background preloader

Textes Sumeriens / Gilgamesh - l’Atrahasis

Textes Sumeriens / Gilgamesh - l’Atrahasis
Related:  Gilgamesh

Gilgamesh Gilgamesh Palais de Sargon Gilgamesh est un roi à demi légendaire de la cité d'Ourouk (Uruk), qui aurait régné vers 2600 avant notre ère. D'origine sumérienne, ce récit s'est transmis d'abord de manière orale, puis il fut écrit vers 2000 avant notre ère à Babylone. La version la plus achevée, écrite sur douze tablettes, a été retrouvée à Ninive, dans la bibliothèque du roi syrien Assourbanipal (668-627 avant notre ère). Celui qui a tout vu, [Sha nagba imuru]. Monarque semi-légendaire Gilgamesh, "celui qui a tout vu" , est le héros à la fois despotique et humain d'une longue épopée mainte fois remaniée qui est la base de la littérature antique. « La courtisane Shamhat enlève ses vêtements dévoile ses seins, dévoile sa nudité et Enkidu se réjouit des charmes de son corps. Enkidu sous la forme semi animale combat Gilgamesh. Aussitôt entré dans la ville, il est accueilli par une foule en liesse, on lui offre à boire et à manger, on l'oint avec des huiles précieuses.

Gilgamesh, 2800 ans av.JC s’en prend au gardien des cèdres, Humbaba « ART – LITTÉRATURE ET SPIRITUALITÉ Giglamesh – tablette Tradition : Les scientifiques : En 1872, l’assyriologue anglais George Smith déchiffra sur un fragment de tablette d’argile, l’épopée de Gilgamesh ; avec d’autres archéologues, il se mit à chercher dans les archives du Bristish Museum d’autres fragments de tablettes susceptibles d’appartenir au poème épique ; en 1891, une première édition des douze tablettes de 300 vers chacune fut publiée. Représentation possible de Enlil Préalables : Dans la mythologie mésopotamienne, Humbaba est un démon protecteur, il est le démon gardien de la forêt des cèdres où vivent les dieux. Historique : L’épopée de Gilgamesh fait partie des oeuvres littéraires les plus anciennes de l’humanité, elle a son origine en Mésopotamie (irak actuelle). Ci dessous, en cliquant sur « lire la suite« L’épopée de GilgameshEpisode du combat contre Humbaba, le gardien des Cèdres Cliquer ci-dessous pour Humbaba gardien de la forêt de Cèdre du Liban L’épopée de Gilgamesh Les suites de leurs méfaits sur Houmbaba :

Gilgamesh Gilgamesh (prononciation : /ɡil.ɡa.mɛʃ/) (en akkadien 𒄑𒂆𒈦 / Gilgameš) dans les textes sumériens anciens (sans doute BÌL.GA.MÈŠ, « l'ancêtre est un héros / jeune homme »)[1] est un personnage héroïque de la Mésopotamie antique, roi de la cité d'Uruk où il aurait régné vers 2650 av. J.-C., ainsi qu'un dieu des Enfers dans la mythologie mésopotamienne. Il est le personnage principal de plusieurs récits épiques, dont le plus célèbre est l'Épopée de Gilgamesh, qui a rencontré un grand succès durant la haute Antiquité. Les sources : l'Épopée et autres textes[modifier | modifier le code] Les récits sumériens[modifier | modifier le code] Plusieurs récits épiques (rédigés en sumérien et sur des tablettes d'argile datées fin du IIIe millénaire av. L'Épopée[modifier | modifier le code] Les autres sources du Proche-Orient ancien[modifier | modifier le code] En dehors de la sphère culturelle mésopotamienne[modifier | modifier le code] Un roi-héros[modifier | modifier le code]

Épopée de Gilgamesh Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La XIe tablette de la version de Ninive de l’Épopée de Gilgamesh, relatant le Déluge. Selon l’opinion commune des assyriologues, le récit du Déluge, inspiré par l’Épopée babylonienne d’Atrahasis ou « Poème du Supersage », a été ajouté vers 1200 av. De récents travaux rapprochent l’épopée de Gilgamesh des douze travaux d’Héraclès (l’homologue grec du héros romain Hercule), la légende babylonienne étant antérieure de près d'un millénaire aux écrits d’Homère[2]. Résumé[modifier | modifier le code] Gilgamesh, roi de la ville d'Uruk, est dur et intransigeant envers ses sujets. Le récit (version ninivite)[modifier | modifier le code] Tablette I : Les deux héros[modifier | modifier le code] Rappel de son œuvre (les murailles d’Uruk), ses aventures qu’il a consignées par écrit.Hommage rendu à ses vertus et à ses hauts faits.Sa personne : Dès sa naissance il était prestigieux ! Décision des dieux de lui préparer un rival : Enkidu.

L'épopée de Gilgamesh | JeRetiens - Trucs mnémotechniques moyens et méthodes Les Grecs ont Héraclès, les Romains Hercule et avant cela, les sumériens (un peuple vivant en Mésopotamie durant le IVe millénaire avant JC) avaient… Gilgamesh ! Bas-relief du palais de Sargon, conservé au musée du Louvre. A deux tiers divin et un tiers humain, le héros est connu par plusieurs textes anciens, dont la fameuse « Epopée de Gilgamesh ». L’histoire Gilgamesh se révèle être un roi tyrannique et cruel, si bien que les dieux ne tardent pas à créer un géant sauvage pour le combattre : Enkidu. Ensemble, ils tuent le monstre Huwawa, gardien de la forêt de Cèdre. Le décès de son ami bouleverse profondément Gilgamesh, qui en vient à se questionner sur sa propre mortalité. Sur le chemin du retour, après s’être emparé de la précieuse plante, Gilgamesh s’arrête pour se baigner. Truc mnémotechnique : Le plus dur n’est pas tant de retenir cette épopée que de mémoriser les noms des personnages ! Le terme « gehiu », reprenant l’initiale de chacun d’entre eux, peut déjà aider à la mémorisation.

Gilgamesh "Au commencement était Uruk, première cité des hommes. Noires comme la nuit, plus hérissées que des nids d'oiseaux, ses énormes murailles inspiraient le respect ou l'effroi. Au coeur de la cité s'élevait la Maison du Ciel. Le fondateur de cette cité, en des temps très reculés, avait bâti de ses mains les murailles aux pierres colossales. "Celui que vous nommez Gilgamesh, c'est moi, pèlerin de toutes les routes du pays et d'ailleurs. Ainsi je devins le roi de la première cité des hommes. Les hommes se désespéraient quand Enki ajouta ceci : "Je ne vois qu'une façon de détourner sa violence. J'étais Gilgamesh l'invincible, je n'en ferais qu'une bouchée, fut-il plus grand que les monts. Ce qui fut fait. Son haleine est ardente, ses crocs sont la mort même. ...Gilgamesh bascule dans l'arcane XII Le Pendu : "Enkidu veillait sur moi comme un frère. A man gets tied up to the ground Gives the world Its saddest soundPaul Simon La victoire était mon sort, mais la mort le serait aussi.

Louvre - Héros maîtrisant un lion Les génies dompteurs de lion (souvent assimilés au héros Gilgamesh) faisaient partie d'un dispositif architectural et décoratif complexe, obéissant à des critères artistiques et religieux. Symboles de la puissance divine et royale, ils assuraient, par la force tranquille qui émanait d'eux, la pérennité du pouvoir et la protection du palais. Un dispositif architectural complexe On voit ici une reconstitution partielle du dispositif monumental, qui nous est connu par les dessins qu'exécuta Eugène Flandin en 1844, lors de la fouille, à l'entrée de la salle du trône du palais de Sargon II. La façade extérieure de la salle du trône, ou façade "N", comportait une frise avec des personnages en procession et des passages protégés par des génies colossaux - une paire de taureaux ailés à tête humaine et une paire de génies bénisseurs. Une figure colossale Cette sculpture de plus de 5 mètres de haut représente un personnage en train d'étouffer un lion. Une représentation symbolique du pouvoir royal

Textes Fondateurs » Gilgamesh Pour prolonger l’étude des textes et des grandes perspectives qui les traversent, on les rapprochera d’œuvres d’art d’époques et de styles différents, dans une approche comparée. Il s’agit aussi de donner un aperçu de la production artistique de l’Antiquité orientale. Les monstres terrassés Le combat contre les monstres est un motif épique traditionnel, qui est exploité à plusieurs reprises dans l’Épopée de Gilgamesh : le héros affronte successivement un géant qui crache le feu et un Taureau envoyé par les dieux. La sculpture assyrienne monumentale du « Héros maîtrisant un lion », qui ornait l’entrée du palais de Sargon II à Khorsabad (722-705 av. Héros maîtrisant un lion, dit "Gilgamesh" (8e siècle av. source : Ses exploits surhumains rapprochent Gilgamesh du demi-dieu grec Héraclès et de ses fameux travaux, notamment le taureau de Crète et le lion de Némée. Le dieu Soleil Stèle : offrande au dieu du soleil Rê (vers 1000-600 av. L’arbre de vie

L’Epopée de Gilgamesh « Les Corps Célestes par Neil Dalrymple Il y a près de cinq mille ans vivait un homme, un grand roi majestueux et terrible dont le nom et les exploits causèrent à ses contemporains une impression si profonde que, dès après sa mort, ils se saisirent de lui et colportèrent son nom dans des légendes qui les aidèrent à batailler contre le poids du monde, la force de l’univers, avec les armes légères de la mémoire et l’ineffable de leur vie. Gilgamesh ! Résumé de l’Epopée Avant d’entrer dans le détail de ma rencontre avec l’Epopée, je me dois, pour ceux qui ne la connaissent pas, d’en donner quelques traits qui la résument. Le temps de l’écriture commençait. Epopée et Crédibilité Cependant, d’autres choix m’attendaient. Si les personnages ne nous ressemblent pas assez, on s’en désintéresse. Symboles Lorsqu’on lit les textes anciens, fondateurs de nos civilisations, on traverse une forêt de symboles et de mystères qui frémissent à chacun de nos pas. La grande victoire de Gilgamesh Jacques Cassabois Le 24 février 2001

Related: