background preloader

Matière noire

Matière noire
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article concerne la matière de nature inconnue. Pour le film, voir Dark Matter. La matière noire (ou matière sombre), traduction de l'anglais dark matter, désigne une catégorie de matière hypothétique jusqu'à présent non détectée, invoquée pour rendre compte d'observations astrophysiques, notamment les estimations de masse des galaxies et des amas de galaxies et les propriétés des fluctuations du fond cosmologique. Différentes hypothèses sont émises et explorées sur la composition de cette hypothétique matière noire : gaz moléculaire, étoiles mortes, naines brunes en grand nombre, trous noirs, etc. La matière noire aurait pourtant une abondance au moins cinq fois plus importante que la matière baryonique, pour constituer environ 24 %[2] de la densité d'énergie totale de l'Univers observable[3], selon les modèles de formation et d'évolution des galaxies, ainsi que les modèles cosmologiques. Premiers indices[modifier | modifier le code]

Gravitation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La gravitation est le phénomène d'interaction physique qui cause l'attraction réciproque des corps massifs entre eux, sous l'effet de leur masse. Il s'observe en raison de l'attraction terrestre qui nous retient au sol, qui se nomme la gravité et qui est responsable de plusieurs manifestations naturelles : les marées, l'orbite des planètes autour du Soleil, la sphéricité de la plupart des corps célestes en sont quelques exemples. D'une manière plus générale, la structure à grande échelle de l'univers est déterminée par la gravitation. Plusieurs théories ont tenté de rendre compte de la gravitation. Aux échelles microscopiques, la gravitation est la plus faible des quatre interactions fondamentales de la physique ; elle devient dominante au fur et à mesure que les échelles de grandeur augmentent. La gravitation maintient les planètes en orbite autour du Soleil. Compréhension intuitive[modifier | modifier le code] , où . rayon terrestre et m·s−2.

Antimatière Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'antimatière est l'ensemble des antiparticules des particules composant la matière classique — celle dont est faite la Terre. Le préfixe « anti- » signifie que l'antimatière est « l'opposée » de la matière. L'opposition se fait au niveau des charges (dont la charge électrique) : les particules composant l'antimatière ont des charges opposées à celles des particules jouant le même rôle dans la matière. Pour une particule élémentaire de charge nulle, il est possible d'être sa propre antiparticule : c'est le cas du photon, du graviton s'il existe, et le cas du neutrino n'est pas tranché. Autre caractéristique, une particule et son antiparticule peuvent s'annihiler mutuellement lorsqu'elles rentrent en contact : elles sont alors intégralement converties en énergie radiative (deux photons), suivant le total des masses en interaction, E=mc2. L'antimatière a été imaginée quand Paul Dirac a écrit l'équation portant son nom[1].

ExplorNova 360 Loaded: 0% Progress: 0% Distribution de la matière noire dans l'univers modélisée par des super-calculateurs. Matière noire ou Dark matter en anglais est un type de matière hypothétique contribuant à près de 85% de la quantité totale de matière dans l'univers et à 27% du contenu matière-énergie de l'univers. La matière noire est indétectable à ce jour, et n'est cartographiée qu'à travers son influence gravitationnelle. Carte du ciel montrant la distribution de matière normale (rouge), de matière noire (bleu) et des galaxies et étoiles (points gris) à partir des données COSMOS/Hubble. Comparaison entre une carte d'amas de galaxies établie à partir de la matière normale ou baryonique (rouge) et la matière noire (bleu). Recomposition en 3D de la distribution de matière noire en séparant les contributions le long de la ligne de visée. Champ de galaxies, vues telles qu'elles étaient il y a 10-12 milliards d'années, à travers le trou de Lockman (Lockman hole) dans la Grande Ourse.

National Aeronautics and Space Administration Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Lancement de la fusée Saturn V lanceur du programme Apollo projet emblématique de la NASA. Le programme spatial habité de la NASA est depuis 2009 en cours de restructuration à la suite du retrait de la navette spatiale américaine programmé pour 2011 et de la remise en cause du programme Constellation confronté à des problèmes de conception et de financement. Historique[modifier | modifier le code] Contexte de la création de la NASA[modifier | modifier le code] Le programme Mercury premier programme spatial habité de la NASA : lancement de Freedom 7 avec Alan Shepard le . En 1956, les États-Unis et l'URSS ont annoncé, chacun de leur côté, qu'ils lanceront un satellite artificiel dans le cadre des travaux scientifiques prévus pour l'Année géophysique internationale (juillet 1957 — décembre 1958)[1]. Les années 1960[modifier | modifier le code] Le programme spatial habité : le programme Apollo[modifier | modifier le code]

L'énergie noire vient-elle du vide quantique ? Des chercheurs français, notamment de l’IRAP-OMP (CNRS/Université P. Sabatier Toulouse III), proposent une origine physique à l’énergie noire. Il s’agirait de l’action gravitationnelle du vide quantique présent dans une dimension supplémentaire de l’espace. Considérée depuis très longtemps en physique, l’amplitude de l’action gravitationnelle du vide quantique était néanmoins estimée à des valeurs allant bien au delà de celles autorisées par les observations à l’échelle cosmologique: quelques 10120 fois la densité actuelle de l’univers. Cette situation a conduit les cosmologistes à chercher d’autres mécanismes pour expliquer l’accélération de l’expansion de l’univers, comme la quintessence ou des modifications de la relativité générale. Les résultats récemment obtenus par le satellite Planck1 sont venus conforter notre connaissance de la composition de l’univers et les caractéristiques de son histoire. Note(s): Contact(s):

Alternative à la matière noire, la théorie TeVeS vient d'être réfutée Une coupe dans la carte 3D des centaines de milliers de galaxies répertoriées par le SDSS. La structure en bulles et filaments s'étendant sur des milliards d'années-lumière est bien visible. Crédit : Sloan Digital Sky Survey (SDSS) Alternative à la matière noire, la théorie TeVeS vient d'être réfutée - 2 Photos La théorie de la relativité générale d’Einstein est bien testée grâce à différents phénomènes : le retard des horloges, sur Terre, le mouvement des planètes du Système solaire et celui des pulsars binaires. Lorsque l’on change d’échelle et que l’on passe au niveau des galaxies et des amas de galaxies, les choses deviennent plus problématiques. Beaucoup de physiciens des hautes énergies sont favorables à l’idée qu’il existe effectivement des particules inconnues, pas encore observées dans les accélérateurs ni dans les rayons cosmiques (le LHC et le détecteur AMS devraient nous en apprendre plus à ce sujet dans les années à venir). Il y a probablement pire. Cliquer pour agrandir.

Supernova Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La supernova SN 1994D (le point blanc brillant en bas à gauche de l'image), dans la partie externe du disque de la galaxie spiraleNGC 4526 (photo datant de 1994). Une supernova est l'ensemble des phénomènes conséquents à l'explosion d'une étoile, qui s'accompagne d'une augmentation brève mais fantastiquement grande de sa luminosité. Vue depuis la Terre, une supernova apparaît donc souvent comme une étoile nouvelle[1], alors qu'elle correspond en réalité à la disparition d'une étoile. Les supernovas[2] sont des événements rares à l'échelle humaine : leur taux est estimé à environ une à trois par siècle dans notre Voie lactée. Il est à noter qu'à notre époque aucune supernova n'a été observée dans notre galaxie, la Voie Lactée, depuis l'invention du télescope. La matière expulsée par une supernova s'étend dans l'espace, formant un type de nébuleuse appelé rémanent de supernova. Étymologie[modifier | modifier le code]

Un mystérieux halo blanc observé dans le ciel de la Réunion Dimanche soir, de nombreux Réunionnais ont eu la surprise de voir apparaitre dans le ciel nocturne un mystérieux halo blanc qui a perduré pendant plusieurs minutes avant de s'estomper. Une observation qui a suscité plusieurs hypothèses quant à sa nature. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Tout a commencé dimanche à 21H. Plusieurs l'ont filmé et ont posté les vidéos sur le net (comme celle ci-dessus). Naturellement, la thèse de la météorite a également été évoquée sans pour autant tenir la route puisque le halo se déplaçait bien trop lentement pour qu'il s'agisse de cela. Une réponse à chercher en Californie Du côté de Météo France, interrogé par Info.re, les météorologues ont affirmé qu'il n'y "avait pas de nuages d'altitude permettant la création d'un halo". Dimanche, à 12H heure locale (20H heure de la Réunion), la société SpaceX a procédé au décollage d'une nouvelle mouture de sa fusée Falcon 9, depuis la base de Vandenberg.

Related: