background preloader

Hyperboréens

Hyperboréens

Phérécyde de Syros Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il aurait été le premier penseur grec à parler de l'immortalité de l'âme. Avec Anaximandre, il serait parmi les premiers penseurs grecs à avoir écrit en prose : la Souda le tient pour « le premier prosateur ». Diogène Laërce : « Phérécyde fut le premier à écrire sur la nature et l'origine des dieux[1]. » Biographie[modifier | modifier le code] Fils de Babys[2], Phérécyde vécut au VIe siècle av. Il se serait rendu en Égypte pour y apprendre la théologie et une science de la nature plus exacte. Il dispensait son enseignement dans une grotte[3]. Selon les biographes de Pythagore, celui-ci fréquenta Phérécyde comme maître vers 550 av. Douris de Samos (Sanctuaires, II) rapporte son épitaphe — dont la rédaction contredit le fait que Pythagore l'ait enterré : « Toute la sagesse est résumée en moi. Il fait partie des sept sages cités par Diogène Laërce. La dimension chamanique relie Phérécyde à d'autres penseurs « hyperboréens » ou « apolliniens ».

Aldébaran Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aldébaranα Tauri Localisation d'Aldébaran à l'intérieur de la constellation du Taureau Autres désignations α Tau (Bayer), 87 Tau (Flamsteed), HR 1457, HD 29139, BD+16 629, SAO 94027, ADS 3321 A, CCDM J04359 +1631A, FK5 168, HIP 21421 Description[modifier | modifier le code] Aldébaran est une géante rouge de magnitude 0,86 et de type spectral K5III, ce qui signifie qu'elle est orangée, grande et qu'elle a quitté la séquence principale après avoir utilisé tout son hydrogène. Comparaison de la taille d'Aldébaran et de celle du Soleil Du fait de son grand diamètre, la température de surface de l'étoile est faible (3 400 K). Aldébaran est une des étoiles les plus faciles à situer dans le ciel, partiellement à cause de sa luminosité et partiellement à cause de sa relative proximité avec l'un des astérismes les mieux connus : Mythologie[modifier | modifier le code] Culture populaire[modifier | modifier le code] Littérature[modifier | modifier le code]

Abaris le Scythe Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Abaris. Abaris, dit Abaris le Scythe ou Abaris l'Hyperboréen (Αβάρις Υπερβορέος / Abáris Hyperboréos chez Platon)[1] est un personnage semi-légendaire de la Grèce antique, prêtre d'Apollon hyperboréen, probablement chamane (comme Aristée de Proconnèse), actif vers 568 av. J. Datation[modifier | modifier le code] Abaris vivait avant la guerre de Troie, ou du temps de Pythagore (530 av. Abaris : un chamane[modifier | modifier le code] Selon Lycurgue, « Abaris, après qu'il eut été possédé du dieu, parcourut la Grèce avec une flèche, et prononça des oracles et des discours divinatoires. Selon Hérodote[5], Abaris cumule les pouvoirs merveilleux : d'une part, comme chamane, il détache l'âme (symbolisée par la flèche) de son corps, d'autre part il est capable d'inédie (c'est-à-dire de vivre sans se nourrir). Évocations artistiques[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] G.

Antarctique L'Antarctique est le continent le plus froid, le plus sec et le plus venteux. C'est également, de tous les continents, celui qui a l'altitude moyenne la plus élevée. Puisqu'il n'y tombe que peu de précipitations, excepté sur ses parties côtières où elles sont de l'ordre de 200 mm par an, l'intérieur du continent constitue techniquement le plus grand désert du monde. Il n'y a pas d'habitat humain permanent et l'Antarctique n'a pas de population indigène connue. Seuls des plantes et des animaux adaptés au froid, au manque de lumière et à l'aridité y survivent, comme des manchots, des phoques, des poissons, des crustacés, des mousses, des lichens et de nombreux types d'algues. Le nom « Antarctique » vient du grec ἀνταρκτικός (antarktikós), qui signifie « opposé à l'Arctique ». Histoire[modifier | modifier le code] Conjecture liée à la forme de la Terre[modifier | modifier le code] La découverte de l'Antarctique[modifier | modifier le code] Exploration du continent[modifier | modifier le code]

Hermotime de Clazomènes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Hermotime de Clazomènes, penseur et "chaman" grec, du VIe s. av. J.-C. Pythagore, né vers 569 av. "Il (Pythagore donc) racontait sur lui-même les choses suivantes : il avait été autrefois Aithalidès [fils d'Hermès] et passait pour le fils d’Hermès ; Hermès lui avait dit de choisir ce qu’il voulait, excepté l’immortalité. On qualifie d' "hyperboréens" ou d' "apolliniens" un groupe de penseurs ou de mages ou de chamans antérieurs à Socrate et même au premier des présocratiques (Thalès) : Aristée de Proconnèse (vers 600 av. "Et cela confirme la vérité de l'histoire d'Hermotime de Clazomènes : son âme, l'ayant plusieurs fois quitté, voyageait toute seule, puis revenait, occupait à nouveau le corps et ressuscitait Hermotime Philosophie[modifier | modifier le code] Selon Aristote, Hermotime, avant Anaxagore, proclama que l'esprit est cause de toutes choses. Bibliographie[modifier | modifier le code] Sources[modifier | modifier le code] Fr.

Nouvelle-Souabe Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Situation de la Nouvelle-Souabe sur une carte de l’Antarctique. Le MS Schwabenland, en 1938. Nouvelle-Souabe (Neuschwabenland en allemand), est une zone de l'Antarctique d'une superficie de 600 000 km2 comprise entre la longitude 20°E et 10°O (située sur la terre de la Reine-Maud, revendiquée par la Norvège), qui est revendiquée par l’Allemagne nazie du au . Histoire[modifier | modifier le code] Comme beaucoup d'autres pays, l’Allemagne lança plusieurs expéditions dans la région antarctique à la fin du XIXe siècle. La deuxième expédition officielle (1911-1912) est menée par Wilhelm Filchner. La troisième expédition (1938-1939), menée par Alfred Ritscher, a pour principal objectif de sécuriser une zone en Antarctique pour la pêche à la baleine ; à cette époque, l'huile de baleine était la principale matière première pour la fabrication de margarine et de savon, et l’Allemagne en achetait 200 000 tonnes/an aux Norvégiens.

Apollon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Apollon (en grec ancien Ἀπόλλων / Apóllôn, en latin Apollo) est le dieu grec du chant, de la musique et de la poésie. Il est également dieu des purifications et de la guérison, mais peut apporter la peste avec son arc ; enfin, c'est un des principaux dieux capables de divination, consulté, entre autres, à Delphes, où il rendait ses oracles par la Pythie. Il a aussi été honoré par les Romains, qui l'ont adopté très rapidement sans changer son nom. Mythe Naissance Sa naissance est contée en détail dans l’Hymne homérique à Apollon[8] : sur le point d'enfanter, Léto parcourt la mer Égée, cherchant un asile pour son fils. Tétradrachme de la région Illyro Péonienne représentant Apollon Chez les Hyperboréens L'arrivée à Delphes La guerre de Troie Dans la guerre de Troie, Apollon se range aux côtés des Troyens, qui lui consacrent un temple sur leur acropole[27]. Défenseur des Troyens, il a pour principal adversaire sa demi-sœur Athéna[38]. Amours Musicien

Arctique Image satellite de la région arctique. Image MODIS de l'Arctique. L'Arctique est la région entourant le pôle Nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire arctique. Généralités[modifier | modifier le code] Définition[modifier | modifier le code] De façon générale, l'Arctique est la région entourant le pôle Nord de la Terre, à l’intérieur et aux abords du cercle polaire arctique[1] Étymologie[modifier | modifier le code] Le nom Arctique vient du grec ancien ἄρκτος (árktos) qui signifie ours, en référence aux noms des constellations de la Grande Ourse et de la Petite Ourse, situées près du pôle nord céleste[3]. Le mot « Arctique » se prononce en français standard [aʀktik], ou de façon désuète [aʀtik][3]. Géographie physique et environnement[modifier | modifier le code] L'Arctique comprend plusieurs mers, qui s'articulent autour de l'océan Arctique, ainsi que de nombreux îles et archipels. Géologie[modifier | modifier le code] Topographie[modifier | modifier le code]

Titan (mythologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Titan. Dans la mythologie grecque, les Titans (en grec ancien Τιτάν / Titán et Τιτᾶνες / Titãnes au pluriel) sont les divinités primordiales géantes qui ont précédé les Dieux de l'Olympe. Tête de Titan, National Archaeological Museum, Athens Les premiers enfants d'Ouranos et de Gaïa étaient les trois Hécatonchires, chacun ayant cent mains, et les trois Cyclopes, chacun ayant un œil unique. Puis, il s'unit à Gaïa et, restant en elle, empêcha ses autres enfants, les Titans, de sortir du ventre de leur mère. Furieuse, Gaïa incita les Titans à renverser Ouranos, mais seul Cronos (le plus jeune) réagit. Ainsi fécondés par le sexe d'Ouranos, les flots formèrent une écume d'où, au large de l'île de Cythère, naquit Aphrodite, comme le suggère l'étymologie de son nom (en grec, Ἀφρός / Aphrós signifie écume). Illustration du chant XXXI (Les Titans) de la Divine Comédie de Dante -Les Enfers- par Gustave Doré

Ernst Schäfer Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ernst Schäfer en 1938. Ayant rejoint la SS à l'été 1933 selon Peter Levenda, ou en 1934 suivant le conseil du maire de Göttingen selon Isrun Engelhardt[1], et y atteignant les grades de Untersturmführer (sous-lieutenant) en 1936, Obersturmführer (lieutenant) en 1937, Hauptsturmführer (capitaine) en 1938 et Sturmbannführer (commandant) en 1942[3]. Selon le renseignement militaire américain en Europe, Schäfer œuvra dans le cadre de l'Ahnenerbe, un institut créé par Heinrich Himmler[4]. Selon Isrun Engelhardt, l'expédition ne fut pas subventionnée par l’Ahnenerbe[1]. Selon sir Basil Gould, le représentant de la Grande-Bretagne au Sikkim en 1938, Ernst Schäfer était « avant toutes choses, un nazi dans l'âme »[5]. Isrun Englehardt remet les déclarations des représentants britanniques dans le contexte précédant la Seconde Guerre mondiale. Selon Alex McKay, Ernst Schäfer était un scientifique sérieux et apparemment un nazi réticent[7].

Aristée de Proconnèse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Localisation de l'île de Marmara, la Proconnèse traditionnelle, en Propontide. Se basant sur un passage de Strabon qui distingue une ancienne Proconnèse de la nouvelle[1], G. Huxley suggère de voir dans l'île d'Haloné (actuelle Pasaliman) cette ancienne Proconnèse, d'où serait originaire Aristée[2]. Aristée de Proconnèse (en grec ancien Ἀριστέας ὀ Προκοννήσιος / Aristéas, en latin Aristeas Proconnesius, en français parfois « Aristéas de Proconnèse ») est un poète voyageur semi-légendaire originaire de Proconnèse en Propontide, actif vers 600 av. J. Biographie[modifier | modifier le code] Régulièrement, l'activité d'Aristée est située vers 650 av. Il est, chez Hérodote, « fils de Caystrobios » (IV, 13), issu « d'une des meilleures familles de son pays » (IV, 14). — Hérodote, Histoires (IV, 14) La tradition lui attribue des pouvoirs chamaniques : il était sujet à des transes et avait le don de bilocation[7]. Œuvre[modifier | modifier le code]

Bruno Beger Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir beger. Bruno Beger, né le à Francfort-sur-le-Main et décédé le à Königstein im Taunus, est un anthropologue, ethnologue allemand, et Hauptsturmführer–SS, capitaine SS. Il travailla sous le nazisme pour l'Ahnenerbe, ou Héritage des ancêtres, société pour l'étude des idées premières, institut de recherche créé par Himmler. Jeunesse et études[modifier | modifier le code] Beger (à droite) devant le Potala, à Lhassa en 1939, avec les autres membres de l'expédition, dont Kaiser Bahadur Thapa et Rabden Khazi, des interprètes du Sikkim Bruno Beger est né en 1911 d'une vieille famille d'Heidelberg. Après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle son père fut tué, un ami de la famille lui paya ses études à l'Université d'Iéna. Participation à l'expédition Ernst Schäfer au Tibet[modifier | modifier le code] Activités dans le cadre de l'Ahnenerbe[modifier | modifier le code] Après guerre[modifier | modifier le code]

Related: