background preloader

CASTORIADIS. Autonomie et hétéronomie individuelles et collectives. Les fonctions de la vie imaginaire

CASTORIADIS. Autonomie et hétéronomie individuelles et collectives. Les fonctions de la vie imaginaire
Michèle Ansart-Dourlen Cornelius Castoriadis (1922-1997) a fait des études de philosophie et d’économie à Athènes avant d’arriver en France en 1945. Après sa rupture avec le mouvement trotskyste, il a fondé avec Claude Lefort la revue « Socialisme et barbarie », en 1948, consacrée à la critique du marxisme par ces anciens marxistes, et à l’analyse du totalitarisme soviétique. Après la dissolution de cette revue, en 1965, il s’est consacré à des travaux personnels et a enseigné, à partir de 1980 à l’Ecole des Hautes études en sciences sociales. La notion d’autonomie est un thème central dans l’œuvre de Castoriadis ; il l’a analysée d’un point de vue philosophique, socio-politique et psychanalytique, -ces différentes approches étant selon lui indissociables. L’homme, selon Castoriadis, est un être « social-historique », étroitement dépendant de son milieu toujours conditionné par ce qu’il nomme « l’infra-institué » (il n’a choisi ni la date ni le lieu de sa naissance, ni sa famille). Related:  Revue du Web : Intérêt généralnon classés

décroissance et intérêt écologique de classe Je vais peut-être dire des énormités mais je vais tenter d'exprimer ce que je croyais avoir compris de quelques unes de mes lectures... dites moi si vous pensez que j'ai tout compris de travers. Et puis par ailleurs, ça remue des choses assez profondes : pourquoi on milite, pour qui, pour quel intérêt, général ? ou particulier ? ou entre les deux, national ? L'intérêt général, au sens de celui de l'humanité toute entière, est un vieux souci de philosophes qui s'est trouvé exprimé de façon politique d'abord dans le cadre des révolutions bourgeoises. ... Cette idée que l'action politique doit aller dans le sens de l'intérêt général est généreuse, admirable même. et ont baigné d'abord dans ces idées politiques et philosophiques héritées du XVIIIème siècle, dont le matérialisme, mais aussi et peut-être surtout le libéralisme. En fait, l'intérêt général n'est pas absent de ces considérations. Quant à l'intérêt national...

Articles publiés Matière transfigurée Jean-Pierre Prudent Le texte qui suit est le résumé de l'un des thèmes centraux développés dans le recueil qui porte précisément le titre de "matière transfigurée". L'ensemble de l'ouvrage apporte cependant un éclairage un peu différent du propos réduit ci-dessous. Par la présence d'autres questionnements d'abord, mais surtout par le choix de la poésie et de la scène comme vecteurs permettant d’exprimer le ressenti au delà de ce qu'une écriture qui se voudrait savante et hermétique permet de transmettre. D'abord je suis pas un universitaire et les mots compliqués qui vont bien, je les connais pas. La vie, qu'elle soit animale ou végétale, est un phénomène unique auquel j'appartiens. Si j'observe alors le monde qui m'entoure et me contient, pour le comprendre, la meilleure approche est celle de la science. La métaphysique est alors simple et consiste à dire qu'esprit et matière ne sont qu'une seule et même chose. L'univers n'a pas de sens. Jean Pierre Prudent

Une autonomie relative - Place aux jeunes ! Maître de conférences à l’université Paris-Descartes, chercheur au Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne-Paris-IV/CNRS (Gemass). Il est secrétaire général de l’European sociological association (ESA), responsable du comité de recherche « Global, transnational and cosmopolitan sociology ». Les disparités, liées en particulier à l'obtention ou non d'un diplôme, sont importantes entre les jeunes. Pourtant, leur socialisation s'effectue dans le cadre d'un modèle global de forte dépendance à l'égard de la collectivité, malgré une tout aussi forte autonomie personnelle et relationnelle. La jeunesse française est-elle une ou plurielle ? Cette question, apparemment simple, hante la sociologie de la jeunesse depuis que cet âge de la vie fait l'objet d'investigations. Une génération sacrifiée, une jeunesse polarisée L'exemple des jeunes adultes, catégorie dont les bornes d'âges restent indéfinies, est des plus éclairants. Une socialisation paradoxale de la jeunesse

L’économie du partage face au modèle économique dominant | Mutinerie : Libres ensemble Il faut parfois savoir revenir aux fondamentaux. Particulièrement dans les périodes de crises structurelles comme celles que nous traversons aujourd’hui et qui remettent directement en cause les bases mêmes de nos économies. Nous ne pourrons pas comprendre ce que signifie économie du partage si l’on ne se demande pas d’abord ce que le mot « économie » veut vraiment dire. L’économie est l’activité humaine qui consiste en la production, la distribution, l’échange et la consommation de biens et de services. Si l’on s’intéresse aux modifications structurelles que l’on doit apporter à nos économies, il faut se poser des questions telles que : Comment produit-t-on ? Je me suis demandé si nous pouvions comparer point par point le modèle économique dominant issu des théories classiques avec l’économie du Partage, modèle émergeant et prometteur mais qui doit encore prouver sa validité. Dans l’économie du Partage, le nombre d’intermédiaire tend à diminuer considérablement.

Intérêt général et propriété intellectuelle Il en est des livres comme du feu de nos foyers, on va prendre le feu chez son voisin, on l'allume chez soi, on le communique à d'autres et il appartient à tous. Voltaire Le droit ne descend pas tout armé de la cuisse de Jupiter. Il est en général conçu par ceux qui disposent du pouvoir et qui légifèrent au nom de l'intérêt général. Ce biais s'observe en particulier dans le domaine, central à l'âge du virtuel, de la propriété intellectuelle. Le droit actuel de la propriété intellectuelle emprunte beaucoup de sa philosophie au droit de la propriété matérielle. Mais dans le même temps, les législateurs ont également mis l'accent sur les besoins de la société de bénéficier collectivement de cette richesse intellectuelle, en vue de l'intérêt général. Il s'agissait de trouver un équilibre entre deux notions essentiellement opposées: le besoin de la société d'accéder au savoir, à la création, aux résultats de l'invention humaine, et les droits de l'individu créateur. Revenons aux fondements.

"Matière Transfigurée" - Osirys Le texte qui suit est le résumé de l'un des thèmes centraux développés dans le recueil qui porte précisément le titre de "matière transfigurée". L'ensemble de l'ouvrage apporte cependant un éclairage un peu différent du propos réduit ci-dessous. Par la présence d'autres questionnements d'abord, mais surtout par le choix de la poésie et de la scène comme vecteurs permettant d’exprimer le ressenti au delà de ce qu'une écriture qui se voudrait savante et hermétique permet de transmettre. D'abord je suis pas un universitaire et les mots compliqués qui vont bien, je les connais pas. Matière transfigurée La vie, qu'elle soit animale ou végétale, est un phénomène unique auquel j'appartiens. Si j'observe alors le monde qui m'entoure et me contient, pour le comprendre, la meilleure approche est celle de la science. La métaphysique est alors simple et consiste à dire qu'esprit et matière ne sont qu'une seule et même chose. L'univers n'a pas de sens. Quelques certitudes émergent toutefois.

Le difficile passage de l'adolescence à l'age adulte - Psychome.fr L’adolescent se caractérise par le fait qu’il est dans un passage vers la vie adulte. Il n’est plus l’enfant qu’il était, n’est pas encore un adulte et il ne sait pas encore ce vers quoi il veut aller, ni ce qu’il est vraiment. L’adolescent vit à la fois un bouleversement psychique et corporel, d’où sa grande fragilité et l’insécurité dans laquelle il se sent. Françoise Dolto a parlée « du complexe du homard » pour bien décrire cette période où l’adolescent comme le homard a perdu sa première carapace et n’a pas encore construit la sienne en tant qu’adulte ; aussi il se trouve sans défense face aux dangers de son environnement. Physiquement, il ne se reconnaît plus lui-même : changement de la voix pour les garçons, modifications corporelles et génitales pour filles et garçons. Pour entrer dans la vie adulte, il devra s’intégrer dans la vie sociale et culturelle. Il tente de se renforcer en cherchant des identifications au travers des copains, des bandes dans lesquelles il se fond.

Elinor Ostrom ou la réinvention des biens communs Première femme à obtenir un Prix Nobel d’économie (en 2009) pour ses développements sur la théorie des communs [1], Elinor Ostrom est décédée ce mardi 12 juin, à l’âge de 78 ans. Chercheuse politique infatigable et pédagogue ayant à cœur de transmettre aux jeunes générations ses observations et analyses, elle avait, malgré sa maladie, continué son cycle de conférences et la rencontre avec les jeunes chercheurs du domaine des communs au Mexique et en Inde. Récemment encore, elle exprimait son sentiment d’urgence à propos de la conférence Rio+20 qui se déroule actuellement [2]. Une conférence durant laquelle le terme de « communs » devient un point de ralliement, jusqu’à figurer dans le titre du « Sommet des Peuples pour la justice sociale et environnementale en défense des biens communs ». Leçons de l’histoire De la tragédie à l’écologie Elinor Ostrom a mis en place un cadre d’analyse et de développement institutionnel destiné à l’observation des communs. Les communs du numérique

Related: