background preloader

Neurotransmetteurs (adrénaline, dopamine, sérotonine...)

Neurotransmetteurs (adrénaline, dopamine, sérotonine...)

Les organes spécialisés du cerveau Le cortex constitue la majeure partie de la surface extérieure du cerveau. Sa surface est d'environ 1500 à 2000 cm², soit l'équivalent d'un à deux pages de journal. Au centre du cerveau se situe une boucle de matière blanche appelée "corps calleux". Constitué de plus de 200 millions de fibres, c'est un pont entre les deux hémisphères. Au centre du cerveau, on trouve des "noyaux" de matière grise : le thalamus, relais des grandes voies sensorielles de nos cinq sens, et l'hypothalamus, centre de nos principales pulsions (comme la faim, la soif…). Bien-être mental - Les 6 super-neurotransmetteurs de votre cerveau Pour savoir comment des molécules peuvent agir sur la vigilance, le souvenir, le sentiment de bien-être ou le stress, une petite visite du cerveau s’impose. Pour comprendre pourquoi certaines opérations du cerveau s’émoussent avec le temps, un petit tour au sein des cellules est indispensable. Les neurones Le cerveau est isolé du reste du corps par une enveloppe qu’on appelle barrière hémo-méningée. Le cerveau est surtout constitué de cent milliards de cellules nerveuses qu’on appelle neurones. Un neurone est conçu de telle manière qu’il peut détecter de petits courants électriques et les transmettre à d’autres cellules. Comme d’autres cellules du corps, un neurone possède une membrane et un noyau. La longueur d’un axone est variable, mais elle peut dépasser un mètre. Mais comment les neurones peuvent-ils transmettre une information ? Comment le message est transmis Au bout des axones, il y a de petites protubérances appelées terminaux synaptiques. Acétylcholine : le mémorisateur

Deux hémisphères Les hémisphères cérébraux sont eux-mêmes subdivisés en cinq lobes cérébraux : le lobe frontal, le lobe pariétal, le lobe temporal, le lobe occipital, et le cervelet (voir aussi la cartographie des 5 sens). Un ou deux cerveaux ? Presque la totalité des fonctions mentales sont latéralisées, c'est-à-dire qu'elles sont traitées dans un seul hémisphère du cerveau. On ne sait pas encore précisément pourquoi, mais il semble que l'information essaye de passer par de multiples chemins différents et qu'un seul aboutit au bon résultat. Chaque hémisphère traite donc l'information selon sa spécialité, puis transmet sa décision à l'autre moitié du cerveau. Mais si il manque quelques millièmes de seconde, un hémisphère peut prendre la décision unilatéralement : cela peut être à l'origine de trous de mémoires, de confusion entre deux objets, ou d'un trouble émotionnel. Autre bizarrerie : la plupart des informations sensorielles sont traitées par l'hémisphère opposé à celui qui les a reçues.

5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation Quels sont, à votre avis, les avantages et inconvénients des pédagogies actives, ludiques et participatives ? Si les entreprises semblent conscientes de la nécessité d’amorcer un virage pédagogique dans leurs formations, elles sont parfois réticentes à l’idée de passer à l’action : est-ce vraiment utile et pertinent ? De mon point de vue, la réponse est indéniablement : OUI ! Et les recherches scientifiques menées ces dernières années vont clairement dans ce sens. Suite à la présentation que j’ai eu l’occasion de réaliser au forum, je vous invite donc à découvrir ci-dessous 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux former et apprendre : Découvrez 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux favoriser l’apprentissage dans vos formations. 1. Tous les êtres humains disposent d’une mémoire de travail. De plus, les recherches montrent que l’attention des apprenants chute naturellement au bout d’environ 10 minutes. 2. 3. 4. 5. Source : J.

Comprendre le cerveau C'est au cours du développement embryonnaire que se construit le cerveau : 250 000 neurones se créent chaque seconde chez le fœtus ! Mais dès 25 ans, le nombre de neurones baisse inexorablement à raison de 100 000 en moins par jour. Car contrairement aux autres cellules, les neurones ne se renouvellent pas. Mais pas de panique ; nous ne devenons pas pour autant plus bêtes, car le cerveau développe des circuits alternatifs pour compenser ces pertes. Un réseau complexe Le cerveau ressemble à un immense réseau de fils électriques. Tous ces fils sont en fait les "queues" des neurones, l'élément de base du cerveau. Les neurones sont des cellules comme les autres, mais ont une forme assez originale : à partir d'un corps central (10 à 50 millièmes de millimètres) partent des "bras", les dendrites, et une "queue", l'axone.

Neurosciences et apprentissages Les neurosciences constituent l'une des branches de la recherche médicale qui intéresse le plus le grand public. Nous fondons d'énormes espoirs dans la recherche sur le fonctionnement du cerveau, qui bénéficie de financements importants. Mais il n'est pas plus raisonnable de fonder l'espoir d'une société idéale ayant vaincu la maladie et, pourquoi pas, la mort, sur les neurosciences que sur les technologies numériques. Mais peut-on vivre et avancer sans cet espoir ? Sans doute pas. Et chaque découverte sur le fonctionnement de notre cerveau est bonne à prendre. Il ne faudrait pourtant pas confier toute sa destinée d'apprenant et, plus largement, d'être humain, à la puissance de l'esprit. Ces caractéristiques semblent aujourd'hui pouvoir se déployer dans un espace numérique moins normé que l'espace physique, qui devient le terrain de jeu sans limites de notre esprit. Illustration : Lightspring, Shutterstock.com Exige-t-on trop des neurosciences? 5 mai 2013 L'appel du ventre 6 mai 2013

La mémoire Le cerveau humain peut enregistrer environ un million de milliards de bits, soit infiniment plus que n'importe quel ordinateur. Mais à la différence de ce dernier, la mémoire humaine est sélective : elle ne garde que les informations potentiellement utiles. Mémoire à court et à long terme Deux types de mémoires coexistent selon la durée pendant laquelle le cerveau doit garder les informations. L'hippocampe, clé de la mémoire Cet organe joue un peu le rôle d'une "imprimante", en faisant passer les données de la mémoire à court terme vers la mémoire à long terme. La mémoire associative L'hippocampe intervient à nouveau lorsqu'il s'agit de rassembler différents éléments ; c'est la mémoire "associative". C'est le cas pour la parole, par exemple, ou pour la mémoire procédurale (marcher, faire du vélo…), localisée dans le cervelet et le cortex moteur (normal : au plus près des zones d'action concernées). La mémoire spatiale demeure elle confinée dans l'hippocampe.

Les découvertes en neurosciences transforment notre conception de l’apprentissage. C’est de cette question que j’ai débattu avec une équipe d’enseignants et d’éducateurs d’un collège du sud de la France. La demande précise portait sur : Comment aider les élèves à s’engager dans les apprentissages ? (sous titre : en quoi les découvertes récentes des neurosciences peuvent aider les pédagogues ?). 1. La neuroplasticité ou comment changer notre cerveau par la pensée. Quand l’esprit change, notre cerveau change. Le cerveau fonctionne comme un système global, vouloir attribuer certaines fonctions (attention, émotion..) à une seule de ses parties est une vision simplificatrice. Les activités de développement de la pleine conscience modifient les zones du cerveau qui sont le soubassement de l’activité intellectuelle. Le penchant négatif de la mémoire. On mesure alors l’importance des petits gestes quotidiens positifs qui peuvent avec le temps entraîner de grands changements. Les neurones “miroirs”et les phénomènes de résonance dans le quotidien. 2.

Le langage Les deux aires principales du langage ont été parmi les premières à être identifiées. C'est Broca et Wernicke, qui en examinant des cerveaux d'aphasiques, remarquèrent que ces derniers présentaient des lésions cérébrales identiques. Chez 95% des gens, ces deux zones se situent dans l'hémisphère gauche. La compréhension Le processus permettant de donner un sens à des paroles est très complexe. Des neurologues ont ainsi identifié une petite zone proche de l'aire de Wernicke chargée exclusivement de la reconnaissance des consonnes ! Le "parler"La "production" de langage est elle située à un atout autre niveau, celui de la zone de Broca. La lecture et l'écriture, contrairement à la parole, ne font pas intervenir les zones du langage.

L'approche neuropdagogique L’école a désormais pris conscience que les méthodes de travail jouent un rôle essentiel dans l’appropriation des connaissances et, par suite, dans la réussite scolaire. De plus, il est maintenant reconnu qu’il ne suffit pas de placer les élèves en situation de mobiliser leurs connaissances, de lire un énoncé, de mémoriser, de prendre des notes, de rédiger… pour qu’ils acquièrent les savoir-faire nécessaires pour maîtriser ces opérations. Les méthodes de travail ne sont pas une donnée mais une conquête. Cette conquête ne peut aboutir sans un enseignement de la méthodologie qui traverse l’ensemble des disciplines. Tout les élèves ne sont pas identiques : ce qui convient à l’un peut ne pas convenir à l’autre. La méthode est un trajet entre un individu et un but à atteindre. L’apport des neurosciences est, en ce sens, primordial. C’est la question à laquelle un enseignant stratégique devrait répondre. Se connaître et connaître ses élèves. « Si tu ignores à la fois ton adversaire et toi-même,

Les 5 sens Le toucher Partout sur notre peau, se trouvent des récepteurs tactiles appelés mécanorécepteurs. Sensibles à la force, à l'intensité, à la chaleur, ils sont très inégalement répartis. Au bout de nos doigts ou sur les lèvres, la densité des mécanorécepteurs est très forte, dans le dos, elle est très faible. La douleur est véhiculée par des fibres différentes, plus fines et plus faciles à neutraliser par un anesthésique local. Alors que toutes les sensations aboutissent dans le cortex, ce dernier est insensible à la douleur. Le centre de la douleur se trouve en effet dans le thalamus (au milieu du cerveau). La vision Les informations visuelles arrivent à la rétine sous forme de lumière. L'une d'elle est par exemple spécialisée dans la perception du mouvement. Il existe deux voies principales de traitement de l'information visuelle : la voie ventrale, celle de l'identification de l'objet ("qu'est-ce que c'est"), et la voie dorsale, celle de la position de l'objet ("où est-ce").

Comprendre les cycles du sommeil Nous passons un tiers de notre vie à dormir. Dernièrement, je vous parlais de l’importance du sommeil. Non seulement parce que c’est le moment où votre cerveau inconscient travaille le plus (davantage qu’à l’éveil), j’y reviendrai dans un autre article, mais c’est aussi le moment de recharger vos batteries pour être en forme, quel que soit l’environnement (j’en parlais ici…). Un mauvais sommeil entraine l’irritabilité, la démotivation, la déprime, la perte de créativité, et plein d’autres désagréments que vous avez déjà certainement expérimentés. Pour être en forme et garder le moral, le sommeil est de loin la clé n°1. Mais comment optimiser ce sommeil ? Avant tout, il est important de comprendre ce qu’il se passe pendant que nous dormons. Comprendre les cycles de sommeil Déjà il faut savoir que notre sommeil se décompose en plusieurs cycles de 90 à 120 minutes. Le sommeil léger: entre l’endormissement et le sommeil profond, vos yeux sont fermés et vous commencez à partie. À vos oreillers !

Le Cerveau (3) 4.4.2.3. - Systématisation de l’archencéphale : le système limbique S.37 Il est constitué par un ensemble de centres nerveux très profonds, au centre du cerveau, abondamment reliés entre eux, mais aussi avec les aires corticales associatives, le thalamus , l’hypothalamus, et les aires pré- - frontales. Fonctionnellement, les territoires du lobe limbique sont responsables de l’organisation des comportements instinctifs fondamentaux et de l’expression des émotions et des motivations, assurant la protection de l’individu et la survie de l’espèce. C’est le domaine de l’instinct. En bref, il s’agit des trois fonctions primordiales qui sont : vivre (motivations alimentaires) survivre (en cas de menace, deux comportements opposés, combattre ou fuir - Instinct de sauvegarde ou de conservation). se reproduire (sexualité) Anatomie du système limbique Au plan du développement phylogénétique, il correspond à l’association de l’archencéphale et du paléencéphale. L’appareil olfactif L’hippocampe ventral, 1.

Related: