background preloader

Cyclothymie et Surdon.

Cyclothymie et Surdon.
Suite à la publication récente d'un livre d'une amie, je tenais à informer les lecteurs de ce blog. Cécile Bost a écrit un ouvrage très intéressant qui s'intitule "Différence et souffrance de l'adulte surdoué" : A la page 148, elle écrit : "Beaucoup d'études montrent qu'il pourrait y avoir un lien entre surdon et troubles psychiatriques. Les mood swings sont une caractéristique des surdoués. Sous une forme plus envahissante, ce peut-être la cyclothymie, voire la bipolarité. Ceux et celles qui ont lu "La cyclothymie pour le pire et pour le meilleur" ( ) se souviendront peut-être de mes premières hypothèses lorsque je vivais à New York. La question de la douance liée à la cyclothymie est complexe. Ce qui change c'est la perspective de l'origine de la souffrance.

Différence et souffrance de l'adulte surdoué Comme je viens de le dire sur le site que vous savez… Après avoir lu aujourd'hui le livre, je parcours de nouveau cet excellent résumé, qui m'avait orienté vers lui. Merci, mademoiselle Rose !À tout point de vue, l'ouvrage de Cécile Bost me paraît plus intéressant (et plus achevé) que celui de Jeanne Siaud-Facchin, dont la découverte a été importante pour moi comme pour tant d'autres. Je trouve que Cécile Bost a trouvé une façon efficace, intelligente et nuancée de témoigner de son parcours, d'exploiter les messages du chat auquel elle a participé (même si on ne sait pas comment les échanges et les rencontres se sont transformés aussi en enquête méthodique en vue du livre) et de rendre compte d'une honnête plongée dans la littérature scientifique. De plus, la construction, l'écriture et la présentation sont bien mieux maîtrisées que chez JSF, ce qui est très agréable — je suis un hypersensible du texte (c'est un trait qui n'est pas inné, mais qui a été longuement construit et renforcé…)

Enfants précoces, enfants surdoués, enfants à haut potentiel; adultes surdoués; tout sur la douance, la surdouance, le surdouement. Psychologue-clinicienne, spécialiste des surdoués, Jeanne Siaud-Facchin a été membre du laboratoire d'exploration fonctionnelle cognitive de l'hôpital de la Salpêtrière à Paris, puis attachée à l'Unité d'adolescents du Pr Rufo, à l'hôpital de la Timone à Marseille. Depuis une quinzaine d'année, elle s'occupe des personnes surdouées, plus particulièrement des enfants. Elle a créé en 2003, à Marseille, CogitoZ, le premier centre français consacré à la prise en charge des troubles de l'apprentissage. Dans son cabinet, elle reçoit les familles, fait passer des tests de QI, explique aux parents les particularités de leurs enfants et les conseille. Jeanne Siaud-Facchin voit des enfants qui souffrent et elle juge ceci inacceptable : elle sait qu'un enfant surdoué peut être heureux et équilibré si on sait s'en occuper. Elle a publié chez Odile Jacob en 2002 "l'Enfant surdoué, l'aider à grandir, l'aider à réussir" et en 2006 "Aider l'enfant en difficulté scolaire".

Toi qu’on dit « surdoué », la précocité intellectuelle expliquée aux enfants, Claire Grand Après avoir vu un psychologue, on t’a expliqué que tu étais surdoué. Mais même si tu en as peut-être déjà entendu parler tu ne sais pas exactement de quoi il s’agit, comme beaucoup d’autres gens qui pensent seulement que c’est une capacité spéciale qui permet de tout apprendre sans aucun problème. Être surdoué n’est pas une maladie, c’est avant tout un fonctionnement différent et rare qui a un impact sur tous les domaines de la vie. Il est généralement admis qu’un enfant est surdoué lorsqu’il a un QI supérieur à 130 et un fonctionnement différent. Les tests d’intelligence ont été inventés au début pour aider les enfants qui réussissaient moins que les autres du même âge en les regroupant dans des classes spéciales pour qu’ils puissent suivre. Pour aller mieux il est d’abord important de se dire que cette différence ne disparaîtra pas et qu’il va falloir apprendre à vivre avec, accepter.

Trop intelligent pour être heureux, Jeanne Siaud-Facchin Comment définir cette population, au delà de ce que les médias montrent, de l’impression trompeuse d’un simple effet de mode et des débats de terminologie, et pourquoi s’en préoccuper? Le mythe d’un surdoué « hyper-performant » et « sur-avantagé » domine dans les esprits (y compris chez certains thérapeutes), avec en fond les confusions régnant autour de la notion d’intelligence, alors même que les psychologues reçoivent de plus en plus de patients, enfants et adultes en souffrance, présentant ce profil singulier, vulnérables psychiquement, car leur mode de fonctionnement est atypique. L’intellect et l’émotionnel se mêlant en eux de manière permanente, leur personnalité se construit singulièrement avec ces ressources-là, puissantes mais avec des bases inhabituelles, qui doivent être reconnues, intégrées et exploitées pour devenir une force et non source de trouble. Si chaque personnalité est unique, on relève plusieurs facettes communes.

Related: