background preloader

Biais cognitifs insolites : L'effet Google et la mémoire homme-machine

Biais cognitifs insolites : L'effet Google et la mémoire homme-machine
Décrit et mis en évidence par Betsy Sparrow (Columbia), Jenny Liu (Wisconsin) et Daniel M. Wegner (Harvard) en Juillet 2011, l'effet Google est la tendance à oublier l'information facilement accessible si on la cherche sur Internet à partir des moteurs de recherche (tel que Google, Yahoo, etc...), plutôt que de la retenir en mémoire (par rapport à l'information peu accessible). Google-brain Notre mémoire se transformerait-elle en moteur de recherche? Mais alors que ces stratégies visaient à rapprocher Google du fonctionnement du cerveau humain, il s'avère que (deuxième effet kisskool) ce mécanisme de rapprochement s'est propagé au cerveau humain : de plus en plus, nous organisons l'information selon les caractéristiques d'un moteur de recherche, plutôt que de retenir l'information elle-même. Mémoire sémantique vs mémoire index Ainsi que l'expliquent les auteurs de l'étude : La mémoire transactive et la mémoire hybride Related:  Lecture numériqueRévolution cognitive ?Ressources_Enseignants

Le danger des livres électroniques - Projet GNU - Free Software Foundation (FSF) L'original de cette page est en anglais. Inscrivez-vous à notre liste de diffusion (en anglais) concernant les dangers des livres électroniques. À une époque où les entreprises dominent nos gouvernements et écrivent nos lois, chaque avancée technologique leur offre une bonne occasion d'imposer des restrictions supplémentaires au public. Les technologies qui auraient pu nous donner plus d'autonomie sont à la place utilisées pour nous enchaîner. Avec les livres imprimés, vous pouvez les acheter en liquide, de manière anonyme,alors vous en êtes propriétaire ;vous n'êtes pas obligé de signer une licence qui restreint l'usage que vous en faites ;le format est connu, et aucune technologie privatrice (propriétaire) n'est requise pour lire le livre ;vous pouvez donner, prêter ou vendre le livre à quelqu'un d'autre ;vous pouvez, physiquement, scanner ou photocopier le livre, et c'est parfois même légal sous le régime du copyright ;personne n'a le pouvoir de détruire votre livre. Haut de la page

Méthode denseignement en Finlande (1er dans létude PISA) : savoir apprendre pour sortir de l'échec scolaire Reportage France 3 © (Si vous n'arrivez pas à lire la vidéo, utilisez le navigateur firefox) Télécharger Firefox ;;;;;• Une carte heuristique qu'est-ce que c'est? Une carte heuristique (mind map en anglais), également appelée carte des idées, carte conceptuelle, carte mentale, arbre à idées ou topogramme, est un diagramme qui représente les connexions sémantiques entre différentes idées, les liens hiérarchiques entre différents concepts intellectuels. À la base, il s'agit d'une représentation principalement arborescente des données, basée sur les mêmes principes que l'organigramme (l'un étant en fait une variante de l'autre et réciproquement). C'est par exemple un moyen visuel et symbolique de décrire l'architecture informatique générale d'un PC : Exemple de carte heuristique ;;;;;• Origine Le système de représentation hiérarchique aurait été inventé par Aristote. Le concept des cartes heuristiques a été formalisé par un psychologue anglais, Tony Buzan. ;;;;;• Limites et critiques

Notre cerveau à l’heure des nouvelles lectures Maryanne Wolf, directrice du Centre de recherche sur la lecture et le langage de l’université Tufts est l’auteur de Proust et le Calmar (en référence à la façon dont ces animaux développent leurs réseaux de neurones, que nous avions déjà évoqué en 2009). Sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde industriel au Centre Pompidou, la spécialiste dans le développement de l’enfant est venue évoquer « la modification de notre cerveau-lecteur au 21e siècle » (voir et écouter la vidéo de son intervention)… Image : Maryanne Wolf face au public sur la scène du Centre Pompidou, photographiée par Victor Feuillat. Comment lisons-nous ? « Le cerveau humain n’était pas programmé pour être capable de lire. Il était fait pour sentir, parler, entendre, regarder… Mais nous n’étions pas programmés génétiquement pour apprendre à lire ». La présentation de Marianne Wolf via l’IRI. Pour autant, le circuit de la lecture n’est pas homogène. Pourquoi la lecture numérique est-elle différente ? Hubert Guillaud

Ces biais cognitifs qui nous gouvernent | Actuwiki Le psychologie Daniel Kahneman, le père de l’économie comportementale, nous explique que notre système de pensée résulte de l’interaction de deux systèmes. S’il est un livre dont la lecture devrait être rendue obligatoire dans tous les conseils d’administration, comités de direction et autres lieux de prise de décision, c’est bien celui-ci : « Système 1/Système 2 : les deux vitesses de la pensée ». Et pas seulement parce que son auteur est prix Nobel d’économie ou classé par Bloomberg parmi les 50 personnalités les plus influentes de la finance globale. Professeur émérite à Princeton, spécialiste mondialement reconnu de la psychologie cognitive et figure tutélaire de l’économie comportementale, Daniel Kahneman est surtout porteur d’un message dérangeant mais essentiel : « Nous ne pensons pas de la manière dont nous pensons penser » , explique-t-il dans un entretien aux « Echos ». Travail de filtrage Comments comments

Babelio au CDI, quels usages? Grâce à l’article de ajuzan nous avons pu découvrir le site de partage de bibliothèques personnelles, Babelio. Or, depuis quelques temps, les exemples d’utilisations de ce réseau social au CDI fleurissent sur le web. Je me propose donc ici d’en faire un petit récapitulatif. En effet, pourquoi et comment utiliser Babelio au CDI? Pour la visibilité La création d’un compte Babelio d’un CDI permet (en plus des pages facebook, netvibes, scoop-it,…) de valoriser les ressources du fonds. Néanmoins, il convient d’essayer d’éviter la redondance avec d’autres outils, comme e-sidoc, qui propose le même type de services. Pour promouvoir la lecture Mais bien sur, en tant que « bibliothèque virtuelle », Babelio est avant tout un outil très utile de promotion de la lecture. Pour illustrer mes deux affirmations précédentes, j’ai choisi l’exemple du compte Babelio du collège Henri Wallon. Les défis lecture : Traditionnellement, le défi lecture est une activité utilisée pour promouvoir la lecture. @Idril3

Lecture numérique et culture écrite, par Alain Giffard | skhole.fr François Morellet - Emprunt n°7 - 1997, gravure sur inox brossé Le débat lancé par Nicholas Carr en Août 2008 ("Is Google making us stupid?") a ouvert, en grand et soudainement, le débat sur la lecture numérique. La lecture numérique a en effet cessé d’être une simple « tendance technique », dans le sens de Leroi Gourhan. Elle est devenue une pratique culturelle, c’est-à-dire qu’un milieu humain associé s’ordonne autour d’un nouveau dispositif technique. La question de départ pourrait être: « est-il concevable de lire à l’écran? Elle devient ensuite: "la lecture numérique peut-elle se substituer à la lecture classique, comprise comme la lecture du texte imprimé, essentiellement du livre, telle qu’on l’apprend à l’école?" Plus généralement encore: comment la lecture numérique, comme culture et comme pratique, prend-elle place dans la culture écrite? Dans cette perspective, notre point de départ doit être le reflux de la culture écrite, et plus particulièrement de la lecture.

Les secrets de l’éducation à la finlandaise : chaque élève est important | Kaizen magazine Depuis plus de dix ans le système éducatif finlandais fait figure de modèle en Europe et plus largement dans les pays occidentaux. Ce petit pays a obtenu des résultats faramineux aux évaluations internationales PISA[1] menées par l’OCDE (2ème mondial en Sciences, 3ème en lecture et 6ème en mathématiques en 2009, loin devant tous les pays occidentaux). Pour comprendre ce phénomène, Paul Robert, principal de collège dans le Gard, a participé à deux voyages d’étude en Finlande. Il a pu y visiter des établissements scolaires de tous niveaux : un jardin d’enfants, deux écoles primaires, deux collèges, deux lycées, un lycée professionnel, une université et un centre de formation continue. Il en a tiré un livre, La Finlande : un modèle éducatif pour la France ? Chaque élève est important Pour cela tout un modèle s’est progressivement construit, réforme après réforme. Une structure d’apprentissage « comme à la maison » Des rythmes d’apprentissage adaptés Plus d’encadrants pour le même budget

Comment internet modifie notre cerveau "Mon vieux cerveau me manque." Nicholas Carr, 52 ans, essayiste américain, n'a rien d'un réac allergique au web. Les nouvelles technologies, au contraire, c'est sa spécialité. Entre son blog, son Twitter, son Facebook, Carr était même un accro. Pourtant, en 2007, "le serpent du doute s'est inséré dans [son] éden numérique". Carr avait l'impression désagréable que "quelqu'un ou quelque chose bricolait (...) son cerveau ". Au Ve siècle av. Google rend-il Alzheimer ? "Le cerveau humain est un ordinateur obsolète qui a besoin d'un processeur plus rapide et d'une mémoire plus tendue." Surfer nous rend-il hyperactifs ? Scène de famille ordinaire. Tous hyperactifs, hyperconnectés... et hyper-impatients ? "Je ne supporte plus d'écouter des messages vocaux sur mon téléphone, je n'utilise plus que les SMS. Mais où se réfugierait aujourd'hui un moine copiste irlandais ? "Notre mémoire de travail est souvent en surchauffe, dit Jean-Philippe Lachaux. Internet drogue-t-il notre cerveau ? Eh oui !

Biais cognitif Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un biais cognitif est un schéma de pensée, cause de déviation du jugement. Le terme biais fait référence à une déviation systématique par rapport à la réalité. L'étude des biais cognitifs fait l'objet de nombreux travaux en psychologie cognitive, en psychologie sociale et plus généralement dans les sciences cognitives. Ces travaux ont identifié de nombreux biais cognitifs propres à l'esprit humain [réf. nécessaire] à travers de multiples domaines : perception, statistiques, logique, causalité, relations sociales, etc. Liste de biais cognitifs[modifier | modifier le code] Biais sensori-moteurs[modifier | modifier le code] Biais attentionnels[modifier | modifier le code] Biais d'attention (en) — avoir ses perceptions influencées par ses propres centres d’intérêt Biais mnésique[modifier | modifier le code] Biais de jugement[modifier | modifier le code] Biais de raisonnement[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ecrire pour le web, illustrer son article Ecrire pour le web, c’est aussi intégrer des illustrations soit en complément du texte soit à la place du texte, c’est dire la même chose mais autrement qu’avec du texte. Pour écrire sur le web, il est un équilibre à trouver entre la proportion du texte et des illustrations. Le visuel a une place centrale dans les publications web 2.0, il fait sens. Beaucoup d’images, de diaporamas, d’infographies, de nuages de tags sont disponibles en ligne et réutilisables. Cela pose toujours 2 questions : le respect du droit d’auteurl’adéquation entre l’illustration trouvée et le contenu de notre article En fonction de son besoin d’illustration, on utilisera soit des images libres de droit soit des illustrations originales. Plusieurs sites offrent la possibilité de télécharger des images libres de droit : Une illustration, pour dire quoi ? Quand on ne trouve pas des illustrations déjà réalisées, libres d’utilisation et en cohérence avec le texte, on peut les créer soi-même. Des outils à disposition

Regards d'Experts - eye tracking - lecture web La lecture occidentale se fait de gauche à droite. Et pourtant, les pages web ne sont pas forcément regardées de gauche à droite. On recense beaucoup de théories sur la façon de lire des pages web. Certaines sont vraies sur des cas très précis. La plupart sont fausses. Voici un florilège des plus célèbres. Idée reçue n°1 : on lit les pages web de gauche à droite C’est l’idée reçue la plus répandue, parce qu’elle est la plus logique. C’est faux dans presque tous les cas. Le seul cas où on lit de gauche à droite, c’est quand on lit un texte, avec l’intention de le lire en entier et d’en comprendre le contenu. La lecture d’un texte se fait effectivement de gauche à droite. Même dans ce cas, le regard ne suit pas une trajectoire strictement linéaire. On trouve un autre exemple de lecture de la gauche vers la droite sur le site de notre client Correctmot. Les deux premiers paragraphes ne sont pas lus de gauche à droite.Ils sont parcourus rapidement du haut vers le bas. Conclusion

Related: