background preloader

» Que signifie le tourisme durable pour le client? (Compte rendu de conférence)

» Que signifie le tourisme durable pour le client? (Compte rendu de conférence)
Dans un sondage mené en 2011 par l’Institut de tourisme de la Lucerne University of Applied Sciences and Arts, en Suisse, auprès de voyageurs de huit pays, les deux tiers des répondants ignoraient quels étaient les produits de tourisme durable. M. Roger Wehrli, responsable de la recherche, a commenté les résultats de cette étude au Congrès ITB Berlin, le 8 mars dernier. Les auteurs de l’étude ont défini cinq profils de touristes selon leur vision du tourisme durable, afin d’évaluer l’importance qu’ils accordent à ces produits. Quels sont les aspects essentiels du tourisme durable? Le sondage a été réalisé conjointement avec IPK International auprès de voyageurs de huit pays: le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Suisse, la Suède, la Russie, les États-Unis, le Brésil et l’Inde. L’aspect local est le principal élément du tourisme durable qui est ressorti du sondage. Voici les autres composantes importantes, selon les touristes. Dimension environnementale: Dimension sociale: Dimension économique:

Autres données Voir la fiche du projet (ainsi que les documents associés) Cartes de répartition des plantes envahissantes de France à l'échelle départementale Cartes en cours d'élaboration réalisées sous la responsabilité du professeur Serge Muller, Equipe de Phytoécologie, Laboratoire Biodiversité & Fonctionnement des Ecosystèmes, Campus Bridoux, METZ. Accéder au répertoire contenant les cartes Documents de référence Plantes envahissantes de la région méditerranéenne, juillet 2003 Dossier réalisé par l'Agence Méditerranéenne de l'Environnement du Languedoc-Roussillon et l' Agence Régionale Pour l'Environnement de Provence-Alpes-Côte d'Azur en partenariat avec le Conservatoire Botanique National Méditerranéen de Porquerolles dans le cadre d'un programme pluriannuel d'actions et de recherche sur le thème des plantes envahissantes. Gestion des plantes envahissantes en cours d'eau et zône humide, 2004 Les invasions d'espèces, 2003 Sites à visiter

Vivre sans huile de palme Le CESE se prononce sur l’extension du plateau continental français A l’exception de quelques spécialistes et de la sphère très étroite des personnalités chargées de l’exécution du programme national EXTension RAisonnée du PLAteau Continental (EXTRAPLAC) destiné à l’extension du plateau continental français au-delà des 200 milles marins, cette question est ignorée. Qu’est-ce que le plateau continental étendu ? Pour la France, qui occupe déjà, derrière les États-Unis, le deuxième espace maritime au monde avec 11 millions de km² répartis sur tous les océans, grâce aux Outre-mer, c’est la possibilité : d’étendre ses droits souverains sur les ressources naturelles du sol et du sous-sol marins sur près de 2 millions de km² supplémentaires ; d’acquérir des droits souverains pour l’exploration et l’exploitation des ressources naturelles sur ces espaces nouveaux ; d’accroître sa puissance géostratégique. Avis adopté à l'unanimité

Orpaillage illégal dans le Parc amazonien de Guyane : les constats du WWF confirmés L’orpaillage illégal au sein du Parc amazonien s’est aggravé jusqu’à atteindre des niveaux d’impact encore jamais comptabilisés. Cette situation désastreuse pour les populations de l’intérieur et leur environnement confirme les constats du WWF sur le terrain, et appelle à des stratégies d’intervention et d’information enfin adaptées. Des indices de dégradation de la situation confirmés Selon un rapport rendu public par le quotidien France-Guyane aujourd’hui, 114 chantiers d’orpaillage illégal étaient comptabilisés en juillet 2013 au sein du plus grand espace protégé européen, battant un nouveau record historique après une augmentation de 120 % en deux ans. La coopération au point mort : une barge (interdite en Guyane) exploite l’or juste en face de Maripa Soula. Or illégal et chape de plomb Dans une étude publiée en février dernier par le WWF, et basée sur des images satellitaires de 2008, au moins deux-tiers de l’orpaillage illégal se situait en dehors du territoire du Parc.

Earth Overshoot Day In 8 Months, Humanity Exhausts Earth's Budget for the Year August 20 is Earth Overshoot Day 2013, marking the date when humanity exhausted nature’s budget for the year. We are now operating in overdraft. Just as a bank statement tracks income against expenditures, Global Footprint Network measures humanity’s demand for and supply of natural resources and ecological services. In 1993, Earth Overshoot Day—the approximate date our resource consumption for a given year exceeds the planet’s ability to replenish—fell on October 21. Earth Overshoot Day, a concept originally developed by Global Footprint Network partner and U.K. think tank new economics foundation, is the annual marker of when we begin living beyond our means in a given year. The Cost of Ecological Overspending Throughout most of history, humanity has used nature’s resources to build cities and roads, to provide food and create products, and to absorb our carbon dioxide at a rate that was well within Earth’s budget.

Chroniques Les peuples autochtones et leurs droits à la terre par Brigitte Wyngaarde En juin 2013, Brigitte Wyngaarde participait à un colloque organisé par la SOGIP (Scales of Governance the UN and Indigenous Peoples) à Paris sur le thème "Les peuples autochtones et leurs droits à la terre". Nous publions ici le texte de sa contribution à cette tribune de la Sogip, qui présente un état des lieux de la situation actuelle des peuples autochtones de Guyane. C'est avant tout le point de vue d'une femme moderne et lucide, impliquée dans la société, et très attentive aux valeurs traditionnelles qui sont le socle de nos sociétés. Son analyse est éclairée par une belle série d'expériences formatrices : son expérience de chef coutumier, de gestionnaire de Zone de Droits d’Usages collectifs (à Balaté), et son expérience politique (candidate des Verts aux élections régionales de 2004). Les diverses sociétés de Guyane La Guyane française : le littoral et l’arrière pays En résumé : Conclusion Brigitte Wyngaarde

Qui détient le détonateur de la bombe climatique ? Mines de charbon à ciel ouvert en Australie ou en Chine, sables bitumineux au Canada, projets pétroliers fous en Arctique ou au large du Brésil… Dans un nouveau rapport, intitulé Point of No Return, Greenpeace a identifié 14 projets avec lesquels l’industrie fossile s’apprête à embraser le climat. Ces projets rejetteraient chaque année 6,34 gigatonnes de CO2 dans l’atmosphère. Visualiser ces projets Le rapport est rendu public au moment où s’ouvre le Forum économique mondial de Davos. En novembre dernier, l’Agence internationale de l’énergie estimait que pour empêcher une augmentation globale des températures au-delà de 2°C, 2/3 de nos ressources fossiles doivent rester dans le sol. Il faut des alternatives. Malheureusement aujourd’hui ce sont ces gouvernements, américain, canadien, australien…, qui se sont engagés à lutter contre les dérèglements climatiques qui soutiennent également directement ou indirectement ces mêmes projets. Partagez cet article : Ou envoyez ce lien par e-mail :

Les algues sargasses qui envahissent les côtes des Antilles et de la Guyane ne viendraient pas de la mer des Sargasses, mais d’une zone au large du Brésil environnement Par Cécile BaqueyPublié le 05/03/2015 | 12:46, mis à jour le 05/03/2015 | 12:46 Depuis 4 ans, les algues sargasses envahissent régulièrement les côtes des Antilles et de la Guyane. On a longtemps cru que ces algues venaient de la mer des Sargasses, dans le golfe du Mexique. En fait, leur origine se trouverait plutôt dans une zone située au large du Brésil. © Martinique 1ère L'ampleur des algues sargasses sur la côte atlantique de Martinique En avril 2013, une équipe de scientifiques du Canada a publié un article démontrant que les sargasses qui ont déferlé en 2011 sur les plages de la Martinique ou de la Guadeloupe ne trouvent pas leur origine dans la mer des Sargasses, située au large de la Floride, dans le golfe du Mexique. "La petite mer des Sargasses" En décembre dernier, la DEAL (Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement) de la Guadeloupe a publié une note complète sur les sargasses aux Antilles. Une réserve de nutriments

Related: