background preloader

Archéoastronomie

Archéoastronomie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’archéoastronomie, appelée aussi paléoastronomie, résulte de la combinaison d’études astronomiques et archéologiques. Elle revêt deux facettes : d’une part elle cherche à expliquer les observations astronomiques passées, à la lumière des connaissances actuelles ; d’autre part, associée à des études archéologiques et ethnologiques, l’ethnoastronomie tente d’interpréter et de préciser un possible usage astronomique de constructions anciennes tels que les mégalithes ou les géoglyphes de Nazca. Dans un contexte inverse, elle peut contribuer à l'astronomie ordinaire qui peut trouver dans des textes anciens des mentions d'événements astronomiques. Observations astronomiques passées[modifier | modifier le code] Supernovæ historiques, « étoiles invitées »[modifier | modifier le code] Datation d'événements historiques par des événements astronomiques[modifier | modifier le code] Œuvres à vocation astronomique[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Arch%C3%A9oastronomie

Related:  A ClasserQuestionnement

Astronomie babylonienne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’astronomie babylonienne désigne les théories et les méthodes astronomiques développées dans l’ancienne Mésopotamie, le « pays entre les deux rivières » Tigre et Euphrate (dans l’Irak actuel), et où s'épanouirent les royaumes de Sumer, d’Akkad, de Babylonie et de Chaldée. L’astronomie babylonienne est à la source des traditions ultérieures de l'astronomie grecque et hellénistique, de l’astronomie indienne classique, de celles des Sassanides, des Byzantins et des Syriens, de l’astronomie médiévale des Musulmans et des Européens[1].

Enigme. Mystere. Theories et Solutions. Dinosoria Aujourd'hui encore, la question de l'apparition même de l'homme n'est pas encore élucidée. Nous ne savons finalement pas grand-chose sur l'histoire de notre planète et donc la nôtre. Pour preuve, l'abondance des hypothèses émises un jour et aussitôt remises en cause le lendemain. Cela donne la mesure de notre ignorance, mais également de notre insatiable curiosité à trouver une explication logique à notre destin.

Il y a 40 ans, un Viking se posait sur Mars La sonde Viking-2 sur le site d’Utopia Planitia. © NASA/JPL/O. de Goursac. Il y a quarante ans, le 20 juillet 1976, l’atterrisseur de la mission américaine Viking-1 se posait en douceur sur le site martien de Chryse Planitia. Pour les Etats-Unis, c’était une première (les Soviétiques avaient réussi le même exploit en 1971 avec Mars-3 mais l’engin n’avait fonctionné que 20 secondes…). Surtout, grâce au programme Viking, les humains découvraient les paysages martiens, des déserts caillouteux sous un ciel hésitant entre l’orange et le sépia. Quelques semaines plus tard, Viking-2 posait ses pieds sur le site d’Utopia Planitia.

Le lien mystérieux entre Sirius et l'histoire de l'humanité Un aspect fascinant de Sirius est la cohérence de son symbolisme et les significations qui s'y rapportent. Plusieurs grandes civilisations ont vraiment associé Sirius à un personnage ressemblant à un chien et visualisé l'étoile soit comme la source, soit comme le but final d'une force mystérieuse. Pour l'astronomie chinoise et japonaise, Sirius est connu comme ''l'étoile du loup céleste''. Plusieurs tribus indigènes d'Amérique du nord se sont référés à l'étoile en termes canins : les tribus Seri et Tohono O'odham du sud-ouest décrivent Sirius comme un ''chien qui suit le mouflon'', alors que Blackfoot (indien américain) l'appelle ''Visage de chien''.

Un nouveau rover arpentera Mars en quête de traces de vie ETAPE. la Nasa a annoncé sur son site la concrétisation du projet Mars 2020, nouvelle étape d'une vaste campagne d'investigation multi-missions qui sera menée sur la planète rouge afin de déterminer si elle a abrité de la vie à une époque passée. Le rover Mars 2020 inspectera une région, pas encore déterminée, de Mars jugée favorable à l'épanouissement de la vie plusieurs millions d'années auparavant. Il sera notamment chargé de prélever des échantillons de roches et de les empaqueter en attendant qu'une nouvelle mission puisse les ramener sur Terre. "Mars 2020 est la première étape d'une campagne qui permettra de retourner des échantillons soigneusement sélectionnés et scellés de roches et de sol sur la Terre" a confirmé Geoffrey Yoder, de la Direction des missions scientifiques de la Nasa.

L’Histoire Secrète du Monde II, synthèse de la première partie sur l’Âge de Bronze - Laura Knight-Jadczyk – Cet article porte sur le dernier livre de Laura Knight-Jadczyk. C’est une synthèse des informations de la première partie de l’article du résumé de ce livre. Il est destiné à offrir une vision globale de ce qui est une toute autre approche de l’histoire de l’humanité. La première partie du volume 2 décrit la fondation des religions monothéistes durant l’Antiquité.

Premières expériences martiennes La vie existe-t-elle sur Mars ? Les petits monstres verts ont vécu (ou plutôt n'ont jamais vécu) et les écrivains de science-fiction laissent maintenant place aux véritables scientifiques. De toutes les planètes de notre système, Mars est celle qui ressemble le plus à la Terre : elle est donc de loin celle où une vie aurait eu le plus de chances de se développer. Pour cette raison, l'objectif majeur de la mission Viking était de rechercher si quelque indice de vie existait sur Mars. Nouvelle civilisation : Êtes-vous prêts ? 1ère partie Pour approfondir ce sujet, il convient de considérer un certain nombre de points : L’univers est dans un état d’harmonie sans dérèglement. Certains scientifiques pensent même que le hasard n’existe pas. Nous allons voir ensemble, à titre d’exemple, quelques extraits du livre « Dieu et la science » (1). Ce livre est né d’une série d’entretiens et au-delà, d’une rencontre entre celui que la tradition philosophique tient pour le dernier grand penseur chrétien : Jean Guitton et Igor & Grichka Bogdanov, tous deux docteurs en astrophysique et en physique théorique.

Lumière sur les zones d'ombre de Vénus Dotée d’une atmosphère très dense et opaque, composée à 96,5 % de dioxyde de carbone, Vénus est recouverte d’une couche nuageuse épaisse de 70 kilomètres qui voile sa surface à nos regards. Lancée en 2005, la sonde spatiale européenne Venus Express a collecté de nombreuses données sur la structure et la dynamique de l’atmosphère de la deuxième planète du Système solaire. En les analysant, Jean-Loup Bertaux et ses collègues de l’Agence Spatiale Européenne ont découvert un lien surprenant entre les motifs visibles dans la couche nuageuse de Vénus et les reliefs de sa surface.

Related: