background preloader

Tablette tactile et enseignement Tablette num?rique et enseignement

Ce dossier a pour objectif de montrer l'intérêt pédagogique des tablettes tactiles, de l’école au lycée, en France et à l'étranger et de rendre compte des expérimentations en cours. Il apporte des repères techniques. Il est illustré d'exemples d'usages pédagogiques et propose une sélection d'applications pouvant être utilisées en classe, signalées sur les sites pédagogiques francophones. Depuis quelques années, le marché des tablettes tactiles se développe et se diversifie et les tablettes tactiles ont fait leur entrée dans l'enseignement. Plusieurs collectivités territoriales ont doté les établissements afin qu’ils en expérimentent l’usage en classe voire, à la maison. Les enseignants s'emparent de cet outil et l'expérimentent avec leurs élèves afin d’identifier les enjeux pédagogiques de ce nouveau support. Sommaire du dossier : 1.

http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/apprendre/tablette-tactile

ENT et manuels numériques : L'âge de la maturité ? Par Françoise Solliec Les 30 et 31 mars, les Netjournées, organisées par ITOP à Sophia Antipolis étaient pour plus de 300 participants l'occasion de nombreux échanges et discussions. Les produits évoluent. Mais les usages pédagogiques sont-ils au rendez-vous ? Profweb 2.0 : Accueil J'ai intégré la classe inversée à ma pratique pédagogique. Non seulement celle-ci me permet de dynamiser les interactions avec mes étudiants, mais aussi de valoriser les échanges et le partage en les plaçant au cœur de l'apprentissage de l'anglais langue seconde. Je vous présente ici comment j'ai réalisé cette intégration ainsi que les avantages et désavantages de la classe inversée. Une nouvelle stratégie À ma seconde année à la barre du cours Formation Générale en anglais langue seconde j'ai décidé d'essayer la classe inversée.

De la page à l'écran ? teXtes Je reprends ici, avec quelques coupes, le texte dont je me suis servi hier pour introduire les Assises professionnelles de l’édition, qui se tenaient au Salon du Livre et qui avaient pour thème : le livre illustré, de la page à l’écran. Je voudrais aussi attirer l’attention sur ce billet d’Olivier Ertzscheid, qui a un drôle de titre, dont je n’aime pas du tout la première partie (on n’en peut plus des « de quoi [truc] est il le nom ? » et adore la seconde, cette très jolie idée d’ »enluminure du code »… Vous ne trouverez probablement que peu de parentés entre la réflexion très articulée d’Olivier et la tentative de mise à plat assez factuelle qui suit, et pourtant il y a bien une relation, car ce qu’on met derrière le mot « page » est au cœur, je crois, de l’évolution des métiers de l’édition. C’est aussi parce que les premiers terminaux de lecture mobile à se généraliser ont été, après les assistants personnels du tout début, soit des liseuses, soit des smartphones.

Lecture numérique et culture écrite Je reprends ici le texte d'un article qui m'a été suggéré par Julien Gauthier et publié sur l'excellent site Skholè. Le débat lancé par Nicholas Carr en Août 2008 ("Is Google making us stupid?") a ouvert , en grand et soudainement, le débat sur la lecture numérique. (1) La lecture numérique a en effet cessé d’être une simple «tendance technologique», dans le sens de Leroi-Gourhan. Des manuels scolaires libres, open source et gratuits : du rêve ? ActuaLitté Pour assurer à Flat World Knowledge un démarrage en trombe, maison d'édition qui prévoir de publier des manuels scolaires libres et open source, un financement de 700.000 $ a été accordé, qui porte à 1,4 million $ l'investissement de départ. Le cadre dans lequel Flat World souhaite faire paraître ses ouvrages va faire dresser les cheveux sur la tête de plus d'un. Les manuels scolaires qu'il distribuera seront ainsi en libre téléchargement, et gratuitement. Le modèle économique reposerait alors sur la vente de livres en impression à la demande, ou en version audio téléchargeable. Aucune publicité ne paraîtra, ni sur les versions en ligne, ni sur celles téléchargées.

L’usage du TBI : format par Mônica Macedo-Rouet * Le précédent article sur l’usage du TBI présentait l’un des facteurs clés de l’intégration de cet outil en classe : le temps d’expérience des enseignants. Ci-dessous seront présentés deux autres facteurs identifiés dans les études récentes : la qualité de la formation et la capacité à franchir certaines étapes.

Related: