background preloader

La Sainte Anne, l'ultime chef-d'œuvre de Léonard de Vinci

La Sainte Anne, l'ultime chef-d'œuvre de Léonard de Vinci
Remerciements : Cette exposition bénéficie du mécénat exclusif de Salvatore Ferragamo Chef-d’œuvre de Léonard de Vinci restauré avec le concours du Centre de recherche et de restauration des musées de France, la Vierge à l’Enfant avec sainte Anne est au cœur d’une exposition exceptionnelle rassemblant pour la première fois l’ensemble des documents liés à ce panneau. Le début de la lente et complexe genèse du tableau remonterait à 1501, date de sa première mention dans la correspondance d’Isabelle d’Este. Léonard de Vinci ne cessa ensuite de perfectionner cette composition ambitieuse, qu’il laissa inachevée à sa mort en 1519. Esquisses de composition, dessins préparatoires, études de paysage et le magnifique carton de la National Gallery de Londres – jamais présenté à côté du tableau depuis la mort de Léonard – illustrent, entre autres, cette longue méditation et rendent compte des différentes solutions successivement envisagées par le maître. Commissaire(s) :

http://www.louvre.fr/expositions/lultime-chef-doeuvre-de-leonard-de-vinci-la-sainte-anne

Related:  Peintures - A Classer

Tableaux de Léonard de Vinci  Éternels Éclairs Couronne de laurier, par Léonard de Vinci Ginevra de Benci, par Léonard de Vinci L'annonciation, par Léonard de Vinci La belle Ferronière, par Léonard de Vinci Les yeux de La Joconde : un nouveau mystère élucidé Des scientifiques ont fait il y a peu de nouvelles découvertes concernant les yeux de la Joconde de Léonard de Vinci. Ironique, triste, le regard qui suit son spectateur quelque soit l'angle, ce visage interpelle car dans les yeux de Mona Lisa, il y a une illusion d'optique. Reportage : N. Lemargignier / B. Girodon / K. Annette

Portrait d'Isabelle d'Este Léonard de Vinci quitta Milan en 1499 alors que l’armée française pénétrait en Italie. En route pour Venise, il s’arrêta à Mantoue et réalisa à la demande d’Isabelle d’Este cette esquisse d’un portrait qui ne fut jamais peint. Ce dessin extrêmement célèbre est, malgré un état de conservation médiocre, l’une des plus belles interprétations du demi-portrait en buste dans l’œuvre de Léonard. C’est également le seul exemple de dessin rehaussé de plusieurs pigments colorés de la main du maître. Contrefaire le naturel...

La Joconde La Joconde [ image principale ] est le portrait le plus célèbre au monde. L’identité du modèle est régulièrement remise en question, mais on admet généralement qu’il s’agit d’une dame florentine, prénommée Lisa, épouse de Francesco del Giocondo. Le nom Giocondo a été très tôt francisé en Joconde, mais le tableau est aussi connu sous le titre de Portrait de Monna Lisa, monna signifiant dame ou madame en italien ancien.

La Renaissance - De l’Italie, foyer de la Renaissance, à l’ensemble... Des signes avant-coureurs d’une Renaissance artistique pointent en Italie dès le début du XIVe siècle. En peinture, un peintre florentin comme Giotto, par un traitement naturaliste du visage humain, quitte les conventions du gothique de la fin du Moyen-Âge ; à Sienne, Lorenzetti articule paysage et figures au service d’une commande communale, et non plus religieuse, en forme de leçon civique, avec sa fresque Effets du bon et du mauvais gouvernement. Dans la mouvance du poète et humaniste Pétrarque, de jeunes intellectuels florentins se ressourcent dans la culture de la Grèce antique. Plan-relief des fortifications et de la citadelle du Château d’Oléron (Charente-Maritime) conçue par Vauban, 1703. Conservé conservé au Musée des plans-reliefs de l’hôtel des Invalides (Paris) photo © Myrabella La sortie du Moyen Âge

HélèneM - Illustration Un sujet très important en illustration, l'anatomie artistique, comportant bien entendu, les proportions humaines représentées par l'Homme de Vitruve. Les proportions humaines, l'Homme de Vitruve On se base donc sur les proportions humaines telles qu'on les apprend dans les cours de dessins de premier niveau. En effet, quand on veut dessiner un personnage, il faut en connaitre un peu l'anatomie ainsi que les proportions du modèle stantard. Bien entendu, ensuite il est facile d'extrapoler ces proportions pour dériver sur des personnages plus complexes. Mais il reste une base à connaitre.

Tintoret Miracle de Saint-Marc délivrant l'Esclave e-Venise.com Tintoret le Miracle de Saint-Marc délivrant l'esclave Le Tintoret a peint ce tableau en 1548 pour illustrer un fragment de la légende dorée de Saint-Marc, le Patron de Venise : Sans avoir demandé la permission à son maître, un esclave rempli de piété était parti en pèlerinage à San Marco pour honorer les reliques de l'Evangéliste. A son retour, son maître voulut le punir d'une manière exemplaire en le condamnant à une exécution publique. Il serait mis à mort après qu'on lui eût crevé les yeux, parce qu'ils avaient vu ce qu'ils n'auraient jamais dû voir. Comme les clous ne pouvaient percer les yeux de l'esclave, le maître ordonna qu'on brisât ses jambes qui l'avaient porté jusqu'à Venise. Mais ce furent les haches qui se brisèrent.

Homme de Vitruve - Mon encyclopédie des savoirs relatifs et absolus Homme de Vitruve L'homme aux proportions idéales, dessiné par Léonard de Vinci en 1490, selon les observations de Vitruve, architecte romain du premier siècle avant JC, dans " De Architectura "... L'architecte Vitruve assurait qu'un bâtiment devait être construit de façon proportionelle, à la manière de ce qui pouvait être observé au niveau du corps humain... Pour illustrer cette idée, Vinci inscrivit son Homme dans deux figures géometriques parfaites : un carré et un cercle... Il en détermina les proportions idéales : Le visage entier vaut le dixième de la hauteur du corps ; La main ouverte fait la même taille que la tête ; Le visage est divisé en trois parties égales : du menton à la base du nez, de la base du nez au milieu des sourcils, et du milieu des sourcils au haut du visage ; L'avant-bras et la poitrine correspondent à un quart de la hauteur du corps ; Le nombril est le centre du cercle, et le point d'intersection des diagonales du carré....

Tintoret Miracle de Saint-Marc délivrant l'Esclave e-Venise.com « Tintoret est le roi des violents. Il a une fougue de composition, une furie de brosse, une audace de raccourcis incroyables, et le Saint-Marc peut passer pour une de ses toiles les plus hardies et les plus féroces. Ce tableau a pour sujet le saint patron de Venise venant à l'aide d'un pauvre esclave qu'un maitre barbare faisait tourmenter et géhenner à cause de l'obstinée dévotion que ce pauvre diable avait à ce saint.

artsplas.mangin.free.fr/repere___vinci____l_homme_de_vitruve_14658.htm Les REPERES sont les oeuvres qui sont exposées dans la salle 210, ou qui font l'objet d'une étude dans le contexte du cours Léonard de Vinci - dessin - l'homme de Vitruve - 1485-1490Analyse d’œuvre : Ce croquis illustre le traité "De divina Proportione" de Luca Pacioli paru en 1496 et est exposé à la Galleria dell'Accademia de Venise.Il s'agit d'un dessin anatomique

Peinture - La Renaissance artistique La "révolution picturale" de la Renaissance «Tous ceux qui ne prennent pas comme modèle la nature, cette éducatrice de tous les maîtres, s'efforcent en vain de faire de l'art ». (Léonard de Vinci ) Une véritable révolution picturale secoue la Renaissance. Sous l'influence des idées des humanistes et en convergence avec l'apparition d'une nouvelle classe bourgeoise et marchande (flamande et italienne) qui s'empare du contrôle politique des États, on voit émerger un nouveau système de représentation du monde qui prend pour modèle la Nature telle qu'elle s'offre à nos yeux.

Mais qui est donc l’homme de Vitruve? at L’3nvers de la caverne L’homme de Vitruve de Léonard de Vinci. Au-delà de la question des proportions anatomiques idéales, on trouve dans l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci, un enseignement ésotérique, mobilisant certains archétypes universels fondamentaux. Livrons nous donc à une analyse plus approfondie du symbole afin comme disait le grand métaphysicien Ibn Arabî «de dissocier l’écorce du noyau et l’apparent du caché ».

Les Italiens à Fontainebleau La première école de Fontainebleau La première École de Fontainebleau s’est formée autour de trois décorateurs italiens, Le Rosso, Le Primatice et Niccolò dell’Abate arrivés à Fontainebleau respectivement en 1530, 1532 et 1552. Leurs personnalités ont été souvent confondues : en fait, compte tenu des échanges qu’implique une intime collaboration, ils sont tous trois fort différents; chacun est responsable d’une orientation particulière de l’École, prouvé à de longues années de distance par leur vive influence personnelle. Autour d’eux quelques figures émergent peu à peu de l’anonymat : parmi les Italiens, Lucca Penni, parmi les Français, Antoine Caron. Jean Cousin le Père ne travailla jamais à Fontainebleau, mais son style lui doit tout ; l’œuvre de François Clouet déborde le cadre de l’École de Fontainebleau, mais ses thèmes qui furent maintes fois repris invitent à l’inclure dans son histoire. Eva Prima Pandora, vers 1538, Jean Cousin, (Paris, musée du Louvre).

Related: