background preloader

Les adolescents, une génération hyper connectée en présentiel comme en virtuel

Les adolescents privilégient les rencontres en présentiel. Ils se sentent plutôt bien dans leur peau et aspirent à devenir des adultes. Voilà deux des constats du dernier « baromètre Bien-être des adolescents » réalisé par Ipsos Santé pour la fondation Pfizer. L’étude porte sur 807 adolescents de 15 à 18 ans et 822 adultes de 25 ans et plus interrogés par Internet. Par rapport à 2011, 71 % des adolescents déclarent se sentir bien à l’école (+ 8 %). 73 % se déclarent satisfaits de ce qui leur arrive en 2012 (+ 6 %). 25 % se sentent mal dans leur peau, un chiffre non négligeable mais qui accuse une diminution de 8 % par rapport à l’année passée. Un décalage important entre le sentiment des adolescents et l’impression des adultes 74 % des adultes jugent que les adolescents sont mal dans leur peau, soit un chiffre trois fois supérieur à la réalité. 73 % des adolescents déclarent avoir envie de devenir adultes. Les parents, ces personnes dont ils ont le plus besoin Related:  Données Jeunes et pratiques numériquesTéléphone portable et comportement social des jeunesBazar temporaire 22

Les 15-24 ans, accros à leur PC d'après une étude Microsoft Au sommaire : Devenu un des cadeaux incontournables de Noël 2011 (+8% des ventes selon GfK), le PC est l’écran que les Français préfèrent, et notamment les Digital Natives (15-24 ans). Qu’ils soient lycéens, étudiants ou démarrant dans la vie active, les ¾ déclarent ne pas pouvoir se passer de leur PC, au point même, s’ils devaient ne garder qu’un seul écran, d’affirmer que ce serait celui-ci. L’ordinateur est devenu l’écran multifonctions par excellence, celui où l’on range ses documents, ses photos, sa musique, ses films… sa vie, il est l’écran pratique, mobile et donc accessible partout. Il est de plus en plus, l’écran de l’ouverture vers les autres avec les multiples opportunités de contact et de communication qu’il offre. Qui sont les Digital Natives ? Nés entre 1985 et 1995, ils sont 8 millions de personnes en France (soit 10% de la population). Les principaux usages du PC sont pour cette cible : Quelle relation entretiennent les Digital Natives avec leur PC ?

La « nomophobie », ou la peur panique de se retrouver sans téléphone portable Pendant un déjeuner avec une amie, Russell Clayton, doctorant à l’université du Missouri, a la surprise de voir sa convive le laisser précipitamment parce qu’elle a oublié son téléphone portable. Interloqué, il a l’idée de se pencher sur le sentiment de manque, voire de peur, qui habite certaines personnes lorsqu’elles sont séparées de ces petits objets devenus visiblement indispensables. Le téléphone portable est devenu « une extension de nous-même », à la manière du sonar de certains animaux, si bien qu’on peut parler d’ »iSelf », de « soi connecté ».Privé de son mobile, la personne souffrant de « nomophobie » a l’impression d’avoir perdu une part d’elle-même, et cela « peut avoir un impact négatif sur ses performances mentales ». Psychologiquement diminué Pour ses expériences, Clayton a fait appel à des étudiants. Cette angoisse avait déjà été identifiée en 2013 dans un sondage de la société anglaise d’enquêtes en ligne YouGov, qui travaillait sur le sujet depuis cinq ans :

Des usages d’Internet en progression chez les jeunes enfants Les jeunes enfants sont connectés au Web de plus en plus tôt. Pour les 3 à 6 ans, les usages sont encore modestes mais ils existent. C’est ce que révèle l’agence Aegis Media France qui vient de publier son étude « Kids & teens sur le Web ». 1 032 questionnaires en ligne ont été renseignés par 485 mamans d’enfants internautes de 3 à 6 ans et 557 enfants internautes de 7 à 12 ans. 31 % des enfants de 3 à 4 ans, 41 % des 5 à 6 ans, 67 % des 7 à 12 ans se connectent plusieurs fois par semaine, voire davantage sur Internet. Une partie des plus jeunes enfants ne sont pas accompagnés 14 % des enfants de 3-4 ans, 25 % des 5-6 ans, 42 % des 7-9 ans, 69 % des 10-12 ans sont seuls devant l’écran de l’ordinateur. 20 % des 3-6 ans ont leur propre ordinateur. 40 % des 3-6 ans et 50 % des 7-12 ans déclarent le visionnage de vidéos comme étant l’activité qu’ils pratiquent le plus souvent. Les 7 à 12 ans sont de loin les plus actifs

Les technologies, outils de socialisation des ados? Facebook, Twitter, smartphones... Les ados sont "hyperconnectés". Omniprésentes dans la vie de ces "digital natives", les techniques de l'information et de la communication (TIC) sont-elles pour autant néfastes? Si, intuitivement, la réponse est "oui", de récentes études avancent le contraire. Passage en revue. Certes, l'usage des nouvelles technologie est bien plus répandu en 2012 qu'en 2006. Bonne ou mauvaise nouvelle? En effet, les adolescents sondés ont déclaré avoir un plus large réseau d'amis depuis qu'ils utilisent ces outils. Autre bienfait des TIC, souligne une récente étude israélienne: les SMS (ou textos) permettent aux jeunes les plus réservés de s'extérioriser plus facilement que dans la vie de tous les jours.

[Infographie] Temps passé par internaute par mois sur les réseaux sociaux Combien de temps passe un internaute sur les réseaux sociaux? Réponse par une enquête de Comscore et publié par le Wall Street Journal. Facebook leader incontestable Pas de surprises: Facebook écrase tout avec 405 minutes par mois et par visiteur ! Soit 4 fois plus que Tumblr et Pinterest (89 minutes), la nouvelle marrotte de la webosphère. Twitter (21 minutes) légèrement devant Linkedin (17 minutes) Grosse claque pour Google+ avec seulement 3 minutes… Des différences entre typologie d’internautes ? Je pense qu’il serait très pertinent de s’interroger sur le temps passé selon le type d’internautes: le genre (homme/femme), l’âge, le métier (professionnel du web ou non), le degré d’engagement … Car ces chiffres me paraissent très faibles pour certains types d’utilisateurs: Seulement 21 minutes sur Twitter alors que certains tweetent 12h sur 24 et 7 jours sur 7? Bref, des chiffres qui méritent d’être approfondis… Source: Comscore & Wall Street Journal & Nouvelobs

Equipement et pratiques numériques des 15-24 ans en France : montée en puissance des smartphones Médiamétrie a publié ce jour une étude commandée par Microsoft à propos de l’équipement et des pratiques numériques des jeunes de 15 à 24 ans (8 millions de personnes dans notre pays) en prenant en compte un échantillon représentatif de jeunes internautes en France (1500 individus interrogés du 24 février au 5 mars 2012). Nous indiquons ici quelques résultats significatifs de cette enquête. Le smartphone de plus en plus utilisé et apprécié Les 15/24 ans sont majoritairement multi-équipés d’outils connectés et se montrent très attachés à l’ordinateur portable. L’ordinateur demeure en tête des écrans « indispensables » pour 92% des personnes sondées (avec comme critères qualitatifs préférés : la taille de l’écran et le confort d’utilisation) devant le smartphone, cité par 81% des répondants. À 70%, l’ordinateur portable est plébiscité pour un usage au quotidien contre 30% pour l’ordinateur de bureau. Pratiques numériques Les 15-24 ans se déclarent attachés à leur équipement personnel.

Adolescents et téléphones portables : "Les parents et l'école ont leur rôle à jouer" Êtes vous capable de vous passer de votre smartphone pendant 24 heures ? C'est le défi du lundi 6 février, à l'occasion de la 17e édition des journées mondiales sans téléphone portable. En 2016, selon une étude Deloitte sur les usages mobiles, 77% des Français possédaient un smartphone. Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, membre de l’Académie des technologies, a analysé sur franceinfo le rapport que peuvent entretenir les adolescents avec leur téléphone mobile. franceinfo : Pourquoi les adolescents sont accros au téléphone mobile ? Serge Tisseron : Le mot d'addiction n'est pas retenu, on parle plutôt de phobie : c'est plus l'anxiété d'être séparé de son téléphone. A quel moment le téléphone portable devient-il un problème ? On ne dort pas avec ses chaussures la nuit, on ne doit pas dormir avec le téléphone mobile. Est-ce aux parents de fixer les règles ? Chacun a son rôle à jouer.

C'est quoi être trop jeune sur Facebook? Etes vous prêts à voir votre enfant scolarisé en primaire s’inscrire sur Facebook? La compagnie a déclaré au Wall Street Journal que l’idée était dans l’air de permettre aux enfants de moins de 13 ans de s’inscrire sur Facebook, sous la supervision de leurs parents. Voilà typiquement le genre de ballon d’essai lancé tant à destination du Congrès et des juristes de Washington que des parents. Facebook s’est efforcé de présenter cette idée comme bienveillante au possible, en déclarant tester un système où les pages des enfants seraient liées à celles de leur parents, permettant à ces derniers de décider à qui leurs enfants peuvent envoyer des demandes d’amis et de restreindre l’utilisation d’applications. publicité Voilà qui n’est pourtant pas très rassurant. La phrase clé de l’article du Wall Street Journal est celle-ci: La vulnérabilité des préados Les chiffres avancés par Pew sont encore plus inquiétants pour ce qui concerne les plus jeunes enfants. «Facebook est une sorte de junk food»

Le Web des ados : la vie en musique Que font les ados lorsqu’ils se connectent sur le Web via leur ordinateur ou leur téléphone portable ? S’ils passent beaucoup de temps à communiquer entre eux, ils regardent aussi sur la Toile des séries, des vidéos, des films ou écoutent de la musique facilement accessible légalement ou illégalement… Beaucoup de fichiers téléchargés illégalement Si le téléchargement illégal de musique a diminué chez les plus âgés (65 % des 15-17 ans, 56 % des 13-15 ans), il s'est envolé chez les 11-13 ans puisque 83 % piratent, malgré l'existence de la Carte musique jeune. Subventionnée à hauteur de 50 % par l'État et destinée aux 12-25 ans, elle leur permet de télécharger légalement de la musique sur l'un des services de musique en ligne partenaires. De la musique immatérielle L’écoute de musique en streaming (en continu, sans avoir besoin de télécharger un fichier) progresse : 14 % des 7-12 ans et 34 % des 13-19 ans écoutent ainsi leurs morceaux préférés. Facebook connaît la musique !

Related: