background preloader

Décomposition d’une photo n°2

Décomposition d’une photo n°2
Cet article a été écrit à l’avance et programmé. Je me trouve actuellement quelque part au Mali. Pour chaque semaine d’absence, j’ai sélectionné une photo que je vais « démonter » devant vous, en vous parlant des conditions de prise de vue, de mes intentions, de mes erreurs, du post-traitement. Cette fois-ci, direction la Mayenne. Il doit être 7h quand je sors du bateau. Si j’ai choisis cette image pour cette deuxième décomposition, c’est qu’elle ressemble sur beaucoup de points à la première, tout en bénéficiant d’un traitement très différent. Pour rappel, si vous n’êtes pas familier avec le vocabulaire photographique, vous pouvez trouver le glossaire, mais également deux articles expliquant les bases de la photographie (1 et 2). Là où les deux images vont différer, c’est dans le traitement que je vais apporter, et c’est en cela qu’il me semblait intéressant de vous montrer les deux. Voici donc l’image brute, sortie de l’appareil : Related:  Photographier

Qu’est ce que le ratio d’image ? Le ratio d’image correspond au rapport de la hauteur de l’image et de sa largeur. Cette valeur, a priori insignifiante peut être la source de véritables casse-tete. Que ce cache-t-il derriere ce rapport, quand en tenir compte et qu’en faire ? C’est ce que nous allons voir dans cet article. Quel est le ratio de mes photos ? Le ratio d’image dépend de votre appareil photo. Pour savoir quel est le ratio pour votre appareil photo, il vous suffit de faire le calcul vous-même. Vous obtenez 1,5 → rapport 3/2Vous obtenez 1,33 → rapport 4/3 La différence entre ratio du reflex et du compact est historique. A lire pour aller plus loin:Les exifs: qu'est ce que c'est ? En fonction du ratio, une image va paraître plus ou moins « aplatie ». Comparaison des ratio 3:2 et 4:3 avec une hauteur constante Les ratios 2/3 et 3/2 sont les mêmes, tout dépend de l’orientation de l’image (portrait ou paysage) et de la façon dont vous faites le calcul. Une infinité de ratio possibles Le ratio et l’impression des photos

Décomposition d’une photo n°3 Cet article a été écrit à l’avance et programmé. Je me trouve actuellement quelque part au Mali. Pour chaque semaine d’absence, j’ai sélectionné une photo que je vais « démonter » devant vous, en vous parlant des conditions de prise de vue, de mes intentions, de mes erreurs, du post-traitement. Pour cette troisième photo, nous traversons l’Atlantique, direction New York. Pour rappel, si vous n’êtes pas familier avec le vocabulaire photographique, vous pouvez trouver le glossaire, mais également deux articles expliquant les bases de la photographie (1 et 2). J’ai opté pour un cadrage vertical, archi classique : le but est de mettre l’immeuble en valeur, de jouer avec ces fameux escaliers. version brute Comme d’habitude, je suis en RAW. version sortie de Camera Raw Pour redresser les verticales, je préfère le faire manuellement sur Photoshop. version redressée sur Photoshop Derrière, il reste quelques derniers réglages de dernière minute pour obtenir la version finale : Oreille

Maîtriser la profondeur de champ | Stage de photo en studio à Paris com_k2.item (7 votes, moyenne 4.43 sur 5) Maîtriser la profondeur de champ4.43 sur 50 basé sur 7 votants. La profondeur de champ, c'est la zone de netteté d'une image Cette notion est importante car l'aspect de l'image peu changer du tout au tout, il faut donc bien comprendre ce qu'est la profondeur de champ. La netteté varie avec la distance du sujet par rapport à l'appareil. Les sujets disposés à la même distance de l'appareil sont, soit tous nets, soit tous flous. Par contre, les objets proches peuvent être nets et les objets lointains flous...ou le contraire. Pour avoir une grande profondeur de champ, il faut une petite ouverture et vice versa. La profondeur de champ varie aussi avec la focale de l'objectif utilisé. Plus la focale est grande, plus la profondeur de champ est faible, utiliser un téléobjectif permet de mieux détacher un sujet net sur un fond flou. En résumé la profondeur de champ dépend de 4 paramètres Pour un paysage Pour un portrait en lumière naturelle Pour un portrait en studio

Quels réglages : les bases Aujourd’hui, je vous propose un article destiné aux débutants. Vous êtes nombreux à me demander quel mode choisir sur votre reflex pour faire tel ou tel type de photo et je vais essayer ici de répondre à vos questions, le plus simplement possible. Avant d’aborder la partie purement pratique, je vais me concentrer sur la théorie. Il me paraît important de comprendre comment agissent les paramètres, sans rentrer dans les principes physiques ni dans les calculs mathématiques, pour ensuite pouvoir être en mesure de choisir la manière dont ils influenceront la photo. La bonne exposition : ISO + ouverture + vitesse Une exposition parfaite, c’est quand on arrive à faire ce que l’on veut, et dans 90% des cas, il s’agira d’avoir une photo ni trop claire ni trop sombre. Pour ce faire, nous allons jouer sur trois paramètres : l’ouverture, la vitesse et les ISO. Voici ce qui se passe si je ne change ni mon ouverture, ni ma vitesse, mais que j’augmente progressivement les ISO : Comprendre l’ouverture

Modes et programmes des boitiers Programmes et modes des boitiers photo Par Bernard Moreaux Mode Manuel Mode Priorité à la vitesse Mode Priorité au diaphragme Mode Programme automatique Mode Programmes résultat Dans ce mode, vous êtes totalement responsable des deux paramètres (vitesse et diaphragme) de votre exposition mais le posemètre vous indique dans le viseur quelle est, selon lui, l'exposition correcte. C'est du temps de pose dont dépend la netteté d'un sujet mobile. Avec tous les sujets mobiles, on a presque toujours intérêt à suivre le déplacement et à déclencher "un peu avant" que le sujet ne se place dans le cadrage souhaité. Exemples : - Une danseuse évoquée par une traînée évanescente 1/15s, 1/8s- Cascade à faible vitesse où chaque goutte devient un trait- Cheval courant où seuls corps et têtes sont nets 1/125s La priorité doit être donnée à la vitesse quand on utilise une longue focale à main levée. Rappel :La profondeur de champ, c'est l'étendue sur laquelle une image est parfaitement nette. Mode Sport :

Décomposition d’une photo n°1 Cet article a été écrit à l’avance et programmé. Je me trouve actuellement quelque part au Mali. Pour chaque semaine d’absence, j’ai sélectionné une photo que je vais « démonter » devant vous, en vous parlant des conditions de prise de vue, de mes intentions, de mes erreurs, du post-traitement. Pour cette première image, je vous emmène au sud du Laos. Il est 8h, un matin de février, et nous avons traversé notre île pour venir voir des dauphins. On va rester longtemps à attendre sans apercevoir le moindre aileron, et en attendant, je fais quelques photos du paysage qui s’offre à nous. J’ai utilisé mon 550D, un petit reflex Canon, avec un sigma 10-20 à 20mm, et un filtre polarisant. Ce qui me plaît au moment où je prends la photo, c’est l’absolue sérénité. version brute, sortie de capteur J’ai shooté en RAW. version sortie de Camera Raw Je suis ensuite passée sous Photoshop pour quelques derniers réglages. avant / après

Le blog Mise Au Point Comme vous l’avez vu dans l’article précédent, le focus stacking consiste à changer la mise au point pour chaque photo réalisée. Les images sont ensuite traitées par un logiciel spécialisé qui va « empiler » les zones nettes et produire une nouvelle image qui montrera une profondeur de champ étendue. Il y a donc 2 méthodes possibles : L’appareil ne bouge pas (fixation sur un pied) et vous tournez la bague de mise au point entre chaque photoVous ne touchez pas à la bague de mise au point et avancez/reculez l’appareil entre chaque photo Les 2 méthodes fonctionnent bien que la 1ere soit la plus… idéale. Pourquoi ? Le challenge est donc de réussir le focus stacking en pleine nature. Avec un peu d’expérience on peut y arriver… Focus stacking à main levée Quels sont les logiciels spécialisés dans le focus stacking ? Voilà pour cette première introduction. Read More

Quels réglages : les modes Après une première partie consacrée à la théorie, attaquons nous maintenant à son application. Je vais prendre quelques exemples et vous expliquer pourquoi j’ai choisi tel ou tel réglage, mais je vous préviens tout de suite : ces choix restent totalement personnels et correspondent à une image précise. Le but n’est pas de systématiquement reprendre les mêmes réglages, mais bien de comprendre comment tout cela fonctionne. Sur tous les reflexs, on va retrouver principalement 4 modes. Programme : en général appelé « P » sur la molettePriorité Ouverture : « Av », pour Aperture Value chez Canon et Pentax, « A » chez NikonPriorité Vitesse : « Tv » pour Time Value chez les uns, « S » pour Speed chez celui qui se la joue différentManuel : bah « M », tout simplement Il y a une infinité de bonnes raisons pour utiliser chaque mode, le tout est de savoir lequel privilégier selon les situations, et en voyage, elles sont variées ! Le mode Programme Le mode Priorité Ouverture Le mode Priorité Vitesse

Alpha-numerique Nov 22 2009 En parallèle à l'article de Jean-Michel Dubois expliquant le fonctionnement de l'autofocus, je vous propose ici une démarche plus pratique, visant à décoder les différents modes autofocus, leur fonctionnement et leur utilité. Par la même occasion, nous verrons les différents types de motorisation AF embarqués dans les objectifs ou les boîtiers, et la manière de les exploiter au mieux en accord avec les différents réglages possibles du boîtier. Quelles que soient les performances de l'autofocus d'un boîtier, il est en effet important de savoir en tirer le meilleur, et bien souvent un réglage adapté réglera bien des difficultés sans nécessité d'investir lourdement pour un gain limité. L'autofocus des boîtiers Minolta numériques et celui du Sony Alpha 100 étaient réputés précis mais peu réactifs. Nikon est une marque réputée pour la qualité de ses systèmes autofocus (à raison), mais ceci au prix d'une complexité et d'un prix en rapport avec les possibilités. Les modes AF

10 questions à se poser avant de prendre une photo Bienvenue sur Apprendre la Photo !Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute lire mon guide qui répond aux 5 problèmes courants des débutants : Cliquez ici pour télécharger le guide gratuitement !Merci de votre visite, et à bientôt sur Apprendre la Photo ! 🙂 Quand vous saisissez votre appareil pour prendre un cliché, à quoi réfléchissez-vous avant d’appuyer sur le déclencheur ? Même si vous n’aurez pas toujours le temps de vous poser réellement ces questions, voici 10 choses auxquelles il faut réfléchir avant de prendre un cliché, classées par priorité. Est-ce que vous souhaitez simplement capter la beauté d’un papillon ou la façon dont se reflète la lumière, ou le regard d’une mère qui regarde son bébé avec amour, ou vous êtes-vous arrêté sur un détail qui a provoqué chez vous une émotion particulière ? Quoi ou qui est le point important de l’image ? Est-ce que le sujet n’est pas trop petit ? Autrement dit, quelle est votre source principale de lumière et où se situe-t-elle ?

Related: