background preloader

Accueil - Mon Climat et moi

Accueil - Mon Climat et moi

http://www.monclimatetmoi.com/

Related:  OGM et agricultureEnergieAgriculture

Goji bio de Mongolie intérieure - CLES DE SANTE La marque Goji France Himalaya, spécialisée dans la distribution de goji, est implantés dans les Bouches-du-Rhône. En 2009 ils ont décidé de partir à la recherche de goji de qualité. Après avoir visité les exploitants et grossistes canadiens, leaders sur le marché du goji, ils ont mis le cap direction la Mongolie intérieure, en Chine du nord, région dans laquelle, avaient-ils entendu, un goji de qualité est cultivé. Passionnés par l’agriculture biologique, ils ont eu l’opportunité d’être invités à visiter des exploitations qui cultivent du goji biologique.

Les conditions du succès (ou de l'échec) de la COP21 (INFOGRAPHIE) CLIMAT - Lundi 30 novembre, 147 chefs d'Etat donnent le top départ de la COP21. Pendant plus de 10 jours, 195 pays vont négocier un accord sensé endiguer le réchauffement climatique sous la barre des 2°C d'ici à 2100. Dit comme ça, cela ne semble pas compliqué. La réalité est toute autre. Clause de revoyure, partage de technologie, transparence, accord contraignant, engagement des pays développés, en développement... Les conditions nécessaires au succès de l'accord de Paris sont nombreuses. Faire pousser ses propres légumes à l'année... presque sans électricité! Le reportage de Claudie Simard C'est une serre bien particulière que la famille Lavoie possède et exploite à Sainte-Ursule, dans la MRC de Maskinongé. Le modèle de la serre, en forme de dôme, a été acheté aux États-Unis et permet de faire pousser des légumes biologiques tout au long de l'année, pratiquement sans électricité. Pas plus grosse qu'une piscine hors terre, la serre solaire passive a coûté 12 000 $.

Emile Noël - Bio Equitable, côté agriculture L’agriculture Bio équitable pour Émile Noël, c’est d’abord une agriculture d’intelligence et de respect. Mieux cultiver, pour eux et pour nous. En lien avec l’Office de la Haute vallée du Niger, Émile Noël s’est engagé dans une démarche de sensibilisation, d’information, de responsabilisation et d’appui technique aux producteurs partenaires du programme : amélioration naturelle des rendements (fabrication et usage de compost…), méthode et époques de semis et de culture (cerclage pour éliminer les mauvaises herbes, démariage pour garder les meilleures tiges, usage de semoirs et cordeaux…), investissement en équipements sur résultats (pour 100 tonnes produites, l’Huilerie finance la construction d’un entrepôt pour les producteurs et offre un moulin à huile pour les femmes).Les savoirs transmis profitent aussi à la culture vivrière. Le partage des semences, un geste naturel.

Réchauffement planétaire : Oxfam épingle le mode de vie des riches La semaine dernière, des activistes d'Oxfam ont fait une mise en scène avec des caricatures des présidents français, chinois et américain, Francois Hollande, Xi Jinping et Barack Obama, ainsi que du premier ministre indien Narendra Modi et la chancelière allemande Angela Merkel. Photo : Benoit Tessier / Reuters Les 10 % des habitants les plus riches du monde émettent environ 50 % des gaz à effet de serre (GES), tandis que les 50 % les plus pauvres ne sont responsables que de 10 % de ces émissions, révèle un rapport d'Oxfam publié à l'occasion de la conférence de Paris sur le climat. Image encore plus frappante : les individus qui comptent parmi les 1 % les plus riches génèrent en moyenne 175 fois plus de CO2 qu'une personne se situant dans les 10 % les plus pauvres. À titre de comparaison, les 10 % des Chinois les plus riches produisent 4,76 tonnes de CO2, contre 0,76 tonne pour les 50 % les plus pauvres. Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile,cliquez ici.

Les enjeux de l'agriculture Anja Geitmann Doyenne de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’environnement, Université McGill Qui s’intéresse à l’agriculture en 2015 ? Sans le savoir, nous nous y intéressons tous. Il y a des petites questions, comme d’où viennent ces légumes que nous consommons ? Et il y a de grandes questions, comme sommes-nous capables de nourrir la population grandissante sur la planète et pouvons-nous le faire tout en préservant l’environnement ? Nous serons près de neuf milliards d’habitants sur la planète en 2040.

Mali: un jardin agro-écologique aux portes de Bamako - Mali / Economie Le jardin agro-écologique d'Oumar Diabaté, à une trentaine de kilomètres de Bamako, est une expérience unique : ce paysan malien cultive des produits bio en pratiquant des méthodes durables, souvent inspirées de pratiques anciennes. Avec des rendements qui résoudraient bien des problèmes, dans une région aux crises nutritionnelles chroniques. De hauts épis de maïs, des rangées d'aubergines, des arbres… Difficile de s'y retrouver tant tout est entremêlé.

Quand les eaux usées font rouler les bus Stockholm — En Suède, une partie des autobus de la capitale Stockholm, roule grâce aux eaux usées de la ville, fermentées dans une usine inaugurée en 1941, pour produire du biogaz, utilisé comme carburant. De l’extérieur, on aperçoit une cheminée, qui dépasse d’une colline. Creusés dans la roche, les 20 kilomètres de galeries de l’usine d’Henriksdal, vastes tunnels dans lesquels sont installés bassins et réservoirs, permettent de produire l’énergie d’une partie des bus de la ville.

L'agriculture bio peut être aussi productive que la conventionnelle De passage cette semaine au Québec, où il prononcera une conférence à l'invitation de l'Institut de recherche et de développement en agroenvironnement, un groupe de recherche de Québec, M. Moyer est directeur de ferme à l'Institut Rodale, en Pennsylvanie, où se déroule depuis 1981 la plus longue expérience scientifique de comparaison entre les méthodes industrielles et biologiques de production agricole. «Il faut que les fermiers soient conscients des gestes qu'ils posent et de leurs impacts sur les sols, l'eau, la santé. [...] Alors à l'Institut, on regarde la chimie des sols, leur microbiologie, les émissions de gaz à effet de serre, la qualité et l'eau et les avantages économiques, parce que rien ne pourra se faire en agriculture bio s'il n'y a pas d'avantage économique. Et ce qui ressort, c'est que oui, on peut obtenir les mêmes rendements avec le bio, tout en consommant moins d'énergie, en émettant moins de GES, en polluant moins et en faisant plus d'argent», tranche-t-il.

Face aux crises actuelles, la production bio et équitable Article publié dans la revue Ex Aequo n°26 (mai 2009) publiée par l’Association romande des Magasins du Monde. Pionnière de la culture biologique en Thaïlande et de l’exportation de riz équitable, Green Net et ses membres s’appuient sur leur expérience pour faire face aux difficultés actuelles: la pauvreté, la crise alimentaire et les conséquences du réchauffement climatique. Un réseau vert, né d’une terre aride et d’échanges fertiles… soLa population du plateau de l’Isan, au nord-est de la Thaïlande, vit principalement de riziculture.

Related: