background preloader

Self-efficacy information

Self-efficacy information

Rencontre avec Albert Bandura : l’homme et le scientifique 1L’objet de cet article est de présenter l’homme et l’œuvrequi se trouvent au cœur de ce numéro spécial de L’Orientation scolaire et professionnelle. Pour certains, ce sera l’occasion de faire connaissance avec Albert Bandura, tant avec l’homme qu’avec le scientifique ; pour d’autres, ce sera l’occasion de renouer, avec ce professeur distingué (âgé aujourd’hui de 82 ans), les fils d’une relation interrompue, mise de côté, ou simplement oubliée. Dans tous les cas, faire ou refaire connaissance avec l’un des esprits les plus éminents dans les sciences humaines d’aujourd’hui ne peut être qu’un moment de découverte et de réflexion sur la place que nous occupons dans un monde toujours plus complexe et sur les moyens dont nous pouvons nous doter pour construire un meilleur avenir tant pour nous que pour nos enfants. 1 Nous tenons à remercier très chaleureusement le professeur Bandura pour tout l’intérêt qu’il a por (...) 3L’article se divise en cinq parties. 13En 1953, le jeune diplômé, Ph.

Synapse : une puce IBM qui imite le cerveau humain L’avenir de l’homme, c’est vraiment l’ordinateur. IBM veut à nouveau le démontrer via Synapse. Ce 18 août, Big Blue a révélé le résultat de ses recherches sur une architecture de puce électronique « conçue pour imiter les capacités du cerveau humain pour percevoir, agir et comprendre. » Elle apprend de ses expériences, fait les associations nécessaires, vérifie ses hypothèses et se souvient des résultats, ce qui lui permet de s’adapter seule aux nouvelles situations. Comme un cerveau biologique. Baptisées « neurosynaptic computing chips » , les puces issues de cette architecture « Systems of Neuromorphic Adaptive Plastic Scalable Electronics » (Synapse) devraient permettre d’utiliser « plusieurs ordres de grandeurs d’énergie et de place de moins que les ordinateurs actuels » , selon le communiqué d’IBM. L’architecture du mathématicien John von Neumann (en savoir plus sur sa page Wikipedia) est le modèle de référence pour les micro-processeurs actuels mais elle atteindrait ses limites.

A. Bandura. Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle 1Albert Bandura est docteur en psychologie et enseigne à l’université de Stanford (Californie). Il est l’auteur de L’Apprentissage social (Mardaga, 1985). 2Depuis les années 80, Albert Bandura s’intéresse au sentiment d’efficacité personnelle. 3Le sentiment d’efficacité personnelle désigne les croyances des individus quant à leurs capacités à réaliser des performances particulières. L’expérience active de maîtrise est une des sources les plus influentes sur la croyance en l’efficacité personnelle car elle est fondée sur la maîtrise personnelle des tâches à effectuer. 4Ces quatre sources d’information permettent aux individus d’acquérir un certain degré d’efficacité personnelle pour un comportement donné. L'individuel et le social dans la théorie sociocognitive de Bandura (Carré, 2003 La réciprocité causale « triadique » Traditionnellement, le comportement humain est expliqué à travers un système de causalité binaire, unidirectionnel. Les conduites sont généralement vues comme étant sous l’emprise de forces de la situation (par exemple avec le behaviorisme) ou pilotées par des dispositions internes inconscientes (comme en psychanalyse ou dans certaines conceptions sociologiques). Dans la TSC, le fonctionnement psychologique est analysé à travers une causalité réciproque triple, à travers un modèle dit « triadique ». L’environnement imposé recouvre des circonstances sur lesquelles les sujets ont peu, ou aucune prise, comme une grève de transports en commun, un licenciement ou le climat du jour. La relation PC “ personne-comportement ” (1) (2) [...] La relation EP « environnement – personne » (3) (4) [...] La relation E - C « environnement-comportement » (5), (6) L’individuel et le social dans la théorie sociocognitive

Egregoria Renforcer le leadership de soi avec le MBTI Renforcer le leadership de soi avec l’Indicateur Typologique de Myers Briggs ® (MBTI) Vivez en accord avec qui vous êtes et avec ce qui vous donne de l’énergie ! Qu’est-ce que l’Indicateur Typologique de Myers Briggs® (MBTI) Objectifs de ce module : Apprendre à mieux se connaître en identifiant ses fonctionnements préférentiels, sources d’énergie et d’épanouissement personnel et professionnelIdentifier ses points forts ainsi que les aspects que vous pourriez développerApprendre à maximiser sa zone de confort et délimiter sa zone de stressRecevoir des suggestions de développement Définir un plan de développement individuel Cheminement : Ce programme commence par la passation du questionnaire MBTI® STEP1. Public : Ce programme s’adresse à toutes les personnes qui désirent augmenter la conscience qu’elles ont d’elles mêmes afin de se coacher de manière plus efficace. Organisation : Tarifs :

Formation "Développer votre assertivité" - Hu-Ma Form & Consult "Ni vainqueurs, ni vaincus" La formation en assertivité est de plus en plus plébiscitée par les entreprises. Outre la confiance en soi qu'elle permet de découvrir ou de redécouvrir, elle agit également sur la manière d’exprimer ses émotions, de donner son point de vue et de se faire respecter sans agresser les autres. L’assertivité fluidifie les rapports professionnels. La confiance dans sa propre réussite est un des facteurs qui explique le mieux pourquoi des individus ayant le même niveau de connaissances et de compétences ont des résultats si différents. Selon Bandura, la confiance en soi est donc un indice puissant du succès car : elle permet d’accepter le succès quand il arrive ; elle facilite la prise de risques au travers d’objectifs élevés ; elle engage à continuer d’essayer si on n’atteint pas l’objectif du premier coup ; elle aide à contrôler ses émotions et ses peurs quand le chemin du succès est difficile. Durée de base: Objectifs: Contenu:

Egregoria Leadership de Soi Il nous arrive de ne pas comprendre ni « maîtriser » nos réactions. Parfois, nous en arrivons à subir les choses et à devenir fataliste ou rebelle. Et si nous disposions de clés pour atteindre nos objectifs professionnels avec plus d’efficacité (plus rapidement, meilleurs résultats) et d’efficience (moins d’énergie consommée) Nos programmes ci-dessous s’adressent à toutes les personnes qui ont envie de prendre en main les rennes de leur carrière, à tous les leaders qui se rendent compte que pour guider les autres, il faut d’abord commencer par soi-même. Modules proposés : Développer le coaching et leadership de soi Être de plus en plus auteur et acteur de sa carrière et de sa vie Le Leadership de Soi et le Stress : Tension à subir ou pression pour agir ? MBTI: une clé de compréhension de soi pour renforcer le leadership de soi

Fondements sociaux de la pensée et de l'action chez Bandura Bandura base sa théorie sur la notion d’interaction. « Selon cette conception transactionnelle du soi et de la société, les facteurs personnels internes – sous forme d’événements cognitifs, émotionnels et biologiques –, les comportements et l’environnement opèrent tous comme des facteurs en interaction qui s’influencent réciproquement » (Énoncé 1) (Bandura, 2003, p. 16). Le principe est posé que l’environnement (social en particulier) influence la personne, qu’il est susceptible d’affecter ses représentations et croyances. Par exemple, l’observation d’un modèle peut avoir une incidence sur l’autoévaluation de ses propres capacités. L’exposition à des messages publicitaires présentant une vision débilitante des personnes âgées et l’intériorisation de cette vision induit éventuellement ce même type d’effet sur les seniors. Dans ce dernier exemple, il est assez clair que c’est l’influence de la culture occidentale marchande qui joue sur la personne.

NOTRE PROJET :: Dans le MANAGEMENT, comment concilier SPIRITUALITÉ, ÉPANOUISSEMENT du personnel et EFFICACITÉ ÉCONOMIQUE Béhaviorisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le béhaviorisme ou comportementalisme est une approche psychologique qui consiste à se concentrer sur le comportement observable[1] déterminé par l'environnement et l'histoire des interactions de l'individu avec son milieu[2]. Par exemple, l'apprentissage y est décrit comme une modification du comportement observable, due à la modification de la force avec laquelle une réponse est associée à des stimuli extérieurs (environnement externe) ou à des stimuli intérieurs (environnement interne) sur l'organisme. Étymologie[modifier | modifier le code] « Béhaviorisme » provient du mot anglais « behavior » (orthographe américaine) qui signifie « comportement ». Histoire du béhaviorisme[modifier | modifier le code] En effet, dans les années 1940 et 1950, Burrhus F. L'expérience de Skinner[modifier | modifier le code] Renforcement positif : Stimulus « Le rat est dans la cage » Réponse (comportement) « Le rat appuie sur le levier » Renforcement négatif : Exemple

Développer le leadership Le développement de l’entreprise dépend de la capacité de son dirigeant à enthousiasmer et à convaincre. L’entourage professionnel du dirigeant attend beaucoup de lui: donner une âme à l’entreprise, fixer les grandes orientations, conduire les changements nécessaires, anticiper le futur. Etre leader, c’est accepter de répondre à ces attentes. L’innovation change l’entreprise. Alors, comment améliorer son leadership ? Comment mieux gérer le stress lié aux incertitudes de l’innovation ? Comment donner des orientations de manière plus efficace ? Assumer le leadership dans l’entreprise, c’est indiquer la direction à suivre. Le leadership oriente et donne du sens aux actions. Pour améliorer le leadership, il faut d’abord comprendre comment il se manifeste et se construit. Améliorer le leadership personnel permet de : Un leadership efficace provoque un engouement volontaire du groupe pour réaliser les objectifs indiqués par le leader. 1. Bien des choses demeurent incertaines dans ce domaine. 2.

Bandura : une psychologie pour le XXIe siècle ? Notes Jacques Aubret, Chantal Heyraud, Jacques Lecomte et Gérard Jean-Montcler ont contribué, par leurs lectures attentives et leurs suggestions, à la version finale de ce texte, ce dont nous les remercions. La rédaction de cet article a grandement bénéficié de l’exploitation d’une série d’entretiens réalisés par l’un des auteurs directement auprès d’Albert Bandura, ainsi que du document Albert Bandura : Biographical Sketch : www.emory.edu/EDUCATION/mfp.bandurabio.html de l’Université Emory, dont les sources premières sont articles et communications personnelles d’Albert Bandura à l’auteur du site (non identifiable), cités en référence dudit document. Haggbloom, S. & Assoc. (2002). Communication personnelle, Stanford, juillet 2002. Bandura, A. (1998). Dans la suite de ce texte, ces termes seront considérés comme synonymes. La suite de cette partie est tirée de : Bandura, A., Biographical Sketch, remis en juillet 2002 par Bandura à l’auteur. Ouvrage traduit en français : Bandura, A. (2002).

Related: