background preloader

Aux frontières de la science...

Aux frontières de la science...

Ce n'était pas une anémone : découverte d'un nouvel ordre animal au fond des mers CNIDAIRES. "La découverte de ce nouvel ordre de cnidaires - un phylum qui comprend méduses, coraux , anémones de mer – c'est équivalent à trouver le premier représentant d'un groupe comme les primates ou les rongeurs" explique Estefanía Rodríguez, du Museum d'histoire naturelle d'Amérique Avec son équipe, Estefanía Rodríguez publie dans la revue PLOS ONE le premier arbre phylogénétique des anémones de mers et d'autres animaux apparentés qui a conduit à la découverte d'un nouvel ordre animal. Un exemple d'évolution convergente Dotée de tentacules pouvant atteindre six mètres de long et vivant à proximité des sources hydrothermales, cette créature rebaptisée Relicanthus daphneae (anciennement appelée Boloceroides daphneae) ressemble à s'y méprendre à une anémone de mer. Mais "la considérer comme une anémone, c'est comme associer ensemble serpents et vers de terre, juste parce qu'ils ne possèdent pas de pattes" explique Estefanía Rodríguez. "Imaginez ce qui nous reste à découvrir !" PHYLUM.

Free Online Course Materials | Courses Fusion Froide - énergie avec la Fusion Froide ! Les meilleurs blogues de science en français Sélection 2013 Coordonné par Pascal Lapointe En une décennie, les blogues ont pris une place à part dans l’univers médiatique et les blogues de science ont souvent mené le bal: dans le monde anglophone, on ne compte plus les scientifiques blogueurs qui ont publié des livres, dont les textes ont été repris dans les grands médias... ou qui ont remporté des prix de journalisme. Dans le monde francophone, les blogues mettent plus de temps à prendre leur place, mais déjà, des deux côtés de l’Atlantique, des scientifiques et des étudiants en science se sont découvert une vocation de communi­cateurs, sans compter les journalistes scientifiques qui voient s’ouvrir des opportunités nouvelles grâce à l’espace et à la liberté de parole qui leur sont accordés. À travers les réseaux mis en place, cette blogosphère a atteint suffisamment de maturité pour qu’un livre puisse en refléter la qualité et la diversité. C’est cette sélection que présente ce livre, en primeur francophone mondiale. Les auteurs

Science&Vie Page d'accueil de la Bibliothèque numérique mondiale Gratter au labo twisted space It’s been a while since I’ve written a topology post. Rest assured – there’s plenty more topology to come. For instance, today, I’m going to talk about something called a fiber bundle. The idea of a fiber bundle is very similar to the idea of a manifold. A fiber bundle is based on a similar sort of idea: a local property that does not necessarily hold globally – but instead the local property being a property of individual points, it’s based on a property of regions of the space. So what is a fiber bundle, and why should we care? For example, what’s the difference between a cylinder and a mobius strip? To get into the formal definition, when we define a fiber bundle, we talk about three different topological spaces, and a mapping function. As usual, there’s a bit more to it. Here’s the tricky part. So now that we have both an intuitive and a formal sense of what a fiber bundle is, let’s look at a couple of examples.

Science amusante - Un site de l'association Anima-Science Cerveau&Psycho D'étranges créatures marines bousculent la vision de l'évolution › Biologie Le système nerveux serait apparu à deux reprises au cours de l'évolution de façon totalement indépendante, suggère une étude menée sur le génome des cténophores, une créature marine d'aspect translucide. Crédits : Université de Berkeley L'analyse du génome des cténophores, des créatures marines d'aspect translucide, suggère que leur système nerveux est apparu totalement indépendamment de celui des autres êtres vivants, et ce sous une forme très différente. Les cténophores font probablement partie des animaux les plus étranges découverts à ce jour : ces animaux marins translucides connus pour diffracter la lumière en de magnifiques irisations colorées, dotés d'incroyables capacités de régénération (même si la moitié de l'organisme est détruit, la partie restante peut reformer un individu complet), comptent aujourd'hui quelques 150 espèces différentes, présentes dans tous les océans du monde. Si tel est bien le cas, alors la nouvelle a de quoi surprendre. Mais ce n'est pas tout.

Chercheurs, journalistes, amateurs de sciences : le web en trait d’union La recherche n’est pas qu’une histoire d’éprouvettes et de pipettes. Il faut aussi animer une équipe au sein d’un laboratoire, présenter son travail dans des colloques, échanger avec des confrères dans des séminaires, écrire et publier des articles, etc. Le chercheur écrit, dessine, schématise, parle, écoute. Les carnets de recherche Renouant avec le traditionnel cahier de laboratoire, des chercheurs racontent au quotidien leur travail. Les réseaux sociaux À l’image des réseaux sociaux à visée professionnelle (LinkedIn, Viadeo), les chercheurs diposent aujourd’hui de plateformes dédiées : Academia.edu et ResearchGate dans toutes les disciplines ou encore BiomedExperts dans le domaine biomédical. Le mouvement du libre accès Face au système de publications en vigueur, contrôlé par quelques éditeurs qui font payer à prix d’or les abonnements aux revue de recherche, certains revendiquent le libre accès aux résultats et publication de la recherche publique. Entre journalisme et communauté

Related: