background preloader

Conseil de l'Europe Cybercriminalité

Conseil de l'Europe Cybercriminalité
[Strasbourg, 30 janvier 2014] Le Conseil de l'Europe a publié un avis de vacance pour la position de Chef de Projet afin de faciliter la mise en œuvre du projet joint de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe relatif à l’Action Globale sur la Cybercriminalité (GLACY). Cette compétition servira également à établir une liste de réserve pour des positions similaires dans un futur proche. Date limite pour l'envoi des candidatures: 23 février 2014 Pour plus d'information, veuillez consulter l'Avis de vacance. [16 janvier 2014, Strasbourg] La conférence de lancement du projet joint EU/COE relatif à l'Action Globale sur la cybercriminalité (GLACY) se tiendra les 24-27 mars, à Dakar, au Sénégal. La conférence rassemblera les hauts fonctionnaires des pays prioritaires du projet GLACY (Maurice, Maroc, Philippines, Afrique du Sud et Tonga), les membres des équipes de projet, les représentants des Parties à la Convention de Budapest et des Etats invités à adhérer ainsi que des experts. Projet

http://www.coe.int/t/dghl/cooperation/economiccrime/cybercrime/default_fr.asp

Related:  CybercriminalitéCybercriminalitéeftekhari_groupe1_droit

Un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité pour combattre la criminalité sur l'internet et protéger les consommateurs en ligne Commission européenne - Communiqué de presse Un Centre européen de lutte contre la cybercriminalité pour combattre la criminalité sur l'internet et protéger les consommateurs en ligne Bruxelles, le 28 mars 2012 – Selon des estimations, la cybercriminalité fait chaque jour plus d'un million de victimes dans le monde.

Droit pénal et cybercriminalité Ce site internet a été élaboré sous la direction de Maître Ambroise Soreau, avocat au bareau de paris, associé au sein du Cabinet d'avocats Henri LECLERC & Associé. Notre cabinet intervient dans le domaine du droit des nouvelles technologies et notamment en droit pénal de l'informatique. Nous intervenons devant toutes les juridictions contentieuses en France quelque soit le stade de la procédure. Cybercriminalité : 10 exemples d'arrestations majeures Les politiciens, les chercheurs en sécurité et autres groupes engagés dans la lutte contre la cybercriminalité comparent souvent cette situation aux efforts menés dans la lutte contre le crime organisé traditionnel. Certaines astuces et tactiques sont comparables et les motivations le sont tout autant; il existe néanmoins une différence majeure entre les deux groupes : les cybercriminels n’ont aucune peur d’être attrapés. Les chances qu’un cybercriminel soit attrapé, poursuivi et incarcéré sont extrêmement minces, surtout en comparaison avec le volume de cybercriminalité qui existe aujourd’hui. « L’absence d’accords internationaux et d’application des lois, y compris dans les pays où des lois contre la cybercriminalité existent, rend quasiment impossible la diminution de la cybercriminalité. Par conséquent, quand les organismes d’application de la loi effectuent une arrestation, même si elle ne semble pas importante sur le plan global, l’arrestation fait souvent les gros titres.

Cybercriminalité : la nécessité d'une réponse coordonnée "Une coopération internationale est primordiale" Face à l’ampleur du phénomène de la cybercriminalité, il apparaît nécessaire de réfléchir à des réponses juridiques et économiques. C’est pourquoi l’Institut du Monde et du Développement (IMODEV) a organisé les 20 et 21 juin 2011 un colloque sur ce thème, avec l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et sous le haut patronage du ministre de la Justice et des Libertés. Ecoutez le reportage lors du colloque : Le dossier complet sur la lutte contre la cybercriminalité Des enjeux majeurs : la protection des personnes et la traçabilité des biens

La cybercriminalité coûte plus cher que les trafics de cocaïne, héroïne et marijuana Les bandes organisées internationales sont derrière la plupart des escroqueries sur Internet, et le coût estimé de la cybercriminalité est plus élevé que les trafics de cocaïne, d'héroïne et de marijuana confondus, a déclaré mardi 8 mai le chef d'Interpol, Khoo Boon Hui. S'exprimant lors de l'ouverture de la conférence régionale Interpol-Europe à Tel-Aviv, M. Khoo a cité une étude de la London's Metropolitan University indiquant que "80 % de la criminalité commise sur Internet est maintenant liée à des bandes organisées transfrontalières". "Les bandes criminelles jugent aujourd'hui plus […] rentables la criminalité transnationale et sur Internet que les autres façons, plus risquées, de se faire de l'argent", a déclaré M. Khoo. "Les experts ont prévenu que le coût [financier pour la société] de la cybercriminalité était plus important que les coûts combinés des trafics de cocaïne, marijuana et héroïne.

Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication / Lutte contre la criminalité organisée / Direction Centrale de la Police Judiciaire / Organisation Historique : La révolution numérique et le développement de la communication en réseaux ont rendu indispensable l'adaptation des outils législatifs, répressifs et de coopération internationale. Ainsi, le décret n° 2000-405 du 15 mai 2000 a créé au sein de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) un office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC). Il s'agit d'une structure nationale, à vocation interministérielle et opérationnelle.

Structures de lutte contre la cybercriminalité en France Dans un précédent post je m'intéressais à la censure sur internet dans les pays peu démocratiques. Cela ne veut pas dire que dans nos sociétés on puisse dire tout et n'importe quoi sur internet. Cet espace de communication doit respecter des règles : ne pas faire l'apologie du racisme, de la pédophilie et autres déviances. Mais comment s'organise la lutte contre la cybercriminalité en France ? Sans prétendre à l'exhaustivité, voici la présentation de quelques structures. Un décret du 15 mai 2000* porte sur la création d'un office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication

Cybercriminalité / Cybercriminalité / Criminalité / Internet La cybercriminalité est l’une des formes de criminalité qui connaît actuellement la croissance la plus forte, de plus en plus de malfaiteurs exploitant la rapidité et la fonctionnalité des technologies modernes, ainsi que l’anonymat qu’elles permettent, pour commettre les infractions les plus diverses : piratage des données et des systèmes informatiques, vol d’identité, diffusion d’images d’abus pédosexuels, escroqueries aux enchères sur Internet, accès non autorisé à des services financiers en ligne, propagation de virus, déploiement de botnets, escroqueries de divers types au moyen de la messagerie électronique comme par exemple l’hameçonnage (« phishing »), etc. Mondial par nature, Internet permet aux malfaiteurs de se livrer à la quasi-totalité des activités illicites en n’importe quel point du globe. La cybercriminalité évolue

Comment remonter la piste d'une adresse IP ? On le sait aujourd’hui, le tueur présumé a été retrouvé par la visite qu’il avait effectuée sur le site du Bon Coin . C’est en effet grâce à cette plateforme de petites annonces qu’il avait pris contact avec la première victime, le maréchal des logis chef Imad Ibn-Ziaten, qui mettait en vente sa moto. Et c’est lors du rendez-vous que le meurtre a été commis, le 11 mars. Le travail des policiers de la Direction centrale de la PJ à Nanterre a donc consisté à remonter la trace des connexions faites sur la page de l’annonce. (page de l'annonce conservée en cache par Google) Pour y arriver, il suffit simplement de croiser plusieurs fichiers.

La cybercriminalité, qu'est-ce que c'est ? On entend beaucoup parler de cybercriminalité, mais qu'est ce que c'est ?Pour répondre simplement : c'est compliqué ! Comme la criminalité traditionnelle, la cybercriminalité peut prendre diverses formes et peut se produire à tout moment et n'importe où.Les cybercriminels utilisent un certain nombre de méthodes, en fonction de leurs compétences et de leurs objectifs.Cela n'a rien de surprenant : après tout, la cybercriminalité est un type de criminalité, perpétrée à l'aide d'un ordinateur ou dans le cyberespace. La convention sur la cybercriminalité du Conseil de l'Europe utilise le terme "cybercriminalité" pour faire référence aux délits allant de toute activité criminelle portant atteinte aux données, au non-respect des droits d'auteur [Krone, 2005].

Selon Symantec, 10 millions de Fran?ais ont ?t? victimes de cybercriminalit? - Actualit? PC INpact Toute la presse généraliste a rapidement repris l'information : selon Symantec, l'éditeur du fameux Norton, 10 millions de Français ont été victimes de la cybercriminalité en 2011, pour un coût total de 2,5 milliards d'euros (+38 %). Un nombre impressionnant tiré d'une étude réalisée sur 24 pays et chiffrant à 556 millions de victimes pour une facture totale de 110 milliards de dollars. 24 pays, la moitié de la population mondiale, 13 000 interviewés... Pour annoncer des chiffres aussi élevés, l'étude de Symantec a interrogé des milliers d'adultes à travers les 24 pays suivants : Afrique du Sud, Allemagne, Arabie-Saoudite, Australie, Brésil, Canada, Chine, Colombie, Danemark, Émirats Arabe Unis, États-Unis, France, Inde, Italie, Japon, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Russie, Singapour, Suède et Turquie.

Législations et dispositifs de lutte contre la cybercriminalité : un besoin d´harmonisation internationale Pour Benoît Louvet, Avocat à la Cour, les dimensions spatio-temporelles rendent la lutte contre la cybercriminalité laborieuse. Dans un univers sans frontières, il est difficile de rivaliser avec un criminel qui a toujours un temps d´avance sur les autorités compétentes, bridées par un système d´action coercitif. Le cybercriminel, pendant ce temps, navigue à sa guise sur la toile, peut changer de lieu à tout moment et agir en quelques clics. A l´occasion du « forum international sur la cybercriminalité », plusieurs pays étaient représentés. Chaque intervenant a ainsi pu nous présenter les dispositifs de lutte, ainsi que les législations en place dans chacun de ces pays. La convention sur la cybercriminalité du 23 Novembre 2001

Related: