background preloader

Homéopathie

Homéopathie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Timbre allemand célébrant les 200 ans de l'homéopathie en reprenant l'axiome édité par Hahnemann : « similia similibus curentur ». L’homéopathie ou homœopathie (du grec όμοιος / hómoios, « similaire » et πάθος / páthos, « souffrance » ou « maladie ») est une médecine non conventionnelle, proposée par Samuel Hahnemann en 1796[1]. Les composés utilisés ne deviennent homéopathiques que s'ils respectent le principe de similitude[4], selon lequel un patient devrait être traité au moyen d'une substance produisant expérimentalement chez une personne saine des symptômes semblables à ceux présentés par la personne affectée, l'usage de la substance étant adapté au patient grâce au principe d'individualisation selon lequel l'homéopathe analyse l'intégralité des symptômes de la personne et non uniquement ceux liés à la maladie. Malgré une certaine popularité, l'efficacité thérapeutique de l'homéopathie est grandement controversée[5]. Related:  Latin & Médecine

Latin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le latin (en latin : lingua Latīna ou Latīna lingua) est une langue italique de la famille des langues indo-européennes, parlée à l'origine dans le Latium et la Rome antique. Bien qu'il soit souvent considéré comme une langue morte[note 1], sa connaissance, voire son usage, se sont maintenus à l'université et dans le clergé. De nombreuses écoles et universités continuent à l'enseigner[1],[note 2]. Histoire de la langue latine[modifier | modifier le code] Calligraphie d'une bible en latin en 1407 Origines[modifier | modifier le code] Les langues italiques formaient, à côté des langues celtiques, germaniques et helléniques, une sous-famille « centum » de langues indo-européennes qui incluait le latin, parlé par la population du Latium en Italie centrale (les Latins), et d'autres parlers comme l'ombrien et l'osque, au voisinage immédiat d'une langue étrusque non indo-européenne mais dont le latin a subi l'influence culturelle.

Guide de l'Homéopathie - Homéopathie.Com Gemmothérapie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La gemmothérapie est une médecine non conventionnelle fondée par le docteur Pol Henry, elle utilise des tissus embryonnaires végétaux en croissance tel que jeunes pousses, bourgeons, radicelles, préparés par macération dans un mélange d'eau, de glycérine et d'alcool pour obtenir un extrait que l'on nomme « macérat glycériné ». La gemmothérapie n'est pas reconnue officiellement comme médecine et son efficacité n'a pas été scientifiquement prouvée. Le mot gemmothérapie provient du latin « gemmae », qui signifie à la fois bourgeon et pierre précieuse (allusion à la stabilité apparente des bourgeons en hiver ainsi qu'à leur préciosité) Bourgeons d'amandier, Prunus dulcis, matière brute à la base de la gemmothérapie Historique[modifier | modifier le code] Les bourgeons[modifier | modifier le code] Selon Philippe Andrianne, ces bourgeons renferment toute la « puissance du végétal »[2]. Bourgeons de Lilas (Syringa vulgaris)

La genèse de l'homéopathie Les conditions de la genèse de l'homéopathie sont importantes, car comme vous le verrez dans l'ensemble de ce site, l'homéopathie s'est construite sur une théorie qui a ensuite été conservé telle quelle sans être remise en cause ni vérifiée scientifiquement, devenant littéralement un dogme. Les principes de base de l'homéopathie, qui ne paraissaient pas étonnants à la lumière des connaissances de l'époque apparaissent comme complètement absurdes si l'on y regarde aujourd'hui de plus près. Contrairement aux médecines traditionnelles, qui s'élaborent au fil des générations sur les bases d'un savoir empirique (les expérimentations que constituent leur mise en œuvre), le Dr Hahnemann a élaboré sa théorie sur la base de l'essai sur lui-même d'une substance (écorce de quinquina), il a déduit de cet effet un principe universel (de similitude) pour tout traitement médicamenteux. Il s'agit donc de l'élaboration d'un seul homme, bien éloigné d'un savoir traditionnel.

Définition de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) Vieille de quelques milliers d'années, la Médecine traditionnelle chinoise (MTC) est un « système », c'est-à-dire un ensemble de théories (explications) et de pratiques (techniques) concernant l'humain et sa santé. Sa relative complexité, pour les Occidentaux, tient surtout aux faits suivants : Elle possède sa propre base philosophique et symbolique. Elle voit le corps, le coeur et l'esprit comme un tout. Pour assurer le bien-être chez les humains, la Médecine traditionnelle chinoise a recours à 5 pratiques principales. L’acupuncture La pharmacopée chinoise (herbes médicinales) La diététique chinoise Le massage Tui Na Les exercices énergétiques - Le Qi Gong - Le tai-chi Les personnes formées aux 5 pratiques portent le titre de docteur en médecine chinoise. Voici une synthèse des principales théories - il y en a des dizaines d'autres - sur lesquelles se basent la MTC et chacune de ses pratiques.

Phytothérapie Séchage de plantes médicinales dans un centre de médecine tibétaine traditionnelle (Jarkot, Nepal). Elles seront ensuite broyées en poudre fine et utilisées en tisane La phytothérapie désigne la médecine fondée sur les extraits de plantes et les principes actifs naturels. On peut la distinguer en trois types de pratiques : une pratique traditionnelle à visée explicitement thérapeutique, parfois très ancienne fondée sur l'utilisation de plantes selon les vertus découvertes empiriquement. Histoire et enjeux[modifier | modifier le code] Description de l'usage du cumin et de l'aneth - La matière médicale de Dioscoride, copie en arabe de 1334 Le premier texte connu sur la médecine par les plantes est gravé sur une tablette d'argile, rédigé par les Sumériens en caractères cunéiformes 3000 ans av. Le Papyrus Ebers, du XVIe siècle av. En Europe, les plantes représentent l'essentiel de la pharmacopée jusqu'à la fin du XIXe siècle et l'avènement de la chimie moderne. Plantes à propriétés digestives

FAQ - Homéopathie | Boiron Canada Homeopathy What does the word “homeopathy” mean? “Homeopathy” combines two Greek words: homoios (“similar”) and pathos (“illness”). Together, they describe what homeopathic medicines do, i.e., treat using “what is similar to the illness.” Why are the names of homeopathic medicines in Latin? There are more than 3,000 base substances used in the preparation of homeopathic treatments. Is homeopathy considered to be natural medicine? Homeopathy uses natural substances derived from plant, mineral and animal sources. Homeopathic treatments Do homeopathic medicines act quickly? Yes. Are homeopathic and allopathic medicines compatible? There are generally no contraindications between allopathic and homeopathic medicines when taken simultaneously. Although homeopathy is effective on its own in treating a variety of conditions, your health care professional may also prescribe other non-homeopathic products that act in a complementary manner. Ingredients in homeopathic medicines What does “CH” stand for?

Médecine traditionnelle chinoise Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode. C'est une médecine dont l'élaboration est généralement datée de 3000 ans avant J-C. Dans le premier traité de médecine chinoise connu (le Huangdi Nei Jing), on trouve par exemple la description de cinq organes (nommés Wu Zang) et des six entrailles (nommées Liu Fu) accompagnée de schémas. La médecine chinoise traditionnelle pose de sérieux problèmes pour la biodiversité. Histoire[modifier | modifier le code] Les ouvrages de médecine chinoise[modifier | modifier le code] Des systèmes de décompte du temps précis sont apparus très tôt en Chine, visibles sur les écrits oraculaires de la dynastie Shang, premiers exemples d’écriture chinoise. La médecine antique[modifier | modifier le code] Shennong Huang Di Les remèdes d’immortalité[modifier | modifier le code]

Aromathérapie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’aromathérapie (étymologie : latin « aroma », grec « ἄρωμα - arôma » = arôme, aromate; grec « θεραπεία - therapeia » = soin, cure) est l'utilisation médicale des extraits aromatiques de plantes (essences et huiles essentielles). Cela la différencie de la phytothérapie qui fait usage de l'ensemble des éléments d'une plante. Le terme a été utilisé pour la première fois par le chimiste René Maurice Gattefossé en 1935[1]. Dans une approche traditionnelle, branche de la phytothérapie, elle s'apparente à la naturopathie. Dans une approche scientifique, elle résulte de la pharmacognosie. Histoire[modifier | modifier le code] Les origines de l’aromathérapie[modifier | modifier le code] Dans l'histoire de la médecine, au moins jusqu'au XVIe siècle, l'histoire de l'aromathérapie se confond en grande partie avec celle de la phytothérapie. On attribue au médecin alchimiste persan Jabir Ibn Hayyan l'invention, au Xe siècle, de l'alambic. en médecine

Carnets de santé Aulas Jean-Jacquesmai 2009, par serge cannasse Psychiatre, pharmacologue et praticien hospitalier au CHU de Saint-Etienne, Jean-Jacques Aulas a des idées décapantes sur l’effet placebo. Pour lui, plusieurs disciplines en relèvent, dont l’homéopathie et l’acupuncture. Son moteur essentiel est la conviction du thérapeute et ses principaux mécanismes la suggestion et le conditionnement. Que désignent les mots « placebo » et « effet placebo » ? Un placebo est une substance inerte dénuée de tout principe pharmacologiquement actif ; c’est par exemple, de l’amidon ou du sucre. Il faut distinguer l’effet placebo de l’effet d’un placebo. L’effet d’un placebo est le résultat de nombreux facteurs : l’effet placebo lui-même, l’évolution naturelle de la pathologie traitée, les mesures hygiéno-diététiques associées au traitement et le phénomène statistique de régression à la moyenne, puisque l’effet d’un placebo est évalué sur des groupes de sujets. Pas du tout. Non. Non. Mais si !

Médicaments homéopathiques Le principe de l’homéopathie L’homéopathie repose sur trois principes fondamentaux : La similitude. Elle a été énoncée en 1796 par le fondateur de l’homéopathie, Samuel Hahnemann, comme : « toute substance capable d’induire à des doses pondérales chez le sujet sain des symptômes pathologiques, et susceptible, à doses spécialement préparées, de faire disparaître des symptômes semblables chez le malade qui les présente ». En d’autres termes, la loi de similitude établit que ce qui peut rendre malade à forte dose peut guérir à faible dose. L’infinitésimalité : les remèdes sont préparés par dilutions successives d’une substance active appelée « souche », désignée par son nom latin. Les différents types de médicaments homéopathiques On distingue deux types de médicaments homéopathiques : les médicaments homéopathiques à nom commun et les médicaments homéopathiques à nom de marque ou spécialités homéopathiques. Les médicaments homéopathiques à nom commun Ces médicaments regroupent :

Related: