background preloader

Hyperboréens

Hyperboréens
Related:  Mythologie grecqueContinents imaginaires

Phérécyde de Syros Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il aurait été le premier penseur grec à parler de l'immortalité de l'âme. Avec Anaximandre, il serait parmi les premiers penseurs grecs à avoir écrit en prose : la Souda le tient pour « le premier prosateur ». Diogène Laërce : « Phérécyde fut le premier à écrire sur la nature et l'origine des dieux[1]. » Biographie[modifier | modifier le code] Fils de Babys[2], Phérécyde vécut au VIe siècle av. Il se serait rendu en Égypte pour y apprendre la théologie et une science de la nature plus exacte. Il dispensait son enseignement dans une grotte[3]. Selon les biographes de Pythagore, celui-ci fréquenta Phérécyde comme maître vers 550 av. Douris de Samos (Sanctuaires, II) rapporte son épitaphe — dont la rédaction contredit le fait que Pythagore l'ait enterré : « Toute la sagesse est résumée en moi. Il fait partie des sept sages cités par Diogène Laërce. La dimension chamanique relie Phérécyde à d'autres penseurs « hyperboréens » ou « apolliniens ».

Kumari Kandam Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ne doit pas être confondu avec Lémurie. Carte du Kumari Kandam Le Kumari Kandam ou encore Kumai Nadu est un continent légendaire qui serait englouti au sud du cap Comorin, à l'extrémité de l'Inde. Légende[modifier | modifier le code] D'après la tradition tamoule, les Dravidiens seraient originaires du Kumari Khandam. Éléments en faveur de la légende[modifier | modifier le code] Le tamoul, à l'inverse des autres langues classiques indiennes, ne fait pas partie ou n'est pas proche des langues indo-européennes, ce qui pourrait corroborer la théorie d'une origine étrangère. À Mahabalipuram, près de Chennai, des ruines submergées ont été trouvées dans l'océan. Annexes[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] Civilisations antédiluviennes, Dominique Jongbloed, édition Pascal Galode, France, 2012 Article connexe[modifier | modifier le code] Contacts culturels entre Inde et Europe Liens externes[modifier | modifier le code]

Abaris le Scythe Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Abaris. Abaris, dit Abaris le Scythe ou Abaris l'Hyperboréen (Αβάρις Υπερβορέος / Abáris Hyperboréos chez Platon)[1] est un personnage semi-légendaire de la Grèce antique, prêtre d'Apollon hyperboréen, probablement chamane (comme Aristée de Proconnèse), actif vers 568 av. J. Datation[modifier | modifier le code] Abaris vivait avant la guerre de Troie, ou du temps de Pythagore (530 av. Abaris : un chamane[modifier | modifier le code] Selon Lycurgue, « Abaris, après qu'il eut été possédé du dieu, parcourut la Grèce avec une flèche, et prononça des oracles et des discours divinatoires. Selon Hérodote[5], Abaris cumule les pouvoirs merveilleux : d'une part, comme chamane, il détache l'âme (symbolisée par la flèche) de son corps, d'autre part il est capable d'inédie (c'est-à-dire de vivre sans se nourrir). Évocations artistiques[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code] G.

Terra Australis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Terra Australis (aussi : TERRA AUSTRALIS INCOGNITA latin pour « la terre australe inconnue ») était un continent imaginaire, apparaissant sur les cartes européennes entre le XVe et le XVIIIe siècle. Terra Australis a été introduite par Aristote. L'idée d'Aristote a été développée plus tard par Ptolémée, un cartographe grec du Ie siècle, qui pensait que l'océan Indien était ceint par des terres méridionales. Les cartographes, de la célèbre École de cartographie de Dieppe, représentèrent, grâce aux informations données par les navigateurs portugais, dès le milieu du XVIe siècle, une Terra Australis sous le nom de La Grande Jave. En 1515, le cartographe et géographe allemand Johann Schöner réalisa une mappemonde montrant un continent au sud du détroit de Magellan qu'il nomme Brasilia inferior. En 1570, Abraham ortelius réalisa une mappemonde représentant une Terra australis aux contours reprenant ceux de l'Antarctique et ceux de l'Australie.

Hermotime de Clazomènes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Hermotime de Clazomènes, penseur et "chaman" grec, du VIe s. av. J.-C. Pythagore, né vers 569 av. "Il (Pythagore donc) racontait sur lui-même les choses suivantes : il avait été autrefois Aithalidès [fils d'Hermès] et passait pour le fils d’Hermès ; Hermès lui avait dit de choisir ce qu’il voulait, excepté l’immortalité. On qualifie d' "hyperboréens" ou d' "apolliniens" un groupe de penseurs ou de mages ou de chamans antérieurs à Socrate et même au premier des présocratiques (Thalès) : Aristée de Proconnèse (vers 600 av. "Et cela confirme la vérité de l'histoire d'Hermotime de Clazomènes : son âme, l'ayant plusieurs fois quitté, voyageait toute seule, puis revenait, occupait à nouveau le corps et ressuscitait Hermotime Philosophie[modifier | modifier le code] Selon Aristote, Hermotime, avant Anaxagore, proclama que l'esprit est cause de toutes choses. Bibliographie[modifier | modifier le code] Sources[modifier | modifier le code] Fr.

Atlantide Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Carte fantaisiste de l'Atlantide (1665) de : Athanasius Kircher, Mundus Subterraneus (le nord est en bas). Récit du Timée[modifier | modifier le code] Selon Critias, son arrière-grand-père Dropidès[1] s'est vu confier par le législateur Solon (VIe siècle av. Aux dires du prêtre, « En ce temps-là, on pouvait traverser cette mer Atlantique. — trad. Le prêtre entreprend ensuite de narrer la lutte des Hellènes menés par Athènes, puis d'Athènes seule, contre les soldats atlantes venus des îles « du fond de la mer Atlantique », événements qu'il situe 9000 ans avant son époque. « Dans l'espace d'un seul jour et d'une nuit terribles, toute votre armée athénienne fut engloutie d'un seul coup sous la terre et, de même, l'île Atlantide s'abîma dans la mer et disparut. Le Timée donne ensuite une description générale de la civilisation atlante, de son expansion, de la guerre contre Athènes et de la destruction finale de l'Atlantide. C.

Apollon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Apollon (en grec ancien Ἀπόλλων / Apóllôn, en latin Apollo) est le dieu grec du chant, de la musique et de la poésie. Il est également dieu des purifications et de la guérison, mais peut apporter la peste avec son arc ; enfin, c'est un des principaux dieux capables de divination, consulté, entre autres, à Delphes, où il rendait ses oracles par la Pythie. Il a aussi été honoré par les Romains, qui l'ont adopté très rapidement sans changer son nom. Mythe Naissance Sa naissance est contée en détail dans l’Hymne homérique à Apollon[8] : sur le point d'enfanter, Léto parcourt la mer Égée, cherchant un asile pour son fils. Tétradrachme de la région Illyro Péonienne représentant Apollon Chez les Hyperboréens L'arrivée à Delphes La guerre de Troie Dans la guerre de Troie, Apollon se range aux côtés des Troyens, qui lui consacrent un temple sur leur acropole[27]. Défenseur des Troyens, il a pour principal adversaire sa demi-sœur Athéna[38]. Amours Musicien

Lémurie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Carte de la Lémurie (en rouge) surimposée aux continents actuels selon William Scott-Elliot dans The Story of Atlantis and Lost Lemuria. Hypothèse[modifier | modifier le code] Au XIXe siècle, à une époque où la dérive des continents n'était pas encore connue des géologues, le zoologiste Philip Sclater cherche à expliquer la distribution de certains mammifères, dont les lémuriens, dans des zones géographiques éloignées. Il forge alors le mot « Lémurie » pour désigner un continent hypothétique situé dans l'océan indien, qui aurait autrefois été un « pont » par delà l'océan Indien. Le naturaliste allemand Ernst Haeckel (1834–1919) popularise cette hypothèse en 1870 : il induit de la présence de lémuriens à Madagascar et en Malaisie l'existence d'une Lémurie dans l'océan Indien. Les connaissances en géologie infirment aujourd'hui cette hypothèse. Récupération et propagation du mythe[modifier | modifier le code] Annexes[modifier | modifier le code]

Titan (mythologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Titan. Dans la mythologie grecque, les Titans (en grec ancien Τιτάν / Titán et Τιτᾶνες / Titãnes au pluriel) sont les divinités primordiales géantes qui ont précédé les Dieux de l'Olympe. Tête de Titan, National Archaeological Museum, Athens Les premiers enfants d'Ouranos et de Gaïa étaient les trois Hécatonchires, chacun ayant cent mains, et les trois Cyclopes, chacun ayant un œil unique. Puis, il s'unit à Gaïa et, restant en elle, empêcha ses autres enfants, les Titans, de sortir du ventre de leur mère. Furieuse, Gaïa incita les Titans à renverser Ouranos, mais seul Cronos (le plus jeune) réagit. Ainsi fécondés par le sexe d'Ouranos, les flots formèrent une écume d'où, au large de l'île de Cythère, naquit Aphrodite, comme le suggère l'étymologie de son nom (en grec, Ἀφρός / Aphrós signifie écume). Illustration du chant XXXI (Les Titans) de la Divine Comédie de Dante -Les Enfers- par Gustave Doré

Le mythe de Mu Les ouvrages signés James Churchward n'ont pas été publié par celui-ci mais par son petit-fils. Ainsi, on aurait pu répondre au lecteur anglais : C'est exactement le récit de Platon actualisé dans l'Empire Britannique. Civilisation de Mu et "Pax britannica" Platon avait découvert la trace d'une cité idéale platonicienne. Naturellement, ces Lémuriens étaient monothéistes : comment auraient-ils pu ne pas l'être ? (In Mu, le continent perdu, p. 278) Pour enquêter sur les cultes primitifs, le colonel aurait mieux fait de se plonger dans James Frazer et Salomon Reinach. Donc ces Lémuriens adoraient le soleil, image du Très-Haut. Le choeur : Une coïncidence n'est pas une preuve! Je veux bien l'admettre : personne n'ira dire que les parallèles qu'on peut faire entre l'Empire Britannique et l'Empire Romain prouvent que l'un est une fiction tirée de la réalité de l'autre. Mais prennez ce problème de race lémurienne blanche. Une géologie fantaisiste Mais non! Voici une carte du XVIIIème siècle.

Aristée de Proconnèse Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Localisation de l'île de Marmara, la Proconnèse traditionnelle, en Propontide. Se basant sur un passage de Strabon qui distingue une ancienne Proconnèse de la nouvelle[1], G. Huxley suggère de voir dans l'île d'Haloné (actuelle Pasaliman) cette ancienne Proconnèse, d'où serait originaire Aristée[2]. Aristée de Proconnèse (en grec ancien Ἀριστέας ὀ Προκοννήσιος / Aristéas, en latin Aristeas Proconnesius, en français parfois « Aristéas de Proconnèse ») est un poète voyageur semi-légendaire originaire de Proconnèse en Propontide, actif vers 600 av. J. Biographie[modifier | modifier le code] Régulièrement, l'activité d'Aristée est située vers 650 av. Il est, chez Hérodote, « fils de Caystrobios » (IV, 13), issu « d'une des meilleures familles de son pays » (IV, 14). — Hérodote, Histoires (IV, 14) La tradition lui attribue des pouvoirs chamaniques : il était sujet à des transes et avait le don de bilocation[7]. Œuvre[modifier | modifier le code]

Mu (continent) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir MU. Ne doit pas être confondu avec Lémurie. Carte de Mu selon James Churchward. Mu, le continent de Mu ou encore le continent perdu de Mu, quelquefois confondu avec la Lémurie, est un continent englouti mythique dont l'existence fut proposée au XIXe siècle par le mayaniste Augustus Le Plongeon, qui se fondait sur la traduction — ultérieurement contestée — du Codex tro-cortesianus par Brasseur de Bourbourg. Bien que l'hypothèse de l'existence de tels continents soit rejetée par les géologues et que les archéologues ne reconnaissent pas de parenté entre les cultures amérindiennes et celles du bassin méditerranéen, du Moyen-Orient ou de l'Inde, comme le suggéraient les promoteurs de Mu, l'existence de ce continent a été retenue par des courants ésotériques ou nouvel-âge, s'appuyant sur des découvertes comme celle de Yonaguni. Aucune carte marine ne mentionne actuellement un quelconque continent englouti. Pacifide

Related: