background preloader

Nous ne ferons pas la guerre de la laïcité

Nous ne ferons pas la guerre de la laïcité
« Présider la République, c’est être viscéralement attaché à la laïcité, car c’est une valeur qui libère et qui protège. Et c’est pourquoi j’inscrirai la loi de 1905, celle qui sépare les Églises de l’État, dans la Constitution. » François Hollande frappe l’air de son poing décidé. Énormes applaudissements. Drapeaux qui s’agitent dans tous les sens. Après les généralités d’usage sur la fonction présidentielle, c’est la première mesure annoncée par le candidat socialiste dans son premier grand discours de campagne, prononcé au Bourget le 22 janvier dernier. Le discours a commencé depuis quatre minutes qu’on a déjà de quoi s’affliger un peu. Laissons les viscères aux populismes de droite. glissements de terrain Il faut évidemment tenir à la laïcité. Premier glissement : le domaine de la lutte laïque a été étendu à l’infini. Quatrième glissement : le combat laïque a changé d’adversaire principal. fausse alarme vous avez dit féminisme ? qui a peur du métissage ? on se calme une demande Related:  *docsReligions

Dialogue presque imaginaire entre Aurélie Filippetti et son double Il était une fois une jeune militante des Verts, nommée Aurélie Filippetti. Il était une autre fois, un peu plus tard, une encore jeune ministre de la culture socialiste, nommée, elle aussi, Aurélie Filippetti... Il était aussi une fois (c’était en 2004) une loi d’exception ciblant les élèves portant le voile et leur interdisant l’accès à l’école – et il était une fois une pétition contre cette loi d’exception, que l’écologiste Aurélie Filippetti fut l’une des toutes premières personnalités politiques à signer (dès le printemps 2003). La socialiste, pas l’écologiste. En clair : nous vous offrons ci dessous une petite leçon d’opportunisme, sous la forme d’un dialogue entre Doctor Aurélyll et Sister Fylyppettyde. Dernière précision : rien n’est inventé. Une pétition intitulée Oui à la laïcité, non aux lois d’exception (et rebaptisée par Libération Oui au foulard à l’école laïque), signée par Aurélie Filippetti. Filippetti 2010 : Aurélie 2003 : Il faut bannir la burqa de l’espace public.

ZigZag magazine Mondialisation : vers l'Eden ou le zoo humain Salut à tous, Juste une petite précision, quant à la première phrase de cet article, qui est bien :« Plus personne ne doute de l’intention messianique des Etats-Unis de façonner le monde à leur image. » L’origine de ça est un texte, intitulé « Program for a New American Century » ! Ce texte a été repris dans la presse étasunienne, vers la fin des années 1990 ( 97 ou 98, je ne me souviens plus bien), juste avant le passage à l’an 2000. Je me souviens l’avoir lu, et avoir lu les commentaires des journalistes dans Newsweek ; à l’époque, j’étais abonné depuis une quinzaine d’années, et après la lecture de ces textes, le magazine m’est tombé des mains. J’ai ensuite pris un papier, une enveloppe, et j’ai immédiatement envoyé une lettre pour résilier mon abonnement ! Bon évidemment, ce n’était pas formulé comme ça direct, il y avait de l’emballage, mais c’est ça que ça voulait dire ! Hallucinant ! Bien entendu, je savais que je n’aurais aucune réponse ! Adishatz

Ce que «sioniste» veut dire Le terme de «sioniste» est fondamentalement simple, clair, facile à définir, à comprendre et à justifier. Cependant, au cours des vingt, trente dernières années, ce terme s’est transformé en une notion des plus confuses. La droite l’ajoute comme une sorte de crème chantilly pour améliorer le goût de mets douteux, tandis que la gauche l’envisage avec crainte comme une sorte de mine susceptible d’exploser entre ses mains, qu’il convient de neutraliser avec toutes sortes d’ajouts bizarres, du genre «sionisme raisonnable» ou «sionisme humaniste». A l’étranger, dans les cercles critiques à l’égard d’Israël, le sionisme sert de poison à l’aide duquel chaque argument à l’encontre de l’Etat hébreu se voit aggravé. Pour certains critiques, la solution pour l’avenir de ce pays est même dans la «désionisation» de son identité. Dans ces conditions, il faut tenter de définir de façon réaliste le terme sioniste. Reste à savoir quel Etat désiraient ceux qui en soutenaient le projet ?

« Neutralité » religieuse dans les crèches et les universités ? : Halte à la stigmatisation des musulman·e·s ! Depuis le milieu des années 1980, la litanie des lois relatives à l’immigration qui reviennent avec la régularité d’un métronome concourt à la mise à l’index d’une partie de la population : celle qui est aussi la cible des discours xénophobes. Participe de cette mise à l’index la stigmatisation des femmes portant un voile et, au-delà, de l’ensemble des musulmans et des musulmanes, devenus la préoccupation obsessionnelle de la classe politique. Alors que tous les responsables politiques ont crié haut et fort, après les attentats de janvier 2015, qu’il fallait se garder de tout amalgame et ne pas rejeter sur les musulmans de France la responsabilité des attentats terroristes, voilà que les uns et les autres mettent aujourd’hui en avant la nécessité de légiférer, une fois de plus, sur des pratiques liées à l’islam, en proscrivant le port de tenues et de signes religieux jugés « ostentatoires ».

Au collège, l'agent de service refuse d'oter son tee-shirt siglé "Algérie" : un mois ferme C'est au nom du principe de neutralité qui doit être de mise dans un établissement scolaire que le principal du collège Anselme-Mathieu d'Avignon a demandé le 31 mai 2010 à un agent de service de bien vouloir aller se changer : Mohamed, 44 ans, qui arborait un tee shirt vert siglé "Algérie" a refusé. Le ton est monté et très vite Mohamed a outragé le chef d'établissement qui a été fortement choqué. Mohamed a ensuite quitté le collège et s'est rendu au commissariat pour déposer une plainte pour discrimination. Ce n'est qu'après un mouvement de protestation du personnel, agacé par la posture de Mohamed, que le Conseil général de Vaucluse, qui l'emploie, a muté quinze jours plus tard cet agent dans un autre collège. Le 19 juin, lorsque Mohamed est revenu à Anselme-Mathieu pour y récupérer ses affaires, il a cette fois outragé l'intendant du collège. Convoqué devant le tribunal correctionnel d'Avignon, Mohamed ne s'est pas présenté pour répondre de ces outrages.

Présentation Les sciences contemporaines en crise et les nouveaux totalitarismes La science contemporaine est en crise, elle est exacte dans le monde des objectivités, mais elle est « fausse » car elle est déconnectée du sens de la vie et de l’univers, elle n’est qu’efficacité. La vision assurée d’un monde réel et manipulable se renforce en même temps que l’absence de sens. En vérité, la science moderne est sûre dans ses prédictions, ses calculs et son efficacité. Elle est sûre dans ses applications technologiques. Mais elle offre une vision faussée de la Nature avec ses matérialités, son cosmos et ses règnes vivants soumis au règne du hasard et de la sélection. La plupart des théories physiques sont exactes pour expérimenter mais fausses pour comprendre les choses, ou du moins, partiellement fausses et parfois mal interprétées ou alors pas du tout. La crise de la science est une crise de la connaissance. La science comme ouverture vers les choses, leur essence et la vérité. Le totalitarisme du Moi va de pair avec la mécanique du marché.

#NousSommesUnis

Related: