background preloader

Les rythmes scolaires

Les rythmes scolaires
En Europe, la France se distingue avec la journée de classe la plus longue et l’année scolaire la plus courte… Cette organisation du temps scolaire, au centre d’enjeux multiples, est pointée du doigt par les spécialistes des rythmes de l’enfant >> Des journées trop chargées « Je ne tiens plus le rythme, je suis épuisée quand je rentre. Avec la fatigue, mes devoirs sont un peu bâclés. Ce sujet n’est pas nouveau : il revient régulièrement sur le devant de la scène, du rapport Debré-Douady de 1962 qui dénonce la fatigue des écoliers jusqu’à celui de la mission parlementaire d’information sur les rythmes scolaires en décembre dernier (2). • La journée des écoliers (de 8 h 30 à 16 h 30) y est la plus longue d’Europe avec 6 heures de cours dans le primaire. • La semaine de quatre jours, instaurée en 2008, fait également figure de bizarrerie française. • Autre singularité hexagonale, l’année scolaire s’avère la plus courte des pays de l’OCDE : elle ne compte que 140 jours. Related:  abdelhmissi

Quelle formation à distance ? L’école à contretemps Se retourner vers le passé met le présent en perspective et permet de mieux comprendre, de mieux apprécier l'éventuelle nouveauté des difficultés et d'envisager quelles solutions on pourrait leur apporter. Mais il faut bien distinguer le secondaire et le primaire. Les vacances concernent d'abord exclusivement le secondaire.Les vacances : un fait social et non scolaire Le Collège et le Lycée Bien évidemment, Louis XIV n'a pas inventé les vacances scolaires. La Révolution a supprimé les privilèges, mais la noblesse a gardé son prestige social. Au XIXe siècle, les enfants de la bourgeoisie et de l'aristocratie étaient pratiquement seuls à fréquenter les lycées et les collèges publics ou privés[1] ; ils rejoignaient donc leur famille en été, pour participer non à la moisson, ni même aux vendanges, mais aux réseaux de sociabilité qui se nouaient alors, notamment autour de la chasse. Tout au long du XIXe siècle, les vacances vont « remonter » dans l'année. L'école primaire Histoire d'Heures

Fonctionnement des poumons - Vidéo, Schéma,Fonction, Anatomie Importance des poumons En langage médical, le fonctionnement des poumons est la « physiologie pulmonaire ». Les poumons sont les organes les plus importants… du système respiratoire. Ce système comporte deux éléments principaux : une pompe respiratoire (thorax) et les poumons (avec les voies aériennes). La cage thoracique joue le rôle de soufflet et fait entrer et sortir l'air des poumons. Le fonctionnement des poumons permet donc d’apporter de l’oxygène frais (O2) à l’organisme et d’évacuer le dioxyde de carbone (CO2) ; ces échanges gazeux, qui s’effectuent par la voie de la circulation sanguine, permettent de véhiculer l’oxygène des poumons jusqu’aux cellules de tout l’organisme. Plusieurs organes participent au fonctionnement des poumons et du système respiratoire : entrent en jeu également le système nerveux central, l’appareil circulatoire (le cœur et les vaisseaux) et les muscles du thorax et du diaphragme. Les maladies pulmonaire Le fonctionnement des poumons est indispensable à la vie.

Compétences : pour ne pas conclure ? Trois conceptions qui s'affrontent ?Il faut sans doute remonter assez loin dans les débats sur l’enseignement pour pouvoir comprendre quelque chose des controverses actuelles sur la nécessité (ou non) de penser « compétences » en atière d’apprentissage scolaire. Tentons un résumé simpliste et carricaturel de trois conceptions «historiques» :- l’Ecole est là pour transmettre des savoirs constitués en disciplines, par des leçons et exercices canoniques (conformes à une norme instituée). Enseigner, c’est « faire cours », dans une position dans laquelle le disciple reçoit du maître ce qu’il y a à savoir, organisé dans une perspective qui va le rendre progressivement capable d’une pensée autonome. Dans ce shéma idéologique qu’on pourrait penser dépassé, l’émergence du concept de compétence ne peut donc qu’être prétexte à tous les malentendus. Et alors, les compétences ? 'C’est parce qu’on croit qu’on s’engage : parce qu’on pense que l’action peut être efficace, malgré les difficultés.

Education | Nancy ne colle pas au rythme Vu 803 fois 06.01.13 à 18h45 Photo Alexandre Marchi Les plus de 6.700 écoliers scolarisés dans les établissements publics de Nancy n’auront probablement que quatre jours d’école par semaine à la rentrée prochaine. Ce lundi, en effet, un comité directeur présidé par Sophie Mayeux, adjointe au maire déléguée à l’enseignement et aux activités périscolaires doit entériner le principe de ne pas instaurer la mesure phare de la future loi d’orientation sur l’enseignement du ministre de l’Éducation et qui prévoit d’instaurer la semaine de 4,5 jours. Ce choix très probable mettra ainsi fin aux débats entre la majorité et l’opposition laquelle, par l’intermédiaire de son président de groupe, Bertrand Masson, pressait André Rossinot de prendre une décision Comment apprend-on dans les communautés en ligne ? L'institut pour les études de prospective technolgique (Institute for Prospective Technological Studies, IPTS), institut membre du Joint Research Centre (JRC) de la Commission européenne, a publié un rapport intitulé L'innovation pédagogique dans les nouvelles communautés d'apprentissage (Pedagogical Innovation in New Learning Communities, en anglais seulement), qui rend compte de l'étude approfondie de douze communautés d'apprentissage en ligne. L'objectif de ce travail était de vérifier qu'il y avait bien apprentissage dans ces communautés, d'identifier les modalités de l'apprentissage, et d'émettre des recommandations pour le transfert des modalités spécifiques d'apprentissage à l'oeuvre dans ces communautés vers les secteurs formels de l'éducation et de la formation professionnelle. On apprend... Pour ce faire, les auteurs du rapport ont sélectionné douze communautés en ligne, dont trois seulement affichent l'apprentissage et l'acquisition de savoirs parmi leurs objectifs principaux.

Du nouveau sur les vacances? Une décision du conseil d’Etat du 26 novembre 2012 distingue explicitement les congés annuels dus aux enseignants (5 semaines) des périodes de vacance de classe (16 semaines). Cela ne devrait pas changer grand chose à la durée effective des vacances des enseignants, même si cela apparaît davantage comme fondé sur une sorte de ‘’droit coutumier’’ plutôt que sur un droit juridiquement établi ( ou les ‘’usages’’ font que la durée des vacances des enseignants se confond pratiquement avec celle de leurs élèves , à la réserve près – notamment et parfois – des périodes d’examen ). C’est sans doute l’occasion aussi de situer au mieux l’idée récurrente selon laquelle la rémunération indiciaire des personnels enseignants serait fixée aux 10/12ème de celles des fonctionnaires de grade équivalents afin de tenir compte des vacances scolaires.

L'enseignant et les trois moments de l'apprentissage collaboratif L'apprentissage collaboratif se prépare, s'accompagne et s'évalue La tentation est grande de réduire l'apprentissage collaboratif à la seule activité des apprenants. Et pourtant à toutes les étapes de ce processus, l'enseignant est appelé à intervenir de différentes façons. Concepteur, facilitateur et évaluateur L'apprentissage collaboratif n'implique pas une improvisation. Lorsque l'apprentissage collaboratif est engagé, l'enseignant endosse un rôle de facilitateur. Enfin, à l'issue de la formation, l'enseignant pourra procéder à l'évaluation. La démarche proposée par Prodageo s'appuie sur le cycle d'apprentissage de Kolb : expérience concrète, observation réflexive, conceptualisation abstraite, expérimentation active. Article original : Quelle place pour l'enseignant dans une formation collaborative ? Illustration : Nic McPhee, Flickr, licence CC BY-SA 2.0

Ambiguïtés de l’aide au travail personnel Dans les discours actuels, on entend beaucoup proclamer la nécessité de renforcer l’accompagnement des élèves, de les aider dans leur travail scolaire. Mais en quoi consiste réellement cette aide, qui n’est pas sans susciter des questions. Quelques éléments issus d’une recherche en cours. Le contexte Les élèves entrent en classe et chacun s’assied seul à une table. Épisode n°1 : "où peux-tu avoir la réponse ?" Tania : Monsieur qu’est ce que ça veut dire opposé par le sommet ? Épisode n°2 : "Lis ta fiche... c’est là qu’il y a tout !" Professeur : Tu as trouvé quelque chose Tania ? Épisode n°3 : "regarde dans ton sommaire, je vais pas le faire à ta place !" Tania : C’est que... c’est que en travail de géométrie que ...il y a les angles opposés ? Une activité productive et normée Il n’est pas question ici de chercher à évaluer ou à juger des choix opérés par le professeur mais bien de comprendre en quoi et comment il s’attache à répondre à la triple injonction :

Revue de l'analyse de pratiques professionnelles Temps scolaires : la FCPE demande le respect des besoins des enfants ! La FCPE s’étonne d’entendre, ici ou là, qu’il puisse être question d’une journée de classe de cinq heures et demi, avec une transformation de l’aide personnalisée en « activités pédagogiques complémentaires ». Elle rappelle que les rapports l’Académie de médecine, de la mission parlementaire, de la concertation de l'été 2012 et de la conférence de 2010, sur les rythmes scolaires faisaient la même conclusion : la journée de classe des élèves à l’école primaire ne doit pas dépasser cinq heures ! Il vaudrait bien mieux mettre 4 heures de classe le mercredi matin que cinq heures et demi ou six heures, même une seule journée dans la semaine. Elle s’étonne également d’entendre que la décision puisse être laissée à la discrétion des conseils d’école avec une option pour le choix de l’année : soit 2013, soit 2014. Elle exige, pour que les enfants n'attendent plus, que la réforme s'applique partout sauf exception dès septembre 2013.

La théorie de la réfléxivité limitée. Une contribution au débat sur l'action entre l'Économie des conventions et la Théorie de la Régulation Notes Je remercie Bernard Billaudot, Denis Duperthuy, Olivier Favereau, Bernard Guibert, Frédéric Lordon, Jacques Merchiers, Olivier Servais et Fabrice Tricou pour leurs précieux commentaires sur différentes versions de ce texte. Leur responsabilité n’est pas engagée. Nous reprenons à Postel et Sobel (2006) l’appellation "institutionnalisme radical" pour faire référence à la prise en compte, tant par l’Économie des Conventions que par la Théorie de la Régulation, de l’incertitude au sens de Keynes (dite encore incertitude "radicale") et à son projet "radical" (Favereau, 1985 et 2005) qui consiste à généraliser la prise en compte de cette incertitude. Sur ce point, voir en particulier Thévenot (1995), Bessy et Favereau (2003) et Billaudot, (2004). Pour l’heure, la plus importante et la plus dynamique d’entre elles s’appuie sur la philosophie de Spinoza (Lordon, 2003a). Sur les notions d’habitus et de régime d’action, voir respectivement les points 1.1. et 3.2.

Rythmes scolaires : la semaine de cinq jours, une fable française Ce fut la première annonce de Vincent Peillon. Ce fut aussi le premier "couac" de la nouvelle ère socialiste. Douze heures à peine après sa nomination, alors que la passation de pouvoir avec son prédécesseur Rue de Grenelle n'avait pas même encore eu lieu, le nouveau ministre de l'Éducation déclarait tambour battant le retour à la semaine de cinq jours. On comprend pourtant l'empressement du nouveau ministre quand le diagnostic est posé depuis si longtemps et fait l'objet, pour une fois, d'un vrai consensus. En théorie, telles que le fringant nouveau ministre voyait sans doute encore les choses juste après sa nomination, l'idée est donc de faire revenir les enfants une matinée à l'école pour ne pas casser le rythme hebdomadaire et pour alléger substantiellement leurs autres journées : formule que pratiquent d'ailleurs déjà la plupart de nos voisins européens. Hélas. Un effort "injuste" Les maires s'étranglent C'est là l'autre noeud de la guerre. Confusion

Apprentissage collectif et réflexivité systémique : le rôle des acteurs tiers dans la structuration des méta-organisations 1Le « territoire » est devenu le nouveau périmètre de référence pour la gouvernance de l’action publique, celle-ci étant de plus en plus conçue comme coordonnée et multiniveaux (Duran et Thoenig, 1996 ; Pradel Miquel et al., 2013). Ses acteurs bénéficient d’une autonomie toujours plus grande pour y mettre en place des dispositifs nouveaux permettant de prendre en charge les compétences qui leur sont progressivement transférées (Klein, 2008). Dans cette perspective, le territoire est désormais conçu comme un système d’acteurs porteurs de projets d’innovation sociale (Van Dyck et Van den Broeck, 2013), dont résultent nombre de nouvelles « méta-organisations » (Arhne et Brusson, 2005) : cluster, pôles de compétitivités, groupements d’employeurs, etc. 2Quels sont les processus d’action collective qui permettent la mise en œuvre de ces innovations sociales ? De la capacité à innover 6L’action collective n’est pas nécessairement synonyme de changement et d’innovation sociale.

Related: