background preloader

Initiation à la conception de bases de données relationnelles avec MERISE

Initiation à la conception de bases de données relationnelles avec MERISE
Le modèle logique de données (MLD) est composé uniquement de ce que l'on appelle des relations. Ces relations sont à la fois issues des entités du MCD mais aussi d'associations, dans certains cas. Ces relations nous permettront par la suite de créer nos tables au niveau physique. Une relation est composée d'attributs. Ces attributs sont des données élémentaires issues des propriétés des différentes entités mais aussi des identifiants et des données portées par certaines associations. Une relation possède un nom qui correspond en général à celui de l'entité ou de l'association qui lui correspond. Voici un premier exemple de relation (issue de l'entité «Edition» de notre précédant MCD) : Edition (id_ed, nom_ed) Légende :x : relationx : clef primaire Remarques : Ce premier MLD est représenté de manière textuelle. Il existe un autre type de clef appelé clef étrangère. Complétons notre premier exemple avec une autre relation où apparaît une clef étrangère : III-A-2-a. III-A-2-b. III-A-2-c.

http://ineumann.developpez.com/tutoriels/merise/initiation-merise/

Related:  Bases de donnéesBase de donnéesBase de données

COCEPTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Cours de Bases de Donnees Dana Torres Luis Gonzalez SaraTassini Définition : Une base de données (BD) est un ensemble de données mémorisées sur des supports accessibles par un ordinateur pour satisfaire simultanément plusieurs utilisateurs de façon sélective et en temps très court. Elles constituent le cœur du système d’information.

Cours SQL et Algebre Relationnelle - D. BOULLE (c) 1997, 2009 Didier Boulle "La conception et l'utilisation de bases de données relationnelles sur micro-ordinateurs n'est pas un domaine réservé aux informaticiens". C'est en tout cas ce que pensent beaucoup d'utilisateurs en voyant ce type de logiciel intégré aux suites bureautiques les plus connues. Cependant la maîtrise d'un SGBDR micro (Système de Gestion de Bases de Données Relationnelles) est loin d'être aussi facile à acquérir que celle d'un logiciel de traitement de texte ou d'un tableur.

Forme normale (bases de données relationnelles) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans une base de données relationnelle, une forme normale désigne un type de relation particulier entre les entités. Le but essentiel de la normalisation est d'éviter les anomalies transactionnelles pouvant découler d'une mauvaise modélisation des données et ainsi éviter un certain nombre de problèmes potentiels tels que les anomalies de lecture, les anomalies d'écriture, la redondance des données et la contre-performance.

Le SQL de A à Z Problèmes et exercices corrigés sur le langage SQL. Voici une série de travaux pratiques sur le langage SQL appelant des réponses devant être écrites uniquement à partir de requêtes, en utilisant le plus souvent possible le jeu de commande du SQL 2 normalisé (1999 ou 2003). Les données de départ, comme la structure des tables en jeu et la réponse attendue - sous la forme d'un jeu de résultat (table) - sont données dans chacun des énoncés.

Lesson 3: Selecting Data The select statement is used to query the database and retrieve selected data that match the criteria that you specify. Here is the format of a simple select statement: select "column1" [,"column2",etc] from "tablename" [where "condition"]; [] = optional Convertir votre base MySQL en UTF-8 Remarque : la traduction de cet article n'est pas terminée. N'hésitez pas à traduire tout ou partie de cette page ou à la compléter. Vous pouvez aussi utiliser la page de discussion pour vos recommandations et suggestions d'améliorations. Ce document explique comment convertir votre base de données interne de Moodle de l'encodage latin1 vers UTF8. Moodle nécessite maintenant l'encodage UTF8 et ne se mettra pas à jour si ce n'est pas le cas.

Petit état des lieux du NoSQL Pendant longtemps, les bases de données relationnelles ont été l'unique solution pour enregistrer des données, ou en tout cas, la solution adoptée par défaut par beaucoup de monde sans plus de réflexion sur le sujet. Pourtant, certaines personnes considèrent que le problème de stockage de données est en fait multiple et qu'il convient de se poser de nombreuses questions : Est-ce que les données sont fortement structurées ou non ? Quel est le ratio entre les lectures et les écritures ? Est-il acceptable de perdre un enregistrement sur un million ? Sur un milliard ?

Blockchain : la fin du Big data ? Si la production des données numériques dans le monde a le vent en poupe, 90% de ces données ont été produites dans les deux dernières années, Facebook y est bien pour quelque chose. Le plus grand réseau social en ligne a récolté 300 petabytes de données personnelles depuis son commencement, cent fois la quantité que la Bibliothèque du Congrès a pu collecter en deux siècles ! Dans l’ère du big data, les données sont avidement rassemblées et analysées : les entreprises et les organisations les utilisent pour personnaliser des services, optimiser les processus de prise de décisions, prévoir des tendances futures et plus encore. Aujourd’hui, les données sont un actif de valeur de l’économie mondiale. La préoccupation est croissante, concernant la vie privée des utilisateurs.

Le big data n’est plus l’avenir des sociétés numériques mais leur plus grand risque Cette idée était devenue une évidence. L’économie des données (des datas) était la clé de développement de toutes les entreprises liées au numérique et même de l’avenir de cette industrie. Ceux qui n’investisseront pas suffisamment dans des outils pour recueillir, analyser en temps réel et exploiter des masses de données sont condamnés. Mais les choses sont en train de changer très vite explique Quartz. Les datas ont toujours une grande valeur économique pour qui sait les exploiter mais elles sont aussi en train de devenir un très grand risque, juridique et d’image, pour les sociétés qui les utilisent et les stockent.

Définition : Qu’est-ce que le Big Data ? - LeBigData.fr Le phénomène Big Data L’explosion quantitative des données numériques a obligé les chercheurs à trouver de nouvelles manières de voir et d’analyser le monde. Il s’agit de découvrir de nouveaux ordres de grandeur concernant la capture, la recherche, le partage, le stockage, l’analyse et la présentation des données. Ainsi est né le « Big Data ». Il s’agit d’un concept permettant de stocker un nombre indicible d’informations sur une base numérique. Blockchain et FinTech: les entremetteuses de la transformation digitale des banques La blockchain et la FinTech occupent une part prépondérante dans ce document synthétique et intéressant à lire pour bien comprendre les enjeux de transformation digitale qui secouent le monde des banques, des assurances et plus globalement des marchés financiers. Le cabinet conseil Investance Partners (stratégie et gestion du changement de l’industrie financière) vient de publier son nouveau rapport annuel « Year Ahead » sur les secousses subies par la banque, la finance et l’assurance. Trois univers qui doivent appréhender une accélération de l’innovation technologique. Une tendance à rapprocher avec des paramètres connexes : réglementation & conformité, évolution des usages de services bancaires, et une concurrence accrue avec des start-up FinTech qui profitent de leur agilité pour bousculer les mammouths du secteur financier.

IBM lance son service blockchain pour les entreprises par Elaine Cordon, le 20 mars 2017 16:29 IBM vient de lancer son offre blockchain dans le cloud. Le service est basé sur l’environnement open source Hyperledger Fabric de la Fondation Linux. Avec Cosmos DB, Microsoft s'arme d'une base de données distribuée cloud A l'occasion de sa conférence Build (10-12 mai à Seattle), Microsoft a annoncé la mise à jour de Cosmos DB, l'extension de DocumentDB. Cette dernière permet aux développeurs de répliquer les données stockées dans chacune des 34 régions du cloud public Azure. Grâce à la mise à jour Cosmos DB livrée hier par Microsoft et annoncée lors de sa Build Conference (10-12 mai à Seattle), les développeurs pourront plus facilement mettre leurs applications à l’échelle afin de répondre à des besoins globaux. Cette extension de DocumentDB, le service géré de base de données NoSQL lancé en 2015 par Microsoft, va permettre aux développeurs de répliquer les données stockées dans chacune des 34 régions du cloud public Azure. Principale nouveauté : une fonction permettant aux développeurs de choisir entre cinq niveaux de cohérence échelonnés de « fort » à « éventuel ». Les bases de données distribuées globalement comme Cosmos sont une des fonctions importantes promises par le cloud.

La fondation Linux modélise l'automatisation de contrats sur blockchain Le projet Composer, tout juste accepté par la Fondation Linux, va permettre de modéliser l'exécution automatisée de contrats dans différents secteurs d'activité (assurance, transport de marchandises, santé...). Il est conçu pour fonctionner avec plusieurs technologies d'Hyperledger : Fabric, Iroha, Sawtooth ou Burrow. Sous le nom d'Hyperledger Composer, un outil de collaboration pour créer des réseaux métiers autour de la blockchain vient d’entrer en incubation au sein du comité de pilotage technique de la fondation Linux. Il doit contribuer à accélérer le développement de contrats, couramment appelés smart contracts, pouvant être exécutés de façon automatisée à travers un « grand livre » distribué, à partir de conditions pré-définies. Tous les réseaux blockchain partagent un certain nombre d’éléments (actifs, participants, identités, transactions, registres), mais avec les technologies existantes, il peut être difficile de transcrire un cas d’usage en code.

Related: