background preloader

Conférence de Lyon, mars 2012 - Partie 3

Conférence de Lyon, mars 2012 - Partie 3
Related:  Actions efficaces

Etienne Chouard aux Rencontres de Pétrarque à Montpellier Très bien, résumons donc les grandes lignes de votre argumentation si étayées et irréfutable Logan2 : "Non ce ne sont pas les riches qui financent les partis politiques." Cela dit, vous concédez que " Mélenchon a financé sa campagne comme tous les autres candidats dans toutes les élections, essentiellement en empruntant à la banque, en espérant rembourser l’emprunt en faisant un score suffisant." Et qui sont les banques ? Sont-elles sous contrôle démocratique ? Sont-elles dirigées par des pauvres ? "On peut trouver 1000 exemples où le tirage au sort n’est pas démocratique" C’est pas vraiment un argument mais c’est la prétention d’en avoir. "Abandonner la rédaction de la constitution à qqs tirés au sort n’a rien de démocratique." "le tirage au sort prive l’immense majorité des gens de toute participation à la décision, ce qui est pourtant le principe de la démocratie " En quoi l’élection ne fait-elle pas exactement la même chose ? Sur quelle étude, sondage, ouvrage repose cette affirmation ?

Edgar Morin : « Il n’y a pas de solution, mais il y a une voie Edgar Morin, comment va notre monde ? Il va de mal en pis. Les processus qui nous poussent vers des catastrophes – dont on ne peut prévoir ni la date ni l’ampleur, mais qui seront certainement interdépendantes – continuent. Je pense à la dégradation globale de la biosphère. Les Etats ne sont pas prêts à quitter à la fois ce qui constitue leur égoïsme et leurs intérêts légitimes. Votre constat est très sombre… Je ne vois pas, sinon dans l’inespéré, la lueur de l’espoir. Lesquelles ? Nous en voyons les premiers symptômes avec l’émergence de ceux que l’on appelle sottement les « populistes » car on n’a pas trouvé le mot pour les qualifier. Le recroquevillement a même été plus loin… Les familles – elles-mêmes en crise depuis des années avec la fin de la grande famille, le fait que les vieux sont éjectés dans des asiles, que les couples se séparent – sont allées chercher de nouveaux fantasmes. Ce que vous appelez notre « somnambulisme » gagne donc du terrain. Nous sommes devenus aveugles. Oui.

Les XXVIIes Rencontres de Pétrarque France Culture et Le Journal Le Monde avec le Festival de Radio France et Montpellier Languedoc-Roussillon présentent Les XXVIIèmes Rencontres de Pétrarque du 16 au 20 juillet 2012 Notre avenir est-il démocratique ? 5 jours de débats animés par Emmanuel Laurentin et Jean Birnbaum du Journal Le Monde. Assistez également à de nombreuses émissions, France Culture en public au Rectorat, rue de l’Université à Montpellier, entrée libre dans la limite des places disponibles. XXVIIes Rencontres de Pétrarque du 16 au 20 juillet 2012 17h30 - 19h30 En collaboration avec Le Monde "Notre avenir est-il démocratique ?" Rencontres animées par Emmanuel Laurentin (France Culture) et Jean Birnbaum (Le Monde) Réalisées par Nathalie Salles Diffusion sur France Culture chaque samedi du 28 juillet au 25 août de 19h00 à 20h30 A l'occasion de l'édition 2012 des "Rencontres de Pétrarque", France Culture et Le Monde s'associent pour créer le Prix Pétrarque de l'essai France Culture - Le Monde.

Nous pouvons vivre libres Dans son ouvrage, Comme si nous étions déjà libres, l’anthropologue David Graeber s’appuie sur le mouvement Occupy pour rafraichir la pensée de la démocratie et de la liberté. « Il ne s’agit pas de construire une société à partir de zéro, mais de la construire à partir de la société existante, en y élargissant les zones de liberté, jusqu’à ce que la liberté serve de principe d’organisation absolu ». Pour réfléchir avant La Rencontre de Reporterre, lundi 6 octobre : L’écologie au cœur de la reconstruction politique En 2011, un vent révolutionnaire a soufflé sur les Etats-Unis. Dans son livre au titre encourageant, Comme si nous étions déjà libres, l’anthropologue David Graeber nous raconte par le menu la naissance, le déroulement et l’essoufflement de ce mouvement au sein duquel il a été très actif. Il argue que l’occupation de places a permis une "renaissance de l’imaginaire révolutionnaire", notamment chez des participants qui pour beaucoup étaient éloignés des sphères militantes.

France Culture : exemple vécu d'une (petite) censure (peut-être ordinaire, mais un peu amère) J'aime bien Emmanuel Laurentin. Mais ses copains de travail (probablement) viennent de me jouer un tour. Comme vous le savez, j'ai été gentiment invité par France Culture et Le monde aux Rencontres de Pétrarque 2012 pour parler autour du thème "Notre avenir est-il démocratique ?" Malheureusement, cette gentillesse a été un peu gâtée par une indélicatesse : une partie de mon propos du deuxième jour (déjà pas très long) a été carrément coupée au montage. Pour des propos sans intérêt peut-être ? C'est assez amusant, de VOIR aussi clairement les idées que les journalistes du service public ne veulent PAS voir diffuser sur LEURS ondes. Heureusement, un gentil virus était dans l'assistance et a filmé mes interventions, ce qui m'a permis, d'abord de vous en rendre compte tout de suite, mais aussi de comparer point par point l'original avec le podcast final. • J'étais invité sur deux jours. Vous pouvez entendre cette première émission "La crise économique éclipse-t-elle le politique ? Étienne.

Naomi Klein aux indignés de Wall Street Naomi Klein, journaliste canadienne et auteur de La Stratégie du choc, était invitée à s’exprimer par le mouvement Occupy Wall Street, à New York. J’ai été honorée d’être invitée à parler [le 29 septembre] devant les manifestants d’Occupons Wall Street. La sonorisation ayant été (honteusement) interdite, tout ce que je disais devait être répété par des centaines de personnes, pour que tous entendent (un système de « microphone humain »). Ce que j’ai dit sur la place de la Liberté a donc été très court. Voici la version longue de ce discours [publiée initialement en anglais dans Occupy Wall Street Journal]. Je vous aime. Et je ne dis pas cela pour que des centaines d’entre vous me répondent en criant « je vous aime ». Hier, un des orateurs du rassemblement syndical a déclaré : « Nous nous sommes trouvés. » Ce sentiment saisit bien la beauté de ce qui se crée ici. S’il y a une chose que je sais, c’est que les 1 % [les plus riches] aiment les crises. Ce slogan est né en Italie en 2008.

Le pouvoir antisocial de l'argent Entretien (à la maison) avec "avantgardeeconomique.fr" : le pouvoir antisocial de l'argent J'ai reçu à la maison, il y a quelque temps, un jeune homme venu de Paris pour la circonstance, et voici la trace de notre conversation (ça se sent un peu, que je commence à être crevé), après un gros travail de montage de sa part, je le remercie : Voici LE PLAN détaillé de ce film, tel que le présente ce jeune journaliste : « Étienne Chouard nous montre comment le mécanisme de l'élection politique est intimement lié au pouvoir de l'argent. I/ Introduction •Le tirage au sort •L'accusation de "complotisme". II/ Le pouvoir économique •Comment fonctionne la création monétaire •Les plus riches auto-proclamés indispensables aux processus de création de richesse •La nécessité de limiter les plus hauts revenus •Les jeunes générations qui se tournent vers la finance •Les retraites •La question de la propriété privée •La fin du capitalisme ?

« Ayez de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace » Pour réfléchir avant La Rencontre de Reporterre, lundi 6 octobre : L’écologie au cœur de la reconstruction politique Reporterre - Edgar Morin, croyez vous encore à la politique ? Edgar Morin - Cela dépend de ce que vous entendez par là. Je crois en la nécessité d’une pensée politique pour une action politique. Ce que je vois, c’est que le vide de toute pensée politique dans les représentants de tous les partis de pouvoir ou d’opposition, un vide rempli par le fait d’être à la remorque d’un économisme, qui n’est même pas l’économie stricto sensu, mais une doctrine de l’économie néo-libérale, avec des mots gri-gri, comme croissance, résorber la dette, compétitivité, etc. Donc, je vois une situation très dommageable, très grave, très menaçante, mais je pense à la nécessité d’une reconstruction d’une pensée politique, qui est un préalable. Vous avez eu un entretien avec Alain Caillé, qui promeut le convivialisme. Alors, il faut rassembler. C’est ce qu’ils devraient faire. Il serait évitable.

Politoscope.tv reçoit Etienne Chouard Pour une après midi exceptionelle, nous recevrons Etienne Chouard, venu échanger avec des journalistes et des citoyens autour de ses sujets de prédilection. Le 28 octobre de 12h à 16h Le vendredi 26 de 13h à 17h Pour répondre à l'invitation à participer à ce tournage, veuillez sélectionner l'option appropriée ci-dessous. I confirm my response, and also send a word to the organizers: Below, I explain my motivation to the organizers: You have no friends that are available to join this webcast. Choose your language and your payment mean : "Politoscope.tv reçoit Etienne Chouard" Envoyer à un contact : "Politoscope.tv reçoit Etienne Chouard" En copiant le code HTML ci-dessous, vous pourrez mettre un lien vers cet article dans votre blog ou votre site : Note: Cloning this topic will result in duplicating it into the same web-tv.

Une semence n'est pas une graine - Changeons d'agriculture Alors que les semences sont au cœur de toute agriculture (elles constituent, avec l'eau et la terre, l'une des trois conditions premières pour engager une culture), elles sont souvent négligées dans les politiques publiques, et laissées aux mains de logiques commerciales hélas bien éloignées du bien commun. Même certaines initiatives apparemment vertueuses, comme celle de l'association Avaaz qui avait lancé une grande levée de fonds pour créer une « banque de semences » mondiale accessible par internet, peuvent être extrêmement perverses et très éloignées d'une agriculture réellement autonome et écologique. Je reviendrai dans un prochain billet sur le danger de ce type de projet, qui nécessite au préalable quelques bases agronomiques en matière de semences. Les personnes qui veulent des informations immédiates sur ce sujet peuvent lire le communiqué du Réseau Semences Paysannes. Une plante co-évolue avec son milieu et les humains Femme bangladeshi dans une seed-house - Photo J.

Cause Toujours "Chercher la cause des causes" C'est en suivant ce conseil vieux de 2500 ans donné par Hippocrate, qu'Etienne Chouard - rendu célèbre en défendant en 2005 le "non" au Traité Constitutionnel Européen - poursuit sa quête de la cause commune aux injustices sociales. Sa thèse: Notre impuissance politique est programmée dans notre constitution car celle-ci a été écrite par des professionnels de la politique, ceux-là même qui devraient la craindre. C'est pour montrer qu'écrire une constitution par des citoyens "lambdas" est non seulement possible mais aussi, bien plus efficace pour nous protéger des abus de pouvoir qu'Etienne a bien voulu venir à Grenoble pour organiser cette soirée. Cette soirée - organisée conjointement par ATTAC Isère et les Indignés Grenoblois - aura lieu:

« Le Coran est un texte à repenser » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Waleed Al-Husseini (Fondateur du Conseil des ex-musulmans de France) En analysant les derniers événements qui ont endeuillé la France, il est aisé de comprendre que ceux qui ont attaqué Charlie Hebdo sont idéologiquement liés à ceux qui m’ont emprisonné et torturé pour outrage à la religion en Cisjordanie, à ceux qui ont condamné Raëf Badawi en Arabie saoudite et à ceux qui ont condamné à la peine capitale Mohamed Al-Cheïk en Mauritanie. Les tueurs des attentats du 7 au 9 janvier à Paris ont puisé leur idéologie radicale à la même source qui nourrit mes tortionnaires et tous les autres oppresseurs de la libre-pensée. Ces oppresseurs n’ont pas seulement visé Charlie Hebdo, ils ont ciblé le concept et la valeur même de la liberté. Une kyrielle de fatwas Ce qui a été moins dit, c’est que les extrémistes puisent leur idéologie dans certains passages du texte coranique qui véhiculent la haine et prônent l’assassinat de l’autre.

Démocrates et fachos contre la représentation : Chouard face au piège du "confusionnisme" Bon alors. Je n’ai jamais lu Soral, j’ai voté Mélenchon aux présidentielles, mais là quand même je dois avouer que la bêtise chez certains va franchement loin. Mais c’est assez révélateur des clichés que se font les gauchistes de nos jours pour rester embrigadés dans leurs idées et se faire une représentation du monde complètement à côté de la plaque. En clair, une fois qu’on a adopté la saine idéologie de gauche, il ne faut pas écouter ce que dit le camp opposé au risque de corrompre son intellect. C’est faire bien peu de cas de ses capacités mentales, mais bon. Qui plus est, ce comportement engendre un tel attachement aux thèses gauchistes, devenant pour ainsi dire dogmatique, que les personnes victimes de cette idéologie absconse de "sécurité intellectuelle" se retrouvent à ne plus être capable de raisonner autrement que pour défendre toujours les mêmes idées, sans aucun égard pour leurs contradicteurs et encore moins pour leurs propos. Qu’ai-je gagné ?

Related: