background preloader

Sept cas d'usage des outils d'e-réputation

Sept cas d'usage des outils d'e-réputation
01net le 30/04/12 à 15h35 Les logiciels d’e-réputation se multiplient à la vitesse grand V sur le marché. Globalement, tous servent le même dessein : mesurer l’image dans le temps – véhiculée dans la presse, sur le web, sur les forums et, de plus en plus, sur les réseaux sociaux – d’une entreprise, d’un produit ou d’une personne. Retour sur sept cas d’application. 1) Détecter les leaders d’opinion L’analyse des commentaires des consommateurs est sûrement le volet de l’e-réputation le plus connu. Pour autant, « la plupart des projets d’e-réputation visant à cerner le comportement et les avis des consommateurs restent encore séparés du monde de la relation client. 2) Mesurer la tendance d’un écosystème Historiquement, les entreprises recourent aux études de marché pour déceler les goûts des consommateurs. Thermomètre qui peut également être un plus pour tester la réaction de l’opinion publique face, par exemple, à un projet d’implantation d’une usine ou d’un magasin. 4) Anticiper et alerter

http://pro.01net.com/editorial/565133/sept-cas-dusage-des-outils-de-reputation/

Related:  E-réputation & personal brandingVeille & E-Réputation

Identité numérique : de l’anonymat au personal branding Jeune hyperconnecté et asocial Personne passionnée. Dans la bouche de ceux qui l’utilisent, le terme «geek» marque souvent un retrait voire une rupture avec les usages et les usagers du numérique. Poudre aux yeux ? Bourdonnement du web visant à faire (beaucoup) de bruit sur peu de temps. Soyez prêt pour votre prochaine crise sur Internet Cet article a été publié il y a 1 an 3 mois 20 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. La gestion de crise a toujours été un moment délicat de la vie d’une entreprise. Depuis l’avènement du web 2.0 d’abord et des réseaux sociaux ensuite, certaines crises ont changé dans leur développement. Chaque internaute peut dorénavant : Créer de l’information (photos, vidéos, articles)Diffuser de l’information (compte Facebook, page Facebook, blog,…)Partager de l’information (Like, RT, +1, scoop.it, pin it, ….)

Quels outils pour diagnostiquer votre e-reputation ? Ancien consultant en veille d’opinion et gestion de la réputation en ligne pour des agences web, Camille Alloing est aujourd’hui ingénieur R&D pour un grand groupe français, et doctorant en sciences de l’information et de la communication au laboratoire CEREGE de l’IAE de Poitiers. Il est par ailleurs l’auteur du blog Caddereputation, dédié à l’e-réputation, aux outils et méthodologies associées. Il nous propose aujourd’hui un billet sur les outils permettant de diagnostiquer sa e-réputation dans le cadre du Débat du mois sur l’identité numérique. Camille vient par ailleurs de sortir un livre avec David Fayon intitulé Développer sa présence sur Internet.

Les 10 arnaques de la e-réputation Il y a certains domaines du web qui sont à classer dans une zone grise, entre concepts réels et arnaques sous-jacentes. L’apparition de nouveaux métiers et de nouvelles « spécialités » a ainsi attiré de nombreux profiteurs, alléchés par le chiffre d’affaires potentiels. Le web a toujours été un eldorado pour ces escrocs prêts à tirer parti de la crédulité de ceux qui ne connaissent pas bien Internet et ses rouages. Nous avons longtemps eu le droit à cela dans le domaine de la création de sites Internet. Comment nettoyer une mauvaise eRéputation ? Votre entreprise a eu une mauvaise presse sur plusieurs sites internet ? Vous avez un homonyme un peu trop visible dans les résultats sur Google ? Vous avez sur le Web des casseroles un peu ennuyeuses comme une vidéo ou des images de soirées un peu trop arrosées ? Et donc vous voulez « nettoyer » votre eRéputation afin de faire remonter un nouveau contenu ou “cacher” du contenu existant… Pour cela il existe deux méthodes :

La mauvaise e-Réputation Et si, au lieu de tanner les internautes de discours parano sur Facebook, nous reconnaissions que la vie mise en scène sur les réseaux sociaux n'est plus privée et que chacun a droit à sa part d'insouciance numérique ? Cela fait maintenant plusieurs années qu’on nous assène de discours moralisateurs avec ces concepts, à coup de billets de blogs, de conférences, d’ouvrages, de cours… On nous dit de faire attention aux traces qu’on laisse. On nous met en garde. On nous prévient des conséquences à long terme des photos ou tweets que l’on publie aujourd’hui.

Organiser sa veille avec les outils gratuits. Etape n° 3 : trouver les sources Vous avez élaboré une méthode pour organiser votre veille, vous en avez délimité le périmètre et trouvé les bons mots clés et nous arrivons maintenant à l’étape cruciale : l’identification des sources à surveiller. A cette étape il s’agit d’identifier : Les sites ressourcesLes personnes ressources Bien gérer la e-réputation de son entreprise Le mois dernier, nous vous proposions cette infographie présentant les bonnes pratiques pour protéger sa e-réputation. Dans cette même lignée, l’agence KSBD s’est cette fois penchée sur le cas de la e-réputation des entreprises, en synthétisant de nombreuses informations sur le sujet, en provenance de diverses études. De quoi bien appréhender le sujet ! Car si l’on en a déjà beaucoup parlé en 2011, nul doute que cette thématique va continuer à prendre de l’ampleur.

La réputation en ligne : un concept encore flou pour les entreprises Selon une étude publiée par Aastra, spécialiste des communications unifiées, les outils web 2.0 (pour la communication et la collaboration) n'auraient plus de mystère pour les entreprises. Si celles-ci ont une bonne connaissance de la plupart de ces outils et de leur place stratégique, deux notions restent encore un peu floues : l'e-recommandation et la réputation en ligne. « Êtes-vous un Collaborateur 2.0 ?

Related:  aigle64jakinfo