background preloader

Troubles de l'alimentation : causes et symptômes

Troubles de l'alimentation : causes et symptômes
Les troubles de l'alimentation apparaissent généralement au cours de l'adolescence ou au début de l'âge adulte et sont plus communs chez les jeunes des sociétés industrialisées. Toutefois, les troubles de l’alimentation, particulièrement l’anorexie, sont présents dans toutes sortes de cultures, même celles où le culte de la minceur est absent. L'anorexie et la boulimie affectent plus les filles et les femmes que les garçons et les hommes. Les hommes représentent environ 10% des personnes affectées. L’hyperphagie boulimique est mieux distribuée parmi les sexes et affecte 2 hommes pour 3 femmes environ. Elle touche les personnes plus âgées qui sont en moyenne dans la quarantaine. Comme dans les autres pays industrialisés, le taux des troubles de l'alimentation chez les femmes et les filles québécoises âgées de 13 à 30 ans est d'environ 3% (30 000 personnes). Les experts s'entendent pour dire qu'il y a de plus en plus de personnes aux prises avec des troubles de l'alimentation. Les régimes Related:  Activité interdisciplinaire 2016 1ere st2sBoulimie

Les conséquences de l'anorexie - Anorexie II. L’autodestruction. Dans cette seconde partie, nous allons étudier les conséquences de l’anorexie. Nous étudierons dans un premier temps les conséquences corporelles, puis dans un second temps les conséquences intra-corporelles. 1) Les conséquences corporelles a) La masse corporelle La maigreur est la conséquence la plus visible chez les personnes atteintes d’anorexie due à leur sous alimentation provoqué. Sur ces photographies, on peut observer la maigreur importante chez ces personnes anorexiques. b) La dentition Il est important de mentionner que l’anorexie n’a pas seulement pour conséquences corporelles une maigreur importante, en effet, celle-ci a également des répercutions sur la dentition. Position des glandes salivaires sur un être humain : les glande sous –maxillaire et parotide. c) Le corps 2) Les conséquences intracorporelles a) Des problèmes digestifs Chez les personnes atteintes d’anorexie, les problèmes digestifs sont très nombreux. b) Des problèmes neurologiques victime d’anémie.

La boulimie, une souffrance jamais rassasiée : Comprendre son origine © Jupiter Sommaire A découvrir À lire Anorexie, boulimie – Explications et conseils pratiques pour mieux vivre le quotidien, de Pascale Zrihen et Corinne Dubel (Dauphin – 2010)Anorexie et boulimie, comprendre et aider votre enfant, de Gérard Tixier et Clothilde Tourte (Odile Jacob – 2010) Anorexie, boulimie et compulsions, de Daniel Rigaud (Milan Eds – 2002) Nombreux sont les spécialistes qui s’accordent pour dire que la boulimie est une dépendance à la nourriture comparable à celle dont souffrent les toxicomanes ou les alcooliques. Mais comment expliquer que certaines jeunes femmes sombrent dans la boulimie et d’autres non ? - la pression d’une mère en proie à ses propres problèmes alimentaires. - la remarque blessante d’un père (mais aussi d’un frère, d’un ami, d’un camarade d’école) sur le poids ou la silhouette de la jeune femme. - une rupture sentimentale, un traumatisme (sexuel dans de nombreux cas)… La prise en charge thérapeutique Modifié en février 2015

L'anorexie mentale : Quelles causes ? | Nutrition pratique | Mieux-Être La survenue de l’anorexie à l’adolescence, au moment de la puberté guide vers un mécanisme anorexique où, du fait d’un contrôle excessif sur le corps, le développement sexuel et corporel vers l’âge adulte est volontairement (consciemment ou inconsciemment) interrompu. La présence d’une problématique autour de la nutrition, assimilable au sein maternel, souligne ce refus, chez ces patientes, de s’identifier à leur mère et d’en témoigner, non pas par un discours adulte ou une crise d’adolescence, mais plutôt par une hyper-adaptation à certains rôles sociaux objectivables et valorisés. La réussite scolaire, la connaissance des aliments, le sport, entrent dans le cadre d’une sublimation occultant la sexualité. Le tout en protégeant son corps (par des vêtements amples), son intimité, sans pouvoir exprimer ses failles et son angoisse de manière explicite.

Causes Boulimie : Guide Cerveau, Nerf, Mémoire, Psychisme, Sommeil Les causes de la boulimie sont nombreuses : Traumatisme psychologiqueUne déception amoureuse, une remarque déplaisante sur le corps d'une jeune femme, etc.Manque d'estime de soiLa personne se dévalorise par rapport aux autres.Eléments culturelsLe nombre de personne souffrant d'anorexie et de boulimie est plus élevé dans les sociétés où on privilégie la minceur.Contextes familiauxIl y a parfois une pathologie familiale, des angoisses, des névroses. Dans certains cas, la famille est indifférente au sort de la personne malade, dans d'autres la famille est étouffante.Troubles psychiatriquesLa personne boulimique se voit parfois beaucoup plus grosse qu'elle ne l'est en réalité. Message à l'intention de l'internaute qui saisit son formulaireBoulimie Mis à jour par Dr Philippe Presles le 04/10/2013Créé initialement par Dr Eugenio Rasio, Endocrinologue, Centre Hospitalier de l'Université de Montréal, Hôpital Notre-Dame le 06/09/2001 Trouvez-vous cet article intéressant ?

Anorexie / Anorexie nerveuse : Causes et facteurs de risque Les troubles de l'alimentation seraient causés par une combinaison de facteurs de risques biologiques, psychologiques et sociaux. Les facteurs biologiques incluent, entre autres, l'hérédité, les antécédents familiaux de dépression, d'anxiété, de troubles de l'alimentation et les problèmes de poids. Des facteurs génétiques permettent de dire qu'il peut y avoir transmission de traits de tempérament ou d'une vulnérabilité à d'autres perturbations qui augmenteraient le risque de développer un trouble de l'alimentation. De plus, certaines anomalies au niveau des neurotransmetteurs régulant l'appétit et l'humeur auraient une influence sur le développement des troubles alimentaires. Les facteurs sociaux comprennent notamment les relations difficiles avec la famille, un manque de soutien, la tendance à juger de la valeur d'une personne selon son apparence et le poids, et les pressions socioculturelles envers la minceur.

Anorexie mentale et boulimie : caractéristiques mentales 1. Y a-t-il des caractéristiques mentales spécifiques chez les malades atteints de troubles du comportement alimentaire (TCA) ? Beaucoup de malades atteints d’anorexie mentale ou de boulimie partagent les mêmes caractéristiques. Il est même fréquent que ces traits soient tous présents, chez un même malade. Manque de confiance, crainte constante et excessive du jugement de l’autre, peurs et angoisse, difficultés sexuelles dominent le tableau. Le Maître Symptôme bien sûr est la peur de grossir. La malade atteinte de boulimie a aussi cette peur de grossir. C’est une certitude de pensée : comme on sait qu’on a un gros nez. En termes symboliques par ailleurs, un danger, c’est toujours trop. La malade se voit grosse, se trouve difforme (trop grosses cuisses, ventre énorme), alors que les autres ne voient qu’un squelette. La peur de manger : plus la malade maigrit, plus elle a peur : elle sent qu’elle « pourrait » lâcher et que, si elle lâchait, « tout recommencerait ». 2. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7.

Épidémiologie des TCA 1. L'anorexie mentale2. La boulimie3. La compulsion alimentaire4. Épidémiologie des TCA Pr D. Les troubles du comportement alimentaire (TCA) principaux voient augmenter leur fréquence dans tous les pays du monde. 1. Elle toucherait environ 1,5 % des personnes de sexe féminin, entre 15 et 35 ans. Une étude faite en Bourgogne, en 2006, par l’association suggère que l’anorexie mentale est un peu, mais pas beaucoup plus fréquente dans la population des jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 25 ans (1,8 %) que dans celle des 25-45 ans (1,4 %). Ces statistiques sont sujettes à caution car il n’existe de statistiques nationales dans aucun pays. Sexe : l’anorexie touche très majoritairement les femmes : 94 à 97 % des personnes qui en souffrent sont des femmes : il y a un homme pour 15 à 18 femmes. 1. Conditions socio-économiques : Toutes les couches de la population sont touchées : milieux aisés, riches et bourgeois, comme milieux moins favorisés. 2. 3. 4. Publié en 2008

Boulimie - Causes et troubles associés Causes La boulimie est un trouble du comportement alimentaire mis en évidence depuis les années 70. Depuis, de nombreuses études sont menées sur la boulimie mais les causes exactes à l'origine de l'apparition de ce trouble sont encore méconnues. Toutefois, des hypothèses, encore à l'étude, tentent d'expliquer la survenue de la boulimie. Les chercheurs s’entendent pour dire que de nombreux facteurs seraient à l'origine de la boulimie notamment des facteurs génétiques, neuroendocriniens, psychologiques, familiaux et sociaux. Bien qu'aucun gène n'ait été clairement identifié, des études mettent en avant un risque familial. Des facteurs endocriniens tels qu'un déficit hormonal semblent être en jeu dans cette maladie. Au niveau neurologique, de nombreuses recherches mettent en lien un dysfonctionnement sérotoninergique avec un trouble de la sensation de satiété souvent observé chez les boulimiques. Troubles associés Les principaux troubles psychologiques associés, sont :

Anorexie-Boulimie » Pourcentage des personnes trouchées Anorexie et boulimie : 2 facettes d’une même maladie Qu’est-ce qu’un trouble du comportement alimentaire ? Sous ce terme est regroupé un ensemble de pathologies ou de conduites excessives d’origine psychiatrique lié aux habitudes alimentaires. Culturellement, il est recommandé de réaliser trois repas équilibrés en proportion par jour plus ou moins une collation. Les personnes souffrant de ces troubles vont perturber cet équilibre. Soit en mangeant très peu voire pas du tout, il s’agit de l’anorexie mentale, soit en mangeant de façon excessive, il s’agit de la boulimie. Ces deux pathologies peuvent également être réunies en une seule, on parlera alors d’anorexie avec accès boulimiques. Comment se manifestent ces pathologies ? L’anorexie mentale est un refus volontaire de prise de poids associé à la peur intense de devenir gros. La boulimie se définit par la répétition de crises boulimiques. L’hyperphagie boulimique se manifeste par une surconsommation d’aliments plusieurs fois par semaine sur une période pouvant atteindre 6 mois.

Related: