background preloader

Comment des entreprises françaises fabriquent et vendent de faux avis sur le Net

Comment des entreprises françaises fabriquent et vendent de faux avis sur le Net
“Aucune traçabilité possible”, “Aucun risque encouru,…”. C’est écrit noir sur blanc sur notre devis, les 250 commentaires sont facturés 3 750 euros hors taxes. Pour avoir cette estimation d’une agence parisienne d’e-reputation ayant pignon sur les Champs Elysées, nous ne sommes évidemment pas passés par le service com. Comme des clients potentiels, il a suffit de contacter – sous un faux nom – une dizaine d’agences d’e-reputation, en décrivant notre futur site de réservation d’hôtels, grossièrement appelé “Voyage 2.0″. Censé être en ligne dans 15 jours, nos partenaires imaginaires – environ 50 hôtels – désirent, pour notre lancement, des commentaires positifs de faux clients sur notre futur site et sur Tripadvisor. Selon une étude Nielsen datant de 2009, 70% des internautes font confiance aux avis d’autres consommateurs avant d’acheter un produit. 25 000 commentaires sur 3 mois Pour ne pas se faire repérer et ne pas être “traçable”, chaque prestataire en lice possède sa technique.

Entretien avec Fanny Serre, responsable du Développement Durable chez Aviva France (2) Internet, quand le murmure de la réception devient audible | Les Internets [Version révisée d'une communication présentée au colloque Si la photo est bonne - Institut National d'Histoire de l'Art, 20 et 21 octobre 2011] Tampons Like et Dislike en vente sur lavantgardiste.com. Dans le tome 1 de l’Invention du quotidien, publié en 1980, Michel de Certeau avait l’intuition de l’existence d’un murmure de la consommation, qu’il ne pouvait que conceptualiser en l’absence d’une médiatisation de cette activité. Il mettait face à face «une production rationalisée, expansionniste autant que centralisée, bruyante et spectaculaire», celle des industries culturelles pour reprendre le terme de notre colloque, et une«autre production, qualifiée de “consommation”: celle ci est rusée, elle est dispersée, mais elle s’insinue partout, silencieuse et quasi invisible, puisqu’elle ne signale pas avec des produits propres mais en manières d’employer les produits imposés par un ordre économique dominant» Capture d'écran YouTube le 19/10/2011. Capture d'écran YouTube le 19/10/2011.

Les Inrocks dévoilent les dessous des faux avis d'internautes 01net le 20/07/11 à 15h02 Destinés à renseigner les acheteurs potentiels sur les qualités d’un produit ou d’une prestation, les avis déposés sur les sites de vente en ligne sont malheureusement parfois orientés. Mais cette menace ne semble pas inquiéter certaines sociétés spécialisées dans l’e-réputation, qui continuent à œuvrer sans remords. Les prix proposés ? Des commentaires positifs, mais nuancés... L’enquête révèle aussi les petites combines employées par ces sociétés pour ne pas se faire pincer. Elles soignent aussi l’aspect rédactionnel, en adaptant le style du commentaire au public visé. « Si on a un truc style auberge de jeunesse on va mettre un truc jeune avec de jolies fautes d'orthographe », fanfaronne un responsable. Le phénomène des faux avis est difficile à quantifier.

Comment le courtier en assurances Santiane booste son taux de transformation - Journal du Net Solutions Le courtier en assurances de santé en ligne a pu doubler le nombre de contrats qu'il a signés grâce à la technologie de Keynectis, qui donne à un clic la valeur légale d'une signature. "Le monde des assurances est souvent perçu comme un univers nécessitant beaucoup de papier et de signatures manuelles. Or, nous n'en utilisons plus aucun des deux !" Le patron de cette PME de 80 salariés a d'abord employé des méthodes classiques : une fois l'internaute intéressé par la proposition de Santiane, il recevait par courrier classique le contrat, qui devait être signé puis renvoyé. Signer en un clic La signature électronique est donc vite apparue comme une solution permettant d'éviter cet investissement perdu. "Dans ce processus, l'engagement légal que constitue cette signature numérique est expliqué, de manière simple, et les durées de rétraction sont les mêmes que celles en vigueur pour un contrat papier" classique signé manuellement", argue Christophe Courtin. Facture et ROI

Pour Tous Ceux Qui Se Son Fait Bloqué Par Facebook :( - Monkey like, Mail Chimp, Flickr CC licence by-nd - Petite leçon d'ingratitude du web. Comparons le rapport investissement/fréquentation de deux contenus sur la réforme des retraites. D'un côté, pris au hasard parmi la production journalistique, un long live-blogging de la manifestation du 2 octobre qui a mobilisé la rédaction de Rue89 pendant toute une après-midi. publicité De l'autre, une simple phrase postée par un internaute anonyme sur le site J'aime ça (qui n'aura coûté qu'une seule journée de développement). Comment atteindre un tel niveau d'audience pour un coût si faible? L'astuce du moment s'appelle la «like farm», une ferme de likes, ou pour le dire plus franchement, de l'élevage de likes en batterie. Le but de Facebook était de développer le partage de contenus: articles, vidéos, sites intéressants...etc. Quelques exemples, parmi les pages les plus populaires: - Si Toi Aussi tu prend Ton temp Quand le Prof Te demande de Changer de Place, -"Elle a combien d'ex elle? - On aime

9 raisons d’intégrer des avis consommateurs à votre site marchand Dans le courant des années 2000, User Generated Content et Web 2.0 (c’est à peu près la même chose : celui-ci étant plutôt le concept et celui-là l’incarnation) étaient les termes à la mode. Le Web avait les yeux de Chimène pour Delicious, Flickr, YouTube, Blogger… Si vous gériez un site marchand et que vous souhaitiez en améliorer les performances, experts et gourous vous commandaient de sacrifier à ces nouveaux dieux. Toutefois, ces dieux avaient leur cendrillon. Cette cendrillon vivait à leur côté, était dédaignée de 70% des marchands Américains comme français mais avait un prince charmant – Amazon – qui en voyait bien la dot la beauté : les avis consommateurs. Si votre site marchand n’en compte pas, voici neuf raisons pour les intégrer toutes affaires cessantes. 1. Il existe des solutions packagées et personnalisables que l’on peut intégrer à son site. 2. Toujours d’après cette étude de 2007, la hausse serait de 42%. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

The Science of Sharing - Social Media T. and F. They don’t stand for ‘true’ or ‘false’ anymore. They stand for Twitter and Facebook. They’re in the corner of every webpage we visit, alongside ‘in’ for LinkedIn, ‘su’ for StumbleUpon, and the universally recognized envelope, which represents the archaic sharing system we call ‘email’ – which still accounts for 17% of all Internet sharing. When we’re surfing the web, we see something we like and click one or all of these sharing buttons without thinking twice. But if you’re a marketer, or a webmaster, or a blogger – anyone that has a vested interest in how many hits are coming in; sharing isn’t just the new American pastime – there are dollars at stake. This is the goal of ShareThis, the largest platform for sharing and influence across the web, which aims to help publishers strengthen their advertising by understanding the people who are receiving their content via shares. One website has already nailed down their share-to-dollar algorithm – Eventbrite.

Le CSA saisi des propos d'Ivan Levaï sur le viol L'association Osez Le Féminisme a envoyé une lettre au CSA pour saisir directement le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel sur le dérapage d'Ivan Levaï à la radio le 6 octobre. Le journaliste –premier mari d'Anne Sinclair, toujours proche d'elle et de Dominique Strauss-Kahn– participait à l'émission de Pascale Clark sur France Inter pour la sortie de son livre sur l'affaire DSK-Nafissatou Diallo, intitulé Chronique d'une exécution. Il s'était alors laissé aller à de nombreuses approximations sur le viol, affirmant notamment dans un passage avec Pascale Clark à propos de ce qui s'était passé entre l'ancien président du FMI et la femme de chambre du Sofitel: «IL: Moi je ne crois pas au viol. Pour un viol il faut un couteau, un pistolet, etc.PC: Pas forcément... Une déclaration qui avait par son inexactitude consterné de nombreux auditeurs –dont nous–, mais laissé de marbre le CSA, relève Julien Martin du Nouvel Observateur. Voyant que le Conseil ne s'autosaisissait pas, Osez le féminisme!

Related: