background preloader

Pol1

Pol1
Le "Vercors" vous propose de suivre un parcours d'activités (compréhension orale et écrite, production de témoignages écrits et discussions) autour du thème des représentations culturelles. Comment fonctionnent nos stéréotypes ? A quoi servent-ils ? Comment mieux gérer le choc culturel lorsqu'on part vivre à l'étranger ? Voici quelques pistes de réflexions, à vous d'en trouver d'autres, de témoigner et d'en débattre !

http://domus.grenet.fr/cuef/ccuefd/pages/pole/pol1.htm

Related:  Sciences de GestionClichés - stéréotypes - représentations

Stéréotypes : Définition et caractéristiques  Stéréotypes : Définition et caractéristiques 1. Stéréotype et préjugés En savoir plus sur les inégalités Femmes – Hommes @ Le site de l'égalité professionnelle Publié le 12 octobre 2012 - modifié le 30 novembre 2012 Publié le : 12 octobre 2012 Regardez cette vidéo réalisée par la Commission Européenne qui vous permettra de mieux comprendre comment les inégalités entre les femmes et les hommes naissent puis se développent, notamment au cours de la vie professionnelle.

7 gestes stupides qui flinguent vos relations En vous inscrivant ici, vous recevrez par email les conseils de Romain via sa newsletter « Le Décodeur du Non-Verbal ». Vous pouvez vous désinscrire à tout instant. Le Décodeur du Non-Verbal - 2011-2015, SARL ARC Diffusion, RCS 803 953280 PARIS ; Notre newsletter est déclarée à la CNIL sous le N°1584215 et respecte la loi informatique et libertés. Pour contacter Romain : romain@decodeurdunonverbal.fr.

Définitinion: Stéréotype Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En sciences humaines, un stéréotype est l'image d'un sujet dans un cadre de référence donné, telle qu'elle y est habituellement admise et véhiculée. Psychologie[modifier | modifier le code] Définition et caractéristiques[modifier | modifier le code] En psychologie sociale, un stéréotype est :

Culture d’entreprise : décodez tous les usages et les non-dits - 1 Pour survivre en entreprise, il est souvent crucial de suivre des règles tacites et de décrypter certains codes secrets. Attention : en la matière, le diable se loge dans les détails. Dans le film Quai d’Orsay, quand le jeune Arthur Vlaminck, future «plu-me» du ministre inspiré par Dominique de Villepin, débar­que au ministère des Af­faires étrangères en chaussures à bout carré, il focalise tousles regards. «Au ministère, c’est bout pointu», lui glisse-­t-on avec condescendance. L’exem­ple est certes anecdotique mais révélateur du monde du travail – en politi­que comme en entreprise –, où certaines règles sont écrites et d’autres, plus secrètes. Le problème est qu’il faut toutes les respecter, même celles qui ne figurent ni dans le contrat de travail ni dans le règlement intérieur.

10 fiches de méthodologie Nous sommes partis du constat que de nombreux élèves ne répondaient pas aux consignes données , non pas forcément parce qu’ils ignoraient la réponse , mais parce qu’ils ne comprenaient tout simplement pas ce qu’on leur demandait , ce qu’on attendait d’eux et qu’ils n’analysaient pas suffisamment la question posée. Nous avons choisi de travailler par l’intermédiaire de « fiches » leur permettant de réfléchir à ce que la lecture des consignes impliquait. Notre objectif a également été de ne pas proposer un travail trop rébarbatif aux élèves en modulant les types d’exercices . Voici le récapitulatif de nos travaux : Fiche 00 : « Evaluation » proposant 4 exercices qui seront repris au cours des heures de méthodologie et proposés de nouveau en évaluation finale . Fiche 01 : « Tout lire avant de commencer » : exercice ludique (et cependant formateur ! ) : on donne aux élèves une série de consignes dont la première est de tout lire avant de commencer .

Les "préjugés" et les "prêt-à-penser" Les préjugés (appelons-les aussi "représentations initiales") sont indispensables au jugement. On "pré-juge" : on juge toujours à partir d'un certain point de vue, d'une prise de position initiale : cf. Question de points de vue et les processus scientifique et cognitif). « La connaissance progresse en intégrant en elle l'incertitude, non en l'exorcisant » E. Quelle place pour l’humain et la complexité dans nos organisations ? Selon Matthieu LANGEARD, les fonds d’investissement disent que « le facteur humain fait 70 % de la réussite d’un projet » : son évaluation vient compléter le bilan financier et les compétences techniques. L’un des moyens d’obtenir des renseignements sur ses futurs partenaires est l’intelligence économique. C’est le métier d’Isabelle GINET-KAUDERS.

Sentiment d’appartenance - version imprimable " L'être humain a besoin d'appartenir à un groupe, de s'associer à autrui, de sentir qu 'il est rattaché à un réseau relationnel. Le sentiment d'appartenance nourrit l'estime de soi sociale (ou valeur que l'on se donne dans un groupe). L'estime de soi sociale se développe lorsque l'élève prend conscience qu'il est important pour son enseignant et pour les autres élèves de sa classe. L'élève se sent alors impliqué dans un réseau relationnel, une "niche sociale" à laquelle il s'identifie.

Socialisation genrée : grandit-on dans un monde sexiste ? Publié initialement le 17 octobre 2011 A la fin des années 70, dans l’Arrangement des sexes, Goffman posait la question suivante : « Comment dans une société moderne, les différences biologiques non pertinentes entre les sexes en viennent-elles à sembler d’une telle importance sociale ? » En 2011, malgré le travail accompli ces trente dernières années, entre inégalités sociales et professionnelles, cette même question est plus que jamais d’actualité. Sur la suggestion de l’une de vos cervelles bien remplies, la 3ème édition de #ce que veulent les madmoiZelles causera de socialisation genrée : comment et où commence la différenciation entre les sexes (flash back : nous avions commencé à en parler par ici) ?

sciences économiques et sociales - Des individus aux groupes sociaux Fiche-séance 2 : Les types de groupes sociaux - deux heures Activité 1 : Etude de document (objectif : distinguer groupes primaires et groupes secondaires) Document 1 Le sociologue américain Charles Horton Cooley a proposé en 1909 dans Social Organisation une distinction très importante entre groupes primaires et groupes secondaires.

La princesse comme modèle de la féminité au profit de l'homme 1. : sa sexualité naissante représentante une menace pour une autre femme, elle est donc tuée. Son unique atout, sa beauté physique, est ce qui la sauve à la fin. 2. La Belle au Bois dormant : fiancée dès la naissance pour consolider une position politique, elle est tout de même tuée par une autre femme.

Related: