background preloader

Il était une fois le cinéma - La passion du cinema

Il était une fois le cinéma - La passion du cinema
Related:  mediasCinéma américain et canadienTHEORIES - PENSEES CONTEMPORAINES - SUR LA CULTURE & LES MEDIAS

Biographie et Filmographie Alfred Hitchcock Biographie Alfred Joseph Hitchcock est né le 13 août 1899 à Leytonstone dans la banlieue de Londres. Son père (William) et sa mère (Emma) étaient épiciers en gros. Ils avaient loué une modeste épicerie dans la rue principale de Leytonstone. Alfred était le cadet des trois enfants, Alfred gardera toute sa vie des rapports extrêmement distants avec son frère et sa sœur. Les débuts Après un stage d'assistant technicien, il obtient son premier emploi à Londres, en 1920 : la conception des sous-titrages dans les films muets. Les films d'Hitchcock montrent souvent des personnes innocentes entraînées dans des situations qu'elles ne contrôlent plus, et ne comprennent parfois même plus; un thème fréquent de ses films est que ces personnages ne sont en fait coupables que de petites erreurs sans importance. Hitchcock fera souvent apparaître dans ses films le lien entre Éros et Thanatos. Hollywood David O. Dans Pas de printemps pour Marnie (Marnie), la belle Tippie Hedren est kleptomane. Le style

Olivier Père | A personal blog of the Festival del film Locarno's Artistic Director Into the Wild : la Nature, ce n’est pas du cinéma ! Like a true Nature'schild We were born, born to be wildWe can climb so highI never wanna die.Steppen Wolf, 1968 1 Le titre du film « Vers L’inconnu », proposé au Canada, n’en donne qu’une traduction interprétative (...) 2 On ne peut pas ne pas penser au « Walk on the wild side » de Lou Reed. 1Que le titre du film de Sean Penn n’ait pas été traduit dans la version française dénote une certaine sécheresse de notre langue1. 3 Lionel Larré, « En introduction, pensées vagabondes dans une jungle de notions sauvages, in La Fabr (...) 4 Roderick Nash, Wilderness in the American Mind, Newhaven, Yale University Press, 1967, 2. 2Dans son introduction à la La Fabrique du sauvage3, Lionel Larré fait en particulier référence à ce que propose Roderick Nash : « dans wild, l’on trouverait les notions de perdu, incontrôlable, désordonné, confus, et c’est ainsi que l’espace chaotique et sans repères de la forêt finit par être désigné par wilderness »4. 7 Henry D.

Auteurs fans et culture geek, un nouveau rapport entre producteurs et consommateurs dans la culture de masse contemporaine ? | David Peyron Ce texte est issu de la communication « Auteurs fans et culture geek, un nouveau rapport entre producteurs et consommateurs dans la culture de masse contemporaine ? », Congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française, Istanbul, 7-11 Juillet 2008 Le geek : entre stéréotype et mouvement culturel générationnel : L’objet de cette réflexion est d’analyser le rapport entre les fans et les auteurs dans ce que l’on nomme la « culture geek », et plus précisément les liens particuliers qui se créent entre eux du fait d’une nouvelle génération d’auteurs et de la démocratisation de nouveaux outils de communication. Son origine est ancienne, et il toujours renvoyé à une idée de bizarrerie et d’étrangeté mais son véritable usage massif s’est fait aux Etats-Unis, où il désigne d’abord un monstre de foire, sous-espèce du freak, dans les cirques ambulants. Les caractéristiques d’une culture « convergente »: Objet et méthodologie : Des œuvres par des fans, pour des fans : J'aime :

La recette du blockbuster: pourquoi tous les films américains se ressemblent Si vous êtes allé au cinéma ces derniers temps, vous avez peut-être éprouvé une sensation étrangement familière: celle d’avoir déjà vu le film. Pas ce film-là exactement, mais plusieurs de ses ressorts narratifs: le héros qui se fait passer un savon par son mentor dans les 15 premières minutes (Star Trek Into Darkness, Battleship); le méchant qui se fait attraper exprès (The Dark Knight, The Avengers, Skyfall, Star Trek Into Darkness); le moment de désespoir et de confusion une demi-heure avant la fin du film (La chute de la Maison Blanche, Oblivion, 21 Jump Street, Fast & Furious 6). Ce n’est pas un phénomène de déjà vu. On reproche souvent aux films d’été d’être stéréotypés. Or, ce que peu de gens savent, c’est qu’il existe une véritable recette –expliquant, page par page, exactement ce qui doit se passer à l’écran et à quel moment. Une structure prise comme recette Lorsque Snyder publia son livre en 2005, ce fut comme si une explosion dévastait Hollywood. Etranges scenarii à trous

Histoire de Walt Disney Histoire de Disney Company I – L’enfance de Walt Disney Walter Elias Disney voit le jour à Chicago le 5 décembre 1901, il est le fils d’Elias Disney et Flora Call. A l’âge de 5 ans Walt et sa famille déménagent à Merceline au nord de Kansas City, il y vivra au cœur d’un paysage fabuleux, parmi les arbres et la nature, c’est d’ailleurs de là que vient le côté créateur de Walt Disney. Il avait une certaine passion pour les animaux et cela se reflétera plus tard dans ses œuvres. Walt apprend le dessin à l’académie des Beaux-Arts et se dégotte un petit emploi de dessinateur pour le journal régional, mais à l’époque de la première guerre mondiale, Walt âgé de 15 ans entre dans l’armée entant que chauffeur-ambulancier pour la croix rouge. C’est maintenant la fin de la guerre, avec toutes ses économies, Walter peut terminer ses études et aller sur le marché du travail. II – Les débuts de l’entreprise Il s’associe avec Ub Iwerks, un hollandais très innovateur qu’il avait rencontré à l’agence.

Emergence et cinéma : le sujet et l’outil | Aggiornamento hist-geo Rédacteur : Gabriel Kleszewski En 2011, Tom Cruise exécute une de ses plus extraordinaires cabrioles de cinéma en gravissant les étages supérieurs du Burg Khalifa de Dubaï sous la caméra de Brad Bird (Mission Impossible : Protocole Fantôme) avant de poursuivre un méchant scientifique dans le parking souterrain ultramoderne du quartier d’affaires central de Mumbai, transformé pour l’occasion en plateforme vidéo-ludique. La lucrative saga d’espionnage initiée par la star hollywoodienne et son avisée productrice Paula Wagner se déplace depuis quelques années de l’Europe (Prague, Rome, l’Andalousie) et des États-Unis, très présents dans les premiers épisodes, vers l’aire Asie-Pacifique et certains pays émergents. Dans ce quatrième opus, la Russie, Dubaï et l’Inde sont mis à l’honneur. A l’époque, certains pouvoirs publics locaux manifestèrent beaucoup d’intérêt pour la délocalisation massive d’une telle production américaine. La situation du cinéma brésilien est plus complexe.

Hollywood, prémices et âge d’or dans la littérature américaine Plan Large vous transporte à l'Ouest des États-Unis, où l'Histoire d'Hollywood est faite de milles feux, entre fiction et réalité. Du parcours légendaire de Francis Scott Fitzgerald à l'invention du cinéma au cœur du désert de Mojave en Californie, la littérature s'empare de cette histoire, particulièrement par les deux auteurs David Grand, auteur de Mount Terminus au Seuil et Stewart O'Nan, auteur de Derniers feux sur Sunset aux éditions de l'Olivier qui nous offrent les destins croisés et romanesques des prémisses et de l'âge d'or de la fabrique à rêve: Hollywood. (La traduction est assurée par Eve Dayre et Xavier Combe). On entendra également Muriel et Delphine Coulin, réalisatrice de Voir du Pays (en salles depuis le 7 septembre) pour évoquer la représentation de la guerre au cinéma.

"T'es geek, toi ?" (11) : David Peyron, doctorant en sciences de l'information et de la communication Onzième épisode de notre série d'interviews centrées sur le mot « geek » et ses multiples définitions. Après Tristan Nitot, Fanny Bouton, Erwan Cario, le collectif GANG, Arnaud Bordas, Laurent François, Remouk, Eni_kao, Korben et Tristan Schulmann, voici les réponses de David Peyron, dont le titre officiel a fait mal à votre lecteur de flux RSS ;). Pour faire plus simple, David prépare une thèse sur la "culture geek" à l'université Lyon 3. Son regard sur le sujet n'est donc plus du domaine du témoignage, mais bien de celui du chercheur. Suivez le geek: c'est quoi un geek pour toi ? David Peyron : Le geek c'est d'abord un stéréotype, c'est-à-dire une représentation sociale à propos d'un type d'individu ou d'un groupe. On peut ainsi tenter de résumer la culture geek à partir de quelques concepts : Convergence, Expertise et Immersion. Second élément : l'expertise. L'expertise, c'est aussi le culte du détail dans la culture de masse, un grand classique des cultures fans en sociologie.

Les studios hollywoodiens pulvérisent leur score en 2013 Les firmes Warner et Disney ont battu des records de recettes l'année dernière, dépassant la barre des 3 milliards de dollars. La crise du cinéma ne semble pas avoir touché Hollywood l'année dernière. Le bilan des studios de production bat un nouveau record. Warner récupère sa couronne Les recettes intérieures de Warner Bros. sont de 1,9 milliards de dollars et 3,14 milliards de dollars à l'étranger. «Nous sommes ravi de cette très bonne année. L'année des records Comme Warner Bross, Disney a connu la meilleure année de son histoire. Pour Universal, le succès est principalement du à Moi moche et méchant 2 ($ 918,8 millions) et Fast & Furious 6 ($ 788,7 millions). Sony sur le banc de touche Les recettes de la Fox sont restées à peu près stables en 2013 avec 3,40 milliards de dollars contre 3,74 milliards en 2012. Pour la deuxième année consécutive, Lionsgate a devancé Paramount.

Related:  cinéma