background preloader

Pourquoi il faut que l’ADBS signe le manifeste fadben:

Pourquoi il faut que l’ADBS signe le manifeste fadben:
Un débat agite actuellement les administrateurs de l’Adbs autour du manifeste Fadben. Une discussion se produit sur linkedin sur l’opportunité ou non de signer au nom de l’Association ce manifeste. Ce manifeste s’inscrit dans une lignée similaire à celle de l’article d’Olivier Ertzscheid. Evidemment, je souhaite ardemment cette signature. Selon moi, ce soutien s’inscrirait dans la lignée qui a poussé l’Adbs a être longtemps porteuse des premiers débats autour de la culture de l’information et de la nécessité de veiller à sa diffusion la plus large possible en dehors des sphères documentaires. Une des critiques du débat sur linkedin provient du fait que la revendication de la Fadben serait corporatiste puisqu’elle constituerait une volonté de créer une nouvelle discipline à l’heure où il serait plutôt opportun de créer du transdisciplinaire ou tout au moins de l’interdisciplinaire. D’autre part, plusieurs travaux ont montré que cette situation de bricolage est inefficace. Related:  3 C. Centre de Connaissances et de CultureLe CCC

3Couronnes. Le LC-3C de Schiiltigheim, un modèle déjà obsolète La présentation du premier projet de Learning Centre pour un lycée public a eu lieu au lycée Emile Mathis de Schiltigheim, le 14 février dernier. A l'invitation du Recteur de l'académie de Strasbourg la presse s'est fait l'écho de cet événement dont la réalisation effective est attendue pour la prochaine rentrée. De fait, il ne nous sera pas permis de "juger sur pièce" avant six mois et l'on se contentera pour l'instant de pointer quelques lignes de clivage. Il est question "d'espaces séparés pour des usages différents" dont seule la bibliothèque renvoie aux missions du professeur documentaliste ; les "salles modulables" étant, semble-t-il, dédiées aux enseignants disciplinaires. Il résulte, dans ce contexte, que la traditionnelle séparation entre contenus disciplinaires et méthodologie documentaire est maintenue, écartant par conséquent toute possibilité de faire construire par les élèves les savoirs de la culture informationnelle. Vue du lycée Emile Mathis, de Schiltigheim

Centres de connaissances et de culture : quelle dimension politique ? Les réactions suscitées sur une liste professionnelle des professeurs-documentalistes par mon récent billet sur l’expérimentation proposée d’évolution des centres de documentation et d’information (CDI) en centres de connaissances et de culture[1] me conduisent à revenir sur la dimension politique de cette orientation. La loi d’orientation pour l’avenir de l’école du 23 avril 2005 stipule dans son article 2 qu’«outre la transmission des connaissances, la nation fixe comme mission première à l’école de faire partager aux élèves les valeurs de la République». Elle réaffirme ainsi on ne peut plus clairement : - la place essentielle des savoirs dans la formation scolaire - la dimension politique de la mission de l’école ; le code de l’éducation rappelle, dans son article L 111.1, que « dans l’exercice de leurs missions, les personnels mettent en œuvre ces valeurs ». On le sait aussi, notre enseignement secondaire a du mal à tenir les deux bouts de cette chaîne.

Centres de connaissances et de culture : quel modèle politique d’éducation ? Dans un récent billet[1], nous nous sommes inquiétés des orientations et instructions pour la rentrée 2012 au sujet de la laïcité. Nous nous interrogeons aujourd’hui sur le sens d’une expérimentation proposée dans la même circulaire de préparation de rentrée[2] : la transformation des centres de documentation et d’information en centres de connaissances et de culture (3C). Le choix des mots Pour apprécier ce qui se joue dans ce changement d’appellation, on peut d’abord considérer ce qui est conservé et ce qui est modifié. Le terme de centre demeure. « De connaissances et de culture » remplace « de documentation et d’information ». Un modèle politique d’éducation vivant En valorisant les connaissances et la culture, la nouvelle appellation s’inscrit dans cette filiation : il s’agit bien, toujours, d’acquérir des connaissances qui constituent la culture nécessaire au citoyen. La transformation des CDI en centres de connaissances et de culture n’est pas un simple changement d’étiquette.

Web sémantique La majorité du Web est destiné à être lu. Il n'est pas fait pour être manipulé de façon intelligente par des programmes informatiques, en général incapables de caractériser les informations qu’ils parcourent.Le Web sémantique vise à faciliter l'exploitation des données structurées, pour donner du sens au contenu des pages Web, en permettant leur interprétation par des machines. Il ne s’agit pas d’un web à part, mais plutôt d’une extension ou d’une amélioration du Web courant où chaque donnée acquiert un sens défini, afin de créer un réseau d'informations structurées, disponibles en ligne et facilement réutilisables. L’ensemble repose sur des normes, des standards ouverts comme RDF et SPARQL, et des recommandations évitant ainsi redondances, conversions lourdes et permettant la traçabilité des données sources.Les enjeux en bibliothèques sont multiples. Généralités AMAR, Muriel et MENON, Bruno. SUR, Serge, BLOCH, Laurent, BOULLIER, Dominique, et al. BNF. PEYRARD, Sébastien. WENZ, Romain.

Sciences, société et curation C, un projet d’enquête est à mettre en œuvre en SVT avec les classes de 3e autour du thème « Responsabilité humaine en matière de santé et d’environnement ». Dans ce cadre, on proposera aux élèves une activité scientifique au carrefour entre les SVT, l’éducation aux médias, la culture numérique et de l’information. Sur des thèmes scientifiques au cœur des questions de société, on mènera une recherche d’information avec Pearltrees, un réseau social de curation, puis on rédigera un article à publier sur le blog de la classe ou sur le site (ou l’ENT) de l’établissement. 1 - Objectifs disciplinaires et transversaux Les thèmes scientifiques Pearltrees, un service de curation aux fonctionnalités pédagogiques Correspondance avec le programme scolaire 2 - Dispositif pédagogique Organisation et conduite du projet Évaluation La prise en main de Pearltrees Le dispositif de communication La constitution d’un réseau d’élèves autour du projet 3 – Organisation de l’activité Les thèmes scientifiques

Du CDI au 3C (Centre de connaissances et de culture) Le Learning center est de nouveau d’actualité sous l’appellation francisée de centre de connaissances et de culture simplifié en 3C.De quoi s’agit-il ? La circulaire de rentrée 2012, parue le 27 mars 2012, fait intervenir pour la première fois l’appellation de centre de connaissances et de culture dans le septième point, sous rubrique : Innover, expérimenter et évaluer : trois piliers pour une école des réussites. Orientations et instructions pour la préparation de la rentrée 2012 circulaire n° 2012-056 du 27-3-2012 émanant deu MEN DGESCO."Ainsi, dans le cadre d’expérimentations, les établissements peuvent réfléchir à la mise en œuvre de « centres de connaissances et de culture » (3C). Ce projet éducatif et pédagogique s’appuie sur les compétences du professeur-documentaliste qui peut, dans cette perspective, recourir au soutien des CRDP. Apprendre autrement à l’ère du numérique Le second rapport Fourgous du 24 février 2012 a été mis en ligne début avril 2012. En savoir plus Rappel

Le Learning Centre n'est plus, vive le 3C ? Par Frédérique Yvetot La circulaire de rentrée est enfin parue et, cette année, un paragraphe va particulièrement intéresser les professeurs documentalistes : l'annexe 7. Et que dit cette annexe intitulée "Encourager la dynamique pédagogique et l'innovation" ? Elle explique, entre autres, que « dans le cadre d'expérimentations, les établissements peuvent réfléchir à la mise en œuvre de «centres de connaissances et de culture » (3C) ». Qu'est-ce donc que ce 3C ? Vite, on clique sur le lien qui nous redirige vers une page d'Éduscol... Évolutions, omissions, imprécisions Une évolution sans en être une... Ainsi on ne parle plus de Learning centre mais de Centre de Connaissances et de Culture (3C, CCC, C3) : « des espaces de ressources à la fois au centre des établissements scolaires et intégrés à leur environnement local », « des projets éducatifs et pédagogiq Intégrer les nouvelles modalités d'accès à l'information numérique », fait ce même constat de nécessaire évolution des CDI. Rapport J.M.

Valorisation des données publiques culturelles, moteur d’une économie numérique L’accès, l’organisation, de l’espace public numérique est l’objet d’une concurrence accrue entre les acteurs du secteur et questionne les modèles économiques établis jusqu’alors. L’un des enjeux apparaît ainsi être pour ces acteurs le développement de services innovants et attrayants permettant une mise à disposition au public de contenus dans un environnement Internet interopérable et sans frontière. Cette problématique trouve un écho particulier à l’heure où la réflexion s’intensifie autour des sujets liés à la diffusion et la valorisation des contenus culturels et plus encore des données publiques culturelles, sur Internet et les réseaux. Les données publiques sont au cœur des enjeux socio-économiques actuels et constituent une matière première de grande valeur qu’il convient de pouvoir valoriser, réutiliser et s’approprier. La valeur des données publiques en tant qu’actif immatériel réside au-delà et indépendamment de la personne de leur créateur.

Une définition simple du web sémantique | Why bioub? Pour paraître savant, il m’arrive de temps à autre de présenter BaseClip très vaguement : « on fait du web sémantique »… Je me doute bien que dans 99,99% des cas mon interlocuteur ne sait pas ce qui se cache derrière cette phrase, quand bien même il aurait déjà vu ou entendu l’expression. Logo BaseClip Mais alors le web sémantique, qu’est-ce que c’est ? Pour comprendre il faut commencer par s’intéresser à deux concepts de linguistique qui sont mis en opposition : la syntaxe et la sémantique. En somme la syntaxe porte sur la forme des phrases, c’est à dire les caractères et les mots employés, tandis que la sémantique concerne le fond, le sens. Ainsi les deux phrases suivantes ont deux syntaxes différentes mais une seule et même sémantique : Chef d’État américainPrésident des États-Unis d’Amérique Le web tel que nous le connaissons a été inventé par Tim Berner-Lee dans les années 80. Alors en quoi le web sémantique va-t-il améliorer notre quotidien ? Google Powerset TrueKnowledge Le challenger.

Pearltrees - Organisez tout – Applications Android sur Google Play Ajoutez des pages web, des fichiers, des documents, des photos, des vidéos, des notes et plus encore. Organisez-les dans de superbes collections. Explorez et partagez des millions de contenus sur vos sujets préférés. Avec Pearltrees, organisez tout naturellement ! Des versions dédiées de Pearltrees existent pour les établissements scolaires et les entreprises. Ce que disent les médias :"La façon la plus élégante de collecter et de partager des contenus". Pearltrees est utile : Dans votre vie personnelle : Vous aimez la littérature ? Au travail : Sur Pearltrees, vous pouvez collaborer avec vos collègues pour une gestion optimale de la connaissance et partager des notes avec tous vos collaborateurs. Éducation : Dans toutes les matières (science, économie, histoire-géographie, maths), les enseignants utilisent Pearltrees pour sélectionner et organiser des documents, illustrations et exercices qui seront essentiels pour leurs cours.

le CDI ne deviendra pas un learning centre... j'ai, bien évidemment, cliqué sur le lien pour savoir ce qu'était ce pompeux "centre de connaissances et de culture". Le centre est une évolution du CDI (j'aime voir les lieux évoluer). Ils sont à l'image des e-learning centres anglais (on sait que le système éducatif anglais est l'un des plus performants, enfin surtout les écoles privées...). Que trouve-t-on dans ces "centres de connaissances et de culture"? donc, exit les learning centre, welcome les centres de connaissances et de culture... erreur, jeune Jedï, en regardant la vidéo qui nous explique l'extraordinaire, le magique voir le miraculeux projet de Schiltigheim, seule la voix off parle de "centre de connaissances et de culture". bref.

Bulletin officiel INTRODUCTIONL'école du socle commun est une école de l'exigence et de l'ambition pour que chaque élève prenne le chemin de sa réussite. Elle suppose des bases solides, acquises à l'école primaire, notamment en français et en mathématiques. Les dernières évaluations de CE1 et CM2 sont très éclairantes à cet égard. L'amélioration du niveau de français des élèves de CE1 est tout particulièrement un encouragement à approfondir le sillon des savoirs fondamentaux et de l'accompagnement personnalisé.Les apports de la recherche et de l'expérience permettent aujourd'hui d'identifier ce qui fonctionne en matière d'apprentissage de la lecture et de l'écriture, et de donner ainsi aux enseignants les outils pédagogiques les plus pertinents.Premier vecteur de l'égalité des chances, la personnalisation des parcours scolaires constitue une promesse de réussite pour chaque élève, quel que soit le chemin qu'il emprunte. 1 - Personnaliser 1. 2 - Responsabiliser1. Sommaire 1. 2. 3. 4. 5. 6.

Journée d'étude sur l'Ouverture et réutilisation des données culturelles Journée d’étude du 19 avril La première journée est construite sur un format conférences. Elle a pour objectif d’informer les participants sur ces questions inhérentes à l’Open data – qu’ils soient du côté producteurs de données et/ou réutilisateurs – mais aussi de permettre à chacun d’exprimer ses interrogations, ses attentes, ses craintes concernant les processus d’ouverture ou les modalités de réutilisation. Les interventions structurent la journée en deux. La première partie permettra : d’expliciter ce que l’on met derrière le terme « donnée », d’aborder la question de l’Open data général et son inscription dans la sphère culturelle en s’appuyant sur de nombreux exemples à travers le monde ; de faire un point sur les questions juridiques et économiques, ainsi que sur la question des licences libres. 9h – Présentation des projets numériques de l’AGCCPF PACAJakline Eid, AGCCPF PACA, responsable du groupe de travail « Publics » Pause déjeune Journée Ateliers du 20 avril

Related: