background preloader

Sionisme

Sionisme
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article se consacre surtout à l'analyse des courants idéologiques sionistes ainsi qu'aux réactions qu'ils ont suscitées. Pour le détail de son histoire, voir aussi : Histoire du sionisme. Le sionisme est une idéologie politique, décrite comme nationaliste par les uns et comme émancipatrice par les autres, prônant l'existence d'un centre spirituel, territorial ou étatique peuplé par les Juifs en Terre d'Israël (Eretz Israel). À la naissance du mouvement, à la fin du XIXe siècle, ce territoire correspondait à la Palestine ottomane, puis après la Première Guerre mondiale à la Palestine mandataire. Sur un plan idéologique et institutionnel, le sionisme entend œuvrer à redonner aux Juifs un statut perdu depuis l'annexion du Royaume d'Israël à l'Empire romain, à savoir celui d'un peuple disposant d'un territoire. Le sionisme doit son nom au mont Sion, une des collines sur laquelle fut bâtie Jérusalem. Terminologie[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sionisme

Related:  Idéologies

Service d'action civique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le service d'action civique (SAC) a été de 1960 à 1981 une association loi de 1901 au service du général de Gaulle puis de ses successeurs gaullistes, mais souvent qualifiée de police parallèle, créée à l'origine pour constituer une « garde de fidèles » dévouée au service inconditionnel du général après son retour aux affaires en 1958. Ses statuts précisent seulement qu'il est une « association ayant pour but de défendre et de faire connaître la pensée et l'action du général de Gaulle ». Il a pour ancêtre le service d'ordre du Rassemblement du peuple français, qui s'était déjà illustré dans des affrontements violents face aux communistes. Historique[modifier | modifier le code] Une organisation au service du général de Gaulle[modifier | modifier le code]

Histoire du sionisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le sionisme est une idéologie politique nationaliste, apparue au XIXe siècle, et qui entend permettre aux Juifs d'avoir un État. Cet article s'intéresse essentiellement à trois problématiques au cœur de l'histoire du sionisme : Les débats et pratiques autour de la construction d'institutions nationales ou prénationales : Organisation sioniste mondiale, partis politiques, Agence juive, groupes armés, puis l'État lui-même.Les débats et pratiques autour de la constitution d'une population juive importante au sein de l'État.Les débats idéologiques entre tendances sionistes, en particulier sur la définition des objectifs. Dans ce domaine, deux questions ont particulièrement divisé (et continuent de diviser) les sionistes : La place de la religion juive dans le sionisme.La question de la localisation de l'État juif, puis de ses frontières.

Résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations unies Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Assemblée générale des Nations unies Résolution 242 Membres permanents Conseil de sécurité NKVD Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le NKVD (en russe : НКВД, abréviation de Народный комиссариат внутренних дел, Narodnii komissariat vnoutrennikh diel) ou Commissariat du peuple aux Affaires intérieures, est la police politique de l'Union soviétique — équivalente à un ministère — et « chargée de combattre le crime et de maintenir l'ordre public ». Créé le 15 novembre 1923 à partir de la Guépéou, le NKVD absorbe l'OGPU en 1934 et devient l'organe central de l'administration d'État de l'Union soviétique[1] jusqu'au 19 mars 1946 lorsqu'il est transformé en « ministère des Affaires intérieures » de l'URSS (MVD). Fonction[modifier | modifier le code] Le rôle du NKVD était de contrôler la population et la direction de l’URSS[2] ; ses chefs ne rendaient compte qu’à Staline, qui l'utilisa pour imposer et maintenir son autorité sur le pays.

Antisionisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'antisionisme (ou anti-sionisme) désigne historiquement l'opposition au projet sioniste[1] d'établissement d'un foyer national juif en Palestine. À l'époque contemporaine, il couvre plusieurs concepts et peut désigner l'opposition à certaines positions ou politiques de l'État d'Israël ainsi qu'à son extension ; dans sa forme la plus extrême, il peut marquer l'hostilité à son existence-même[2],[3],[4].

Conflit israélo-palestinien Le sionisme L’antisémitisme qui sévissait au début du 20e siècle a provoqué la naissance d’un mouvement contraire : le sionisme. Ce dernier prônait un retour du peuple juif à Jérusalem et la création d’un État juif. Le sionisme ne ralliait toutefois pas tous les juifs. Il opposait ceux qui voyaient le judaïsme comme une nation (en faveur de la création d’un État juif) et ceux qui voyaient le judaïsme comme une religion, indépendante de la nation (dont l’identité nationale était plutôt liée au pays où ils vivaient). Service militaire en Israël Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le service militaire est obligatoire en Israël, sauf à condition d'être déclaré inapte au service (c'est-à-dire sauf en cas de problèmes physiques ou mentaux). La durée du service est de 3 ans minimum pour les hommes, et de 22 mois minimum pour les femmes. Critères d’exemption[modifier | modifier le code] Sont exemptés du service militaire : les Arabes israéliens, quelle que soit leur confession religieuse (certains d'entre eux se portant tout de même volontaires),la plupart des Juifs Haredim (Ultraorthodoxes) qui se consacrent à l'étude religieuse[1],les femmes mariées, enceintes ou se déclarant pratiquantes.les Olim (nouveaux immigrants) bénéficient eux aussi de nombreux avantages (notamment en ce qui concerne la durée et l’exemption du service), selon l’âge, le profil médical et la situation familiale de l’ayant droit[2].

antisionisme = antisémitisme ? - Les Forums d'Onnouscachetout.com - Page 4 Un facteur d'antisémitisme : la « judéomanie » ! Dans un ouvrage qui vient de paraître, Jean Robin, qui s'était fait connaître avec son livre sur le système Ardisson ("Ils ont tué la télévision publique", Editions du Journalisme Continu), lève le voile sur "25 ans de judéomanie". A contre-courant d'un certain conformisme médiatique et politique, Jean Robin critique la fixation qui s'exerce aujourd'hui sur tout ce qui touche aux juifs en montrant qu'elle est non seulement contraire aux principes de la République mais aussi aux intérêts des personnes de confession juive elles-mêmes. Une thèse audacieuse appuyée sur une argumentation souvent convaincante et des révélations étonnantes. La judéomanie, le livre de Jean Robin (DR)

Palestine (1) : Colonisation et occupation - Le blog de Laurence Pache Lundi 2 mai 1 02 /05 /Mai 16:56 Du 18 au 24 avril je me suis rendue en Palestine avec la délégation organisée par l'association France Palestine Solidarité. Le but du voyage était de participer à Bil In en Cisjordanie à la 6ème conférence contre le mur et l'occupation. Programmes de Volontariat Informations Pratiques > Programmes de Volontariat Tsahal vous propose 5 différents programmes de volontariat : 1. Sar’El Pour vos questions en français ►► Le Sionisme et le Troisième Reich Au début de 1935, un bateau rempli de passagers, à destination de Haïfa en Palestine, quitta le port allemand de Bremerhaven. Sa poupe portait son nom en lettres hébraïques : «Tel-Aviv», alors qu'un drapeau à croix gammée flottait en haut du mât. Et bien que le bateau était une propriété sioniste, son capitaine était un membre du Parti National-socialiste. De nombreuses années plus tard, un ancien passager du bateau appela cette association de symboles «une absurdité métaphysique». Absurde ou pas, il s'agit d'une facette d'un chapitre peu connu de l'histoire : la collaboration de grande ampleur entre le Sionisme et le Troisième Reich hitlérien. Objectifs communs

Related: