background preloader

Le débat : demain, tous codeurs ?

Le débat : demain, tous codeurs ?
Demain, tous codeurs ? Dans un monde où les outils numériques ont révolutionné la vie quotidienne comme les pratiques professionnelles, la connaissance des langages informatiques peut constituer un précieux atout. Dès lors, faut-il s’y former ? Est-ce là l’un des rôles de l’école ? Pour répondre à cette question, nous avons invité quinze experts à nous faire part de leur vision. Avant de retrouver l’intégralité de leurs contributions, voici un petit aperçu des principales tendances qui se dessinent. > La programmation, un enjeu de taille pour maîtriser le monde de demain La plupart de nos contributeurs s’entendent pour dire qu’une compréhension fine du numérique sera essentielle pour évoluer dans le monde qui se prépare. « La nouvelle économie, c’est l’économie de la multitude : sa principale source de valeur est l’activité créatrice de milliards d’individus créatifs, éduqués, équipés et connectés ». Ce qui fait diverger les avis, c’est l’importance accordée à cette évolution.

LE CODE : concept de programmation (ressources, outils, concours….) Du 7 au 13 décembre se tiendra l’événement #Hourofcode "Computer Science Education Week" pendant lequel des éducateurs à travers le monde s’engagent à faire vivre à leurs élèves une heure d’activité de programmation. Comment enseigner une Heure de Code : Mode d'emploi Des idées pour cette semaine : L'organisation Code.org propose aux enseignants, de prendre une heure pour enseigner aux enfants les rudiments de la programmation. Une heure pour apprendre à programmer avec la Reine des Neiges Un organisme assurant la promotion de la programmation informatique a conçu un court module d'initiation basé sur le méga succès de Disney « La Reine des Neiges » En savoir plus sur Cursus edu : Le site Web : Une heure de code avec Minecraft NOUVEAU : Le projet « 1, 2, 3… codez !

Le numérique menace-t-il l'industrie du luxe ? (1/2) Le numérique secoue les industries. Robotisation, cloud, autonomisation des salariés, ou encore modes de financements collaboratifs font régulièrement les choux gras des médias, qui peinent eux-mêmes à renouveler leur modèle économique sur le Web. Mais ils ne sont pas les seuls et l'industrie du luxe, qui fait primer la rareté, le rêve et la valeur monétaire de ses biens, subit également de plein fouet cette révolution. « Le numérique modifie notre industrie en profondeur, affirme ainsi Nicolas Topiol, PDG de Christian Lacroix. Entre chaîne de valeur chamboulée et rapport à la marque modifié, comment (ré)concilier ces deux mondes ? Luxe ? Les produits luxueux sont-ils toujours aussi convoités alors qu’Internet propose des centaines de produits différents ? "Le numérique force les marques à être plus transparentes et à se centrer sur le rapport qualité/prix, affirme Nicolas Topiol. "Certaines marques de luxe se sont construites comme ça, affirme-til.

Les enfants pourront apprendre le code dès l'école primaire C’est dans une interview accordée au JDD que le ministre de l’Éducation nationale Benoît Hamon a révélé comment il entendait « enseigner le code informatique à l’école ». Le ministre affirme que dès septembre (la rentrée), il va « favoriser » l’initiation au code informatique en primaire. En revanche, le code ne sera pas inscrit dans le vrai programme scolaire mais sera enseigné « de manière facultative et sur le temps périscolaire ». Connecter les écoles Actuellement, il y a 16 000 (sur 54 000) écoles qui ne sont pas connectées à l’internet haut débit. Par ailleurs, le gouvernement projette que d’ici 2020, «70% des élèves du primaire et de collège et 100% des enseignants» seront équipés de « PC-tablettes». Apprendre le code, pourquoi ? Tout d’abord, les secteurs du numérique est des nouvelles technologies est en plein boom. Le phénomène devrait s’accroître au fur et à mesure que le monde va se « numériser ». Mais cela va au-delà du métier de programmeur. (Sources : 1/2/3)

Académie des technologies Communication de la commission TIC de l’Académie des Technologies - mai 2014 Tous les citoyens doivent recevoir une éducation numérique et informatique, tout au long de leurs scolarité, du primaire au secondaire : cette idée fait aujourd’hui largement consensus, comme en témoignent plusieurs rapports produits récemment. Mais que doit-on enseigner et de quelle manière doit se faire cet enseignement ? Suite aux réflexions menées au sein de sa commission Technologies de l’information et de la communication, l’Académie des technologies, dans une communication : « Le rôle de la technologie et de la pratique dans l’enseignement de l’informatique », bat en brèche quelques idées reçues et prend position pour des contenus et une pédagogie adaptés aux besoins de la société du 21ème siècle. L’enseignement de l’informatique et du numérique doit avant tout permettre à l’élève l’apprentissage de la modélisation et intégrer l’étude des systèmes, un besoin fondamental du 21ème siècle. A lire

Les bibliothèques toutes désignées pour l'éducation numérique Le sujet avait été évoqué par la ministre de la Culture sortante, et sera probablement repris par Fleur Pellerin, rue de Valois : si les technologies sont devenues un élément central de la citoyenneté moderne, la fracture numérique fait courir le risque d'inégalités entre les Français. Outre-Atlantique, les bibliothèques ont acquis un véritable statut d'éducateur numérique, ce que certains veulent développer dans les établissements. (Jeffrey Beall, CC BY-SA 2.0) En mars dernier, une étude du Pew Research Center faisait date dans le métier, en affirmant que 30 % des Américains étaient des usagers réguliers de leur bibliothèque publique de proximité, quand 70 % avaient recours de manière plus ou moins fréquente à leurs services. Par ailleurs, la même étude rapportait que les usagers des bibliothèques se classaient dans la catégorie des technophiles, avec 95 % d'entre eux connectés à Internet, contre 86 pour l'ensemble des Américains. Sources : Washington Post , Syracuse , OECD

Il faut apprendre à «coder» aux enfants La France prend conscience qu'il y a urgence à initier nos chères têtes blondes aux joies de l'informatique. «Chacun devrait savoir comment programmer un ordinateur, parce que ça apprend à penser» aimait à dire Steve Jobs, mythique fondateur d'Apple. Après Barack Obama qui a lancé un vaste plan aux États-Unis pour inciter les jeunes Américains à apprendre à programmer, la France prend elle aussi conscience qu'il y a urgence à initier nos chères têtes blondes aux joies de l'informatique. Hier, lors de ouverture de la conférence sociale Jean Pisani-Ferry, qui a réfléchi aux besoins de la France dans dix ans, a de nouveau exhorté l'Hexagone à remettre à jour ses savoirs: «L'école française n'enseigne toujours pas le codage informatique alors que certains de nos voisins l'ont déjà intégré au savoir de base», a-t-il alerté.

Faut-il enseigner le code informatique à l'école ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard L'écolier français fera-t-il bientôt des lignes de code à côté de ses lignes d'écriture ? Dans un monde où l'ordinateur prolonge nos cerveaux, la capacité à programmer et plus largement à maîtriser ce qui se passe derrière l'écran est en train de créer une nouvelle élite. A eux les emplois de demain, certes, mais aussi l'usage plus intelligent des appareils courants. « L'informatique façonne le monde moderne. Il faut casser la frontière entre ceux qui sont capables de créer, et ceux qui resteront des consommateurs d'écrans », résume l'académicien et professeur au Collège de France, Gérard Berry. Est-ce à l'école d'enseigner ces langages que l'ordinateur sait interpréter ? Ce débat, qui a longtemps opposé les « geeks » à la France traditionnelle, est en train de prendre une tournure plus politique.

L’illétrisme numérique est un vrai problème de société Demandez à un quidam de citer un pharaon, un dinosaure, un druide gaulois et le père de tous les ordinateurs. Aucun n’est sujet de Toutankhamon, ne croise de tyrannosaure ou Panoramix mais tous pourront vous les nommer. S'ils ont tous un smartphone les noms de Turing ou Von Neumann ne leur viendront pas en tête. La « culture » circule sur des canaux numériques « Le monde a été digitalisé », s’exclamait Frédéric Kaplan fin 2012. Les médias de masse sont devenus numériques et utilisent le numérique pour élargir leur offre en la personnalisant. Une culture scientifique, technique, industrielle 2012 aurait été l’année du centième anniversaire d’Alan Turing. Une culture vivante Presque toutes les entreprises françaises de plus de 10 personnes sont informatisées. Un sujet d’exploration artistique et culturelle L’historien Friedrich Kittler affirmait que « [les gens] devraient maîtriser deux langages de programmation, afin de disposer de ce qui, en ce moment, constitue la culture ».

Une stratégie ambitieuse pour faire entrer l'École dans l'ère du numérique Le service public du numérique éducatif La loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l’École de la République instaure un service public du numérique éducatif. Ce nouveau service public a pour mission d’organiser une offre de productions pédagogiques numériques à destination de l’ensemble de la communauté éducative. Il répond aux objectifs suivants : inscrire le numérique dans les enseignements et développer des pratiques pédagogiques diversifiéesrenforcer le plaisir d’apprendre et d’aller à l’Écoleréduire les inégalités sociales et territorialesassurer la formation aux outils et ressources numériques, ainsi qu’une éducation renouvelée aux médias, à l’information et à l’usage responsable d’internet et des réseaux sociauxpermettre aux élèves de s’insérer dans la société en tant que citoyens et dans la vie professionnellefavoriser l’implication des parents dans la scolarité de leurs enfants Des services numériques pour la réussite de tous les élèves Des "collèges connectés"

"Plus que l'apprentissage du code, c'est la sensibilisation aux cultures numériques qui est importante" Peut-on enseigner le code informatique à toute une nation ? Nous nous posions la question dans un article dédié à la campagne de sensibilisation Year of Code récemment lancée au Royaume-Uni. Ces dernières années, la formation aux langages des machines s'est imposée comme un facteur d'employabilité au sein d’un marché qui fait grise mine. Mais comment procéder pour y éduquer la population ? Est-ce à l'école d’agir ou doit-on laisser la place aux Espaces publics numériques et autres tiers-lieux qui s'y sont déjà dédiés ? Dans leur ouvrage Lire, écrire, compter, coder qui sortira le 28 avril prochain, Frédéric Bardeau et Nicolas Danet questionnent les enjeux de l'apprentissage du code aujourd'hui et s'interrogent quant à la meilleure manière de le faire. Vous êtes co-fondateur de Simplon.co, la "fabrique des jeunes codeurs" ouverte l’année dernière. Nous sommes plusieurs co-fondateurs et nous travaillions tous en communication numérique. Ce n’est pas le propos de notre livre. Absolument.

Analyses de fond et études Médiamétrie sur les usages et l'audience des médias auduiovisuels et interactifs, ainsi que les comportements du public à leur égard Quel est l’impact de ce changement de paradigme pour l’industrie de la publicité, du marketing, des médias et des études ? Les modèles d’analyse et de prévision sont-ils vraiment bouleversés ? Lorsque l’on se penche sur la réalité de ce changement technologique, comme a permis de le faire le séminaire organisé par l’IREP le 30 mai 2013, on nuance quelque peu l’ampleur de cette révolution. La seule question qui vaille, comme le signale Philippe Tassi, Directeur Général Adjoint de Médiamétrie et membre du Conseil scientifique de l’IREP, n’est-elle pas de savoir si, ou plutôt à quelles conditions, « bigger » signifie véritablement « better » ? Le changement de paradigme de la donnée L’accès à des données exhaustives sur un objet d’étude particulier n’est pas en soi une nouveauté. À la fin du XXe siècle, grâce au numérique, on dispose de bases de données dont la volumétrie était jusque-là inimaginable. Des données enrichies Big Data et modélisation : des perspectives immenses Florence Bourgade

Related: