background preloader

ACCRE - cerfa_13584

ACCRE - cerfa_13584
Related:  Création pure

Calculateur de Charges Sociales indépendant, TNS 2013 Cotisations de retraite complémentaire CIPAV 2017 en hausse de 5,2% par rapport à 2016... Mise à jour 2017 avec réduction des cotisations maladie pour les rémunérations inférieures à 0,7 PASS. Noter que les calculs d'ACCRE 2017 ne sont pas implémentés, les modalités d'application n'étant pas encore connues. Il calcule les charges sociales (charges RSI, et éventuellement charges URSSAF et charges CIPAV), pour Travailleurs Non Salariés (TNS) indépendants, freelances, entreprises individuelles, en fonction du statut (commerçant, artisan, profession libérale) et de la forme (Autoentrepreneur, EI - réel ou micro - ou EURL/SARL), pour une activité indépendante principale ou secondaire. Le calcul de la régularisation RSI année N-1 (2016 cette année) fait partie de ce calculateur depuis 2009... Il calcule et affiche systématiquement les charges en autoentrepreneur à titre de comparaison, si le CA annoncé le permet. retour en haut de page Conditions d'utilisation du calculateur Explications

La formation professionnelle Objectif Les périodes de professionnalisation ont pour objet de favoriser le maintien dans l’emploi de salariés en contrats à durée indéterminée. Elles peuvent être mises en œuvre à compter du 1er octobre 2004. Bénéficiaires Mise en œuvre Le pourcentage de salariés simultanément absents au titre de la période de professionnalisation ne peut dépasser 2 % du nombre total de salariés dans l’entreprise, sauf accord du chef d’entreprise.Dans une entreprise ou un établissement de moins de 50 salariés, la période de professionnalisation peut être différée quand elle aboutit à une absence d’au moins 2 salariés au titre de ces périodes. Caractéristiques Les actions de la période de professionnalisation peuvent se dérouler en tout ou en partie en dehors du temps de travail. Rémunération Formation Tuteur L’employeur peut choisir un tuteur parmi les salariés qualifiés de l’entreprise. L’employeur peut remplir la fonction de tuteur s’il remplit les conditions de qualification et d’expérience.

LE GATTILIER Le Gattilier Leur travail sur les plantes médicinales a commencé il y a vingt-cinq ans, dans le département des Alpes Maritimes, et dans l’esprit des méthodes de l’agriculture biologique. Le Gattilier est établi depuis le printemps 2002 dans l'arrière-pays de Grasse, à 1100m d’altitude, dans une ferme templière du début du XIIIème siècle sise sur une propriété de 65 hectares. Leur production s’est d’abord limité aux plantes séchées, sauvages ou cultivées, puis aux macérations solaires de plantes fraîches (arnica, millepertuis, lavande officinale sauvage, calendula officinal…). Depuis quelques années Le Gattilier s'est tourné vers la méthode d’agriculture biodynamique (Label Demeter), pour leurs cultures. Leur production est réalisée aussi, pour certaines plantes, à partir de végétaux sauvages prélevés sur des sites aussi écologiquement indemnes que possible.

La structure du business plan Le business plan est le document de travail de base de tout créateur ou repreneur d’entreprise. Le business plan doit être établi avec beaucoup de sérieux compte tenu des nombreux objectifs auxquels il répond. Un point très important consiste à structurer votre business plan correctement, ce qui permet d’avoir une démarche cohérente dans son établissement et d’aborder tous les points essentiels du projet. N’oubliez pas que les autres lecteurs de votre business plan n’ont pas la même connaissance que vous du projet, la compréhension de ce dernier est donc plus délicate. En conséquence, Le Coin des Entrepreneurs vous propose une structure type de business plan possible, qui doit toutefois être ajusté en fonction de votre projet. 1. Pour commencer, il convient de présenter rapidement le projet en introduction et d’élaborer le sommaire de votre business plan. Le sommaire du business plan peut être articulé autour des 3 parties suivantes : 2. 1ère partie : projet, marché et stratégie

URSIE Union Régionale des structures de l'insertion par l'économique Le financement des entreprises L’entrepreneur aura le choix, dans le cadre de son projet de création ou de reprise d’entreprise, entre plusieurs sources de financement. On distinguera généralement deux grands types de financement d’entreprise : Ceux provenant des associés ou actionnaires, et ceux provenant de partenaires externes, comme les banques par exemple. L’objectif de cet article sera de vous présenter la plupart des sources de financement qui existent, et leurs principales caractéristiques. Le financement par les associés ou actionnaires Le financement provenant des associés ou actionnaires de l’entreprise prend la forme d’apports en capital ou d’apports en compte courant. A. Lorsqu’une personne effectue un apport en capital, il recevra en contrepartie des titres représentatifs du capital de la société concernée. Les apports en capital peuvent prendre trois formes différentes : B. Contrairement aux apports en capital, l’apport en compte courant ne permet pas d’obtenir des titres de la société. C. A. B. C.

EPIDe Qui ? L’EPIDe s’adresse aux jeunes âgés de 18 à 25 ans révolus, ayant leur résidence habituelle en métropole, sans diplôme, sans qualification ou en voie de marginalisation. Les 18 centres EPIDe répartis sur le territoire métropolitain accueillent les jeunes, garçons et filles, volontaires pour entrer dans le dispositif, qui répondent aux critères suivants : sans emploi sans qualification et sans titre professionnel en règle ou prêts à se mettre en règle avec la journée défense et citoyenneté JDC (ex-JAPD) médicalement aptes Les jeunes de nationalité étrangère peuvent être admis dans les centres EPIDe au même titre que les jeunes de nationalité française, sous réserve que leur situation leur permette d'accéder à l'emploi. Quoi ? Les jeunes accueillis dans ce dispositif bénéficient d'un statut particulier et signent un contrat de volontariat pour l'insertion d'une durée de 8 mois, généralement prolongé de 12 mois. Les bureaux et centres du Service National par région, DSN Les Centres Epide

100 conseils utiles pour créer son entreprise ! 1ère partie Après avoir recensé les principales questions sur la création d’entreprise qui nous sont posées sur Le coin des entrepreneurs, nous vous proposons ce guide des 100 conseils utiles pour créer son entreprise. Ce guide, composé de 6 parties, vous apporte des réponses ainsi que des renvois vers des publications pour de plus amples informations. Voici la première partie du guide des 100 conseils utiles pour créer son entreprise : 1. Quitter son emploi et créer son entreprise Pour quitter son emploi actuel et créer son entreprise, plusieurs solutions se présentent à l’entrepreneur : Démissionner et se lancer à l’issue du préavis ;Négocier avec son employeur une rupture conventionnelle, ce qui permet notamment d’être éligible au dispositif ACCRE ;Prendre un congé pour création d’entreprise. Lorsque vous prenez cette décision, il convient d’étudier avec attention l’éventuelle clause de non-concurrence qui vous relie à votre employeur. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. Pas de panique !

CRFP Conseiller en Insertion Professionnelle Centre Régional de Formation Professionnelle de Guadeloupe Rendre le stagiaire capable de mobiliser et de développer l’ensemble des moyens, ressources et relations nécessaires à l’accueil, l’information, l’orientation, et l’accompagnement vers et dans l’emploi des personnes. Demandeurs d’emplois - Salariés Informer et orienter une personne ou un groupe de personnes sur les ressources en matière d’insertion Construire et contractualiser avec la personne son parcours d’insertion Apporter un appui technique aux employeurs en matière de recrutement Mettre en oeuvre le plan d’actions d’un projet collectif d’insertion Période en entreprise Examen de validation niveau III (Titre Professionnel du ministère du Travail) Action de formation financée par le Fonds Social Européen et le Conseil Régional

Les aides à la création d’entreprise « RACINES-CLEFE Retrouvez ici les différentes aides matérielles existantes pour créer son entreprise. Besoins en fonds de roulement, frais de constitution, achat de matériel, mais aussi facilités d’ordre administratif… Ces aides peuvent se cumuler. Important : elles s’adressent le plus souvent à des créateurs-trices ayant non seulement entamé leur démarche de création, mais également obtenu leur n° d’immatriculation de Registre du Commerce, qu’elles soient personnes physiques ou personnes morales. Le FGIF (Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes) Ce dispositif a été mis en place par les pouvoirs public en 1989. Il consiste à garantir un prêt obtenu auprès d’un organisme bancaire (de 5000 à 38 000 euros) par une femme gérante et créatrice de son entreprise et qui ne dispose pas de garantie personnelle pour pouvoir contracter cet emprunt. Les CLEFE (Clubs Locaux d’Epargne pour les Femmes qui Entreprennent) L’ARAF (Aide à la Reprise d’Activité des Femmes ) sur le site du Service Public Et aussi :

Related: