background preloader

Enquête de Santé - La schizophrénie

Enquête de Santé - La schizophrénie

http://www.youtube.com/watch?v=9U45QYr5w94

Related:  APAS et schizophrénieSchizophrénie - VidéosSchizophrénie - VidéosSchizophrénie - Médias

La Fondation des maladies mentales Les troubles cognitifs sont souvent les premiers symptômes qui apparaissent et sont précurseurs de la schizophrénie. Ce sont ces troubles qui entraînent les difficultés de socialisation chez une personne atteinte de schizophrénie. Troubles d’attention, de concentration, manque de tolérance à l’effort Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de la schizophrénie : revue systématique de la littérature Mémoire original Benefits of exercise for people with schizophrenia: A systematic review Laboratoire Epsylon EA 4556, dynamique des capacités humaines et des conduites de santé, université Montpellier-1, 4, boulevard Henri-IV, 34000 Montpellier, France L’activité physique : rôle thérapeutique dans la schizophrénie? Une méta-analyse indique des bénéfices sur la santé mentale et sur le bien-être de l’activité physique pratiquée régulièrement chez des personnes souffrant de schizophrénie. Une méta-analyse de Gorczynski et Faulkner publiée dans la revue Cochrane Database of Systematic Reviews en 2010 montre des bénéfices psychologiques de l’activité physique régulière chez des personnes souffrant de schizophrénie à partir de trois essais randomisés contrôlés. Les auteurs encouragent les recherches sur des indicateurs biologiques et fonctionnels.

dans la tête de Florent, schizophrène Florent Babillote, 35 ans, est atteint de schizophrénie depuis l’adolescence. Dans un entretien qu’il nous a accordé, il évoque son quotidien, les idées reçues sur sa maladie et accepte de nous raconter son « long chemin vers l’espoir et la lumière ». Dans le monde, la schizophrénie touche une personne sur cent et cette année, les Journées de la Schizophrénie, se sont ouvertes sur le thème « On a tous un proche schizophrène ». Florent Babillote, 35 ans, fait partie de ces « proches ».

Le sport pour lutter contre la schizophrénie - Les schizophrenies L’exercice physique est salutaire dans la schizophrénie : c’est la conclusion surprenante d’une étude publiée dans Archives of General Psychiatry. Des « changements bénéfiques » dans le cerveau surviendraient en effet sous l’influence de l’exercice physique aérobique [1], notamment une augmentation du volume de l’hippocampe. Comme la schizophrénie serait justement associée à une réduction du volume de l’hippocampe (structure impliquée en particulier dans la régulation des émotions et de la mémoire), on comprend l’intérêt de cette étude suggérant la persistance d’une certaine plasticité cérébrale et de facultés d’adaptation, même chez des psychotiques. Pourtant, comme la schizophrénie comporte souvent une normalisation incomplète des troubles et une incapacité persistante (persistent disability), on estime généralement que ces caractéristiques traduiraient une altération peu réversible de la plasticité du cerveau ou de ses mécanismes régulateurs. © Flickr CC-by-sa

Intervention en Activités Physiques Adaptées pour les personnes touchées par des troubles schizophréniques Le département Activités Physiques Adaptées de l’Université de Porto a récemment publié un essai contrôlé explorant l’effet d’un programme d’APA (sports collectifs, marche, techniques motivationnelles) sur la condition physique et la qualité de vie d’adultes schizophrènes suivis en ambulatoire. 19 sujets ont été inclus (11 vs 9) Le programme d’APA (16 semaines) se basait sur deux séances hebdomadaires d’APA supervisées, avec une intensité d’effort incrémentée à la 8eme semaine. Concrètement, les séances étaient réalisées en petit groupe, encadrée par un Enseignant en APA avec 5 d’expériences minimum, la valorisation des expériences positives durant les séances étaient de règle. En fin de séances, un temps de discussion était réservé pour donner des informations liées à la santé ou pour analyser la séance.

L'exercice pourrait venir en aide aux schizophrènes - 07/04/2016 - ladepeche.fr Des chercheurs de l'université américaine d'UCLA avancent que l'exercice physique peut être un moyen efficace pour réduire les symptômes de la schizophrénie. Leurs résultats viennent étayer d'autres recherches récentes qui avaient montré que l'activité physique permettait de réduire les symptômes d'autres souffrances mentales telles que la dépression et l'anxiété. Des études précédemment parues avaient déjà montré les bienfaits de certains jeux sur ordinateurs pour les schizophrènes, pouvant annuler les méfaits de la maladie sur la mémoire mais aussi sur le raisonnement et la reconnaissance sociale.

Related: