background preloader

Géopolitique : Notes d'Analyse Géopolitique

Géopolitique : Notes d'Analyse Géopolitique
Related:  GEOPOLITIQUE

Les enjeux politiques de l'analyse des territoires. Géopolitique « FIN des territoires » (B. Badie, 1995), « retour des territoires » (colloque tenu à Corte en 2016), nécessité « d’écouter les territoires » (expression de politiques reprise par plusieurs agences d’urbanisme) : le mot « territoire » ne cesse d’être mobilisé pour évoquer les mutations du monde contemporain. Il en est du reste devenu une injonction pour légitimer des discours critiques vis-à-vis du processus de mondialisation ou pour s’opposer à des décisions de l’État central. Décomposer les approches territoriales Si le terme de « territoire » est difficile à saisir, c’est parce qu’il dépasse les deux dimensions habituelles de l’espace : les délimitations administratives (les surfaces) et les réseaux (les pôles et les flux). L’enjeu aujourd’hui est donc de donner des éléments essentiels de réflexion pour permettre de mieux appréhender la complexité territoriale qui nous concerne en tant que citoyen et qui doit être prise en compte par tout aménageur. Plus . D. Coll. 4e de couverture

Meilleures revues géopolitiques, relations internationales, (...) - Actualité des revues . Confluences Méditerranée, n°97, 2016/2. Iran/Arabie Saoudite : une guerre froide. Rivalité irano-saoudienne en Syrie après la conclusion de l’accord sur le nucléaire ; De la révolution à la réforme : chiisme et politique en Arabie saoudite ; L’apparence du religieux ; L’Arabie saoudite dans le contexte du retour en grâce de l’Iran ; Tensions diplomatiques irano-arabes et pérennité de la présence des Iraniens à Dubaï ; Le Liban et l’Iran à l’ombre du conflit entre l’Iran et l’Arabie saoudite ; La guerre saoudienne contre le Hezbollah libanais. Répercussions locales d’une rivalité régionale ; Le jeu de la France dans le Golfe : entre continuité et ruptures. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La rédaction du Diploweb recommande particulièrement dans ce n° 411 de Futuribles l’article : Pour une géopolitique de l’éducation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Les meilleurs livres géopolitiques sélectionnés par Diploweb - Actualité des livres . Samuel Arlaud, Yves Jean, Introduction à la géographie rurale, Paris, Armand Colin, à paraître (janvier 2017). Cette introduction a pour objectif d’analyser de la façon la plus complète possible les systèmes agraires français, leurs mutations récentes et les enjeux de développement. . Dans cet essai, l’auteur combine les concepts de modernité et de globalisation pour aborder l’histoire et la géographie occidentales depuis le XVIIe siècle. . Boris Nemtsov, dirigeant du parti Parnas, l’un des principaux opposants russes, préparait un rapport sur « Poutine et la guerre » dans lequel il entendait montrer comment le maître du Kremlin avait préparé la guerre contre l’Ukraine. . Au cours des décennies écoulées, les politiques de coopération au développement des États dits du Nord ont connu de profondes transformations. . Science du territoire, la géographie aborde le rapport de la société à l’espace. . . . « Cet ouvrage est exceptionnel par son ampleur et sa qualité. . . . . . . . . . . . .

Vladimir Poutine, Maestro mondial de la géopolitique ! Ce flot migratoire est dû à la politique des néocons de Washington. Comme Washington ne sait mettre aucun terme à ses propres erreurs et turpitudes, que c’est le Président Russe qui règle les problèmes en Maestro et qu’il se trouve qu’il les a réglés avec un certain succès avant de se retirer, car, fin limier qu’il est, il ne veut pas prêter le flan à la critique Occidentale, de Washington en particulier, d’une quelconque culpabilité sur un échec du cesser le feu. En effet, Washington était persuadé que Poutine ne le respecterait pas. Ils en sont pour leurs frais ! Le Maestro Poutine, vient encore une fois de montrer son sang froid, son sens de l’anticipation, sa connaissance de l’histoire et du terrain et finalement son talent de joueur d’échec qui a prit de court Washington et ses vassaux. C’est dans cet esprit que je vous traduis un excellent texte du journal russe: « Komsomolskay Pravda », qui donne les raisons objectives du retrait russe de Syrie. Hildegard von Hessen am Rhein

Bonne nouvelle pour le monde entier, plus de soucis à se faire pour la mer de Chine Par Peter Lee – Le 23 janvier 2016 – Source UNZ On assiste à une campagne médiatique concertée pour présenter la mer de Chine (MdC) comme une voie indispensable pour le transport commercial, fournissant une bonne raison aux États-Unis pour surveiller et intervenir dans cette zone. Le porte-parole de cette campagne évoque une valeur de $5 mille milliards de marchandise traversant la mer de Chine chaque année. Voici sept dépêches de l’agence Reuters, datées du mois dernier, évoquant ce chiffre de $ 5 mille milliards : Ce qui attire mon attention dans ces sept articles est qu’ils sont le travail de six reporters et sept rédacteurs en chef (sept à six ! Mais c’est compréhensible. L’entourloupe, bien sûr, est que la part du lion de ces $5 mille milliards ressort du commerce chinois et que la plupart passe par la MdC par choix et non par nécessité. Dit autrement, la seule grande puissance ayant un intérêt stratégique vital pour la liberté de navigation en mer de Chine est la Chine elle-même.

Le siège "On pensait que ça n'arriverait jamais à Sarajevo." La guerre les a surpris par une journée ensoleillée et ne leur a laissé aucun répit pendant quatre années : d'avril 1992 à février 1996, la capitale de la Bosnie-Herzégovine, carrefour entre l'Orient et l'Occident, a connu le plus long siège de l'histoire moderne. Encerclés par les troupes serbes du général Mladic, postées sur les hauteurs de la ville, 350 000 Sarajéviens ont vécu sous le feu quotidien des bombes et des tirs de snipers. Pourtant, contre toute attente, la ville a résisté et survécu, défendant corps et âme une idée du vivre ensemble. Le siège de l'intérieur

La fin des Ottomans (2/2) Six siècles durant, l’immense Empire ottoman a imposé sa puissance sur trois continents et sept mers. Terre des Lieux saints des trois monothéismes, mosaïque de langues, de cultures et de religions sans équivalent dans l’histoire, cette puissance exceptionnelle s'est pourtant effondrée en moins d’un siècle, de l’indépendance de la Grèce, premier État-nation à s’émanciper de l’Empire en 1830, jusqu’à l’avènement de la République de Turquie en 1923, sous l'égide de Mustafa Kemal Atatürk. Des guerres israélo-arabes à l'éclatement de la Yougoslavie, de l'invasion de l'Irak au chaos syrien, ses ruines et ses lignes de faille, autant ethniques que religieuses, ont façonné un monde moderne dont les fractures multiples apparaissent désormais au grand jour. 2. C’est un Empire ottoman affaibli qui entre en guerre en 1914, aux côtés des Empires allemand et austro-hongrois.

La fin des Ottomans (1/2) Six siècles durant, l’immense Empire ottoman a imposé sa puissance sur trois continents et sept mers. Terre des Lieux saints des trois monothéismes, mosaïque de langues, de cultures et de religions sans équivalent dans l’histoire, cette puissance exceptionnelle s'est pourtant effondrée en moins d’un siècle, de l’indépendance de la Grèce, premier État-nation à s’émanciper de l’Empire en 1830, jusqu’à l’avènement de la République de Turquie en 1923, sous l'égide de Mustafa Kemal Atatürk. Des guerres israélo-arabes à l'éclatement de la Yougoslavie, de l'invasion de l'Irak au chaos syrien, ses ruines et ses lignes de faille, autant ethniques que religieuses, ont façonné un monde moderne dont les fractures multiples apparaissent désormais au grand jour. 1.

Tout comprendre sur l’Etat islamique en quatre questions Comment est né l'Etat islamique ? Quels sont ses objectifs ? Pourquoi frappe-t-il la Belgique, après la France ? Comment lutter contre le mouvement jihadiste ? L'État islamique (EI) est un groupe jihadiste sunnite, héritier de la branche d'Al-Qaïda en Irak (AQI) créée à la suite du renversement de Saddam Hussein en 2003 et de l'occupation du pays par les troupes américaines. Al-Qaïda en Irak était dirigé par le jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui, tué en 2006 dans une attaque aérienne américaine. Abou Bakr al-Baghdadi, l’actuel chef du groupe, lui succède. En janvier 2014, l'EIIL prend le contrôle de la ville de Raqqa, à l'est de la Syrie, après en avoir chassé plusieurs groupes rebelles, puis rompt officiellement avec la direction centrale d’Al-Qaida. Fin juin 2014, al-Baghdadi change le nom du mouvement en État islamique (EI) et se proclame calife, autrement dit successeur temporel du Prophète et à ce titre, chef politique de la communauté de tous les croyants musulmans du monde.

Le nouveau Grand Jeu. Bonus – Textes – Conflits Conflits est heureux de vous offrir un article inédit consacré au Grand Jeu, c’est-à-dire à l’affrontement entre les grandes puissances pour le contrôle du cœur de l’Eurasie. Par Christian Greiling, historien et observateur du Grand Jeu eurasiatique. Expression popularisée par Rudyard Kipling, le « Grand jeu » fut, au XIXème siècle, la rivalité pour le contrôle de l’Asie centrale entre l’Angleterre victorienne, installée aux Indes, et la Russie tsariste, en expansion vers le sud et l’est. Cet affrontement, qui prenait la forme d’une lutte d’influence, d’une course à l’exploration ou de tentatives d’alliances avec les principautés ou tribus locales, se déroulait dans les décors somptueux de l’Himalaya, du Pamir, des déserts du Taklamakan ou de Gobi, sur une terre d’une richesse historique incroyable. À la croisée des chemins, au cœur de l’Eurasie, l’Asie centrale a vu la naissance ou le passage des principaux éléments qui ont façonné l’histoire du monde.

contexte Expression popularisée par Rudyard Kipling, le « Grand jeu » fut, au XIXème siècle, la rivalité pour le contrôle de l'Asie centrale entre l'Angleterre victorienne, installée aux Indes, et la Russie tsariste. Cet affrontement épique, qui prenait la forme d'une lutte d'influence, d'une course à l'exploration ou de tentatives d'alliances, mettait en scène aventuriers, espions ou explorateurs et se déroulait dans les décors somptueux de l’Himalaya, du Pamir, des déserts du Taklamakan ou de Gobi. Il n'est pas un géopolitologue qui ne parle à présent d'un « nouveau Grand jeu » en Eurasie, moins romanesque mais tout aussi passionnant, dont les ramifications s’étendent à l’échelle de la planète et qui vise, ni plus ni moins, à la prééminence mondiale. Le pivot du monde Dans la foulée d’Halford Mackinder (1861-1947), la pensée géopolitique britannique puis celle des Etats-Unis, qui en ont hérité, s’articule autour de la thèse de pivot du monde (Heartland). Pipelineistan ou la guerre des tubes

10 Théories du complot qui se sont avérées être vraies En voici les exemples de théories du complot : 1) Golfe du Tonkin Le 4 Août 1964, le président Lyndon Johnson se rend a la télévision nationale pour annoncer à la nation que les forces nord-vietnamiennes ont lancé des attaques sur des destroyers américains dans le golfe du Tonkin. Le Nord-Vietnam avait attaqué des navires américains. « La multiplication des actes de violence contre les forces armées des États-Unis doivent non seulement mettre notre défense en alerte, mais appel également à une réponse directe. Le 2 Août, le destroyer Maddox prétendait avoir identifié trois bateaux torpilleurs nord-vietnamiens s’approchant de lui. Complément :Opérations sous fausse bannière: le Sénat américain déclassifie les débats sur l’incident du Golfe du Tonkin le 4 août 1964 Archives déclassifiés : 2) Opération AJAX et les opérations sous fausse bannière 3) Opération Gladio: 4) l’opération Northwoods 6) Opération Fast and Furious

Le pétrole en Afrique. Géopolitique d'un terrain de bataille « LE pétrole est devenu un dieu : il a ses dévots, il a un culte » soulignait l’écrivain Maxime du Camp à la fin du XIXe siècle, alors que débutait la deuxième révolution industrielle. Il relevait alors le prodigieux intérêt porté à l’or noir qui allait devenir en quelques décennies à la fois la principale source d’énergie mais aussi la première marchandise commercée de la planète. Un intérêt dont témoignent aujourd’hui les grandes puissances au chevet de l’Afrique, un continent dont les réserves et la production en pétrole, si elles sont modestes – avec respectivement 7,6% et 9,3% du total mondial – n’en demeurent pas moins décisives à une époque où règnent la diversification de l’approvisionnement et la multiplication des acteurs sur ce marché convoité. Parmi ces derniers, quatre zones/pays totalisent 90% des achats de pétrole africain : l’Union européenne, les Etats-Unis, la Chine et l’Inde. I. Carte. Cliquer sur la vignette pour agrandir la carte. II. III. Plus . Et plus encore . B.

Related: