails importants : les panneaux polycristallins sont moins performants que les monocristallins : le choix s’est donc porté sur des panneaux monocristallins. Les batteries solaires Le régulateur Pour finir : le convertisseur

DiY : une maison bio-climatique autonome en énergie, why not ? Drapher, fidèle membre de Reflets, souhaitait nous parler d’un sujet qui lui tient à coeur : sa maison, imaginée et dessinée avec son amie, une sorte de maison en mode DiY qui hacke les dépendances institutionnalisées. Je Amicalement me suis proposé de lui poser quelques questions, et Drapher nous propose ses réponses très instructives Et l’on voit alors que le cas du numérique dématérialisé est complémentaire et convergent avec des choses aussi matérielles qu’une maison en dur, inventée, et si « énergique »! Peux tu nous donner une description rapide des différentes technologies et matériaux que tu as décidé d’utiliser pour ton projet de maison énergiquement autonome, y compris concernant le problème du stockage de l’énergie produite avec les énergies dites renouvelables ou inépuisables ? Au départ je voulais construire en bois, avec une technique dite de la « fuste » : des rondins de 30 cm de diamètre empilés. Oui, mais seulement si tu fais faire les travaux par des artisans.

Related: