background preloader

L’égo, frein majeur à l’intelligence collaborative

L’égo, frein majeur à l’intelligence collaborative
Sylvaine Pascual – Publié dans: Vie professionnelle / Relations aux autres La presse s’est emparée un peu vite de l’affaire avec un poil insuffisamment de nuance, et voue le travail collaboratif aux gémonies au profit d’un individualisme au blason soudainement redoré. Je m’étais agacée sur mon blog personnel (café-journal du 28 mars) de ces conclusions hâtives, en particulier dans l’Express, qui échouaient à poser les bonnes questions. Car il ne s’agit pas de dire “arrêtons de travailler à plusieurs” mais de réfléchir à: Qu’est qui, dans notre façon de travailler à plusieurs, génère des résultats aussi désastreux?Que peut-on mettre en œuvre pour y remédier et créer les conditions d’une véritable intelligence collaborative? En d’autres termes, j’emprunte sa formule à Anne-Claude Boutin, qui s’intéresse de près au sujet: il s’agit de savoir comment on travaille ensemble et non pas doit-on travailler ensemble ou pas. La solution miracle, c’est “créer un climat de confiance”, nous dit-on.

http://www.ithaquecoaching.com/articles/ego-intelligence-collaborative-3489.html

Related:  TRAVAILLes cerveaux encombrésPersonal DevelopmentRSE et collaboration 2.0Intelligence collective

Votre travail vous épuise? Dernière mise à jour: 03-04-2012 | 14h25 Cette enquête révèle que les personnes qui restent dans leur entreprise non par choix, mais parce qu'elles s'y sentent obligées vis-à-vis de leur employeur ou qu'elles n'entrevoient aucune autre possibilité d'emploi, sont plus vulnérables à l'épuisement et risquent au bout du compte, de quitter leur emploi. L'épuisement émotionnel est un état chronique d'épuisement physique et mental lié au stress continu et à des exigences professionnelles excessives. «Par conséquent, les employeurs devraient peut-être tenter de minimiser chez leurs salariés l'engagement "par manque de choix" et plutôt développer leurs compétences.

Les dessous de la médisance Et oui, avouons-le : que c’est bon de médire ! D’abord ça crée du lien social : dire du mal ensemble, c’est avoir un point commun. Et puis c’est l’occasion de rigoler : on tourne l’autre en ridicule, on se moque de ses manquements, on se bidonne de ses travers. Et enfin ça permet de vider son sac, exutoire à petites frustrations de toutes sortes, la malveillance ordinaire et une sorte de vide-poche à notre agressivité. Et cerise sur le poison, elle soulage sans vraiment faire de mal puisque les victimes de nos langues fourchues ne sont pas censées avoir vent de nos propos. Et effectivement, nos médisances créent du lien entre nous et ceux qui nous écoutent.

le travail collaboratif II.Définition de la notion de travail collaboratif 1. Qu’est-ce qu’un logiciel collaboratif ? Logiciel qui permet à des utilisateurs reliés par un réseau informatique de travailler ensemble. Peut-on mesurer l’intelligence collective d’un groupe Suite à la publication de mon billet Le R.O.I. de l’intelligence collective enfin démontré ?, Roberta Faulhaber, Visual Practitioner, m’a envoyé un article très intéressant. Depuis fort longtemps, on mesure le quotient intellectuel des individus.

PETIT GUIDE DES GROSSIÈRETÉS AU TRAVAIL Comment injurier son patron sans se faire virer ? Comment insulter son salarié sans être inquiété ? par Éric ROCHEBLAVE Avocat au Barreau de Montpellier Spécialiste en Droit du Travail et Droit de la Sécurité Sociale Blog de l’Actualité du Droit du travail Q.I. or not Q.I. ? L’identification du surdon ( 3 / 12 ) - La diversité des caractéristiques des personnes à Haut Potentiel (HP) Par Stéphanie Aubertin – Neuropsychologue chez I-Cog, structure aixoise spécialisée dans le handicap cognitif. Dans le précédent billet, j’ai exposé les différentes théories de l’intelligence. A la lumière de ce que l’on sait sur l’intelligence – c’est-à-dire pas grand-chose, au vu du débat qui court toujours – ce billet tente de cerner les caractéristiques des personnes à HP, que l’on dit intelligentes. 1. Multiplicité des termes

Reconnaître un vrai médium, d'un fake. - Alice Kara Medium Coach Intuitif Bonjour mes anges !!! Aujourd'hui, je vais essayer de vous donner des outils pour ne pas vous faire avoir comme des bleus lorsque vous choisissez quelqu'un qui va être en mesure de vous apporter une aide, que ce soit un médium, un "guide spirituel" ou un coach spirituel, ou whatever qui s'estampille d'un truc particulier. Je n'avais jamais encore écris un article comme celui ci, parce que jusque là, j'me disais que c'était simple, qu'il suffisait de faire au feeling, que j'y arrive très bien, et je ne comprennais pas trop pourquoi les gens n'y arrivaient pas. (Ego de Sheldon Cooper à 2 balles, je vous l'accorde !) Mais voilà, le fait est que, quand je vois la photo d'un grut, ou son nom, ou que je le rencontre en vrai, je sais en moins d'une seconde s'il s'agit d'un vrai, ou d'un fake. Comme la plupart y croient dur comme fer (ou savent très bien qu'ils sont fakes et vont tout faire pour me démonter moi, pour ne pas que je les démonte...) je ferme mon clapet.

E2O : Plus collaboratif que moi, tu meurs ! Tout le monde s’est donné le mot ces dernières semaines : pas un jour ou presque sans lire un billet sur le sujet des pratiques collaboratives. Parmi les nombreux articles lus, je retiendrai volontiers : Une collaboration en ligne réussie requiert plus que le partage d’intérêt Social business : des managers, des vrais, pas des militaires par Anthony Poncier (j’ai beaucoup aimé) ou encore Développement des RSE : les noms évoluent, les problèmes restent… billet qui renvoyait notamment à la publication de la dernière étude du Cabinet Lecko

L'intelligence collective La recherche de l'intelligence collective est le graal des organisations. Mais comment donc 1+ 1 finissent par faire 3? Voici quelques idées pour trouver la solution : Ces branchés qui débranchent M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Guillemette Faure. Illustrations : Le Creative Sweatshop PAS UN ORDINATEUR, pas une télé, pas le moindre petit ou grand écran à la Waldorf School of the Peninsula. En revanche, on a trouvé un four à pain dans le jardin, que les petites classes utilisent chaque semaine, des chaussettes faites main – les cours de tricot, pour filles comme pour garçons, commencent en CP –, des tableaux noirs et des craies de couleur. Mais on n'a pas vu les machines à coudre, sur un autre site, celui du collège, avec lesquelles les sixièmes se sont fait des pyjamas. Cette école privée – environ 20 000 dollars de frais de scolarité annuels – de la Silicon Valley recommande aux parents de limiter l'exposition aux écrans jusqu'à l'équivalent de la sixième et n'introduit l'outil informatique qu'en quatrième.

Related: