background preloader

Le débat : demain, tous codeurs ?

Le débat : demain, tous codeurs ?
Demain, tous codeurs ? Dans un monde où les outils numériques ont révolutionné la vie quotidienne comme les pratiques professionnelles, la connaissance des langages informatiques peut constituer un précieux atout. Dès lors, faut-il s’y former ? Est-ce là l’un des rôles de l’école ? Pour répondre à cette question, nous avons invité quinze experts à nous faire part de leur vision. Avant de retrouver l’intégralité de leurs contributions, voici un petit aperçu des principales tendances qui se dessinent. > La programmation, un enjeu de taille pour maîtriser le monde de demain La plupart de nos contributeurs s’entendent pour dire qu’une compréhension fine du numérique sera essentielle pour évoluer dans le monde qui se prépare. « La nouvelle économie, c’est l’économie de la multitude : sa principale source de valeur est l’activité créatrice de milliards d’individus créatifs, éduqués, équipés et connectés ». Ce qui fait diverger les avis, c’est l’importance accordée à cette évolution.

Il faut apprendre à «coder» aux enfants La France prend conscience qu'il y a urgence à initier nos chères têtes blondes aux joies de l'informatique. «Chacun devrait savoir comment programmer un ordinateur, parce que ça apprend à penser» aimait à dire Steve Jobs, mythique fondateur d'Apple. Après Barack Obama qui a lancé un vaste plan aux États-Unis pour inciter les jeunes Américains à apprendre à programmer, la France prend elle aussi conscience qu'il y a urgence à initier nos chères têtes blondes aux joies de l'informatique. Hier, lors de ouverture de la conférence sociale Jean Pisani-Ferry, qui a réfléchi aux besoins de la France dans dix ans, a de nouveau exhorté l'Hexagone à remettre à jour ses savoirs: «L'école française n'enseigne toujours pas le codage informatique alors que certains de nos voisins l'ont déjà intégré au savoir de base», a-t-il alerté.

Le numérique menace-t-il l'industrie du luxe ? (1/2) Le numérique secoue les industries. Robotisation, cloud, autonomisation des salariés, ou encore modes de financements collaboratifs font régulièrement les choux gras des médias, qui peinent eux-mêmes à renouveler leur modèle économique sur le Web. Mais ils ne sont pas les seuls et l'industrie du luxe, qui fait primer la rareté, le rêve et la valeur monétaire de ses biens, subit également de plein fouet cette révolution. « Le numérique modifie notre industrie en profondeur, affirme ainsi Nicolas Topiol, PDG de Christian Lacroix. Entre chaîne de valeur chamboulée et rapport à la marque modifié, comment (ré)concilier ces deux mondes ? Luxe ? Les produits luxueux sont-ils toujours aussi convoités alors qu’Internet propose des centaines de produits différents ? "Le numérique force les marques à être plus transparentes et à se centrer sur le rapport qualité/prix, affirme Nicolas Topiol. "Certaines marques de luxe se sont construites comme ça, affirme-til.

Les enfants pourront apprendre le code dès l'école primaire C’est dans une interview accordée au JDD que le ministre de l’Éducation nationale Benoît Hamon a révélé comment il entendait « enseigner le code informatique à l’école ». Le ministre affirme que dès septembre (la rentrée), il va « favoriser » l’initiation au code informatique en primaire. En revanche, le code ne sera pas inscrit dans le vrai programme scolaire mais sera enseigné « de manière facultative et sur le temps périscolaire ». Connecter les écoles Actuellement, il y a 16 000 (sur 54 000) écoles qui ne sont pas connectées à l’internet haut débit. Par ailleurs, le gouvernement projette que d’ici 2020, «70% des élèves du primaire et de collège et 100% des enseignants» seront équipés de « PC-tablettes». Apprendre le code, pourquoi ? Tout d’abord, les secteurs du numérique est des nouvelles technologies est en plein boom. Le phénomène devrait s’accroître au fur et à mesure que le monde va se « numériser ». Mais cela va au-delà du métier de programmeur. (Sources : 1/2/3)

Les bibliothèques toutes désignées pour l'éducation numérique Le sujet avait été évoqué par la ministre de la Culture sortante, et sera probablement repris par Fleur Pellerin, rue de Valois : si les technologies sont devenues un élément central de la citoyenneté moderne, la fracture numérique fait courir le risque d'inégalités entre les Français. Outre-Atlantique, les bibliothèques ont acquis un véritable statut d'éducateur numérique, ce que certains veulent développer dans les établissements. (Jeffrey Beall, CC BY-SA 2.0) En mars dernier, une étude du Pew Research Center faisait date dans le métier, en affirmant que 30 % des Américains étaient des usagers réguliers de leur bibliothèque publique de proximité, quand 70 % avaient recours de manière plus ou moins fréquente à leurs services. Par ailleurs, la même étude rapportait que les usagers des bibliothèques se classaient dans la catégorie des technophiles, avec 95 % d'entre eux connectés à Internet, contre 86 pour l'ensemble des Américains. Sources : Washington Post , Syracuse , OECD

Une stratégie ambitieuse pour faire entrer l'École dans l'ère du numérique Le service public du numérique éducatif La loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l’École de la République instaure un service public du numérique éducatif. Ce nouveau service public a pour mission d’organiser une offre de productions pédagogiques numériques à destination de l’ensemble de la communauté éducative. Il répond aux objectifs suivants : inscrire le numérique dans les enseignements et développer des pratiques pédagogiques diversifiéesrenforcer le plaisir d’apprendre et d’aller à l’Écoleréduire les inégalités sociales et territorialesassurer la formation aux outils et ressources numériques, ainsi qu’une éducation renouvelée aux médias, à l’information et à l’usage responsable d’internet et des réseaux sociauxpermettre aux élèves de s’insérer dans la société en tant que citoyens et dans la vie professionnellefavoriser l’implication des parents dans la scolarité de leurs enfants Des services numériques pour la réussite de tous les élèves Des "collèges connectés"

L’illétrisme numérique est un vrai problème de société Demandez à un quidam de citer un pharaon, un dinosaure, un druide gaulois et le père de tous les ordinateurs. Aucun n’est sujet de Toutankhamon, ne croise de tyrannosaure ou Panoramix mais tous pourront vous les nommer. S'ils ont tous un smartphone les noms de Turing ou Von Neumann ne leur viendront pas en tête. La « culture » circule sur des canaux numériques « Le monde a été digitalisé », s’exclamait Frédéric Kaplan fin 2012. Les médias de masse sont devenus numériques et utilisent le numérique pour élargir leur offre en la personnalisant. Une culture scientifique, technique, industrielle 2012 aurait été l’année du centième anniversaire d’Alan Turing. Une culture vivante Presque toutes les entreprises françaises de plus de 10 personnes sont informatisées. Un sujet d’exploration artistique et culturelle L’historien Friedrich Kittler affirmait que « [les gens] devraient maîtriser deux langages de programmation, afin de disposer de ce qui, en ce moment, constitue la culture ».

3 outils en ligne pour creer des frises chronologiques La frise chronologique ou ligne du temps est une représentation graphique souvent utilisée en classe et dans le cadre des études. Le web a facilité la création de frises avec des outils simples prendre en main et qui offrent à la simple représentation graphique des fonctions interactives qui enrichissent la lecture. Voici trois outils gratuits pour créer facilement des frises chronologiques en ligne. Tous les trois ont fait l’objet ces derniers mois d’un article sur Outils Tice. Timeline Js. Un outil puissant en open source qui a été adopté par de nombreux enseignants. Dipity Un excellent outil pour créer des lignes du temps interactives. MyHistro Le troisième outil est un de mes favoris. Sur le même thème Analyses de fond et études Médiamétrie sur les usages et l'audience des médias auduiovisuels et interactifs, ainsi que les comportements du public à leur égard Quel est l’impact de ce changement de paradigme pour l’industrie de la publicité, du marketing, des médias et des études ? Les modèles d’analyse et de prévision sont-ils vraiment bouleversés ? Lorsque l’on se penche sur la réalité de ce changement technologique, comme a permis de le faire le séminaire organisé par l’IREP le 30 mai 2013, on nuance quelque peu l’ampleur de cette révolution. La seule question qui vaille, comme le signale Philippe Tassi, Directeur Général Adjoint de Médiamétrie et membre du Conseil scientifique de l’IREP, n’est-elle pas de savoir si, ou plutôt à quelles conditions, « bigger » signifie véritablement « better » ? Le changement de paradigme de la donnée L’accès à des données exhaustives sur un objet d’étude particulier n’est pas en soi une nouveauté. À la fin du XXe siècle, grâce au numérique, on dispose de bases de données dont la volumétrie était jusque-là inimaginable. Des données enrichies Big Data et modélisation : des perspectives immenses Florence Bourgade

Pour faire entrer l'école dans l'ère du numérique, l'éducation nationale se dote d'une Direction du numérique pour l'éducation (DNE) Dans le cadre de la réorganisation de ses services, le ministère de l'éducation nationale crée une "direction du numérique pour l'éducation" (DNE). Cette création correspond à la volonté forte du ministre de l'éducation nationale de faire du numérique un enjeu majeur pour l'école et la réussite des élèves. Élément clé de la refondation de l'École, la diffusion des usages du numérique dans l'enseignement constitue un puissant levier de modernisation, d'innovation pédagogique et de démocratisation du système scolaire. Elle est également un formidable outil d'inclusion des enfants en situation de handicap. La DNE, dont la mise en place a été confiée à Catherine Becchetti-Bizot, inspectrice générale de l'éducation nationale, a pour mission de mettre en synergie tous les acteurs du numérique éducatif avec les systèmes d'information du ministère.

Ce soir, Arte s'intéresse à l'avenir de la presse, du papier et du numérique Ce soir, Arte diffusera à 22h05 un documentaire sur l'évolution de la presse et de l'information. Un secteur en pleine mutation avec le besoin de faire cohabiter le papier et le numérique, tout en étant à la recherche d'un modèle économique viable. Depuis de nombreuses années, la presse est en crise. Avec la baisse des ventes du papier, la montée en charge des sites internet, des réseaux sociaux et le report des budgets publicitaires sur de nouveaux médias, financer des journalistes et leur donner le temps de travailler est de plus en plus complexe. Ainsi, des titres disparaissent, d'autres font face à de crises profondes lorsqu'ils ne passent pas sous le giron de riches propriétaires, alors que des robots commencent à écrire des dépêches basiques et que la publicité prend de plus en plus de place. Pour tenter de comprendre cette mutation Arte nous propose ce soir un documentaire qui sera diffusé à 22h05 : Presse : vers un monde sans papier ? David Legrand

Pourquoi vos enfants devraient apprendre le code informatique dès le plus jeune âge Par Vincent Matalon Mis à jour le , publié le Et si les listes de balises HTML étaient enseignées en même temps que les tables de multiplication dans les classes de primaire ? Samedi 24 mai, lors du lancement de la version française du site de formation au code informatique Codecademy, la secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire confiait à francetv info être "personnellement" favorable à l'entrée de cette discipline dans les écoles. Les Français semblent partager cette opinion. Parce que c'est une bonne façon de trouver du travail C'est l'argument-massue pour les parents, forcément inquiets de la réussite de leur progéniture. Dans le monde professionnel, où la technologie est utilisée quotidiennement, connaître les grands principes de fonctionnement des langages PHP, HTML et autres Python peut s'avérer utile, même lorsque l'on ne se destine pas à une carrière dans l'informatique. Parce que le code est la culture générale du XXIe siècle Parce qu'on peut s'y initier sans avoir un bac +5

Related: