background preloader

Axelis+, une logistique souple, réactive et citoyenne

Related:  MAN 24 - Logistique et chaîne logistique

Processu de Réception de marchandise et mise en stock Finalité du processus Planifier la livraison, réceptionner et stocker les marchandises livrées par un fournisseur identifié Début du processus Appel du fournisseur pour planification de la livraison Fin du processus Marchandise stockée en entrepôt Activités décrites Planification du rendez-vous avec le fournisseur Attribution du quai de déchargement au transporteur Vérification de l'ordre de livraison Déchargement en zone d'attente Contrôle de la livraison Signature du bon de livraison Pré-stockage Mise en stock

Quand les géants du Net se mettent à la logistique... La logistique reste le talon d’Achille du e-commerce Bits contre atomes. Numérique contre physique. Dans la Longue Traîne (2004), Chris Anderson énonçait les avantages du premier sur le second : dans un monde physique où l’offre est limitée par des contraintes matérielles, l’objectif des distributeurs est de minimiser le stock immobilisé et maximiser la rentabilité de chaque m2. La rareté de l’espace impose la rareté du choix. Le nombre de produits en vente est limité. Les prédictions de Chris Anderson se sont vérifiées principalement pour les biens immatériels – musique, vidéo, presse, livres – que l’on peut charger ou consommer à distance. Le commerce électronique a surtout amélioré l’expérience client, alors que la logistique reste le point faible du modèle économique. D’où l’invention des concepts “click and collect” ou “click and mortar”, appelés “Drive” en France : je commande en ligne et je passe prendre mes courses dans un lieu situé idéalement sur mon parcours quotidien.

La logistique en amélioration continue - Dossiers LSA Conso LSA a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés LSA.fr. Découvrez nos offres d’abonnement Le fait qu’Amazon connaisse si bien les habitudes d’achats et les goûts de ses clients, grâce aux données de navigation, ne lui sert pas seulement à leur formuler des suggestions d’achats. Ces mêmes algorithmes constituent la partie invisible de sa puissance logistique. « Dans la supply chain, une grande partie du travail est effectuée par nos algorithmes, indique Stefano Perego, qui dirige les centres de distribution Amazon en France, Italie et Espagne. Résultat, entre le moment où le client d’amazon.fr valide son achat en ligne, et l’arrivée du produit sur le quai de départ de l’entrepôt Amazon de Lauwin Planque (Nord), par exemple, il s’écoule en moyenne deux heures et quart. Un bazar apparent Ce « bazar » apparent masque une organisation ultraprécise. Un million de colis, 34 erreurs… centres de distributions dans le monde (à fin 2013), dont 4 en France

Directive DEEE - 2002 - Exemple de logistique inversée Directive 2002/96/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 janvier 2003 relative aux déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) - Déclaration conjointe du Parlement européen, du Conseil et de la Commission relative à l'Article 9 Journal officiel n° L 037 du 13/02/2003 p. 0024 - 0039 Directive 2002/96/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 janvier 2003 relative aux déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) vu le traité établissant la Communauté européenne, et notamment son article 175, paragraphe 1, vu la proposition de la Commission(1), vu l'avis du Comité économique et social(2), vu l'avis du Comité des régions(3), statuant conformément à la procédure prévue à l'article 251 du traité(4), au vu du projet commun approuvé par le comité de conciliation le 8 novembre 2002, considérant ce qui suit: (7) La quantité de DEEE produits dans la Communauté croît rapidement. Article premier Objectifs Article 2 Champ d'application 1. 2. 3. Article 3 Définitions Article 4 1.

Les raisons de l’externalisation de la logistique e-commerce De plus en plus de plateformes logistiques voient le jour proportionnellement au développement du e-commerce, les e-commerçants ont aujourd’hui un large choix de prestataires logistiques. Si certains préfèrent se focaliser sur leur cœur de métier grâce à l’externalisation, d’autres choisissent de gérer en interne la logistique. Mais alors pourquoi externaliser sa logistique quand on est un e-commerçant ? Vous avez donc tout intérêt à prendre le temps de vous renseigner, de comparer et de trouver le partenaire de confiance capable de vous proposer les meilleurs prix par rapport au service proposé. La logistique est le cœur même du e-commerce, si les livraisons ne respectent pas les délais et si la gestion de vos stocks n’est pas transparente vous avez de grandes chances de faire du sur place avec votre business. Le premier atout majeur de l’externalisation est son aspect économique. L’externalisation permet donc de gagner de l’argent, mais aussi de bénéficier d’un service de qualité.

« Dans les entrepôts, le préparateur de commandes, c’est le mineur d’il y a trente ans » – Commencer mission ok ? – Ok – 250 colis, volume 1 400 dm3, dites ok – Allée 4 – Emplacement 17 – Numéro correspondant ? – 4 [pour 4 colis] C’est un dialogue qui se répète, en boucle. Comment s’est développée la logistique ? David Gaborieau : L’émergence du secteur est liée aux transformations du monde industriel. Dans les années 1980, ces évolutions ont été accompagnées d’un discours de valorisation de la logistique, présentée comme un secteur clé, le « trésor caché » de l’industrie qui pouvait être une vraie source de profits. Aujourd’hui, l’e-commerce contribue à l’essor de la logistique, même s’il ne représente encore que 8 % de l’activité. Comment se déroule une journée type dans un entrepôt ? Lorsque l’on arrive à l’entrepôt, qui est devenu un lieu sécurisé, on badge pour entrer dans le parking, puis pour entrer dans le bâtiment. A partir de là, la voix annonce les colis à prendre, un à un. Tous les ordres sont donnés par la machine, on peut passer presque toute sa journée seul.

Logistique : le modèle humanitaire Tout le monde connaît Médecins Sans Frontières (MSF). Qui se doute de la machinerie logistique qui se trouve derrière la première organisation humanitaire du monde ? Quelques chiffres : - Plus de six millions de donateurs qui fournissent les neuf dixièmes des ressources de l'organisation ; - 24 sections nationales dans les cinq continents qui mènent des activités dans près d'une centaine de pays ; - Une diversité des opérations, avec au moins six catégories selon que les pays sont en paix, en guerre ou frappés d'une catastrophe naturelle, et qu’ils connaissent ou non une situation d’urgence ; - Pas moins de 10 000 catégories d'articles pour répondre à toutes les situations avec pour les plus complexes, des Kits d'urgence pouvant répondre aux besoins de groupes de 5 000 personnes en cas d'épidémie ou de seuils critiques de survie ; - Enfin 40 000 salariés de par le monde, soit l’effectif des plus grandes entreprises mondiales. Les enjeux financiers pour MSF sont de taille.

Caroline Prodhon - Les nouveaux outils d’optimisation de la chaîne logistique Les dernières émissions d'Université de technologie de Troyes (UTT) Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Xerfi Business TV Accéder à Xerfi Canal Économie Accéder à Precepta Stratégiques Abonnez-vous à la newsletter Les nouvelles émissions Xerfi Canal TV Toutes les dernières émissions Xerfi Canal TV Les incontournables Cathy Alegria, Xerfi - Immobilier logistique - Secteurs & marchés Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Les dernières émissions de Cathy Alegria Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie Accéder à Precepta Stratégiques Accéder à Xerfi Business TV Abonnez-vous à la newsletter Les nouvelles émissions Xerfi Canal TV Toutes les dernières émissions Xerfi Canal TV Les incontournables

Philippe Gattet, Comprendre l’économie des plateformes numériques - Precepta stratégiques Thèmes et idéesNos invitésNos analysesÉmissions Les incontournables Olivier Passet La France doit mobiliser ses diplômés au lieu de les déclasser Aude de Kerros L'imposture de l'art contemporain : du discours à la finance Jézabel Couppey-Soubeyran Régulation financière : le temps de la pause ? Cathy Alegria La sous-traitance aéronautique Accueil > Nos émissions > Precepta stratégiques > Comprendre l’économie des plateformes... Comprendre l’économie des plateformes numériques Par Philippe Gattet - Directeur d'études, Precepta Partager Regarder plus tardEn savoir plus Les plateformes ont connu une croissance spectaculaire au cours de la dernière décennie. Mots clés : Marketing et Stratégie, Numérique, Plateformes, Economie Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Philippe Gattet La consommation collaborative : business models et scénarios stratégiques Philippe Gattet La silver économie François Miquet-Marty Enquête sur la survie, l'essor et la mort des entreprises Les dernières émissions de Philippe Gattet

La logistique au coeur des sciences de gestion Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Les dernières émissions de Nathalie Fabbe-Costes et Sabine Sépari Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Stratégie & Management Xerfi Canal autres chaînes Accéder à Xerfi Canal Économie Accéder à Xerfi Business Abonnez-vous à la newsletter Xerfi Canal Les nouvelles émissions Xerfi Canal Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Les incontournables Kathryn McFarland, Xerfi Global - L’industrie mondiale de la logistique - Global L’industrie mondiale de la logistique évolue à deux vitesses selon la nouvelle étude réalisée par XERFI GLOBAL. D’une part, le marché du transport transfrontalier affronte des vents contraires. Malgré une reprise modérée du commerce mondial en 2017, ce dernier reste léthargique. En cause : le raccourcissement des chaînes de valeur mondiales, le coup de frein à la libéralisation des échanges, la montée du protectionnisme, ainsi que la baisse des échanges avec la Chine, épicentre du commerce mondiale. Le lien entre commerce en ligne et logistique est particulièrement intéressant. Cette dépendance mutuelle pose d’importants défis aux logisticiens. La rentabilité du secteur s’est malgré tout améliorée en 2017, atteignant un taux moyen de 7,2% pour l’ensemble du secteur, contre 6,8% en 2016.

Related: