background preloader

Le Familistère de Guise

Le Familistère de Guise
Related:  lerevebtsPatrimoine et Architecture du futur

phalanstère Villes et territoires urbains dans Le Seigneur des Anneaux « Les mythes que nous tissons, même s'ils renferment des erreurs, reflètent inévitablement un fragment de la vraie lumière […] » J.R.R Tolkien « Fournir une Mythologie à l'Angleterre ». Tel était le projet de John Ronald Reuel Tolkien lorsque, reclus dans son bureau de linguiste à l'université d'Oxford, il faisait surgir, sous sa plume, les nombreux personnages destinés à peupler l'univers qu'il avait inventé, et qu'il simulait une mythologie rêvée, fondant par là le genre de la fantasy. C'est ce que confesse Tolkien en 1951 dans une lettre adressée à Milton Wadman : « J'ai été très tôt attristé par la pauvreté de mon propre pays bien-aimé : il n'avait aucune histoire propre (étroitement liée à sa langue et à son sol), en tout cas pas de la nature que je recherchais et trouvais (comme ingrédient) dans les légendes d'autres contrées. » our toutes ces raisons, la Terre du Milieu est un espace fictif et imaginaire ; et sa spatialité demeure toute littéraire. « The map is a hell ! Conclusion

MindLab Phalanstère Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vue perspective d'un phalanstère C'est un ensemble de logements organisés autour d'une cour couverte centrale, lieu de vie communautaire. Description[modifier | modifier le code] Applications[modifier | modifier le code] Godin a créé un autre phalanstère en 1887 à Bruxelles, à côté de ses usines, qui a également fonctionné jusqu'en 1968. L'idée a stimulé certaines initiatives dans les années 1970, notamment la Communauté de Longo Maï en Provence. Autres exemples de phalanstères[modifier | modifier le code] Le lycée Pierre du Terrail Anecdote[modifier | modifier le code] C'est au no 110 de la rue Broca à Paris qu'en 1904, Jean Mollet, Edmond-Marie Poullain et André Salmon s'installent et fondent le Phalanstère, adeptes du concept fouriériste. Postérité idéologique du phalanstère[modifier | modifier le code] Les colons qui se sont installés au Brésil[2] avaient lu Charles Fourier ainsi qu'Auguste Comte. Notes et références[modifier | modifier le code]

Utopie : la SF en quête du monde idéal La matrice des utopies Thomas MORE Le terme « utopie » est forgé par l’Anglais Thomas MORE à partir du grec outopos [le non-lieu, nulle part]. Outopos peut se lire aussi eutopos, le lieu du bonheur. L’utopie est donc le lieu prétendu de nulle part mais aussi une sorte de paradis. Lorsque Thomas MORE publie sa fiction « Utopia » en 1516, il ne sait pas qu’il va donner naissance à un genre nouveau appelé à connaître une florissante postérité. Son ouvrage se compose de deux livres. Platon Cependant, MORE ne créé pas le genre ex-nihilo, il s’inspire, en bon humaniste, d’un sujet développé dans le monde grec : la cité idéale. Dans « La République » et dans « Les Lois », PLATON décrit des cités qui n’ont pas de réalité [Callipolis, modèle aristocratique et Magnésie, modèle législatif] et les présente comme deux voies possibles pour atteindre le bonheur. Après MORE, la réflexion autour du concept d’utopie allait se prolonger jusqu’au XIXème siècle chez de nombreux penseurs. Rabelais Saint Simon

Kelle FabriK Cité radieuse de Marseille Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Réalisation[modifier | modifier le code] Pour la réalisation de cet immeuble de grande hauteur (IGH), Le Corbusier crée l'Atelier des Bâtisseurs (AtBat), qui regroupe des architectes et des ingénieurs, dirigé par l'ingénieur d'origine russe Vladimir Bodiansky. Les architectes André Wogenscky, Georges Candilis et Jacques Masson collaborent au chantier au sein de cette structure. Un grave incendie a eu lieu à la Cité Radieuse le 9 février 2012[8][9],[10]. Histoire[modifier | modifier le code] Sortie de la Seconde Guerre mondiale, la France a besoin de se reconstruire. La Cité radieuse est finalement inaugurée en 1952, après cinq ans de travaux, malgré de nombreuses critiques politiques (le maire de Marseille, alors communiste[réf. nécessaire], s'oppose au gouvernement de Charles de Gaulle) et architecturales (ce « cube de béton » reste encore aujourd'hui critiqué). Principe architectural[modifier | modifier le code]

Juliette Miséréré - Site Officiel - www.juliettemiserere.com max et les maximonstres Écoutez le Paris du XVIIIe siècle Paris comme vous ne l’avez jamais entendu ! C’est l’expérience que propose la musicologue Mylène Pardoen, du laboratoire Passages XX-XXI, à travers le projet Bretez. Un nom qui n’a pas été choisi par hasard : la première reconstitution historique sonore conçue par ce collectif associant historiens, sociologues et spécialistes de la 3D1, a en effet pour décor le Paris du XVIIIe siècle cartographié par le célèbre plan Turgot-Bretez de 1739 – Turgot, prévost des marchands de Paris, en étant le commanditaire, et Bretez, l’ingénieur chargé du relevé des rues et immeubles de la capitale. 70 tableaux sonores C’est plus précisément dans le quartier du Grand Châtelet, entre le pont au Change et le pont Notre-Dame, que la vidéo de 8 minutes 30 transporte le visiteur. « J’ai choisi ce quartier car il concentre 80 % des ambiances sonores du Paris de l’époque, raconte Mylène Pardoen. Valoriser le patrimoine « Tous les sons sont naturels, précise Mylène Pardoen. Tous les sons sont naturels.

Le rêve, apanage de l'enfance? Ville du futur: l'architecte Vincent Callebaut imagine l'avenir avec son projet de quartier autosuffisant ARCHITECTURE - Pollution, embouteillages, bruit... les grandes villes de 2015 ne font pas toujours rêver. Pour remédier à ces problèmes, architectes et urbanistes travaillent déjà sur les métropoles de demain, plus accueillantes, fonctionnelles mais aussi plus vertes, dans tous les sens du terme. C'est le cas de Vincent Callebaut, architecte belge qui a dévoilé un projet de ville autosuffisante. Présentée dans le cadre d'une compétition architecturale, cette proposition à 270 millions d'euros s'articule autour du futur quartier de la Cité des sciences de Rome avec des "façades vivantes" végétalisées sur les bâtiments. Comme l'explique le site ArchDaily, l'idée est d'embellir la ville, mais aussi de favoriser une production locale de fruits et légumes, de filtrer les émissions de CO2 et de particules tout en en faisant une zone piétonne. En partenariat avec ArchDaily: Découvrez le projet en images ci-dessous: Vincent Callebaut Architecture Découvrez les nouvelles rubriques du HuffPost

Related: