background preloader

Sionisme

Sionisme
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article se consacre surtout à l'analyse des courants idéologiques sionistes ainsi qu'aux réactions qu'ils ont suscitées. Pour le détail de son histoire, voir aussi : Histoire du sionisme. Le sionisme est une idéologie politique, décrite comme nationaliste par les uns et comme émancipatrice par les autres, prônant l'existence d'un centre spirituel, territorial ou étatique peuplé par les Juifs en Terre d'Israël (Eretz Israel). À la naissance du mouvement, à la fin du XIXe siècle, ce territoire correspondait à la Palestine ottomane, puis après la Première Guerre mondiale à la Palestine mandataire. Sur un plan idéologique et institutionnel, le sionisme entend œuvrer à redonner aux Juifs un statut perdu depuis l'annexion du Royaume d'Israël à l'Empire romain, à savoir celui d'un peuple disposant d'un territoire. Le sionisme doit son nom au mont Sion, une des collines sur laquelle fut bâtie Jérusalem. Terminologie[modifier | modifier le code] Related:  Palestine et Sionisme

La vision du monde raciste d’Arthur Balfour Par David Cronin, le 18 octobre 2017 Arthur James Balfour sera sans aucun doute porté aux nues par les fervents inconditionnels de l’État d’Israël dans les semaines à venir, pour un bref document qu’il a signé il y a 100 ans. En tant que Secrétaire du Foreign Office britannique en novembre 2017, A. Balfour a déclaré son appui au projet de colonisation sioniste. Avec sa déclaration, la Grande Bretagne devint le sponsor impérial d’un État juif – appelé par euphémisme « un foyer national juif » – qui allait s’établir en Palestine par l’expulsion massive de son peuple autochtone. Dans ce document, la garantie que les droits des Palestiniens seraient protégés s’est avérée nulle et non avenue. En 1919, il affirma que les aspirations sionistes étaient « d’une bien plus grande importance que les désirs et préjugés des 700.000 Arabes qui habitent actuellement cette terre antique ». De 1887 à 1891, Balfour était à la tête de l’administration britannique en Irlande. Des bienfaits de la civilisation ?

L'histoire du Sionisme En août 1897, a lieu à Bâle, le premier congrès sioniste, au cours duquel il proclamera : » Dans cinquante ans, un Etat juif naîtra « . Le 29 novembre 1947, les Nations Unies votaient le partage de la Palestine, ouvrant la voie à cet Etat rêvé par Herzl. Dès son apparition, le mouvement sioniste s’inscrit dans la mission civilisationnelle et coloniale de l’Europe : » Pour l’Europe, nous constituerons là-bas, un morceau de rempart contre l’Asie, nous serions le sentinelle avancée de la civilisation contre la barbarie » (Th. Herzl – » l’Etat juif « ) Ainsi, les objectifs sont clairement exprimés : chasser les Palestiniens et encourager l’immigration juive, dans l’esprit du mythe » une terre sans peuple pour un peuple sans terre « . Les Rothschilds ont toujours été la force derrière le mouvement sioniste. Je vous rappel tout de même l’alliance entre Hitler et le sionisme (Accord de transfert).Hitler lui même financé par Wallstreet et rothschild. A l’origine, deux conceptions opposées

Aux origines de la pensée de M. Nétanyahou, par Dominique Vidal (Le Monde diplomatique, novembre 1996) L’intransigeance de M. Benyamin Nétanyahou a surpris certains. De ce premier ministre mal élu, théoriquement ficelé par la signature de ses prédécesseurs au bas des accords d’Oslo et en principe soumis à la volonté de l’Europe comme des Etats-Unis de voir avancer les négociations, ils attendaient un minimum de réalisme. On a présenté son père, Ben-Zion, comme un professeur d’histoire juive, spécialiste de l’Inquisition en Espagne. Vladimir Jabotinsky se fait connaître durant la première guerre mondiale en créant la Légion juive, qui contribuera — tardivement — à la « libération » de la Palestine par les troupes du général Allenby en 1918. En quoi les révisionnistes s’opposent-ils à la majorité des sionistes, au point de quitter, en août 1935, l’Organisation mondiale, au sein de laquelle ils ont rassemblé jusqu’à 21 % des suffrages ? Un « mur d’acier » contre les Arabes Voilà le fameux « mur d’acier ». Idéologique et politique, le rapprochement se matérialise sur le terrain. M.

Michel Warschawski Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Michel Warschawski (Mikado) (né en 1949 à Strasbourg) est un journaliste et militant pacifiste d'extrême gauche israélien, cofondateur et président du Centre d'information alternative de Jérusalem et ancien président de la Ligue Communiste Révolutionnaire Marxiste israélienne. Anti-sioniste, il souhaite le remplacement d'Israël comme État juif par un État binational[1]. Biographie[modifier | modifier le code] Il crée en 1984, le Centre d'information alternative (en) (AIC), qui rassemble plusieurs mouvements pacifistes israéliens et organisations palestiniennes. Michel Warschawski en juillet 2005. Entre septembre 2008 et à la fin du journal. il est chroniqueur dans le journal satirique Siné Hebdo. Il est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009. Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code]

UN council: Israel intentionally shot children and journalists in Gaza The investigative commission of the United Nations Human Rights Council that examined the most recent round of violence on the Israel-Gaza border presented its findings on Thursday, saying it found "reasonable grounds" that Israeli security forces violated international law. The commission determined that the majority of Gaza protesters who were killed by Israeli forces --154 out of 183 people -- had been unarmed. The panel also recommended that UN members consider imposing individual sanctions, such as a travel ban or an assets freeze, on those identified as responsible by the commission. The findings were rejected by several Israeli officials, including Prime Minister Benjamin Netanyahu, who said that Israel outright rejects the report: "The council has set new records of hypocrisy and lies out of an obsessive hatred for Israel." Netanyahu added that Israel will continue to "fiercely defend its sovereignty and citizens against Hamas attacks and Iran-backed terror organizations." Oops.

Insultes contre Alain Finkielkraut : "Quand on lui dit 'sale sioniste de merde', on n'est plus dans la théorie politique" Le journaliste et historien Dominique Vidal, qui collabore au "Monde diplomatique", rappelle que "l'antisémitisme est un délit" tandis que "l'antisionisme est une opinion politique, que chacun est libre d'approuver ou non". Mais il est estime que les injures proférées contre le philosophe sortent du cadre de la contestation d'une opinion. "Sale sioniste de merde, tu vas mourir !" Sur Twitter, quelques-uns ont débattu de la différence entre la notion d'antisémitisme et d'antisionisme. Quelle différence existe-t-il entre les deux termes ? Franceinfo : Quelle différence faites-vous entre antisémitisme et antisionisme ? Dominique Vidal : Il y a une différence radicale. L'antisionisme est une pensée politique et n'a donc rien à voir avec le fait de développer la haine des juifs.Dominique Vidalà franceinfo Le sionisme date de la fin du XIXe siècle : c'est une pensée politique qui a été imaginée par Theodor Herzl. Aucune insulte n'est antisioniste. Bien sûr. Votre avis est précieux.

Comment les intox sur Rothschild alimentent l’antisémitisme – Agitations Depuis plusieurs semaines nous avons vu le nom de la famille Rothschild sur des pancartes lors de manifestations de Gilets Jaunes. Étant donné tous les agios qu’il nous prennent, il est évident que nous n’aimons pas vraiment les banquiers, mais nous ne souhaitons pas instrumentaliser la haine de la finance à des fins racistes. Historiquement la figure du banquier juif a souvent été utilisée par le discours anticapitaliste du XIXe siècle, et charrie avec elle de nombreux symboles antisémites. Dans le cas de la famille Rothschild, de quoi parle-t-on ? La famille Rothschild est un grand nom de la bourgeoisie d’affaire juive. Originaire du Sainte Empire (l’Allemagne actuelle), la famille se divise en cinq branches (allemande, anglaise, française, autrichienne et italienne) au début du XIXe siècle. Fake news n°1 : « Rothschild a financé Hitler» L’antisémitisme a en effet joué un rôle prépondérant dans la concentration d’une partie du capital financier et industriel occidental.

L’inéluctable déclin du sionisme de gauche, par Thomas Vescovi (Le Monde diplomatique, mai 2021) Au terme des quatre scrutins législatifs qui se sont tenus en Israël depuis avril 2019, le même constat s’est imposé : l’influence de la gauche sioniste s’est effondrée, au profit des alliances entre nationalistes et religieux. L’utopie du sionisme de gauche, à savoir la fondation d’un État pour les Juifs sur des bases socialistes, semble ainsi avoir échoué. Pourtant, cette gauche a joué un rôle central dans l’histoire d’Israël : au cœur de sa création en 1948, majoritaire à la Knesset (Parlement) pendant les trois premières décennies d’existence de l’État et aux commandes de 1992 à 1996, puis de 1999 à 2000. Mais, lors des dernières élections, la gauche (Parti travailliste et Meretz) s’est montrée incapable de revenir au premier plan, enregistrant même les pires scores de son histoire — sept sièges sur cent vingt en mars 2020, puis treize cette année. Afin d’expliquer ce déclin, il convient de rappeler les origines et les contradictions du sionisme de gauche.

The Apollo of Gaza (2018) — Palestine Film Institute Documentary, 78m Co-produced by Akka Films and the National Film Board of Canada (NFB), The Apollo of Gaza, directed by Swiss filmmaker Nicolas Wadimoff, tries to uncover the secrets behind this stunning archaeological discovery. Filmed in Gaza and Jerusalem, the film plays out like a mystery – one full of unexpected plot twists, as Wadimoff tracks down those who saw the priceless statue or who have heard stories about it. Is it the work of forgers, or a gift from the gods to Palestinians desperately in need of hope? There are a lot of unknowns, but one thing is sure: the Apollo of Gaza soon becomes an object of speculation and greed, its very existence feeding the wildest rumours, and blurring the line between truth and lie, myth and reality. Beyond the local political rivalries and international concerns, The Apollo of Gaza is an engaging reflection on the passage of time and the cycles of history. Director: Nicolas Wadimoff

ISRAËL-PALESTINE : Derrière la propagande, une violence sans précédent - Élucid Rony BRAUMAN est médecin. Engagé depuis 1977 dans l'humanitaire, il a notamment été président de l'ONG Médecins sans frontières, et dénonce depuis de nombreuses années les ingérences humanitaires, la duplicité de certains discours encourageant les guerres, et les exactions causées par ces dernières. Dans cette interview par Olivier Berruyer pour le site Élucid, Rony Brauman propose son analyse du conflit israélo-palestinien, dont le niveau de violence a atteint son paroxysme depuis l'attaque 7 octobre. Il déplore les massacres perpétrés, et l'horreur d'une situation dont on peine à envisager la moindre issue. Il se montre très critique face à la politique de destruction conduite par Israël, sous le regard complaisant d'un Occident dépassé par ce conflit. N'oubliez pas de vous abonner à la chaîne YouTube Élucid pour ne rien louper (rapide, et gratuit), et de partager la vidéo si elle vous a plu, pour lui donner plus de visibilité ! ÉLUCID a besoin de votre soutien !

LCI cherche les images qui "contredisent l'idée d'une famine" à Gaza - Par Pauline Bock 20 mars 2024 Maj: 20 mars 2024 Une chronique de l'émission "24H Pujadas", sur LCI, a remis en cause l'idée que Gaza est proche de l'état de famine. Les agences de presse et les organisations internationales, Nations unies en tête, alertent pourtant sur le risque de famine depuis décembre. Sur quels fondements LCI met-elle en cause leurs conclusions ? 20 mars 2024 Maj: 20 mars 2024 Une chronique de l'émission "24H Pujadas", sur LCI, a remis en cause l'idée que Gaza est proche de l'état de famine.

Related: