background preloader

Dans les souterrains de Paris des hackers veillent au patrimoine culturel

Dans les souterrains de Paris des hackers veillent au patrimoine culturel
Connaissiez-vous l’existence, l’histoire et les agissements de ce réseau clandestin parisien appelé Urban eXperiment ou UX ? Peut-être bien que non et pour cause car ses membres cultivent à juste titre le secret et la discrétion[1] Mais ils cultivent également autre chose qui les rapproche avant l’heure d’un activiste d’Anonymous, d’un développeur de logiciel libre ou d’un contributeur de Wikipédia. Difficile de ne pas y voir une sorte de parabole de l’Internet actuel… Dans les souterrains de Paris, des hackers veillent au patrimoine artistique The French Hacker-Artist Underground Jon Lackman - 20 janvier 2012 - Wired.com(Traduction Framalang : Slystone, Goofy, Antoine, kabaka, Cédric) Il y a trente ans, au cœur de la nuit, un groupe de six adolescents parisiens réussissait ce qui allait se révéler être un vol fatidique. Mais les gardes n’étaient visibles nulle part. L’action la plus spectaculaire du groupe UX (du moins celle qu’on peut révéler aujourd’hui) a été effectuée en 2006.

En Grande-Bretagne, la Quadrature du Net est censurée par... un filtre anti-porno ! Array. Array. En Grande-Bretagne, la Quadrature du Net est censurée par... un filtre anti-porno ! Ô surprise ! C'est un rapport d'une ONG britiche, Open Rights Group, relevé par la BBC, qui dévoile la chose. Gode save the queen En cause, un filtre mis en place en 2004 par les opérateurs de téléphonie mobile d'Outre-Manche. "Les filtres de protection infantile affectent plus d'utilisateurs et plus de sites que prévu" affirme Peter Bradwell, de l'Open Rights Group, qui évoque la mise en place d'un "système de censure" de fait. (Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

The Future of Open Fabrication ACTA : les opposants se félicitent du rejet des commissions parlementaires C'est une victoire décisive pour tous ceux qui s'opposent à l'accord commercial anti-contrefaçon et un message très clair envoyé aux eurodéputés, qui auront à se prononcer sur le projet de traité international lors d'une session plénière prévue cet été. Les trois commissions (ITRE (industrie), JURI (affaires juridiques) et LIBE (libertés civiles)) qui devaient rendre leur avis ce jeudi se sont prononcés contre ACTA. Ce succès était pourtant loin d'être acquis. Des pressions de dernière minute se sont exercées sur les parlementaires pour que ces derniers fassent le "bon" choix, à l'image de l'ambassade des États-Unis qui a fait un intense lobbying en faveur de l'ACTA. Cela s'est d'ailleurs joué à peu de choses au sein des commissions ITRE ET JURI. Dans le détail, le rapport anti-ACTA de l'eurodéputée pirate Amelia Andersdotter présenté au sein de la commission ITRE a été approuvé par 36 voix contre 31. Un appel à la mobilisation partagé par l'April.

Tour d’horizon des Fab Labs Ce rapport conclut et fait part de la visite et analyse d’une dizaine de lieux de fabrication numérique à travers le monde Ce rapport d’une soixantaine de pages rend compte de nos différents voyages dans des lieux de fabrication numérique ouverts. Nous avons mené ce travail afin d’en savoir plus, d’aller plus loin que le discours projet, de rencontrer les acteurs qui font les Fab Labs, les utilisateurs qui s’y rendent, pour en dresser une typologie. L’objectif est donc de se rendre compte du fonctionnement au jour le jour, d’observer les usages, pratiques et projets, de comprendre les modèles économiques émergents en interviewant les communautés créatives présentes, les animateurs médiateurs et porteurs des Fab Labs visités. Vous pourrez retrouver publiées également ici, les annexes du documents constitués des comptes-rendus et entretiens menés par les étudiants de Centrale (dans un format compressé zip). Annexes : Le document est publié sur la plate-forme de partage "SlideShare".

ACTA : la déroute se confirme ACTA semble une nouvelle fois bien mal embarqué. L’accord européen visant à raffermir les règles de copyright a pris encore un peu plus de plomb dans l’aile après que trois comités sur quatre aient rendu un avis négatif vis-à-vis du traité. Avis qui devrait impacter directement la décision des états lors du vote du 2 juillet prochain. C’est du 2 au 5 juillet que les états membres de l’Union Européenne décideront d’adopter ou non ACTA. Aujourd’hui, on apprend qu’au cours d’un vote, trois des quatre comités censés rendre un avis sur la question auraient rejeté ACTA. La prochaine étape, ce sera le vote de l’International Trade Committee, qui ne rendra théoriquement pas d’avis positif sur ACTA et mettra certainement un terme officieux au traité, en attendant le coup de grâce le 2 juillet. On en parle sur le forum. [ Source : Europa ] Articles similaires:

fablab.fr Les Gens qui Doutent Mon esprit en ce moment est sur une question qui peut-être vous semblera étrange ou complétement obsolète, et en mauvaise philosophe j'ai du mal à la synthétiser en un concept clair. Je ne vais donc vous en donner une sensation, une idée... Je lisais l'autre jour cet article sur un vieil homme qui pour continuer à accumuler des souvenirs pratique une sorte de tri de ceux-ci comme nous le faisons avec la mémoire de nos ordinateurs, ou peut-être certains, moi probablement, avec le contenu de nos bibliothèques. Je me disais qu'il y a, depuis qu'internet est de façon efficace dans ma vie, peu de choses que j'ai besoin de retenir. Mais peut-être parce que je suis un peu parano ou parce que je suis préparée depuis toujours à l'idée d'inventer des méthodes de survie à une fin du monde lente, je me dis qu'il faudrait en retenir certaines, comme en cas de blackout, le fonctionnement d'une dynamo, d'une machine à vapeur, peut-être le morse... Au début je ne comprenais même plus la poésie.

ACTA, sous la menace d’une résolution alternative Mise à jour : Finalement, l'ordre du jour a été voté sans changement et donc de proposition de résolution. Le vote s'oriente donc vers un arbitrage binaire : soit l'adoption, soit le rejet d'ACTA. Demain auront lieu les explications de vote à partir de 15h. Mercredi, se déroulera le vote final entre 12h30 et 15h. Le groupe EPP vient cependant d'annoncer sur Twitter qu'il allait déposer demain un projet de résolution alternative afin de repousser le vote à l'avis de la CJUE. C'est ce 4 juillet qu'ACTA sera voté en séance plénière par les eurodéputés. Source : JLogan - Wikimedia Commons. Passera ou passera pas ? « Un rejet définitif de l'ACTA constituerait une formidable victoire pour les citoyens du monde entier, ainsi que pour la démocratie et citoyenneté européenne. À 17 h aujourd’hui, sera fixé l’ordre du jour des séances de vote. PC INpact suivra depuis le Parlement européen à Strasbourg le dernier round du vote d'ACTA.

Pire que l'ACTA, le projet INDECT ? On ne peut pas dire que le gouvernement soit cachottier, mais bizarrement, il y a des projets dont on entend nettement moins parler. Il est donc temps de vous familiariser avec le plan Indect, qu'on pourrait largement qualifier de cyber-espion. Fondé par l’union européenne, il s’agit d’un système d’information intelligent soutenant l’observation, la recherche et la détection pour la sécurité des citoyens en milieu urbain. Au demeurant fort louable, sa mise en place pose en revanche quelques soucis. Douteux ? Si vous voulez vous renseigner, il y a bien un site officiel en anglais, mais aucun document sur la Toile. Après SOPA, PIPA, ACTA … Veuillez-vous lever pour L’infect l’Indect ! @tankist276 - shutterstock

Divergence avec Michel Serres Si vous avez l'attention focalisée sur une parcelle de la réalité; si, par exemple, ne vous intéressent que les matches qui se disputent entre le hameau que vous habitez et celui d’à côté, vous risquez de voir les événements qui viennent vers vous de plus loin - par exemple, la raréfaction et l'enchérissement de l'énergie, la promulgation de nouveaux règlements, le dérapage des prix alimentaires - comme de mystérieux phénomènes qui viennent perturber aléatoirement et stupidement votre microscopique univers. L’expertise, paradoxalement, peut être une cause d’erreur. On n'est expert qu’en étant spécialiste. Pour être très compétent dans votre domaine, vous courez le risque de faire de mauvaises prévisions sur l’évolution du système que vous connaissez sous tous ses aspects, car seront hors du champ de vos observations des phénomènes qui, tels des météorites issues du vide intersidéral, viendront de nulle part le percuter sans pitié. Ne soyons pas non plus désespérés.

En sus de la taxe Google, la presse demande à être traitée comme les artistes La presse française, ou tout du moins une partie d'entre elle, cherche de nouveaux revenus et a trouvé Google comme Deus ex machina. Si l'on sait que le paiement au référencement voire au clic est projeté par la presse, notre confrère Télérama vient de dévoiler en exclusivité le projet de proposition de loi de l'association de la presse d'information politique et générale (IPG), transmis au gouvernement il y a une dizaine de jours. Et son contenu est assez édifiant. Projet de proposition de loi sur les droits voisins pour les organismes de presse Un droit voisin en sus du droit d'auteur Ce volet n'était cependant qu'une partie des désirs de l'association. 300 000 € d'amende et 3 ans de prison pour échanger un article de presse payant Concrètement, que propose l'association ? Aujourd'hui, cet alinéa 1er de l'article 335-4 peut être utilisé par les représentants des ayants droit pour punir une personne proposant des titres audio, un film ou une série sur un réseau P2P ou ailleurs.

HoneyMap Internet ça change la vie "Révolution numérique". C'est l'expression consacrée des verbiages politiciens, mais concrètement ça veut dire quoi ? Laurent Chemla raconte en une allégorie le chamboulement Internet. Un des problèmes majeurs qu’on rencontre, quand on essaie de comprendre l’impact d’Internet dans nos sociétés, c’est de prendre le recul nécessaire : il est si difficile d’imaginer notre vie sans lui qu’on n’arrive pas à voir ce qu’il change. Il est plus facile – du coup – de tenter l’exercice de l’allégorie. Il était une fois Imaginons quelque chose de vraiment très improbable : les Mayas se sont plantés et la fin du monde n’est pas pour dans un mois. Imaginons que, du coup, notre technologie continue d’évoluer et que d’ici une dizaine d’années un groupe de hackers invente dans son coin une imprimante 3D capable de reproduire à peu près n’importe quoi, au niveau moléculaire. Au tout début, les fichiers sont rares. Une nouvelle économie Peu à peu, une nouvelle économie se met en place. Un monde nouveau

Related: