background preloader

Société Mathématique de France

Société Mathématique de France
Related:  Mathématique

Math Encounters – The Museum of Mathematics Math Encounters Next presentation: “Peeling the World” Oct 1 at 4:00 PM by David Swart “Peeling the World” Oct 1 at 6:30 PM by David Swart The world is filled with spherical imagery: patterns on soccer balls, panoramic photos, and even the globe itself. How can the curved surface of a sphere be flattened to fit on the planes (paper, computer screens) we use every day? Photography notice By registering for a Math Encounters presentation, you agree that you may be photographed or videotaped by Museum staff and associates. Books by the speakers We are happy to offer books edited or authored by Math Encounters speakers through our online shop. Math Encounters available on YouTube and DVD Math Encounters presentations are generally posted to our YouTube page within 1-2 months of filming.

Mathématique du secondaire - Sommaire - X.Hubaut ULB Voici l'ensemble des sujets abordés dans ce cours. Destiné aux futurs enseignants de mathématique, il est toutefois accessible aux élèves des dernières années du secondaire. Il va de soi qu'une répartition en chapitres est très subjective et fort arbitraire; en effet, bien des articles pourraient être répertoriés dans plusieurs rubriques. En glissant la souris sur le titre des différents chapitres, vous ferez apparaître les titres des articles qu'il contient. S'ils ne vous paraissent pas suffisamment descriptifs, au lieu de cliquer sur le titre de l'article, il vous suffira de cliquer sur le titre du chapitre choisi et vous obtiendrez une description un peu plus explicite de son contenu. Nous vous conseillons de lire l'introduction afin de mieux en comprendre l'esprit et les objectifs. Enfin, nous ajouterons occasionnellement des documents qui pourront également être téléchargés en version pdf. Vous trouverez également une liste de liens (toujours à vérifier !)

MATHCURVE.COM Mathématiques - Jeux et Mathématiques Hairy ball theorem "Hairy balls" redirects here. For the mayor of Fort Wayne, see Harry Baals. A failed attempt to comb a hairy 3-ball (2-sphere), leaving an uncomfortable tuft at each pole A hairy doughnut (2-torus), on the other hand, is quite easily combable. This is famously stated as "you can't comb a hairy ball flat without creating a cowlick", "you can't comb the hair on a coconut", or sometimes "every cow must have at least one cowlick." It can also be written as, "Every smooth vector field on a sphere has a singular point." Counting zeros[edit] From a more advanced point of view: every zero of a vector field has a (non-zero) "index", and it can be shown that the sum of all of the indices at all of the zeros must be two. Cyclone consequences[edit] A curious meteorological application of this theorem involves considering the wind as a vector defined at every point continuously over the surface of a planet with an atmosphere. Application to computer graphics[edit] Lefschetz connection[edit] See also[edit]

Biographie : Leonhard Euler (15 avril 1707 - 18 septembre 1783) Né à Bâle le 15 avril 1707, Leonhard Euler étudia les mathématiques sur les conseils de Johann Bernoulli, qui était ami avec son père. Il s'installa à Saint-Petersbourg, auprès de Pierre le Grand, puis à Berlin sous le règne de Frédéric II, où a chaque fois il rencontra un environnement scientifique exceptionnel. Son oeuvre est considérable. Euler intervint dans les trois domaines fondamentaux de la science de son époque : l'astronomie (orbites planétaires, trajectoires des comètes), les sciences physiques (champs magnétiques, hydrodynamique, optique, nature ondulatoire de la lumière,...), les mathématiques, où il met au premier plan le concept de fonction. On lui doit aussi la très jolie relation entre les nombres de sommets, d'arêtes et de faces d'un polyèdre convexe (ex : le cube, le tétraèdre,...). La santé d'Euler était assez fragile. Les entrées du Dicomaths correspondant à Euler Les mathématiciens contemporains de Euler (né en 1707)

Cévienne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Longueur[modifier | modifier le code] Un triangle avec une cévienne. La longueur d'une cévienne peut être déterminée par le théorème de Stewart. peut être déterminée par la formule suivante : Si la cévienne est une hauteur, sa longueur est donnée par la formule : Si la cévienne est une médiane, sa longueur est donnée par la formule simplifiée : Enfin, si la cévienne est une bissectrice, sa longueur est donnée par la formule : Articles connexes[modifier | modifier le code] Théorème de Ceva Références[modifier | modifier le code] (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Cevian » (voir la liste des auteurs)(en) Ross Honsberger (de), Episodes in Nineteenth and Twentieth Century Euclidean Geometry, MAA, Cambridge University Press, 1995 (ISBN 978-0-88385639-0), p. 13 et 137.

Etymologie pour le prof de maths Cette page est vouée à évoluer au fur et à mesure que j'en apprendrai. La participation est ouverte à tous. Si vous connaissez l'étymologie de certains mots de maths qui ne sont pas sur cette page, envoyez-moi un message Acutangle : du latin acutus, pointu, aigu et angulus, angle. Affine : du latin ad finis, vers la limite. Algèbre : de l'arabe Al Jabr, remplir, réduire une fracture. Al-Hatt est la méthode qui consiste à diviser les deux membres par un même nombre.Exemple : passer de 4 x2 - 10 = 6x à 2 x2 - 5 = 3 x .

Théorème de Stewart Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Théorème de Stewart Énoncé[modifier | modifier le code] Démonstration[modifier | modifier le code] D'après le théorème d'Al-Kashi nous avons : Puisque et sont supplémentaires, alors la somme de leur cosinus est nulle, d'où après somme nous obtenons : Portail de la géométrie

Géométrie euclidienne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les conceptions géométriques connaissent, depuis les travaux d'Euclide, des évolutions suivant trois axes principaux : Pour vérifier les critères de rigueur logique actuels, la définition axiomatique subit de profonds changements, l'objet mathématique restant néanmoins le même.Pour ne plus se limiter aux dimensions deux et trois et pour permettre l'élaboration d'une théorie plus puissante, un modèle algébrique de la géométrie est envisagé. Plus de 2 000 ans après sa naissance, l'espace géométrique euclidien est un outil toujours efficace aux vastes domaines d'applications. Son aspect mathématique est traité de manière didactique dans l'article produit scalaire. L’approche euclidienne de la science de l’espace[modifier | modifier le code] Les outils de la géométrie d'Euclide[modifier | modifier le code] La construction d'Euclide se fonde sur cinq axiomes[1] : Approche géométrique de l'algèbre[modifier | modifier le code]

Loi des cosinus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En mathématiques, la loi des cosinus est un théorème de géométrie couramment utilisé en trigonométrie, qui relie dans un triangle la longueur d'un côté à celles des deux autres et au cosinus de l'angle formé par ces deux côtés. Cette loi s'exprime de façon analogue en géométrie plane, sphérique ou hyperbolique. En ce qui concerne la géométrie plane, elle est également connue sous les noms de théorème d'Al-Kashi, en France, ou encore théorème de Pythagore généralisé[1]. En géométrie plane[modifier | modifier le code] Énoncé[modifier | modifier le code] Fig. 1 - Notations usuelles dans un triangle quelconque. La loi des cosinus s'énonce de la façon suivante : Soit un triangle ABC, dans lequel on utilise les notations usuelles exposées sur la figure 1 : d'une part α, β et γ pour les angles et, d'autre part, a, b et c pour les longueurs des côtés respectivement opposés à ces angles. Histoire[modifier | modifier le code] — Euclide, Les Éléments[3] d'où

Related: