background preloader

A quel point Google Drive est-il propriétaire de vos données ?

A quel point Google Drive est-il propriétaire de vos données ?
Soyons francs, personne ne lit les conditions générales d’utilisation. Heureusement, nos confrères américains de ZDNet.com se sont penchés sur celles du tout nouveau service de stockage de Google et les ont comparées à celles de ses deux principaux concurrents : Dropbox et SkyDrive de Microsoft. Et le moins que l’on puisse dire est que Google Drive garde une approche plutôt obscure du traitement des données qu’il collectera. Dropbox – (voir les CGU)« Vos effets et votre vie privée : En utilisant nos Services, vous nous fournissez les informations, fichiers et dossiers que vous envoyez à Dropbox (collectivement désignés sous l’appellation « vos effets »). Sky Drive – (voir les CGU)« 5. Plus loin, on peut néanmoins lire : "Vous reconnaissez que dans la cadre de la fourniture du service, Microsoft est susceptible d'utiliser, de modifier, d'adapter, de reproduire, de distribuer et d'afficher le contenu publié sur le service, et vous autorisez Microsoft à effectuer ces opérations".

Google poursuivi en justice pour ses nouvelles règles de vie privée La situation se corse pour Google, à mesure que la date du 1er mars se rapproche. Le groupe américain, qui compte faire entrer en vigueur ses nouvelles règles en matière de confidentialité dans trois semaines, est depuis quelques jours la cible des autorités de régulation et des organisations non gouvernementales, qui s'inquiètent des effets de la nouvelle politique du géant du web sur la vie privée des internautes. MSNBC rapporte que l'Electronic Privacy Information Center (EPIC) a déposé une plainte outre-Atlantique, dans l'espoir d'obtenir la suspension du futur document. L'ONG américaine considère en effet que le nouveau réglement de l'entreprise, qui couvrira près de soixante produits et services, enfreint un accord passé avec la Federal Trade Commission (FTC) en mars 2011. L'un des éléments de cet accord porte sur le consentement des utilisateurs.

Google Drive detailed: 5GB of free storage, business-focused approach If it happened any other way, it just wouldn't be as satisfying, now would it? After years of leaks, murmurs, hubbub and other familiar synonyms, Google's mythical cloud storage platform is now official... sort of. As Lady Fate would have it, the company apparently outed a memo of the features on its French blog earlier today, but before it could yank the 'pull' switch, an eagle-eyed reader managed to grab the text and run it through -- surprise, surprise -- Google Translate. What's left is an official-as-you'll-get-right-now transcript of Google Drive's features, but contrary to the hype, it all feels way more enterprise-centric than consumers may have wanted. For starters, there's no real mention of music (we guess Google Music is on its own, there), and there's just 5GB of free storage for "documents, videos, photos, Google Docs, PDFs, etc." Update: It's live on the Google Play store, and a pair of explanatory videos are embedded after the break! Comments

Yahoo et Gmail lisent vos mails Avec son application Visualizing, Yahoo! montre que tout ce que partagent ses utilisateurs par mails est non seulement scanné mais aussi utilisé pour la pub et la sécurité. Démonstration. Le 13 octobre, Yahoo! Interrogé à ce sujet, Yahoo! Gmail aussi aime lire Gmail, l’autre géant américain des correspondances numériques fonctionne de la même manière. Google analyse le texte des messages Gmail afin de filtrer les spams et détecter les virus. Yahoo! Cela permet de bloquer près de 550 milliards de spams atterrissant dans les boîtes mails de nos utilisateurs chaque mois dans le monde, soit aux alentours de 1800 mails par utilisateur. Et si, en même temps, cette analyse permet d’identifier les centres d’intérêts des utilisateurs, c’est pour “améliorer la pertinence des annonces” et leur proposer une publicité adaptée à leurs besoins. Quant à la légalité de cette pratique, une piste de réponse semblait être apportée par l’application “Visualizing Yahoo!”. De son côté, Pierre Landy de Yahoo!

Cloud computing et entreprise/Après le Cloud computing, le fog computing ! Une page de Wikiversité. Début de la boite de navigation du chapitre fin de la boite de navigation du chapitre En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Cloud computing et entreprise : Après le Cloud computing, le fog computing ! Cloud computing et entreprise/Après le Cloud computing, le fog computing ! Après le cloud computing, le fog computing Le monde a adopté le cloud. Cependant, de véritables nuages ont eu raison des clouds métaphoriques lorsque l'ouragan Sandy a endommagé plusieurs centres de données clés à New York et au New Jersey. Mais le principal problème a été découvert plus tard, lorsque les quantités de données échangées via le cloud ont continué à augmenter et ont atteint des niveaux très importants. Qu'est ce-que le fog computing ? Le fog ne va pas avoir besoin de recourir au cloud où à un data center, ce qui va permettre une réduction du temps de gestion des données et une amélioration de la qualité du service rendu.

Protection des données personnelles : Google rappelé à l'ordre par dix autorités nationales États-Unis - Plusieurs pays ont officiellement demandé à Google d'adopter un comportement exemplaire en matière de traitement des données personnelles. Les organismes de contrôle des différents États ayant adressé cette mise en garde visent particulièrement Google Street View. Google Street View et Google Buzz sont au cœur d'une polémique née autour de la protection des données personnelles sur le Net. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Dix organismes nationaux équivalents à notre Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) ont ainsi demandé au géant de Mountain View de respecter la législation en vigueur dans ce domaine. En mars, plusieurs autorités européennes avaient déjà demandé à Google de conserver les images non floutées six mois au lieu des douze actuels. Suivez-nous sur Facebook Vous êtes déjà abonné ? Top vidéo iPhone 6 : sortie, caractéristiques...Le point sur le futur smartphone Apple

Empêcher les évènements Google+ d’apparaître automatiquement sur votre agenda L’arrivée de la possibilité d’organiser des évènements dans Google+ a été très bien reçue par les utilisateurs du réseau social qui monte ! Les invitations pour tout et n’importe quoi ont commencé à se multiplier, et pour peu que vous soyez dans pas mal de cercles, vous vous retrouvez invité à de nombreuses soirées. Seul problème : les évènements auxquels vous êtes invités s’ajoutent automatiquement dans votre agenda Google, même si vous refusez d’y participer ! Voici les réglages qu’il faut faire pour éviter de vous retrouver avec un agenda plein à craquer d’évènements auxquels vous n’allez pas aller Il suffit d’aller sur la page de réglages des paramètres de Google Agenda : Et de mettre à Non les rubriques Afficher les invitations que j’ai refusées : et Ajouter automatiquement les invitations à mon agenda : Et vous allez enfin ne plus être pollué par les dizaines d’invitations qui viennent se greffer sur votre agenda sans que vous n’ayez demandé quoi que ce soit

 Cour de cassation Chambre sociale Arrêt du 4 juillet 2012   mercredi 4 juillet 2012 Cour de cassation Chambre sociale Arrêt du 4 juillet 2012 salarié - dénomination sociale - employeur - professionnel - présomption - personnel - disque dur - fichiers porno Sur les premier et second moyens réunis Attendu, selon l’arrêt attaqué (Amiens, 15 décembre 2010), que M. Attendu que le salarié fait grief à l’arrêt de le débouter de sa demande d’indemnités au titre de sa radiation des cadres alors, selon les moyens : 4°/ qu’en toute hypothèse, en ne caractérisant pas l’existence d’un risque ou d’un événement particulier susceptible de justifier l’ouverture par l’employeur de fichiers identifiés par le salarié comme personnels, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard des articles 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, 9 du code civil et L. 1121-1 du code du travail ; Par ces motifs : . . . Moyens produits par la SCP Waquet, Farge et Hazan, avocat aux conseils, pour M. Aux motifs que M.

Le Cloud public est plus sécurisé que les Data Centers privés ! En règle générale, les entreprises privées ont tendance à ne faire confiance qu’à leurs propres infrastructures pour la sécurité informatique de leurs données. Pourtant, dans les faits, les Data Centers du Cloud public s’avèrent plus sécurisés. Pour une entreprise dont la confidentialité des données est d’une importance capitale, il est difficile de faire confiance à un tiers au point de lui déléguer le stockage intégral de ces données. Par habitude, par méfiance, les sociétés préfèrent généralement entreposer leurs données dans les disques durs de leurs propres Data Centers. Il est d’autant plus difficile de s’en remettre aux fournisseurs de Cloud public, dont les méthodes de sécurités sont volontairement gardées secrètes. Le Cloud public, plus proactif et moderne Pour cause, les fournisseurs de Cloud public comme Amazon Web Services ou Microsoft Azure ont conscience d’être des cibles de choix pour les hackers de tous bords. Le Cloud privé, souvent obsolète et trop disparate

Protection des données personnelles : vers un toilettage de la règlementation européenne Depuis 1995, date de l'adoption de la directive européenne sur la protection des données à caractère personnel, les modes de collecte, de stockage et de transfert des informations ont considérablement évolué. Un changement radical de techniques et d'usages qui a amené la Commission européenne [[ visant à réformer la règlementation communautaire afin de la rendre plus protectrice pour les citoyens, mais également plus simple à mettre à mettre en œuvre notamment par les entreprises amenées à gérer des fichiers contenant des données permettant d'identifier une personne. Menée sous la direction de Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne et commissaire en charge de la justice, [[ En contrepartie, les entreprises verront certaines de leurs obligations se renforcer.

The truth about Goobuntu: Google's in-house desktop Ubuntu Linux San Diego, CA: Most Linux people know that Google uses Linux on its desktops as well as its servers. Some know that Ubuntu Linux is Google's desktop of choice and that it's called Goobuntu. But almost no one outside of Google knew exactly what was in it or what roles Ubuntu Linux plays on Google's campus, until now. Today, August 29th , Thomas Bushnell, the tech lead of the group that manages and distributes Linux to Google's corporate desktops unveiled Goobuntu from behind Google's curtain at LinuxCon, the Linux Foundation's annual North American technical conference, First things first, can you download Goobuntu to run it yourself? Well yes and no. Bushnell explained that “Goobuntu is simply a light skin over standard Ubuntu.” Google uses the LTS versions because the two-years between releases is much more workable than the every six-month cycle of ordinary Ubuntu releases. Why Ubuntu, rather than say Macs or Windows? Yes, that's right. So, what about the desktop itself?

La Commission veut créer une signature électronique européenne Bruxelles a proposé un règlement pour faciliter les démarches administratives et les transactions électroniques des particuliers et des entreprises. Remplir en ligne ses déclarations de revenus dans plusieurs pays pourrait devenir possible. Un règlement de la Commission, proposé le 4 juin, mais qui ne sera pas obligatoire pour tous les pays, vise à simplifier et uniformiser les transactions électroniques en Europe pour les particuliers et les entreprises. Le texte s’inscrit dans la lignée d’une directive de 1999, qui avait fait des avancées timides sur une reconnaissance des signatures électroniques entre les pays de l’UE. Le règlement proposé cette fois-ci inclut les e-signatures, mais aussi d’autres services électroniques qui permettent d’authentifier les documents. Le règlement donne à la signature électronique la même valeur que celle manuscrite. "Cette initiative (de la Commission, ndlr ) est pertinente.

Migration vers le cloud : les 7 pratiques à adopter dans votre entreprise Le processus de migration vers le cloud d’une entreprise peut s’apparenter à un « voyage ». C’est un processus itératif qui prend du temps. Voici sept bonnes pratiques qui visent à instaurer un climat de succès dans les entreprises en transition vers le cloud. En 2015, j’écrivais comment le cloud était devenu la nouvelle norme et à quel point le processus de migration vers le cloud d’une partie significative de l’infrastructure d’une entreprise pouvait s’apparenter à un « voyage ». C’est un processus itératif qui prend du temps. Avant d’entrer dans le détail de ces bonnes pratiques, il convient de rappeler que cette transition vers le cloud est un processus continu et qu’il prend du temps. Voici les sept bonnes pratiques des entreprises que j’ai pu observer fonctionner et qui visent à instaurer un climat de succès dans les entreprises en transition vers le cloud. 1. 2. Les gens ont souvent peur de l’inconnu. 3. 4. 5. 6. 7.

Related: