background preloader

Textes Sumeriens / Gilgamesh - l’Atrahasis

Textes Sumeriens / Gilgamesh - l’Atrahasis

http://secretebase.free.fr/civilisations/sumeriens/textes/textes.htm

Related:  Gilgamesh

Gilgamesh Gilgamesh Palais de Sargon Gilgamesh est un roi à demi légendaire de la cité d'Ourouk (Uruk), qui aurait régné vers 2600 avant notre ère. D'origine sumérienne, ce récit s'est transmis d'abord de manière orale, puis il fut écrit vers 2000 avant notre ère à Babylone. La version la plus achevée, écrite sur douze tablettes, a été retrouvée à Ninive, dans la bibliothèque du roi syrien Assourbanipal (668-627 avant notre ère).

Atrahasis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Atrahasis (de l'akkadien ḫaṭṭu ḫasīsu, « sceptre de l'ingéniosité ») est un personnage de la mythologie mésopotamienne qui aurait survécu au déluge et obtenu des dieux l'immortalité. Sa légende est contée dans l’épopée d'Atrahasis, dite aussi Poème du Supersage ou Poème du Très Sage. Dans les versions antérieures en langue sumérienne, il correspond à Ziusudra (littéralement « Jours à la vie prolongée »). L'épopée d'Atrahasis ou Poème du Supersage[modifier | modifier le code] Contenu[modifier | modifier le code]

Gilgamesh Gilgamesh (prononciation : /ɡil.ɡa.mɛʃ/) (en akkadien 𒄑𒂆𒈦 / Gilgameš) dans les textes sumériens anciens (sans doute BÌL.GA.MÈŠ, « l'ancêtre est un héros / jeune homme »)[1] est un personnage héroïque de la Mésopotamie antique, roi de la cité d'Uruk où il aurait régné vers 2650 av. J.-C., ainsi qu'un dieu des Enfers dans la mythologie mésopotamienne. Il est le personnage principal de plusieurs récits épiques, dont le plus célèbre est l'Épopée de Gilgamesh, qui a rencontré un grand succès durant la haute Antiquité. Les sources : l'Épopée et autres textes[modifier | modifier le code] Les récits sumériens[modifier | modifier le code]

Gilgamesh, 2800 ans av.JC s’en prend au gardien des cèdres, Humbaba « ART – LITTÉRATURE ET SPIRITUALITÉ Giglamesh – tablette Tradition : Les scientifiques : En 1872, l’assyriologue anglais George Smith déchiffra sur un fragment de tablette d’argile, l’épopée de Gilgamesh ; avec d’autres archéologues, il se mit à chercher dans les archives du Bristish Museum d’autres fragments de tablettes susceptibles d’appartenir au poème épique ; en 1891, une première édition des douze tablettes de 300 vers chacune fut publiée. Représentation possible de Enlil Préalables :

JeRetiens - Trucs mnémotechniques moyens et méthodes Les Grecs ont Héraclès, les Romains Hercule et avant cela, les sumériens (un peuple vivant en Mésopotamie durant le IVe millénaire avant JC) avaient… Gilgamesh ! Bas-relief du palais de Sargon, conservé au musée du Louvre. A deux tiers divin et un tiers humain, le héros est connu par plusieurs textes anciens, dont la fameuse « Epopée de Gilgamesh ». L’histoire Gilgamesh se révèle être un roi tyrannique et cruel, si bien que les dieux ne tardent pas à créer un géant sauvage pour le combattre : Enkidu.

Espions et indics en Mésopotamie L’un des rois assyriens du IXe siècle av. J.-C., Assurnazirpal II Louvre - Héros maîtrisant un lion Les génies dompteurs de lion (souvent assimilés au héros Gilgamesh) faisaient partie d'un dispositif architectural et décoratif complexe, obéissant à des critères artistiques et religieux. Symboles de la puissance divine et royale, ils assuraient, par la force tranquille qui émanait d'eux, la pérennité du pouvoir et la protection du palais. Un dispositif architectural complexe On voit ici une reconstitution partielle du dispositif monumental, qui nous est connu par les dessins qu'exécuta Eugène Flandin en 1844, lors de la fouille, à l'entrée de la salle du trône du palais de Sargon II. La façade extérieure de la salle du trône, ou façade "N", comportait une frise avec des personnages en procession et des passages protégés par des génies colossaux - une paire de taureaux ailés à tête humaine et une paire de génies bénisseurs. Une figure colossale

Les mythes mésopotamiens undefined Cosmogonies, anthropogonies, et mythes sur l'ordre du monde La cosmogonie sumérienne Gilgamesh "Au commencement était Uruk, première cité des hommes. Noires comme la nuit, plus hérissées que des nids d'oiseaux, ses énormes murailles inspiraient le respect ou l'effroi. Au coeur de la cité s'élevait la Maison du Ciel. Le fondateur de cette cité, en des temps très reculés, avait bâti de ses mains les murailles aux pierres colossales.

Related: